Clôture des travaux de la 8e session de la Grande commission mixte algéro-égyptienne    Migrants tués par la police marocaine : le chanteur nigérian Seun Kuti annule un concert au Maroc    Boughali propose la création d'un mécanisme diplomatique préventif de soutien à la sécurité internationale    Mostaganem: le moudjahid Djelloul Benderdouche n'est plus    Le Président Tebboune reçoit la PDG de la compagnie américaine "Occidental Petroleum Corporation"    Goudjil appelle les Algériens à resserrer les rangs et à adhérer à l'initiative du Président de la République    PAP: Abdelmadjid Azzedine élu président du Groupe géopolitique de l'Afrique du Nord    JM/handball/ dames Gr.B : le point après la 1re journée    JM/ Tennis de table: Bouloussa éliminé en quart après un parcours honorable    Pétrole: l'Algérie augmentera sa production de pétrole de 16.000 b/j en août    Infirmières agressées à Beni Messous: le suspect placé en détention provisoire    La mission de l'ONU au Mali prolongée d'un an    Sonelgaz: l'exportation de l'électricité s'effectue quotidiennement    JM: tableau des médailles    Grâce au nouveau gisement de gaz: L'Algérie pourra honorer ses nouveaux engagements d'exportation    L'ennemi n'est-il plus le même ?    L'enjeu des Jeux    L'art subtil du mensonge face aux enjeux de vérité: De la stratégie de l'araignée à la politique de l'autruche (1ère partie)    Affaires religieuses: l'Aïd El Adha célébré le samedi 9 juillet    En attendant des solutions adaptées: 600.000 élèves quittent les établissements scolaires chaque année    22 carrières enveniment le quotidien des habitants de Sidi Ben Yebka: Des élus locaux réclament un changement de l'itinéraire des camions    Cinq personnes arrêtées: Démolition de constructions illicites à Haï Ellouz    L'AUBAINE DU GAZ    L'Algérie pouvait-elle mieux faire ?    Sidi Bel-Abbès: Le Festival international de danse populaire de retour    Les noms de lieux : grands témoins d'une culture plurilingue    Galtier s'est mis à dos le vestiaire niçois    JM : ouverture de journées du théâtre méditerranéen    Darradji va coûter cher au club    Fin d'aventure pour les Algériens    Les contractuels maintiennent la pression    Guterres appelle à des efforts pour désamorcer les tensions    Au moins 22 terroristes neutralisés dans le sud-ouest    Les Parlements rivaux tentent l'alibi    Alger rebat les cartes    La grande vadrouille    Ooredoo au chevet des démunis    À qui profitera l'Aïd?    «Les guerres hybrides ont aboli les frontières»    Comment reconstituer le front intérieur    Les vertus de la communication interactive    Une autre victoire pour l'Algérie    Kessié en salle d'attente    Adam et les amours contrariés    Voyage à travers l'histoire des monnaies anciennes    L'Algérie à l'écran    Justice: Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Mahrez, victime de considérations extra-sportives ? Foot, religieux et élections
Publié dans Le Soir d'Algérie le 02 - 12 - 2021

BALLON D'OR ! Ryad Mahrez, victime de considérations extra-sportives ? Sans doute. Avoir brandi le drapeau palestinien en mai dernier pour célébrer le titre de champion d'Angleterre remporté par Manchester City, sous l'œil de millions de téléspectateurs à l'Itihad Stadium, était certes courageux, mais ça se paie cash. D'abord parce qu'Israël est membre de l'Union européenne de football (UEFA) et n'est pas sans influence dans le milieu du football européen et mondial. Ensuite, pour les propriétaires émiratis de Manchester City dont le pays est devenu le principal allié d'Israël dans le monde arabe, brandir l'emblème palestinien était pour le moins malvenu ! Et puis, il ne faut pas perdre de vue que le principal actionnaire du club, l'Emirati Khaldoun Khalifa Al-Moubarak, n'est sans doute pas du genre à avoir oublié l'assassinat de son père, alors ambassadeur des Emirats arabes unis en France, par le groupe palestinien Abou Nidal en 1984 à Paris...
Pour en revenir à Mahrez (20e), moins bien classé que Rahim Sterling (15e), il aurait mérité un meilleur classement, eu égard à ses performances en coupe d'Europe des clubs : c'était quand même le meilleur buteur de City en Ligue des champions. Mais voilà, dans son cas, il n'y a sûrement pas que les performances sportives qui ont été prises en compte...
CARTON ROUGE ! C'est du jamais vu depuis 1962. LSA en a fait déjà mention. Samedi dernier, pour la seconde fois en moins d'une année, un arbitre a arrêté un match de football opposant le Nasr de Hussein Dey et le Mouloudia d'Oran, au moment de l'appel à la prière. Tout juste si cet arbitre n'a pas demandé aux joueurs de faire la prière sous peine de carton rouge ! Est-ce le même qui avait déjà arrêté un match opposant l'USM Alger à la JSK le 21 août dernier ? Une chose est sûre, la FAF se tait. Les autorités sportives et politiques aussi. Moralité : la primauté du religieux sur le politique, voire la talibanisation de la société algérienne, doit-elle avoir cours dans l'Algérie post-Hirak, après ce qui s'est passé durant les années 90 ?
ELECTIONS LOCALES ? On a envie d'écrire : et maintenant ? La réponse n'est pas simple. Mais avant, petit coup d'œil sur ces élections : la participation électorale, un taux de 34,97%, reste faible malgré un léger mieux en comparaison avec les 23% de participation du référendum constitutionnel de novembre 2020 et des législatives de juin 2021. Un taux de participation significatif, selon le propos du président de l'Anie Mohamed Charfi, n'a pas été atteint : la crise de confiance est toujours présente. Et la carte électorale, avec le FLN et le RND en tête, n'a pas subi de grands changements malgré une percée des indépendants.
Les raisons de cette réticence aux élections sont de plusieurs ordres. Ce scrutin s'est déroulé dans une conjoncture plombée par une détérioration de la situation sociale et sanitaire. Les incendies ayant ravagé le nord du pays, qui n'ont pas été socialement sans conséquences, sont encore présents dans la mémoire collective. La baisse du pouvoir d'achat, la flambée des prix, la crise de la pomme de terre, sur fond d'une économie qui peine à démarrer, à quoi est venue s'ajouter l'annonce d'une fin prochaine des subventions aux produits de première nécessité, ont fait que le vote n'était pas une priorité pour une majorité d'Algériens. Ce à quoi se sont ajoutées, avec leur lot d'incertitudes, les tensions avec un Maroc soutenu militairement par Israël, avec la complicité active d'un ou plusieurs pays du Golfe, la situation libyenne, le froid avec la France...
Enfin, il y a les questions posées par le Hirak « Première saison », c'est-à-dire d'avant juin 2019, avec son souffle de liberté qui donnait sens aux aspirations du plus grand nombre. Les images de ces centaines de milliers de personnes sorties entre février et mai 2019 rêvant d'une Algérie synonyme de démocratie et de citoyenneté, de fin des entraves aux libertés d'expression et de réunion, sont encore présentes dans l'imaginaire collectif. Et ce, avant que des courants islamistes et autres « baltaguias » ne viennent polluer et gâcher la fête, les uns avec leur slogan « Novembria-badissia », les autres avec « Etat civil et non militaire » et « DRS terroriste », ...situation sur laquelle est venue se greffer une série de rétrécissements des libertés, d'arrestations et condamnations d'activistes n'ayant rien à voir – c'est ma conviction —avec Rachad ou le MAK.
En bref, c'est la conjugaison de tous ces facteurs qui explique en partie ce vote a minima.
H. Z.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.