Une légende du Milan AC encense Bennacer    Burkina Faso - Malo : "Je ne vois pas pourquoi je devrais trembler face à l'Algérie"    "LE MAROC EST ALLE TROP LOIN..."    La Libye organise son premier forum sur la sécurisation des élections    "Notre monde est loin d'être parfait"    Cour de Blida : le verdict final dans l'affaire Hamel et Berrachedi rendu le 7 novembre    Détention provisoire prolongée pour Fethi Ghares    Zerouati en colère contre le bureau fédéral    Nadjib Amari rejoint officiellement le CR Belouizdad    Les syndicats de l'Education sceptiques    Un sujet d'une brûlante actualité    Deux ouvrages sur le 17 Octobre 1961 réédités en France    Tribunal de Sidi M'hamed : report au 15 novembre du procès de l'ancien ministre Mohamed Hattab    Salon national des arts plastiques Tikjda de Bouira : Un carrefour de rencontres intergénérationnelles    L'éthiopienne Gidey pulvérise le record du monde    L'Algérien Yacine Chalel 24e sur l'Omnium    «Empêcher les tenants de l'argent sale d'infiltrer les élections»    Le Royaume-Uni bat en brèche les thèses marocaines    Les deux vaccins recommandés par les spécialistes    Volaille et légumes en terrine    Cours de soutien : un phénomène qui prend de l'ampleur    Le Maroc menace le journal français l'Humanité    L'ALC demande que la présidence du Conseil souverain soit confiée à des civils    Intempéries dans la capitale : Une femme emportée par les crues, et une autre portée disparue    AG de l'UNAF : Amara élu vice-président    Projet de loi de finances 2022 : Le prix référentiel du baril fixé à 45 dollars    Barça : Koeman chahuté par les supporters après le Clasico (Vidéo)    Suppression des modalités de retard de paiement des cotisations: La CNAS lance une campagne de sensibilisation    Chlef: Les assurances du directeur de l'ANADE    Tebboune préside l'ouverture de l'année judiciaire: Accorder au pouvoir judiciairela place qui lui sied    Pain et imaginaire populaire    L'escalade du ciel et les contradictions    Du pain en temps de paix...    Il sera présenté les 16 et 17 novembre à l'institut Cervantès d'Oran: Un annuaire sur l'évolution de l'espagnol en Algérie durant les 30 dernières années    115 Listes de candidatures déposées    Le FLN a 67 ans    La faillite des agendas d'outre-mer    «Startupeurs, nous sommes avec vous»    Chasse aux dealers    Ce que risque le maire    Et si l'Algérie s'y mettait?    Plus d'une quinzaine de conférences et workshops y seront organisés.    Le jour où la Chine retrouva l'ONU    L'ambassadeur Sofiane Mimouni reçu par Antonio Guterres    "Nous ne parlons du salaire que par rapport au pouvoir d'achat"    La riposte de la rue...    Concert de musique chaâbie avec Hakim Bouzourene    Concours de la langue coréenne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Racisme vrai, supercherie de l'antisémitisme
Publié dans Le Soir d'Algérie le 02 - 09 - 2021

Dans les capitales occidentales souffle un vent qui risque de tout emporter avec lui. Oui ça craint. Pour les populations encore sous le joug de la domination étrangère. Pour tous ceux qui croyaient venu le temps de briser les chaînes de la servitude. En Afrique du Nord et au Moyen-Orient, des peuples sont dépossédés de leur terre, gîte et refuge ancestraux depuis toujours. Deux conflits mondiaux ne sont pas parvenus à faire de la guerre l'ennemi de l'humanité.
Le nazisme hitlérien, le fascisme mussolinien, les généraux de l'empereur japonais ont perdu leur pari d'imposer partout leur hégémonie. Au prix de millions de morts. Si l'Europe a été le principal théâtre des opérations armées des plus meurtrières, des suites de querelles qui les concernent exclusivement, les populations sous le joug colonial, mises à contribution espéraient, en retour de leurs sacrifices profiter de la liberté proclamée partout.
L'effondrement des empires coloniaux ne régla pas pour autant la question de la fin de la colonisation. Les négociations politiques, dans un cadre pacifique entre gens bien élevés, vont s'avérer être une supercherie. Les baroudeurs du FLN et ceux des partisans de l'Oncle Hô Chi Min finiront par comprendre l'inéluctabilité de la lutte armée. Croyant mettre à profit le génocide contre les populations juives, les indépendances acquises, une plus grande émancipation semblait aller de soi. Le souvenir des atrocités des deux guerres n'allait malheureusement pas signifier la fin de la discrimination et de la ségrégation. Elle touche jusqu'aux Etats – les puissants et les faibles. Cela est vécu comme un traumatisme et ces derniers veulent y mettre fin. C'est presque une gageure que de mener un combat qui se résume en protestations polies, civilisées.
Le recours aux Nations-Unies paraît judicieux ainsi lors du rejet et la condamnation de l'apartheid, forme la plus abjecte de la ségrégation. Bonne nouvelle, une conférence (dite de Duban, Afrique du Sud) de suivi contre le racisme a été instituée. Nada, rien n'en sortira ! Fin de non-recevoir, les Etats-Unis et l'Europe n'en veulent pas et la boycottent. Il n'y aura pas de nouvelle marche à la Martin Luther King, pour l'égalité et pour la fin des discriminations par la seule volonté des maîtres du monde lesquels s'inscrivent en porte-à-faux par rapport à leurs opinions publiques pétries d'humanisme. La raison invoquée est tout aussi surprenante qu'inquiétante. Les participants à la conférence, qui doit se tenir le 22 septembre prochain, nagent dans la confusion la plus totale confondant sionisme et antisémitisme.
L'Europe peut arguer de sa civilisation judéo-chrétienne pour rejeter cette rencontre pacifique, dans le fonds et dans la forme. Pour autant, elle trahit son sentiment de culpabilité à l'endroit des juifs de les avoir voués aux gémonies. Attaquer l'Etat usurpateur d'Israël serait de l'antisémitisme. Une façon de conjurer ses démons et faire amende honorable. Quelle lâcheté aussi de fermer les yeux sur les massacres quotidiens, empreints de la haine de l'Arabe (racisme pur et dur qui plus est encouragé par l'Etat) en Palestine. Que dire alors de juifs falashas, dont les femmes sont soumises à une contraception (stérilisation) forcée ? L'ostracisme qui frappe d'autres ethnies ? Antisémitisme ? L'on joue à la victime afin d'inverser les rôles ! Mais l'on fait chanter aux enfants juifs : «Un bon Arabe est un Arabe mort».
Brahim Taouchichet


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.