L'Algérie et l'Egypte conviennent de renforcer le partenariat et le jumelage interuniversitaire    Covid-19: suspension des cours dans les structures d'enseignement coranique pour 10 jours    Coronavirus: 400 cas du variant Omicron enregistrés en Algérie    EN: le constat sans appel de Belmadi    Suspension des cours dans les structures d'enseignement coranique pour 10 jours    L'impunité dont jouit l'occupant marocain aggrave la souffrance des Sahraouis    Coronavirus: 1.552 nouveaux cas, 656 guérisons et 10 décès    Le respect des mesures barrières et la vaccination, armes efficaces contre la propagation de la Covid-19    L'Otan est en train d'envahir l'Ukraine, selon Moscou    La CAPC exprime son "entière satisfaction"    Les opérateurs demandent la révision de la loi    Ghorbal et Etchiali retenus pas la FIFA    Le RCK et la JSBM champions d'hiver    Infondées et irrecevables dans la forme    LE PRIX DU PETROLE EN HAUSSE CONTINUE    Khalida Toumi, une femme à bout...    Le Mali veut réviser ses accords de défense avec la France    Plusieurs personnes arrêtées    Un «système de dissuasion» à Melilla et Ceuta pour contrer les menaces du Maroc    CAN 2021 : Fin de la préparation pour le choc face à la Côte d'Ivoire. Place au match !    Voile : l'équipe nationale de Bic-Techno en stage à Alger    Nabil Sadou, premier libéré    Le procès en appel de Hamel reporté au 9 février    Le procès de l'ancien wali Abdelwahid Temmar reporté au 27 janvier    503 dossiers de candidature déposés    Débat ouvert sur la situation au Moyen-Orient et en Palestine    Une bande de malfaiteurs spécialisée dans le vol de pièces détachées démantelée    Plus de 80 auteurs maintenus au concours littéraire Mohammed-Dib dans sa 8e édition    La pièce Habibi : une synergie à trois voix pour dénoncer les violences de genre    Ouverture des Journées du chant andalou en hommage à Abderrezak Fakhardji    La politique contre la ville ?    Hassan Kacimi: «Etre attentif à ce qui est en train de se produire autour de nous»    Covid-19 chez les enfants: Près de 170 cas dépistés en 1 mois    Les familles exclues du relogement du bidonville «Es-Sebkha»: La daïra d'Es-Senia publie les résultats des recours    Tlemcen: Le cri d'alarme d'un chef de service et les assurances du DG du CHU    La CNAS lance une campagne de sensibilisation: 15.000 déclarations annuelles sur les salaires déposées depuis le début de l'année    L'argent, il faut qu'il nous serve, qu'il serve l'économie. Pour cela, il est urgent de le remettre à sa place !    Bethioua, Mers El-Hadjadj, Aïn El-Bia et Misserghine: Quatre mini-zones d'activités en cours de réalisation    Les êtres qui montrent le chemin    Isabelle Eberhardt: Après une vie courte et émouvante, c'est une ironie du sort que de mourir noyée dans le désert    2022 : l'année de la révolte des peuples opprimés ?    Journée d'étude sur la relation entre la justice et la presse    La grève des avocats paralyse les tribunaux    L'OTAN vante les mérites de l'Algérie    Les arguments du ministère    Fatsah Chibane ressuscité    «Insurrection de 1871 : le Centenaire oublié»    Si Mohand u Mhand subjugue le public d'Akbou    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le syndrome de Stockholm à Bamako
Publié dans Le Soir d'Algérie le 11 - 11 - 2021

Après 4 années de détention au nord du Mali entre les mains du groupe djihadiste Jamaat Nosrat al-islam wal-muslimin, la Franco-suisse Sophie Pétronin, une travailleuse humanitaire de 76 ans, était délivrée en octobre 2020 en contrepartie de la remise en liberté de plus de 200 djihadistes, et sans doute, dit-on, moyennant rançon.
Une année plus tard, on la retrouve au pays de ses ravisseurs où elle est entrée clandestinement en mars, plusieurs demandes de visas lui ayant été refusées, après un périple digne d'une séquence à la James Bond. Voilée la plupart du temps, changeant de bus à la barbe de la gendarmerie malienne pour ne pas être repérée, à califourchon sur des motos taxis, la « vieille dame indigne », du moins aux yeux du gouvernement Macron, fait un pied-de-nez aux autorités françaises autant que maliennes. Accusée d'irresponsabilité par le porte-parole du gouvernement français « vis-à-vis d'elle-même » mais aussi « de la sécurité de nos militaires », vilipendée par une partie de la classe politique française, Mariam – son nom de conversion à l'islam – revendique son droit d'aller et venir sans plus se soucier des intérêts géostratégiques des puissants.
D'ailleurs, à peine libérée, elle faisait déjà état de son intention de retourner au Mali où elle se sentait chez elle, auprès de sa fille adoptive, une jeune Malienne, taxant ses ravisseurs de « groupes d'opposition armée au régime » plutôt que de djihadistes. Elle affirmait, par ailleurs, avoir transformé sa détention en retraite spirituelle.
Syndrome de Stockholm réactualisé en syndrome de Bamako ? Elle résiderait aujourd'hui dans la capitale malienne sous la protection, dit-on, de l'imam Mahmoud Dicko, un influent religieux salafiste.
Tandis que la septuagénaire est recherchée par les forces maliennes chargées de l'appréhender pour « la conduire sous bonne escorte » à... Bamako – où elle se trouve déjà —, celle-ci ne demande qu'une chose, le droit à l'oubli.
A. T.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.