CAN 2022 (dames) Victoire historique de l'Algérie face au Soudan (14-0)    le Barça peut oublier Sterling    Affaire Djabelkhir : procès reporté jusqu'à décision de la cour constitutionnelle    Cour d'Alger : le procès en appel d'Abdelghani Hamel reporté au 17 novembre    «Je suis contre le projet d'autoroutes à étages à Alger»    La Cour suprême approuve le pourvoi en cassation    Sonatrach ouvre des discussions sur les contrats gaziers    Un programme d'urgence pour atténuer l'impact du stress hydrique    Conférence internationale sur la protection sociale    Nouveau tir d'un missile balistique    Les "entorses" à la justice dans l'affaire Karim Tabbou    Le FFS en colère !    Douze ans après, Yahia Chérif de retour au RC Kouba    Paqueta augmente la charge de travail    Le Libyen Shuhoub Abdulbasit au sifflet    Quand les parents et les enfants jouent avec la mort    Raccordement de plus de 450 foyers au réseau d'électricité en deux mois    SmaIl Yefsah L'inoubliable voix    Ken Loach a opté pour "La Bataille d'Alger"    Constantine contredit Medaouar    Barcelone pour redémarrer, Manchester pour se rassurer    «La concurrence entre Sidi Salah et Doukha sera bénéfique pour l'équipe»    Grande rencontre sur la microentreprise    Branle-bas de combat chez les partis    Le Premier ministre confirme    Entre fermeture et menus réduits    Saisie de 6 263 unités de produits pyrotechniques    Astuces pour une meilleure visibilité    L'état d'exception : une dictature constitutionnelle ?    Dbeyba et ses alliés font tout pour se maintenir au pouvoir : Doutes sur les élections du 24 décembre en Libye    Editions Média-Plus. Ici, on noya les Algériens de Fabrice Riceputi : Silence, on tue des Algériens    Jaoudet Gassouma-écrivain, journaliste, plasticien, réalisateur et enseignant : «Mes sujets sont en quête de reconstruction et de résilience»    Une union truffée de non-dits    Filière lait: Les producteurs appellent à une solution concernant la marge bénéficiaire    Premier ministre: L'Algérie déterminée à accélérer les réformes structurelles    Hamdoullah dima la baisse !    Virée au Palais de justice    Neuf éditions déjà!    La nuit du pétard    Les pétards ont «mis le feu»    La face «cachée» du «Bâtiment»    La Tunisie sollicite l'aide de l'Algérie    L'armée française tue une femme pendant une poursuite    Les dirigeants unis contre l'enquête, pour maintenir l'impunité    Des émissaires de Sassou Nguesso en mission de «conciliation»    Belabed appelle à inculquer la lecture aux enfants    Documentaire sur la solidarité Algéro-Chilienne    Assia Djebar: le manuscrit inachevé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Benabderrahmane répond aux députés
Débat autour du Plan d'action du gouvernement
Publié dans L'Expression le 16 - 09 - 2021


Le débat sur le Plan d'action du gouvernement s'est poursuivi, hier, dans un hémicycle presque déserté par les députés. Au troisième jour du débat, les interventions des députés se sont focalisées sur les préoccupations d'ordre local. La séance de vote intervient après la clôture du débat prévu pour, aujourd'hui, avec l'intervention des présidents des six groupes parlementaires, qui sera suivie' par la réponse du Premier ministre aux préoccupations des députés. Il faut noter que quelque 312 députés se sont inscrits pour intervenir lors des débats. Si les cinq groupes parlementaires, à savoir, les indépendants, FLN, RND, Front El Moustakbel et le mouvement El Bina ont annoncé leur soutien au Plan du gouvernement, le groupe parlementaire du MSP se dirige soit vers l'abstention ou le boycott de la séance de vote. Ce dernier a émis un certain nombre de réserves dans la forme et dans le fond. L'un des députés de cette formation islamiste, Mohamed Bouchama, a indiqué, hier, que «ce Plan d'action ressemble en tous points de vue aux précédents». «Sur fond d'absence d'un consensus politique, l'Algérie vit au rythme d'une crise politique, économique et sociale profonde, d'épuisement de maigres ressources financières, d'une pauvreté rampante, d'une explosion du chômage», a-t-il soutenu, rappelant que «les enseignants contractuels attendent d'être recrutés, tandis que les employés dans le cadre du filet social continuent à percevoir 5 000 dinars par mois». «Ce plan, qui se résume à des généralités, n'est pas évaluable», a-t-il souligné. «Aussi paradoxal que cela puisse paraître, le gouvernement qui s'engage à mener des réformes structurelles à travers son Plan d'action, a omis d'établir le bilan du plan précédent». Il a insisté, par ailleurs, sur «la nécessité de définir les ressources de son financement et les délais précis pour la mise en oeuvre du Plan d'action du gouvernement». Le député Messaoud Kasri du même parti, a également relevé «le manque de calendrier et de chiffres permettant d'en assurer un véritable suivi de sa réalisation sur le terrain». Le député Yahi Ali issu des indépendants abonde dans le même sens, déplorant l'absence de délais et la source de financement dans ce plan». Pour sa part, le député du FLN, Ali Djellouli, a salué «le contenu dudit plan», tout en insistant sur «l'impératif de donner des garanties pour sa mise en oeuvre et sur la mise en place d'une commission qui se chargera du suivi de sa concrétisation effective sur le terrain». Les revendications sociales ont dominé les interventions. Dans ce contexte, le député Abderrahmane Salhi du Front El Moustakbel a plaidé pour une hausse des salaires au regard de la dévaluation de la monnaie nationale et la hausse vertigineuse des prix des produits de première nécessité. Il a appelé,en outre, à «la révision à la hausse de la grille des salaires et du Salaire national minimum garanti (Snmg)». Le député, Didiche Zine Labidine du Front El Moustakbel a, quant à lui, plaidé pour la réactivation de la Bourse d'Alger et la réforme du système bancaire. Il a aussi insisté, par ailleurs, sur la nécessité de définir des délais précis pour la mise en oeuvre de ce plan. D'autres députés ont appelé à «la création d' une commission chargée du suivi de la mise en oeuvre du plan afin d'éviter les anciennes pratiques». Ils ont relevé, dans ce sens, «le problème de la non - application des précédents plans du gouvernement sur le terrain, entraînant la perte de la crédibilité de l'Etat devant le citoyen qui attend la réalisation de plusieurs projets qui puissent améliorer sa vie».

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.