Real : Rüdiger est la priorité défensive    L'Algérie pour écrire son nom sur les tablettes de l'épreuve    Lionel Messi au septième ciel du football à Paris    Festivals du court-métrage d'Annaba et «Cinemana du film arabe» d'Oman    "EDEX-2021" du Caire : Said Chanegriha reçu par son homologue égyptien    Opep+ œuvrera à préserver l'équilibre du marché dans le contexte des craintes du variant Omicron    Elections locales: le FLN arrive en tête avec 5978 sièges    La vague de normalisation "se brisera contre la position authentique de l'Algérie"    Raffinerie de Skikda : une flamme derrière l'incident survenu mardi    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie en Ouganda    Benabderrahmane: la rupture avec les anciennes pratiques impossible sans des médias forts et objectifs    Covid-19: la pandémie a fait au moins 5.206.370 morts dans le monde    Séance de travail Lamamra-Wang Yi à Dakar    (EXCLUSIF) Noureddine Tayebi (fondateur de "Yassir"): « ce n'était pas une mince affaire »    Monoxyde de carbone : 95 décès depuis le début de l'année    Le rôle pionner de l'APS dans l'accès du citoyen à l'information mis en exergue    Sebgag dépêché en urgence à Oran    Plus de 200 investisseurs mis en demeure en 2021    Sellal acquitté et Rahiel condamné à 3 ans de prison    La campagne nationale de vaccination lancée    Plusieurs axes routiers bloqués par la neige    Vers le dénouement de la crise ?    Une bureaucratie en remplace une autre !    Les nouvelles technologies au secours de la culture    "Fahla , l'audace dans la langue algérienne"    Le Sénégal souhaite un soutien de Pékin au Sahel    Le Maroc et Israël main dans la main contre l'Algérie    11 entraîneurs européens présents au Qatar    10 000 hectares réservés à la céréaliculture à El-Ménéa    L'article 29 à la carte !    Report du procès de l'ancien wali de Djelfa    «L'Algérie se considère actuellement comme un Etat en confrontation avec l'entité sioniste»    La cérémonie officielle, vendredi prochain, à Paris    Une bonne nouvelle peut cacher un film    ACTUCULT    Compliqué pour la Saoura, jouable pour la JSK    Deuxième succès des Algériennes face à la Tunisie    Prévue le 7 décembre: Grève annoncée à la Santé    Les rejets anarchiques prennent de l'ampleur: 720 tonnes de déchets inertes collectées en trois jours    «La faiblesse des flux Internet fausse tout»    Les spéculateurs ont la peau dure    Assommants cachets...    «L'Algérie ne renoncera pas!»    Le monde vu par El Moudjahid    Une ville cruciale dans la guerre au Yémen    Un cas unique de corruption    Kamel Aziz «l'héritier de Amar Ezzahi»    Les orphelins de la vallée de la Soummam    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le prince écolo et la biodégradabilité des corps !
Publié dans Le Soir d'Algérie le 26 - 10 - 2021

- Dis ! Toi qui sais tout ! Que risquent les spéculateurs qui stockent illégalement des denrées de première nécessité dans des hangars ?
- Direct-Nichen, mandat de... dépôt ! Une mise au... frais, quoi !
- ???
Voilà ! Tout de suite les critiques ! L'Algérie vient de participer, deux jours durant, à un sommet sur l'environnement, et hop ! Ici, des voix s'élèvent pour dire « non ! Il ne fallait pas y aller ! ». En vertu de quoi Aïmene Benabderrahmane, le Premier ministre, ne devait pas prendre part à cette rencontre sur l'environnement et la préservation de la planète ? Ah ! Parce qu'elle s'est tenue à Riyadh, la capitale saoudienne ? Parce que ce pays s'en est pris à nous violemment, en termes peu amènes et a fait des câlinous et des bisous partout à Momo 6 ? M'enfin ! C'est ridicule ! Il faut grandir les amis ! L'Arabie Saoudite est en droit de parrainer, d'organiser, voire de réussir un sommet régional sur l'environnement. Eh ouais ! Parce que l'Arabie Saoudite, quoi qu'en pensent des attardés comme nous, est très en avance en matière d'environnement. Je dirais même plus, très très en avance. Et dans des secteurs, des segments de l'environnement et de l'écologie où d'autres, même des nations dites hyper-développées sont très très en retard. Si, Môssieur ! L'Arabie Saoudite, enaâm ! Les chercheurs dans ce royaume sont devenus une référence. Un exemple envié, parfois jalousé, mais rarement copié, parce que très difficile à imiter, délicat, très délicat comme process et demandant des moyens humains et financiers d'un genre particulier. Les « Frères saoudiens » sont les maîtres en traitement des biodégradables. C'est leur truc ! Leur spécialité. Leur dada. Ils sont les leaders mondiaux en matière de biodégradabilité des corps ! Tu leur donnes un corps, n'importe quel corps, un corps dont tu veux te débarrasser, parce que polluant ton environnement de quiétude et de « sousta », tu leur dis « je ne veux plus voir ça ! Je souhaite m'en délester sans que ça laisse de traces ». Et eux, les Saoudiens, ils s'en chargent ! Bon, c'est vrai que ça coûte un bras, ce genre d'opérations ! Parfois deux, voire les jambes et les restes, mais c'est du boulot de pros ! Et ils vont même jusqu'à assurer le service après-vente. Auprès de ces autres grands défenseurs de l'environnement que sont les Etats-Unis ! En économie de l'environnement, ça s'appelle un « cycle complet » ! Je fume du thé et je reste éveillé, le cauchemar continue.
H. L.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.