Clôture des travaux de la 8e session de la Grande commission mixte algéro-égyptienne    Migrants tués par la police marocaine : le chanteur nigérian Seun Kuti annule un concert au Maroc    Boughali propose la création d'un mécanisme diplomatique préventif de soutien à la sécurité internationale    Mostaganem: le moudjahid Djelloul Benderdouche n'est plus    Le Président Tebboune reçoit la PDG de la compagnie américaine "Occidental Petroleum Corporation"    Goudjil appelle les Algériens à resserrer les rangs et à adhérer à l'initiative du Président de la République    PAP: Abdelmadjid Azzedine élu président du Groupe géopolitique de l'Afrique du Nord    JM/handball/ dames Gr.B : le point après la 1re journée    JM/ Tennis de table: Bouloussa éliminé en quart après un parcours honorable    Pétrole: l'Algérie augmentera sa production de pétrole de 16.000 b/j en août    Infirmières agressées à Beni Messous: le suspect placé en détention provisoire    La mission de l'ONU au Mali prolongée d'un an    Sonelgaz: l'exportation de l'électricité s'effectue quotidiennement    JM: tableau des médailles    Grâce au nouveau gisement de gaz: L'Algérie pourra honorer ses nouveaux engagements d'exportation    L'ennemi n'est-il plus le même ?    L'enjeu des Jeux    L'art subtil du mensonge face aux enjeux de vérité: De la stratégie de l'araignée à la politique de l'autruche (1ère partie)    Affaires religieuses: l'Aïd El Adha célébré le samedi 9 juillet    En attendant des solutions adaptées: 600.000 élèves quittent les établissements scolaires chaque année    22 carrières enveniment le quotidien des habitants de Sidi Ben Yebka: Des élus locaux réclament un changement de l'itinéraire des camions    Cinq personnes arrêtées: Démolition de constructions illicites à Haï Ellouz    L'AUBAINE DU GAZ    L'Algérie pouvait-elle mieux faire ?    Sidi Bel-Abbès: Le Festival international de danse populaire de retour    Les noms de lieux : grands témoins d'une culture plurilingue    Galtier s'est mis à dos le vestiaire niçois    JM : ouverture de journées du théâtre méditerranéen    Darradji va coûter cher au club    Fin d'aventure pour les Algériens    Les contractuels maintiennent la pression    Guterres appelle à des efforts pour désamorcer les tensions    Au moins 22 terroristes neutralisés dans le sud-ouest    Les Parlements rivaux tentent l'alibi    Alger rebat les cartes    La grande vadrouille    Ooredoo au chevet des démunis    À qui profitera l'Aïd?    «Les guerres hybrides ont aboli les frontières»    Comment reconstituer le front intérieur    Les vertus de la communication interactive    Une autre victoire pour l'Algérie    Kessié en salle d'attente    Adam et les amours contrariés    Voyage à travers l'histoire des monnaies anciennes    L'Algérie à l'écran    Justice: Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'UGCAA accuse le département du commerce
Prix de la pomme de terre
Publié dans Le Soir d'Algérie le 10 - 02 - 2022

La pomme de terre a renoué avec la hausse des prix. En quelques jours, son coût a quasiment doublé. Une situation que l'Union générale des commerçants et artisans d'Algérie (UGCAA) impute, entre autres, à la saisie des quantités du tubercule destinées pour la semence par les services du ministère du Commerce, il y a quelques mois.
Rym Nasri – Alger (Le Soir) – Très prisée par les consommateurs, la pomme de terre a vu ces derniers jours son prix s'enflammer. Sur les étals des marchés, son coût a quasiment doublé. Elle est désormais proposée à 120 dinars le kilogramme. Un constat que confirme le secrétaire général et porte-parole de l'Union générale des commerçants et artisans d'Algérie (UGCAA), Hazab Benchohra. «La pomme de terre a atteint 100 dinars au marché de gros et 120 dinars au détail», note-t-il. Sans hésiter, il renvoie la patate chaude de la hausse des prix de ce produit de large consommation au ministère du Commerce. Il rappelle ainsi l'épisode des nombreuses saisies des stocks de pomme de terre menées par les services du département de Kamel Rezig, il y a quelques mois, dans le cadre de la campagne de lutte contre la spéculation, qui ne se sont pas limitées à la pomme de terre de consommation.
«De grandes quantités destinées pour la semence ont été également saisies. Ce manque sur le marché a provoqué la hausse des prix de la semence», explique-t-il.
Cependant, Hazab Benchohra n'exclut pas l'impact d'autres facteurs sur la flambée du tubercule. Selon lui, la cause revient également à la rareté des précipitations depuis quelques mois mais aussi au manque de la main-d'œuvre agricole. Selon ses prévisions, la pomme de terre dépassera dans les jours à venir les 150 dinars le kilogramme. «Nous espérons avoir une grande récolte de ce produit pour que son prix baisse et se stabilise», dit-il.
Cette situation était inattendue puisque le président du Conseil national interprofessionnel de la filière de la pomme de terre (CNIFPT), Ahcène Guedmani, lui-même, avait assuré, il y a quelques jours, que le tubercule sera disponible cette année avec des quantités suffisantes à des prix accessibles. Selon lui, les agriculteurs poursuivront les semis de ce produit jusqu'au mois d'avril prochain.
Même s'il a relevé une augmentation de 30 à 40% des charges depuis l'avènement de la crise sanitaire, notamment les engrais, les traitements et les semences, Ahcène Guedmani a précisé que le prix de revient du kilogramme de pomme de terre oscille entre 35 et 40 dinars. «Sur le marché, son prix sera entre 45 et 55 dinars», a-t-il souligné.
Déplorant l'absence de données précises des différentes productions et des besoins nationaux, le secrétaire général et porte-parole de l'UGCAA réitère, par ailleurs, la revendication de son organisation syndicale pour la mise en place d'un ministère de planification. Ce département, poursuit-il, «permettra d'identifier la production nationale, de déterminer les besoins nationaux, le surplus à exporter et les manques à importer».
Ry. N.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.