Chanegriha préside l'ouverture d'un colloque national sur "l'eau au cœur des conflits internationaux"    Complexe sidérurgique de Bellara: exportation de 100.000 tonnes de produits ferreux en 4 mois    Algérie ferries: ouverture des ventes des titres de transport pour la saison estivale    Position de l'UE sur le Sahara occidental: vaine tentative de Rabat de contourner la légalité internationale    Dimajazz de Constantine: la troupe ONB et Samira Brahmia en clôture    Man City : Grealish prend la défense de Mahrez    Campagne de prévention et de sensibilisation sur les risques liés à la saison estivale    Boxe/Mondiaux féminins 2022: Khelif et Chaïb en lice lundi    Le Président Tebboune poursuit sa visite d'Etat en Turquie    Le Mali annonce son retrait de tous les organes et instances du G5 Sahel    Ligue 1 (30e j): l'USMA s'offre le derby face au MCA (1-0)    Covid-19: une bonne hygiène de vie recommandée    PSG : Mbappé a fait son choix    HCLA : la fierté linguistique n'est pas synonyme de renfermement    Révision des subventions: La commission installée dans les prochains jours    Cour d'appel du Tribunal militaire: Peines confirmées pour Bounouira, Belekcir et Zitout    Ligue 1: Un championnat professionnel dites-vous ?    Tebboune en Turquie: Un nouvel élan à la coopération bilatérale    Poutine et la victoire de l'Ukraine à l'Eurovision    Centre d'enfouissement de Hassi Bounif: Une autonomie financière grâce à la valorisation des déchets    Khenchela: 5 morts et 2 blessés dans une collision    Les plages de la corniche passées au peigne fin: Les constructions illicites, les espaces verts et l'éclairage en ligne de mire    Fluctuations des données    Partenariat: Les raisons de l'abandon du projet « Desertec »    L'école et l'arche sociale mouvante    La culture du vivre-ensemble commence à l'école    Tlemcen: Un «Souk Okadh» avec une touche locale    Brèves Omnisports    La Turquie prête à discuter    Affrontements entre groupes armés à l'ouest de la capitale    Entre l'Eurovision et Marioupol    Le produit national à l'honneur    Coups de théâtre à la cour d'Alger    Un réseau de trafic de psychotropes démantelé    Un test de taille pour l'Exécutif    Le nouveau plan de circulation    «Nous amorçons une nouvelle étape»    L'Algérie assure ses arrières    6 ans de prison pour deux douanières    L'université apporte sa touche    Salah rassurant avant la finale    Chams Eddine Djebassi en concert    Sortie à Alger    Comment valoriser le legs ancestral    Ouargla/Tamanrasset: large affluence du public aux portes ouvertes sur la santé militaire    Chanegriha installe le nouveau DGDSE    A quels scénarios s'attendre ?    Biatour annonce sa candidature    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



De Sankara à Goïta, la révolte des jeunes officiers
Publié dans Le Soir d'Algérie le 17 - 01 - 2022

Depuis une année, le Mali est en pleine tourmente. Au plan interne, l'instabilité tend à devenir une donnée permanente qu'encouragent d'énormes difficultés économiques et sociales d'où une sérieuse crise sans perspective de sortie à moyen terme. La paupérisation n'épargne pas les couches moyennes, tandis que les populations pauvres, fragilisées, sont des laissées-pour-compte. L'ancienne colonie française aurait pu prétendre à un meilleur statut, voir autrement l'avenir après son accession à l'indépendance le 28 novembre 1958. Il y a 64 ans de cela. Miné de l'intérieur, le pouvoir malien n'est jamais parvenu à se débarrasser des legs d'un passé fait de soumission. Tous les présidents nationalistes velléitaires sont éliminés sans autre forme de procès. Modibo Keïta (1960-1968), panafricaniste et tiers-mondiste militant, paiera de sa vie, en prison, son opposition à la politique tutélaire française, le 16 mai 1977, suite à un coup d'Etat dont on devine facilement les commanditaires. Dès lors, les coups de force à répétition vont devenir une caractéristique des pouvoirs africains de l'ère post-coloniale. Au détriment de projets de développement économique et social. Il faut voir ici les causes profondes des migrations clandestines massives en direction de l'Europe, tel un effet boomerang. L'un des éléments criants de la continuité de la domination de plusieurs pays de l'Afrique occidentale et la monnaie unique, le franc CFA, pensé et géré en dehors de leur souveraineté. Françafrique oblige, le budget de l'Etat est sous contrôle de la Banque de France. Et cela dure depuis plus d'un demi- siècle, grâce à des hommes mis en place par leurs maîtres. Hors de cette tutelle, point de salut. Ainsi, tous ceux qui ont tenté de secouer les chaînes de l'asservissement signent, en fait, leur arrêt de mort. De là à faire croire que les putschs militaires sont le propre de l'Afrique, les médias occidentaux sont là pour faire accroire à la prise en otage de la démocratie. Ceux qui tirent les ficelles ont alors toute latitude d'intervenir directement dans la gestion de leurs intérêts économiques. Le cas du Tchad est un cas d'espèce. Grâce à un agent placé dans le cercle étroit du Président Idriss Débi, assassiné, l'Elysée fut le premier avisé, d'où le départ précipité d'Emmanuel Macron à N'Djamena, la capitale qui, de surcroît, abrite une grande base militaire française. Sous « protection » de Paris, les nouveaux maîtres du Tchad n'ont pas à se faire de souci. Cela n'empêche pas pour autant l'empire néocolonial français de craquer de toutes parts. C'est le cas au Mali et en Guinée, où de jeunes officiers osent aujourd'hui dire non aux injonctions extérieures. Assimi Goïta (Mali), Mamadi Doumbouya (Guinée) seraient-ils sur les traces de Patrice Lumumba (Congo Kinshasa-ex-Zaïre), Thomas Sankara (Burkina Faso). Ils savent pourtant que, devant ce crime de lèse-majesté, ils risquent gros. Il n'empêche, de par leur remise en cause d'une situation de domination devenue intenable, ils signent la fin de la France de papa. C'est avec l'énergie du désespoir que cette dernière tente de limiter les dégâts et recourt à ses relais dont la Cédéao qui révèle son vrai visage d'instrument de domination coloniale. Preuve s'il en est, les mesures de représailles économiques prises conte Bamako sous prétexte que les militaires ne veulent pas rendre les rênes du pouvoir aux civils... plus malléables et assujettis aux intérêts de leurs maîtres. Un vent de révolte nouveau souffle, mais la bataille est rude. Pot de fer contre pot de terre ?
Brahim Taouchichet

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.