Déconfinement: la reprise des activités économiques scindée en deux phases à partir du 7 juin    Manifestations aux Etats-Unis : une neuvième soirée plus calme,Trump critiqué pour sa gestion de la crise    L'Alliance libre européenne appelle le Maroc et l'UE à mettre fin à l'occupation du Sahara occidental    La consommation d'eau en Algérie a augmenté de 10% depuis le début de la crise de la Covid-19    Un "dangereux" terroriste capturé par les services de sécurité à Aïn Temouchent    Coronavirus: 98 nouveaux cas, 79 guérisons et 8 décès en Algérie durant les dernières 24h    Accord Opep+ : une action décisive afin d'empêcher un effondrement total du marché    Gaz: Sonatrach adapte sa stratégie pour faire face à la concurrence croissante du marché mondial    Les essais cliniques sur l'hydroxy-chloroquine repris: l'Algérie confortée dans sa position    Barça : Une inquiétude pour Lionel Messi ?    Elle a décidé de régler les contentieux vis-à-vis de la FIFA : La FAF au secours des clubs professionnels    Djamel-Eddine Damerdji relève la «complexité» d'un retour à la compétition    Affaire de l'enregistrement sonore : Le procès reporté au dimanche    Hommage à Guy Bedos : Il fera tordre de rire les anges    Chengriha rappelle le soutien de l'ANP à Tebboune    Le Care critique les choix du gouvernement    Les travaux s'éternisent    Vers un intérimaire à la tête du MPA    La CAF propose de nouvelles formules pour les compétitions interclubs    Le stade 5-Juillet "parmi les plus chauds au monde"    L'épreuve    Naples : Le successeur de Koulibaly déjà identifié ?    7 ans de prison requis contre Yamani Hamel    Le gouvernement libyen tente de reprendre l'aéroport de Tripoli    Bras de fer au sommet sur la diplomatie en Tunisie    Plusieurs localités durement touchées    Projet d'évitement de la ville d'Azeffoun : Deux ans de travaux pour un tronçon de quatre km    Plus de 500 migrants bloqués au large de Malte    Des familles de victimes de la répression réclament justice    Vu à Souk-Ahras    " Détruisons les murs, construisons des ponts "    J'accuse Apulée, saint Augustin, Ibn Khaldoun et les autres !    Oulkhou : Recueillement à la mémoire de Tahar Djaout    Quatre réseaux de crime organisé transfrontaliers démantelés: 115 kg de kif, 58.602 comprimés psychotropes et 450 millions saisis    Trafic de drogue, 2 arrestations    Un déni français    Ce n'est pas à Sonatrach de repenser sa stratégie, c'est au HCE de le faire    Accompagnement des entreprises    Ces profils atypiques qui veulent se faire une place en politique !    SpaceX, l'espace n'est plus un bien commun de l'humanité    Hirak : Mouvement ? Soulèvement ? Révolution ?    La fin d'une ère    Mise à plat du moral national    Les articles sur l'identité et la nature du régime ne seront pas amendés    Le ministère du Commerce dément    Détournement de foncier agricole et abus d'affluence : Hamel rejette toutes les accusations portées contre lui    ENVOI DE TROUPES DE L'ANP A L'ETRANGER : Laraba apporte des précisions    Allocution du président de la République devant les cadres et personnels de l'ANP    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





ICI MIEUX QUE LA-BAS
Les Berb�res, dindons de la farce libyenne ?
Publié dans Le Soir d'Algérie le 25 - 09 - 2011


Par Arezki Metref
[email protected]
Nicolas Sarkozy, p�re adoptif autoproclam� de la �Libye nouvelle�, n'a laiss� aucune chance � la� diversit�. Abondant dans le sens du CNT dont l'orientation arabo-islamique dominante n'a presque rien � envier � celle de Kadhafi, il a d�fini ce qui doit dor�navant constituer la Libye : � arabe !
A Benghazi, le chef de l'Etat fran�ais s'est adress� aux...�Jeunes Arabes !� C'est � croire qu'il n'y a pas de Berb�res en Libye, ou bien, s'ils existent, qu'ils ne sont que quantit� n�gligeable dans la protestation. C'est �videmment tout le contraire. Quelque chose s'est pass� sur le plan m�diatique depuis le d�but du conflit. Aux premiers jours, la presse internationale �voquait le combat des Amazighs libyens dans le djebel Nefoussa et ailleurs en Libye. Puis, plus rien ! Il n'y en a plus que pour le CNT arabo-islamique et surtout pour sa branche qua�diste incarn�e par Abdelhakim Belhadj. Pourtant, avant un basculement dont l'origine doit probablement r�sider dans la prise en compte de la nature id�ologique du CNT, nombre d'articles et d'images ont pr�sent� les Berb�res comme ces r�volutionnaires de l'Ouest libyen qui couplaient dans le m�me combat la fin du r�gime Kadhafi et le renouveau identitaire amazigh en Libye. The New York Timeset The Weekly Standard US, The Guardian et The Economist britanniques, le journal espagnol ABCou m�me la cha�ne de t�l�vision qatarie Al Jazeera ont consacr� de larges reportages aux insurg�s des montagnes du Nefoussa et � leurs revendications dans le cadre de la �Libye nouvelle�. Ainsi, avant m�me l'effondrement des troupes de Kadhafi, les insurg�s ont envoy� depuis la ville de Yafren, haut lieu de la r�sistance anti-Kadhafi et de la revendication amazighe, un message au CNT. La lettre, �crite en tamazight et en arabe, formulait les aspirations que les combattants du djebel Nefoussa souhaitaient voir port�es sur la future Constitution du pays lib�r� des billeves�es du �Livre vert�. Parmi ces exigences, la constitutionnalisation de deux langues, tamazight et arabe, en tant que langues officielles de la Libye. Mais visiblement la messe est dite puisque l'article 1 du projet de constitution rendu public par le CNT dispose que : �La Libye est un Etat d�mocratique ind�pendant dans lequel tous les pouvoirs d�pendent du peuple. Tripoli est la capitale. L'islam est la religion. La charia est la source principale de la l�gislation. L'Etat garantit aux non-musulmans de pratiquer leur rituel religieux. L'arabe est la langue officielle. Les droits linguistiques et culturels des Amazighs, des Toubous, des Touaregs et des composantes de la soci�t� libyenne sont garantis.� Exit ! Si ce projet repr�sente une avanc�e ind�niable par rapport � l�hyst�rie kadhafiste oppos�e � l'identit� berb�re de la Libye, il n'en demeure pas moins tr�s en de�� des espoirs des combattants anti-Kadhafi du djebel Nefoussa. Voil� de quoi d�cevoir les militants des villes berb�res de Yafren, de Nalut et de Jadu qui, comme pour rattraper 42 ans de d�ni identitaire, d�s le d�but des combats, ont ouvert des classes pour enseigner enfin librement tamazight. Ils ont en outre constitu� une force de s�curit� pour se d�fendre et publi� un journal hebdomadaire local, Tamusna (la connaissance, la sagesse). Tout un travail de recueil des dol�ances des Berb�res a �t� r�alis� par les leaders nefoussis pour que la langue tamazight soit l'�gale de l'arabe dans une Libye d�mocratis�e sur la base de la tol�rance et du respect des droits de chacun. Ce n'est pas la premi�re fois dans l'Histoire que les Berb�res libyens se voient confisquer leur victoire. Ce furent essentiellement les tribus berb�res qui conduisirent la r�sistance contre la conqu�te italienne de 1911. Pourtant, le royaume f�d�ral de Libye qui h�rita du nom d'une tribu berb�re, les Libous (sous l'Empire romain le nom Libye d�signait l'ensemble de l'Afrique � l'ouest du Nil), constitu� � l'ind�pendance du pays en 1951 sous la banni�re du roi Idriss, chef de la confr�rie des Senoussis, va se h�ter de rejoindre la Ligue arabe en 1953. Le panarabisme galopant dans le monde arabe de l'�poque n��pargnera naturellement pas la Libye, et ne tardera pas � g�n�rer des tensions internes entre les Berb�res et le pouvoir central. Le coup d'Etat de Kadhafi en 1969, d'inspiration nass�rienne, met en pratique une politique culturelle et linguistique exclusivement arabis�e bas�e sur l'interdiction et la violente r�pression de la langue et de l'identit� amazighes. D�s le d�but de son r�gne, Kadhafi arr�te les militants amazighs, pour les emprisonner ou carr�ment les liquider. Ferhat Ammar Hleb, un ancien �tudiant aux Etats-Unis, militant respect� de la cause berb�re, fut pendu sur la place publique dans sa ville natale de Zouara en juin 1985. Il fallait faire un exemple. Echec de la barbarie dissuasive ! �a n'a jamais emp�ch� des centaines de jeunes Berb�res de continuer � militer pour tamazight, narguant le f�roce appareil policier de Kadhafi. La pratique de tamazight a �t� interdite en public par le �Guide�. Les livres r�dig�s dans la langue originelle de la Libye furent br�l�s en autodaf�s rappelant de sinistres pr�c�dents en Europe. Des tueurs du r�gime libyen assassin�rent jusque dans l'exil des militants berb�res � l'instar des autres opposants. Jusqu'aux conversations t�l�phoniques en berb�re qui �taient intercept�es et r�prim�es. Pourtant, la population libyenne est constitu�e essentiellement de Berb�res dont une bonne partie a �t� arabis�e. La berb�rit� de la Libye est une certitude historique d�j� �nonc�e par H�rodote (484 avant J.C.) M�me si leur apport a �t� d�cisif dans la chute de Kadhafi, les Berb�res de Libye vont-ils voir leurs revendications refoul�es derri�re les exigences strat�giques arabo-islamiques que les puissances de l'Otan partagent avec les r�gimes r�actionnaires du monde arabe ? Esp�rons que non.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.