Vaste mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    Le FFS "fidèle à son esprit nationaliste et patriotique"    Un mémorandum d'entente sur les concertations politiques algéro-thaïlandaises    Les efforts de l'Algérie visant l'unification des rangs arabes et palestiniens soutenus    Renforcer et diversifier l'investissement touristique pour la promotion du tourisme    Salon de l'habitat: le Reverse Engineering, une source d'innovation    APN: chaud débat en perspective    Zineb El Mili inhumée au cimetière de Sidi Yahia à Alger    Réception de 2,5 millions de doses de vaccin    Mise en service de plusieurs structures sanitaires à Chlef    Tlemcen: Ilham Mekliti lauréate du concours du 14e Salon des arts plastiques    Hand/CAN 2022 (dames): "Ce sera difficile mais jouable"    Mémoire nationale: élaborer un guide académique pour l'enseignement de l'histoire    Sommet arabe: un tournant qualitatif dans l'action arabe commune en faveur de la cause palestinienne    Handball: décès de l'ancien international algérien Ahmed Hadj Ali    Foot (match amical) : Algérie A' - Soudan à huis clos    L'Armée sahraouie bombarde des retranchements des forces d'occupation marocaines dans plusieurs secteurs    Le nouveau stade de Tizi-Ouzou sera livré dans les délais    Festival national du Malouf de Constantine : un spectacle des plus élégants à la troisième soirée    Alcool frelaté: 19 morts dans le nord du Maroc    Algérie A'- Soudan aujourd'hui à 20h00: Maintenir la dynamique des résultats    Ligue 1: Deux duels attrayants    Tiaret: L'usine de plaques PVC entre en production    De la dualité désordre-ordre humain à la guerre Ukraine-Russie    Tlemcen: Les nouveautés de la codification des marchandises    Huit agences de voyages agréées pour la Omra 1444: 21 millions de cts au minimum pour une «Omra simple»    Préservation des îles Habibas: Lancement de l'atelier chargé de l'élaboration du schéma directeur    Les chantiers de la santé : éviter de se perdre    A quand une rencontre Président-Maires ?    Sonatrach: Priorité à l'exploration    Une centaine de supporters blessés    LA VIE... ET LE RESTE    Tensions accrues au Sahel    Des «lignes rouges» tracées    Du bon et du moins bon    60 Cantines scolaires à l'arrêt    Ce qu'en attendent les syndicats    Maguire, c'est désastreux    Une aubaine pour les cimentiers    Les autorités pro russes revendiquent la victoire    Un géant qui voit grand    Festival algérien des arts et de la culture «Dz Fest»    Le Japon invité d'honneur    Saint Augustin de retour à Souk Ahras    Tebboune reçoit l'Ambassadeur du Ghana    Conseil de sécurité de l'ONU: La Ligue arabe, l'UA et l'OCI soutiennent l'Algérie    Une commission et des Interrogations    Le wali, homme-orchestre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«Le Maroc met en danger le Maghreb»
Abdallah Labidi, ancien diplomate tunisien :
Publié dans Le Soir d'Algérie le 29 - 08 - 2021

L'ancien diplomate tunisien, Abdallah Labidi, a mis en garde contre l'importation des conflits du Moyen-Orient au Maghreb arabe, soulignant que l'Algérie a toujours été une cible difficile à atteindre pour l'entité israélienne qui s'est introduite dans la région grâce au Maroc.
La région est en proie à un grand conflit (...) et la question dépasse le Maroc et l'Algérie car il y a une volonté de transformer notre région en Proche-Orient-bis et le Maroc est en train de mettre le feu aux poudres, a prévenu le diplomate et analyste politique tunisien dans une déclaration à la station de radio tunisienne Jawhara FM.
«L'Algérie a toujours été une cible difficile à atteindre pour l'entité israélienne», a-t-il dit, regrettant que le Maroc ait fait de son territoire une plate-forme pour le ministre des Affaires étrangères de l'entité sioniste, Yaïr Lapid, lui permettant de proférer des propos hostiles à l'Algérie. M. Labidi a relevé que la décision de l'Algérie de rompre ses relations diplomatiques avec le Maroc est intervenue après la distribution, par l'ambassadeur du Maroc à l'ONU, d'une note officielle appelant à la scission de l'Algérie et les déclarations de responsables du Maroc prétendant que «la Kabylie est occupée». Par ses agissements, le Maroc a voulu «faire le parallèle avec la demande algérienne de garantir au peuple sahraouie son droit à l'autodétermination» alors qu'il n'y a pas lieu de comparer ici vu que la question du Sahara Occidental est inscrite à l'ONU et il existe une mission onusienne chargée de l'organisation d'un référendum d'autodétermination au Sahara Occidental, a affirmé le diplomate tunisien.
Le Maroc qui voulait annexer la Mauritanie
Qui plus est, les Nations-Unies et la Cour internationale de justice de La Haye ont reconnu que le Sahara Occidental n'est pas un territoire marocain et appelé à un référendum d'autodétermination pour le peuple sahraoui, ce qui a été rejeté par le régime marocain qui a œuvré à modifier la structure de la population des territoires sahraouis.
Labidi est revenu sur «la marche verte» initiée par le défunt roi du Maroc Hassan II, et à laquelle avaient pris part 350.000 Marocains qui ont foulé le sol du Sahara Occidental, ajoutant que «nous savons tous que lorsque la Mauritanie a obtenu son indépendance, il y avait un grand désaccord entre la Tunisie et le Maroc qui voulait annexer la Mauritanie. La Tunisie était le premier pays à avoir reconnu l'indépendance de la Mauritanie».
L'ambassadeur tunisien a également souligné que «l'histoire du Sahara Occidental n'a rien à voir avec le Maroc, il s'agit d'un Etat autonome». «La reconnaissance par Donald Trump de la prétendue souveraineté marocaine sur le Sahara Occidental visait à perturber la région, et nous savons que le chargé du dossier MENA était son beau-fils juif, Jared Kushner, issu d'une famille riche qui soutenait, des décennies durant, l'établissement des colonies sur les territoires palestiniens occupés, lequel était derrière sa décision», a précisé l'analyste politique.

La reconnaissance de Donald Trump n'a aucune valeur internationale
M. Labidi a, par ailleurs, nié le fait que le Maroc ait subi du chantage pour normaliser ses relations avec l'entité sioniste, indiquant que «ce pays avait depuis longtemps des échanges secrets avec l'entité sioniste, et les hauts responsables de l'entité sioniste visitaient ce pays et entraient en consultation avec le Roi Hassan II. Et le Maroc a tiré profit de cette reconnaissance de l'Administration Trump en ce qui concerne le Sahara Occidental pour convaincre son peuple d'accepter l'ouverture d'une ambassade sioniste à Rabat». Et de soutenir que «même la reconnaissance de Donald Trump n'a aucune valeur au niveau international».
R. I./APS


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.