Un premier bilan fait 26 morts    Fin de mission pour les administrateurs    Afrique nous voilà!    La recherche scientifique est la seule voie    «Le bien-être individuel est lié à l'action collective»    Incorrigible Makhzen!    «Il reproduit les pratiques des groupes terroristes»    La presse marocaine prend le relais    Algérie-Brésil en France?    Lagraâ veut partir    Deux nouvelles médailles en judo    La justice rouvre de nombreux dossiers    Le Maroc c'est toujours... kif-kif    «Il faut revoir la gestion des ports de pêche»    «Raïssouni se trompe de cible»    Demain, l'ascension d'Azrou N'Thor    «Décoloniser la préhistoire algérienne»    Vingt-six foyers d'incendies enregistrés à travers neuf wilayas du pays    Tiaret: réalisation prochaine de deux stations pour améliorer les prestations en matière d'électricité    Tebboune présente ses condoléances    L'Algérie a joué un rôle pionnier dans l'appui aux mouvements de libération dans plusieurs pays africains (Djoudi)    Soixantenaire de l'Indépendance: une cérémonie littéraire au Palais de la Culture à l'occasion de la Journée nationale de la poésie    Congrès de la Soummam (Bejaia), un moment décisif sur le chemin de la victoire    Jeux de la Solidarité Islamique 2022 / Kick-boxing : l'Algérie décroche trois médailles de bronze    La commission de la fatwa du ministère des Affaires religieuses condamne les propos provocateurs de Raïssouni contre l'Algérie    Décès du caricaturiste Benaouda Taouche    Envoi d'aides humanitaires au Sénégal suite aux inondations dans ce pays    Voile / Championnat de Tunisie : l'Algérie présente avec treize athlètes    Karaté / Jeux de la solidarité islamique : l'Algérie en bronze par équipes dames    Quatre éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés en une semaine    Céréaliculture: rappel aux producteurs l'obligation de livrer leurs récoltes aux CCLS    Ronaldo fait une promesse pour dans quelques semaines    Clôture du 11e Festival culturel chaâbi    Rentrée 2022-2023: La liste des fournitures scolaires connue    Comme une pilule de suicide !    Guelma: 31 blessés dans deux accidents de bus    Des Verts sans clubs: Une autre difficulté pour Belmadi    Nouvelle recomposition du pouvoir mondial: Impacts des tensions géostratégiques et poids des BRICS    Des partis algériens dénoncent: Nouvelle provocation marocaine    Solution factice    Incendie à la zone industrielle de Skikda: Un des trois blessés succombe    Plastique, composants et emballages inscrits dans la durée    Tlemcen: Un saut dans l'histoire    Inondations au Soudan: L'Algérie présente ses condoléances    15 pays y prennent part    Le ministère la culture la célèbre en août    Saïd Chanegriha prend part par visioconférence à la 10e Conférence internationale sur la sécurité    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès du Pérou    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le syndrome de Stockholm à Bamako
Publié dans Le Soir d'Algérie le 11 - 11 - 2021

Après 4 années de détention au nord du Mali entre les mains du groupe djihadiste Jamaat Nosrat al-islam wal-muslimin, la Franco-suisse Sophie Pétronin, une travailleuse humanitaire de 76 ans, était délivrée en octobre 2020 en contrepartie de la remise en liberté de plus de 200 djihadistes, et sans doute, dit-on, moyennant rançon.
Une année plus tard, on la retrouve au pays de ses ravisseurs où elle est entrée clandestinement en mars, plusieurs demandes de visas lui ayant été refusées, après un périple digne d'une séquence à la James Bond. Voilée la plupart du temps, changeant de bus à la barbe de la gendarmerie malienne pour ne pas être repérée, à califourchon sur des motos taxis, la « vieille dame indigne », du moins aux yeux du gouvernement Macron, fait un pied-de-nez aux autorités françaises autant que maliennes. Accusée d'irresponsabilité par le porte-parole du gouvernement français « vis-à-vis d'elle-même » mais aussi « de la sécurité de nos militaires », vilipendée par une partie de la classe politique française, Mariam – son nom de conversion à l'islam – revendique son droit d'aller et venir sans plus se soucier des intérêts géostratégiques des puissants.
D'ailleurs, à peine libérée, elle faisait déjà état de son intention de retourner au Mali où elle se sentait chez elle, auprès de sa fille adoptive, une jeune Malienne, taxant ses ravisseurs de « groupes d'opposition armée au régime » plutôt que de djihadistes. Elle affirmait, par ailleurs, avoir transformé sa détention en retraite spirituelle.
Syndrome de Stockholm réactualisé en syndrome de Bamako ? Elle résiderait aujourd'hui dans la capitale malienne sous la protection, dit-on, de l'imam Mahmoud Dicko, un influent religieux salafiste.
Tandis que la septuagénaire est recherchée par les forces maliennes chargées de l'appréhender pour « la conduire sous bonne escorte » à... Bamako – où elle se trouve déjà —, celle-ci ne demande qu'une chose, le droit à l'oubli.
A. T.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.