Clôture des travaux de la 8e session de la Grande commission mixte algéro-égyptienne    Migrants tués par la police marocaine : le chanteur nigérian Seun Kuti annule un concert au Maroc    Boughali propose la création d'un mécanisme diplomatique préventif de soutien à la sécurité internationale    Mostaganem: le moudjahid Djelloul Benderdouche n'est plus    Le Président Tebboune reçoit la PDG de la compagnie américaine "Occidental Petroleum Corporation"    Goudjil appelle les Algériens à resserrer les rangs et à adhérer à l'initiative du Président de la République    PAP: Abdelmadjid Azzedine élu président du Groupe géopolitique de l'Afrique du Nord    JM/handball/ dames Gr.B : le point après la 1re journée    JM/ Tennis de table: Bouloussa éliminé en quart après un parcours honorable    Pétrole: l'Algérie augmentera sa production de pétrole de 16.000 b/j en août    Infirmières agressées à Beni Messous: le suspect placé en détention provisoire    La mission de l'ONU au Mali prolongée d'un an    Sonelgaz: l'exportation de l'électricité s'effectue quotidiennement    JM: tableau des médailles    Grâce au nouveau gisement de gaz: L'Algérie pourra honorer ses nouveaux engagements d'exportation    L'ennemi n'est-il plus le même ?    L'enjeu des Jeux    L'art subtil du mensonge face aux enjeux de vérité: De la stratégie de l'araignée à la politique de l'autruche (1ère partie)    Affaires religieuses: l'Aïd El Adha célébré le samedi 9 juillet    En attendant des solutions adaptées: 600.000 élèves quittent les établissements scolaires chaque année    22 carrières enveniment le quotidien des habitants de Sidi Ben Yebka: Des élus locaux réclament un changement de l'itinéraire des camions    Cinq personnes arrêtées: Démolition de constructions illicites à Haï Ellouz    L'AUBAINE DU GAZ    L'Algérie pouvait-elle mieux faire ?    Sidi Bel-Abbès: Le Festival international de danse populaire de retour    Les noms de lieux : grands témoins d'une culture plurilingue    Galtier s'est mis à dos le vestiaire niçois    JM : ouverture de journées du théâtre méditerranéen    Darradji va coûter cher au club    Fin d'aventure pour les Algériens    Les contractuels maintiennent la pression    Guterres appelle à des efforts pour désamorcer les tensions    Au moins 22 terroristes neutralisés dans le sud-ouest    Les Parlements rivaux tentent l'alibi    Alger rebat les cartes    La grande vadrouille    Ooredoo au chevet des démunis    À qui profitera l'Aïd?    «Les guerres hybrides ont aboli les frontières»    Comment reconstituer le front intérieur    Les vertus de la communication interactive    Une autre victoire pour l'Algérie    Kessié en salle d'attente    Adam et les amours contrariés    Voyage à travers l'histoire des monnaies anciennes    L'Algérie à l'écran    Justice: Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Soheir El Bably, une grande figure du théâtre égyptien
Elle a joué notamment dans Madrassat el mouchaghibine
Publié dans Le Soir d'Algérie le 24 - 11 - 2021

La comédienne et actrice de cinéma Soheir El Bably, décédée dimanche dernier au Caire à l'âge de 86 ans, est une figure incontournable de l'âge d'or du cinéma et du théâtre égyptiens qui a cumulé plus de soixante ans de carrière artistique.
On se rappelle de Soheir El Bably comme d'une icône des planches égyptiennes.
Son histoire d'amour avec le théâtre avait en effet commencé très tôt lorsqu'elle rejoint l'Institut des arts dramatiques une fois son bac obtenu, et ce, malgré la farouche opposition de sa famille, excepté son père qui fut son meilleur soutien. Elle étudie également la musique au conservatoire.
Très vite, Soheir El Bably devient l'une des comédiennes les plus appréciées du théâtre national égyptien, rivalisant ainsi avec ses aînées dont la renommée n'était plus à faire à l'instar de Amina Rizk et Sanaa Djamil. Elle s'est en effet distinguée dans des pièces hautement politiques et des rôles hauts en couleur, marqués par un caractère rebelle et irrévérencieux, à l'image de l'actrice.
Parmi ses personnages cultes, le public se souvient jusqu'à aujourd'hui, y compris en Algérie, de sa prestation dans la pièce Raya et Sakina (1985) librement inspirée de l'histoire de ces deux sœurs tueuses en série dans l'Alexandrie du début du XXe siècle. Elle incarne également une institutrice impassible dans l'indémodable Madrassat el mouchaghibine (1973) aux côtés de Adel Imam, Younes Chalabi, Ahmed Zaki et Saïd Salah.
En outre, elle campe le rôle principal dans la pièce Sur le trottoir (1987), la célèbre satire politique signée Djalal Charkaoui, restée à l'affiche durant deux ans malgré le refus d'autorisation de la commission de censure. Moins éclatant que sa carrière sur les planches, son parcours cinématographique renfermait néanmoins quelques pépites à l'instar de Nuit de miel (1990) de Mhamed Abdelaziz, L'arrestation de Bakiza et Zaghloul (1988) du même réalisateur, Une histoire égyptienne (1982) de Youcef Chahine, etc.
Soheir El Bably finit néanmoins par quitter le milieu artistique et porter le voile en 1997, avant d'y revenir en 2005. Atteinte de diabète et de problèmes hépatiques, elle sera de nouveau contrainte de se retirer jusqu'à son décès dimanche dernier des suites d'un coma diabétique.
L'annonce de sa disparition a charrié une déferlante d'hommages sur les réseaux sociaux et les médias.
À la fois exigeante et populaire, elle incarnait pour beaucoup l'une des dernières figures de l'âge d'or du théâtre égyptien et arabe.
Sarah H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.