Curieuse réhabilitation de la candidature du mouhafedh FLN    La délégation algérienne refuse de s'asseoir derrière la délégation israélienne    Les opérateurs doivent déclarer leurs entrepôts avant le 30 novembre    L'huile de table plus chère    Lamamra appelle à la consolidation du processus politique    "Inefficaces et contre-productives", selon l'Algérie    "Le championnat se poursuivra durant la Coupe arabe des nations"    Les Sudistes à un pas de la qualification    L'Algérie toujours dans le top 5 africain    "HELIOPOLIS" À NOUVEAU SELECTIONNE POUR LES OSCARS    Lancement du colloque sur la carte linguistique de tamazight    Sarkozy au TPI, ça tarde    Qui, logiquement, arrose l'autre ?    BRÈVES...    Quel sort pour les APC sans candidats ?    L'Algérie avec la Libye et la Tunisie    Les Hamraouas surprennent les Sanafirs    Les syndicats préparent la riposte    Arrestation d'un voleur de bouteilles d'oxygène    L'article 184 du code électoral largement contesté    Le jeu malsain de Riyad    Quand Macron se remémore le blues des colonies !    Le qamouss, les mu'allaqât et l'incompétence paralinguistique !    Clôture en beauté de la première édition à Aïn-Séfra    EHU 1er - Novembre: Lancement d'une campagne de dépistage du cancer du sein    Vaccination anti-Covid: «La balle est dans le camp des citoyens»    Défis et espoir    Exportations hors hydrocarbures: Produits alimentaires et industries manufacturières à la traîne    Pouvoir d'achat divisé par deux en 10 ans    La Com en débat    Front de mer à Aïn El Turck: L'OPGI se mobilise pour la collecte des déchets    Course contre la montre à Blida    Washington lâche Rabat    Selma Haddadi désignée ambassadrice à Djouba    Le chef de la junte nomme 3 ministres et le SG du gouvernement    La Maison de la presse de Bouira baptisée Abdenour Merzouk    Le FFS rebondit    Que se passe-t-il au campus d'El Kseur?    La Coquette perd de son lustre    NAJDA se restructure    Benbahmed réaffirme les priorités du secteur    Incendie au complexe Tosyali    Les vérités des géants de la télécommunication    La tension monte    Lukaku a évité le pire    La démagogie comme mode d'emploi    Tizi ouzou rend hommage à ses fils    Appel à candidature    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le lait en sachet risque de disparaître des étals
LES LAITERIES PRIVEES EN CRISE
Publié dans Le Soir d'Algérie le 05 - 09 - 2021

Les transformateurs laitiers privés tirent la sonnette d'alarme. Faute d'une révision de leur marge bénéficiaire qui ne fait que s'affaiblir, le risque de la faillite aura certainement raison de leur industrie. Une situation qui induira d'ailleurs, une pénurie du sachet de lait sur le marché national dans les semaines à venir.
Rym Nasri - Alger (Le Soir) - La filière lait traverse des moments difficiles. La faillite guette les différents transformateurs laitiers privés à travers le territoire national. Pas moins de sept laiteries ont déjà franchi le pas et mis la clé sous le paillasson, alors que d'autres ne vont pas tarder à baisser rideau. La «très faible» marge bénéficiaire sur le lait subventionné par l'Etat a eu raison de leur activité. Toutes ces fermetures ne sont qu'une perte sèche pour l'économie nationale, se traduisant par la perte de milliers de postes de travail. Elles accentueront également la rareté du lait en sachet sur le marché national. D'autant que les quinze unités publiques de transformation de lait ne fournissent que 25% à 30% des besoins du marché national. «Le reste est couvert par les laiteries privées», précise-t-on.
Selon les transformateurs laitiers privés, les prix de tous les intrants ont considérablement augmenté, et ceux des charges également. Des hausses qui ont affecté leur marge bénéficiaire. «Nous ne pouvons pas continuer à travailler à perte. Le prix du sachet de lait est resté figé à 23,20 dinars depuis 2007, alors que nous perdons actuellement 4 dinars par sachet de lait», font-ils remarquer.
Ils évoquent également les crédits bancaires pour l'élevage qui sont «bloqués» auprès de la Banque de l'agriculture et du développement rural (Badr), et ce, depuis quelques mois, au moment où «toutes les laiteries sont noyées dans l'endettement».
Les transformateurs laitiers privés dénoncent, en outre, l'étrange attitude des départements de l'agriculture et du commerce qui ne font aucun cas de leurs revendications et ne se soucient guère de trouver des solutions à tous les problèmes que rencontre cette filière. Leurs nombreuses démarches afin de sensibiliser ces départements sur leur situation sont restées sans réponse.
«Nous avons rencontré il y a quelques mois, le ministre de l'Agriculture et celui du Commerce auxquels nous avons présenté un état des lieux détaillé, élaboré par des experts en économie, attestant que les transformateurs laitiers privés perdent 4 dinars par sachet de lait. Ils nous ont promis de s'atteler à régler ce problème mais, au final, rien n'a été entrepris. Les deux ministres ont été reconduits dans le nouveau gouvernement mais leurs promesses sont restées sans suite», déplorent-ils.
Livrés à eux-mêmes, les transformateurs laitiers privés interpellent ainsi le président de la République pour intervenir et sauver la filière lait et des milliers de postes de travail, et sauvegarder le pouvoir d'achat des ménages les plus fragiles.
Ry. N.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.