CAN 2022 (dames) Victoire historique de l'Algérie face au Soudan (14-0)    le Barça peut oublier Sterling    Affaire Djabelkhir : procès reporté jusqu'à décision de la cour constitutionnelle    Cour d'Alger : le procès en appel d'Abdelghani Hamel reporté au 17 novembre    «Je suis contre le projet d'autoroutes à étages à Alger»    La Cour suprême approuve le pourvoi en cassation    Sonatrach ouvre des discussions sur les contrats gaziers    Un programme d'urgence pour atténuer l'impact du stress hydrique    Conférence internationale sur la protection sociale    Nouveau tir d'un missile balistique    Les "entorses" à la justice dans l'affaire Karim Tabbou    Le FFS en colère !    Douze ans après, Yahia Chérif de retour au RC Kouba    Paqueta augmente la charge de travail    Le Libyen Shuhoub Abdulbasit au sifflet    Quand les parents et les enfants jouent avec la mort    Raccordement de plus de 450 foyers au réseau d'électricité en deux mois    SmaIl Yefsah L'inoubliable voix    Ken Loach a opté pour "La Bataille d'Alger"    Constantine contredit Medaouar    Barcelone pour redémarrer, Manchester pour se rassurer    «La concurrence entre Sidi Salah et Doukha sera bénéfique pour l'équipe»    Grande rencontre sur la microentreprise    Branle-bas de combat chez les partis    Le Premier ministre confirme    Entre fermeture et menus réduits    Saisie de 6 263 unités de produits pyrotechniques    Astuces pour une meilleure visibilité    L'état d'exception : une dictature constitutionnelle ?    Dbeyba et ses alliés font tout pour se maintenir au pouvoir : Doutes sur les élections du 24 décembre en Libye    Editions Média-Plus. Ici, on noya les Algériens de Fabrice Riceputi : Silence, on tue des Algériens    Jaoudet Gassouma-écrivain, journaliste, plasticien, réalisateur et enseignant : «Mes sujets sont en quête de reconstruction et de résilience»    Une union truffée de non-dits    Filière lait: Les producteurs appellent à une solution concernant la marge bénéficiaire    Premier ministre: L'Algérie déterminée à accélérer les réformes structurelles    Hamdoullah dima la baisse !    Virée au Palais de justice    Neuf éditions déjà!    La nuit du pétard    Les pétards ont «mis le feu»    La face «cachée» du «Bâtiment»    La Tunisie sollicite l'aide de l'Algérie    L'armée française tue une femme pendant une poursuite    Les dirigeants unis contre l'enquête, pour maintenir l'impunité    Des émissaires de Sassou Nguesso en mission de «conciliation»    Belabed appelle à inculquer la lecture aux enfants    Documentaire sur la solidarité Algéro-Chilienne    Assia Djebar: le manuscrit inachevé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Pour une commission de suivi des projets
DEBATS PARLEMENTAIRES AUTOUR DU PLAN D'ACTION DU GOUVERNEMENT
Publié dans Le Soir d'Algérie le 16 - 09 - 2021

Lors des débats autour du plan d'action du gouvernement qui se sont poursuivis, hier mercredi dans leur troisième jour, des députés ont fait le plaidoyer pour une commission ministérielle chargée du suivi de la mise en œuvre de ce plan qui, n'ont-ils pas cessé de le ressasser, pèche par un manque de quantification des projets et des délais de leurs réalisations.
M. Kebci - Alger (Le Soir) - Ils étaient presque unanimes, les députés, avant-hier après-midi et hier mercredi dans la matinée, à mettre le doigt sur la problématique de la confiance qu'il faudra à tout prix rétablir entre le citoyen et les institutions, faute de quoi, affirment-ils, tout programme aussi ambitieux que celui que vient de présenter le Premier ministre et ministre des Finances, n'est pas certain d'avoir ses effets sur les populations.
Un plan d'action qui, par ailleurs, pèche, comme ne cessent de le soulever les députés, par un manque de chiffres en matière de quantification des projets et des délais de leurs réalisations ou encore le fait qu'aucune référence sur les sources de financement de ces projets n'est relevée. Ce pourquoi, d'ailleurs, leur plaidoyer pour la mise en place d'une commission d'inspection ministérielle chargée du suivi de la mise en œuvre dudit plan d'action à l'effet, expliquent-ils, de faire l'économie des fléaux du «laisser-aller» et de «l'arrêt des projets».
C'est ainsi qu'un député du front el Moustakbal a invité le gouvernement à «divorcer» d'avec les pratiques anciennes à l'origine, selon lui, de cette terrible perte de confiance du citoyen en les institutions de l'Etat. Entre autres pratiques néfastes, «les arrêts subits des projets non sans enveloppes financières affectées et des permis de réalisation», regrette-t-il.
Pour lui, le gouvernement «doit veiller à l'application de son plan sur le terrain en définissant les délais», plaidant dans la foulée, pour «la mise sur pied d'une commission d'inspection ministérielle composée de cadres compétents et chargée de mettre en œuvre ce plan à même de répondre aux aspirations du peuple et rétablir sa confiance en l'Etat». Autre intervention mais similaire préoccupation, celle liée à la «non-application des précédents plans du gouvernement sur le terrain, entraînant la perte de la crédibilité de l'Etat devant le citoyen qui attend la réalisation de plusieurs projets qui puissent améliorer sa vie», comme le souligne un autre député du FLN. Et d'appeler, à son tour, à une «commission chargée du suivi de la mise en œuvre du plan afin d'éviter les anciennes pratiques qui avaient des incidences négatives sur la vie publique».
Un autre député a mis, pour sa part, l'accent sur la nécessité d'une répartition équitable des projets selon les urgences de chaque région du pays et des priorités exprimées par leurs habitants.
Autre sujet évoqué par un député du Mouvement de la société pour la paix, Abdallah Harchaoua, la réouverture du dossier de la retraite dans le sens, selon lui, de permettre aux fonctionnaires et autres travailleurs ayant cumulé 32 ans et plus de service à pouvoir partir à la retraite avant l'âge légal y afférent. Il s'est également fait le défenseur des enseignants contractuels qu'il faudra, a-t-il estimé, confirmer dans leurs postes et ne pas se contenter de solliciter leurs services au besoin.
Un autre député du même parti s'est interrogé sur la capacité du nouveau gouvernement à honorer les nombreux engagements du président de la République encore en attente de concrétisation alors que celui-ci a déjà consommé deux ans de son mandat présidentiel.
Il faut préciser que les préoccupations locales ont prédominé, encore hier mercredi, dans les interventions des députés comme fut le cas lors des deux premiers jours.
Aussi, cette plénière de l'Assemblée populaire nationale a été caractérisée, comme au second jour, par une assistance clairsemée avec peu de députés présents à ces débats.
Des débats qui devraient être clôturés, hier soir avec les derniers intervenants sur la longue liste riche de 312 députés, avec pour ce jeudi, les réponses du Premier ministre et ministre des Finances aux préoccupations et autres remarques exprimées par les députés et, enfin, la séance du vote.
M. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.