«Je suis contre le projet d'autoroutes à étages à Alger»    La Cour suprême approuve le pourvoi en cassation    Les "entorses" à la justice dans l'affaire Karim Tabbou    Enfin libre    Sonatrach ouvre des discussions sur les contrats gaziers    Un programme d'urgence pour atténuer l'impact du stress hydrique    Conférence internationale sur la protection sociale    Nouveau tir d'un missile balistique    Douze ans après, Yahia Chérif de retour au RC Kouba    Paqueta augmente la charge de travail    Le Libyen Shuhoub Abdulbasit au sifflet    Quand les parents et les enfants jouent avec la mort    Raccordement de plus de 450 foyers au réseau d'électricité en deux mois    SmaIl Yefsah L'inoubliable voix    Ken Loach a opté pour "La Bataille d'Alger"    Grande rencontre sur la microentreprise    Constantine contredit Medaouar    Les Algériennes pour prendre option    Barcelone pour redémarrer, Manchester pour se rassurer    La colère du FFS    Astuces pour une meilleure visibilité    Le Premier ministre confirme    Entre fermeture et menus réduits    Saisie de 6 263 unités de produits pyrotechniques    L'état d'exception : une dictature constitutionnelle ?    Branle-bas de combat chez les partis    Dbeyba et ses alliés font tout pour se maintenir au pouvoir : Doutes sur les élections du 24 décembre en Libye    Editions Média-Plus. Ici, on noya les Algériens de Fabrice Riceputi : Silence, on tue des Algériens    Jaoudet Gassouma-écrivain, journaliste, plasticien, réalisateur et enseignant : «Mes sujets sont en quête de reconstruction et de résilience»    Premier ministre: L'Algérie déterminée à accélérer les réformes structurelles    Une union truffée de non-dits    JS Kabylie: Toujours les mêmes ambitions    Filière lait: Les producteurs appellent à une solution concernant la marge bénéficiaire    Hamdoullah dima la baisse !    Des rejets «excessifs et arbitraires»    La Tunisie sollicite l'aide de l'Algérie    L'armée française tue une femme pendant une poursuite    Neuf éditions déjà!    La nuit du pétard    Les pétards ont «mis le feu»    Les dirigeants unis contre l'enquête, pour maintenir l'impunité    Des émissaires de Sassou Nguesso en mission de «conciliation»    Les clubs déclarent la guerre à Newcastle    Virée au Palais de justice    La face «cachée» du «Bâtiment»    Belabed appelle à inculquer la lecture aux enfants    Documentaire sur la solidarité Algéro-Chilienne    Assia Djebar: le manuscrit inachevé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Avis contrastés sur le déroulement de la rentrée scolaire
Tizi-Ouzou
Publié dans Le Soir d'Algérie le 23 - 09 - 2021

Intervenant dans une situation particulière, caractérisée par la persistance de la crise sanitaire et la rareté de l'eau, ainsi que par les conséquences des incendies du mois d'août dernier qui ont causé des dommages à une quarantaine d'établissements, la rentrée scolaire 2021-2022 s'est déroulée dans des conditions diversement appréciées par les acteurs concernés.
À commencer par les autorités qui ont exprimé leur satisfaction en assurant que toutes les dispositions ont été réunies pour l'accueil des élèves au niveau de toutes les structures éducatives de la wilaya.
Un constat optimiste réitéré, hier, par le wali de Tizi-Ouzou qui a donné le coup d'envoi officiel de la rentrée scolaire au niveau de la wilaya à partir de la ville côtière d' Azeffoun (une quarantaine de km de Tizi-Ouzou) où il a procédé à l'inauguration du nouveau lycée de la ville.
Annonçant d'autres inaugurations dont deux lycées et deux CEM, Djillali Doumi a déclaré que les établissements scolaires qui sont au nombre de 42 touchés par le feu ont tous été réhabilités. Ce qui permet ainsi aux élèves concernés d'effectuer leur retour normal dans les classes. Le même message a été délivré, la veille, par le premier responsable du secteur de l'éducation.
« La rentrée scolaire 2021-2022 se présente sous de bonnes auspices », a annoncé lors de son intervention dans une émission spéciale de la Radio locale. «Tous les moyens nécessaires ont été mis en place pour assurer un bon début de rentrée scolaire», poursuivra-t-il non sans soulever la difficulté liée au problème de la disponibilité, pénurie oblige, de l'eau potable qui risque de peser dans l'application stricte du dispositif relatif au respect du protocole sanitaire anti-Covid-19.
La solution préconisée consistant au recours aux citernes et aux bâches d'eau par les directeurs d'écoles avec l'aide des APC n'a pas eu le fonctionnement attendu. Une difficulté qui s'est posée, hier, au niveau de quelques écoles, obligeant les responsables de ces établissements scolaires à libérer les élèves, à 12h, en attendant d'apporter les solutions appropriées, selon M. Meziani, coordinateur du Satef pour la wilaya de Tizi-Ouzou.
La mise en place du dispositif sanitaire s'est heurtée, dans de nombreuses écoles, à l'absence ou à l'insuffisance des produits de protection anti-Covid (gel), nous informe de son côté, une déléguée du même syndicat.
Ce problème a été soulevé par les directeurs des établissements d'enseignement moyen qui ont manifesté sous la bannière de leur syndicat, la Coordination nationale autonome des directeurs de l'enseignement moyen (Cnadem), le 14 septembre dernier et, hier encore, devant la Direction de l'éducation pour alerter sur l'impossibilité de mettre en application le protocole sanitaire décidé par la tutelle. Sur les ondes de Radio Tizi-Ouzou, le secrétaire général de la coordination locale de la Cnadem estime qu'il avait déjà alerté sur l'impossibilité de faire respecter le protocole sanitaire compte tenu des conditions draconiennes imposées par la tutelle. «20 % des CEM de la wilaya ne sont pas alimentés en eau potable depuis plus d'un mois», dira le syndicaliste qui signale un manque important de tables et de chaises au niveau de nombreux CEM, dont «une vingtaine n'ouvriront pas leurs cantines à cause de blocages financiers», ajoutera le délégué syndical des DEM déplorant «une rentrée scolaire extrêmement difficile» au niveau des collèges d'enseignement moyen. «Nous demandons la venue d'une commissin d'enquête ministérielle pour s'enquérir de la situation sur laquelle nous avons alerté la tutelle depuis le mois de juin dernier», dira-t-il non sans dénoncer «une gestion catastrophique des CEM de la part du premier responsable du secteur qui fait preuve d'une fuite en avant en ne répondant pas à nos diverses interpellations», signale, enfin, le représentant de la Cnadem.
Signalons que 125 000 élèves, tous paliers confondus, ont effectué, hier, leur rentrée des classes, à l'exception des élèves de l'école Abizar-Saïd de Timizart, en raison de la non ouverture de la cantine.
Idem pour les élèves du lycée El-Khansa du chef-lieu de wilaya dont l'établissement est en cours de réhabilitation pour cause de vétusté.
Les parents d'élèves exigent la mise à la disposition des élèves de la totalité des locaux du CFPA de la ville qui a été mis à leur disposition, en application d'un accord interministériel, pour reprendre leurs classes.
Aïn-El-Hammam
La circulation interrompue sur la RN15 suite à l'accumulation de boue et d'autres agrégats
Suite à l'accumulation de boue et d'autres agrégats véhiculés par les fortes précipitations de ce mardi, la circulation automobile a été interrompue, sur la RN15, à hauteur du village Aït-Sidi-Ahmed situé à quelques encablures de Aïn-el-Hammam, apprend-on dans un communiqué de la Protection civile diffusé en début de soirée. Les pompiers de l'unité de l'ex-Michelet et les agents des services communaux de l'APC de la même ville sont intervenus, pour déblayer la chaussée et permettre au trafic routier de reprendre son cours normal. Le phénomène est, vraissemblalement, la conséquence des incendies du mois d'août dernier qui ont parcouru les terrains situés en amont.
Des amas de boue et de pierres provenant de l'érosion des sols provoquée par la force des eaux pluviales ont obstrué la route bloquant de nombreux véhicules circulant entre Aïn-el-Hammam et Larbaâ-Nath-Irathen.
S. A. M.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.