153 000 candidats en course    Le procès Hamel reporté au 24 novembre    Atmane Mazouz auditionné dans le fond    Des condamnations et des relaxes    Fethi Ghares, l'homme de gauche adroit    Un marché hebdomadaire pour les femmes à Boudjima    La Creg réunit les associations des consommateurs de l'Est    Alger ferme    L'Unep plaide pour la création d'une agence des participations de l'Etat    Le Soudan suspendu de toutes les activités    Christopher Ross épingle le Maroc    Lamamra fustige l'approche sécuritaire des Européens    JSK-ESS à l'affiche, le tenant du titre à l'épreuve du CSC    Ultimes révisions avant la finale Algérie-Burkina Faso    La foire des mots !    Stambouli touchera une indemnité de 20 000 euros    Des centaines de personnes sauvées par l'ANP    Le corps de l'avocat Zitouni Mehdi retrouvé    Les syndicats de l'éducation réclament du concret    Le roman Lettre d'un inconnu de Youssef Bendekhis primé    Une opportunité pour les jeunes réalisateurs algériens    Afghanistan : Le ministre fils du mollah Omar se montre pour la première fois    Des femmes luttent seules, en silence et sans moyens    Plus de 374 kg de viande blanche impropre à la consommation saisis    De la surfacturation à la sous-facturation !    Pour la plantation de 50.000 arbustes avant la fin de l'année: Lancement hier de la grande campagne de reboisement    Aïn El Kerma: Exhumation des restes de trois corps de martyrs    Reportage - Tiaret Sur les pas d'Ibn Khaldoun    Un ultimatum fixé à Solskjaer    Inauguration imminente    Le MDN organise un colloque historique    L'artisanat des idées    Quand les Algériens s'en mêlent    Gifles au Roi    Prolongation du couvre-feu jusqu'à fin 2021    La Baraka du baril    5 décès et 79 nouveaux cas en 24 heures    Enfin des logements pour les sinistrés    Cette patate qui menace la République    Tebboune procède à 4 nouvelles nominations    Tebboune présente ses condoléances    Suite et pas fin    «Préservons notre mémoire!»    «La vie d'après» en route    Un facteur de développement durable    "COMME UN MIROIR BRISE"    La distribution d'essence peine à redémarrer    Le rêve d'Ali Zamoum et de Kateb Yacine revisité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Palestine, Palestiniens
Publié dans Le Soir d'Algérie le 11 - 09 - 2021

Lord Balfour, secrétaire d'Etat britannique aux affaires étrangères durant la première Guerre mondiale, n'est plus que poussière mais le mal qu'il a fait aux Palestiniens d'hier et d'aujourd'hui est toujours vivace. Son initiative connue sous le nom «Déclaration Balfour de 1917» offrait un «foyer national pour le peuple juif» qui allait malheureusement se transformer en une entreprise criminelle d'expropriation et par extension de colonisation. L'Europe d'après-guerre, mortifiée par le remord du fait du sort qu'elle a fait subir aux juifs – parce qu'ils étaient juifs — cherchera à faire amende honorable, en 1947, à travers un plan de partage de la Palestine. Ce ne fut qu'un leurre car la chasse aux arabes déclenchée par les sionistes s'intensifiera à un rythme dément. Non, c'est toute la Palestine qu'ils veulent. Les trois guerres (1948-1967-1973) ne les stopperont pas, au contraire, elles seront utilisées comme prétexte à l'occupation d'espaces encore plus vastes. C'est la Nakba.
Les différentes résolutions de l'ONU ne serviront à rien. Nous le voyons très bien aujourd'hui que l'Etat sioniste a acquis une position de force qui lui permet de dicter sa loi. Sur son passage tout n'est que cendres, destructions et massacres des populations qui ont le tort d'être face à leur projet d'épuration ethnique pour le «Grand Israël». Dès lors, «un bon Palestinien est un Palestinien mort», c'est ce que scandaient récemment des écoliers israéliens au cours d'une manifestation. Au diable Camp David, les Accords d'Oslo. Tant et si bien qu'il faut croire que les revirements et les reniements des engagements structurent la doctrine de l'Etat sioniste. Feu Yasser Arafat l'aura compris à ses dépens, après de nombreuses concessions faites au négociateur, Ehud Barak, qui en voulait encore plus. «Vous voudrez aussi un striptease peut-être ?».
Dans les débris de la Palestine légués aux descendants, c'est soit la soumission absolue ou la prison. Les enfants de l'Intifadha choisiront le chemin de la dignité. L'évasion spectaculaire de six militants de leurs cachots est un exemple cinglant du refus d'abdiquer et de continuer la lutte. La télévision israélienne a commis involontairement un impair d'avoir montré leur lieu de détention dans des conditions inhumaines.
Hypocrisie et lâcheté de l'Europe devant le drame humain au quotidien de milliers de détenus palestiniens hommes, femmes et enfants. Des enterrés vivants ! Enfants et adolescents subissent les pires tortures. Il faut survivre à trois ou plus dans une cellule de 2x3 m comprenant aussi les toilettes. Devant tant de forfaitures, l'Etat sioniste roule sur du velours grâce à la complicité des pays de la démocratie et des droits de l'Homme... et les trahisons arabes. Oui, la Palestine est devenue leur mauvaise conscience. À tous.
Brahim Taouchichet


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.