Belaid: toute manipulation des voix des citoyens est une manipulation du devenir du pays    Hadj: les inscriptions pour le tirage au sort débuteront mercredi 11 décembre    APN: examen des amendements proposés au projet de loi relatif au Conseil national de la Recherche scientifique    Vote de la communauté nationale à l'étranger: taux de participation "acceptable"    OPEP: l'application des baisses supplémentaires sans incidence sur les ressources de l'Algérie    OGC Nice : grosse blessure et opération pour Youcef Atal    Présidentielle: clôture de la campagne électorale des candidats dimanche à minuit    AFFAIRE BAIRI : 10 ans de prison requis contre l'ancien wali, Nouria Zerhouni    Poursuite du procès d'anciens responsables et hommes d'affaires impliqués dans des affaires de corruption    Ligue des champions (Groupe D). ES Tunis 1 – JS Kabylie 0 : Victoire difficile pour le tenant du titre    EN VISITE AU COMMANDEMENT DES FORCES TERRESTRES : Gaid Salah valorise la relation entre peuple et son Armée    POUR LA DEUXIEME FOIS : Des Mostaganémois marchent pour la présidentielle    3EME CONFERENCE INTERNATIONALE DE BIOSCIENCES : Les raisons du cancer en débat à Oran    EN RAISON DES TRAVAUX LANCES DANS LA STATION D'EPURATION : Mostaganem sans eau potable depuis des jours    SIDI BEL ABBES : Louable stratégie adoptée aux handicapés par la CNAS    Le Polisario proteste contre "France2" pour un "documentaire de propagande" sur l'occupation du Sahara occidental    Barça : Messi dépasse Ronaldo    Archaïsme et mauvaise gouvernance    Les opérateurs affichent leur inquiétude    Nouvelle domiciliation au stade de Ras El-Oued    La rue divisée à Constantine    Le Congrès américain désavoue Trump    30 000 enfants migrants disparus en Europe    Human Rights Watch dénonce    «Aux entreprises de s'adapter !»    Gâteau au yaourt, sirop au citron    Crème au concombre    Un nouvel essai en ligne d'Ahmed Cheniki    Le prix Mohia d'Or lancé à Tizi Ouzou    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Le Grand Prix Assia-Djebar, une opportunité de promouvoir le roman algérien à l'international    Mise en exploitation de la bibliothèque de lecture publique dans la commune d'El Mahmal    L'hagiographie dans la poésie melhoun, une ethnographie des grands saints de l'islam    Zerouati : "l'Algérie déterminée à adopter un modèle économique durable"    Serie A : La Juventus perd des points face à la Lazio    Sérieux test pour les Pacistes    Groupe C. Pétro Atlético 1- USM Alger 1 : Les Algérois n'arrivent pas à gagner    Financement du 5ème mandat: Ali Haddad enfonce Saïd Bouteflika    Skikda: 19 harraga secourus    Débat télévisé: Dans les coulisses du «face-à-face»    Football - Ligue 1: Le CRB creuse l'écart, des bleus pour le NAHD    Syrie : Erdogan annonce un nouveau sommet Turquie-France-Allemagne-Grande-Bretagne en février    En réplique à la taxation des GAFA : "L'attaque de Trump est en dessous de la ceinture"    Chine : l'achat d'un téléphone conditionné au scan du visage    LPA: Les communes d'Alger procéderont à la convocation des souscripteurs fin décembre    France : Plus de 800 000 manifestants contre la réforme des retraites selon l'Intérieur    Cinéma : Trois films algériens primés au festival d'Al Qods    Théâtre : La pièce "Ez'Zaouèche" présentée à Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





LA CRISE DU LIVRE ET DE LA LECTURE EN ALG�RIE
L'indiscutable responsabilit� de l'�cole r�form�e
Publié dans Le Soir d'Algérie le 06 - 10 - 2011

La mise en �uvre du projet gouvernemental sur le livre et la lecture dans les programmes de l�Ecole alg�rienne � pour le moment, sans calendrier pr�cis ni communication sur son cahier des charges � serait imminente, selon Mme Khalida Toumi, ministre de la Culture, s�exprimant � l'occasion de l'ouverture du 16e Sila. La d�marche principale de ce projet, telle qu'elle est rapport�e dans la presse, est de proposer � chaque �l�ve des trois paliers de l�enseignement (premier et second cycles de l�Ecole fondamentale, lyc�e) la lecture, chaque ann�e, d�un minimum de quatre livres (Cf. Abrous Outoudert, �Qui joue au 5 Juillet pour qu'il y ait autant de monde ?
Une rencontre avec le livre tout simplement�, Libert�, 27 septembre 2011, �P�riscoop�, Le Soir d'Alg�rie, 26 septembre 2011, Badis Guettaf, �Une grande d�cision est prise�, Le Jour d'Alg�rie, 24 septembre 2011). Tel qu�il est formul� par ses initiateurs, les ministres de l�Education et de la Culture, ce projet constitue un aveu en ce qu�il reconna�t implicitement : la faillite de la lecture dans le syst�me de formation scolaire. S�il est �tabli qu'une relance du livre et de la lecture dans la soci�t� passe par l��tape indispensable de l'Ecole, il convient aussi d�admettre que cette institution de l�Etat, devenue un cimeti�re du livre, a amoncel�, ces derni�res d�cennies, les ruines de la pens�e, pour appeler � de radicales transformations. Le retour du livre et de la lecture � l��cole est une indication positive. Mais cela ne repr�sente qu�une partie du probl�me. L�avenir du livre et de la lecture est tributaire d�une refonte profonde et urgente de l�enseignement des langues et de l�apprentissage de la lecture dans l�Ecole alg�rienne.
Une mise � mort
Quelques dates �gr�nent les rep�res � et leurs relents obsidionaux � autour de ce d�sinvestissement de la lecture et du livre dans l�Ecole alg�rienne. La premi�re r�forme qui entra�ne de notables d�gradations de l�enseignement date de 1977. Elle consacre les choix id�ologiques du FLN, parti unique, plus pr�occup� d�arabit� chatouilleuse que de rigueur des connaissances � transmettre. Les acquis de l�Ecole alg�rienne, de 1962 � 1976, ont �t� effac�s sans examen. Si la langue arabe y gagne le statut de langue fondamentale de la Nation, comme le pr�cise la Constitution de 1976, au m�pris d�une diversit� linguistique r�elle de ses r�gions, le fran�ais, jusqu�alors principal v�hicule de l�enseignement, langue v�hiculaire et potentiellement r�f�rentiaire, devient une langue seconde aux objectifs mineurs : permettre une communication de base aux �apprenants�. Depuis l�application de la r�forme de 1977 les hi�rarchies � fortement symboliques � des langues dans l�Ecole alg�rienne sont red�finies, avec notamment une arabisation intensive qu�il serait infond� de consid�rer comme l�unique cause d�une irrattrapable �rosion du syst�me d�enseignement national. En v�rit�, l�affaissement � aux retomb�es spectaculaires � de l�enseignement en langue fran�aise � et de la langue fran�aise � en est le premier facteur d�structurant. Il y a une explication : � d�faut de concevoir ses propres programmes de formation dans la stricte observance des h�ritages de l'Ecole alg�rienne, le l�gislateur scolaire, sous Boumedi�ne, puis Chadli Bendjedid, impulsant une nouvelle r�forme en 1986, s��tait tourn� vers des ing�nieries �ducatives, inappropri�es et sans lendemain, ramass�es dans les poubelles de l�Europe et de l�Am�rique du Nord. Alors que l�Alg�rie poss�dait un syst�me d��ducation rigoureux issu de l�Ecole coloniale, qui depuis l�unification des syst�mes de formation dans la colonie, en 1949, a donn� de semblables opportunit�s de d�veloppement aux langues fran�aise et arabe, le dernier gouvernement de Boumedi�ne � dont le ministre de l�Education �tait Mostefa Lacheraf (23 avril 1977-7 mars 1988) � s�est attach� � d�truire une exp�rience de formation de trente ans d��ge qui englobait l�exp�rience respectable des lyc�es franco-musulmans, dignes successeurs des M�dersas. Cette Ecole, sortant d�une �poque coloniale, r�appropri�e dans l�Alg�rie ind�pendante par ses ma�tres alg�riens et fran�ais (d�un remarquable d�vouement) n��tait pas en situation d��chec. Le seul �chec observable a �t� de la convertir aux attentes id�ologiques conservatrices du FLN qui rel�vent plus de l�immaturit� politique que du nationalisme, commode bouc �missaire. Cette Ecole des ann�es 1960-1970 �tait d�j� alg�rienne et Boumedi�ne n�avait pas encore song� � la r�former avant d��tre encourag� � le faire par Mostafa Lacheraf. Ni Boumedi�ne ni Lacheraf � qui le conseillait � n�ignoraient que cette Ecole dont ils signaient r�solument l�arr�t de mort a form� l�essentiel des cadres de l�arm�e, de l�administration gouvernementale, de l�industrie et de l��conomie. Et principalement ceux de l�Ecole et de l�Universit�. Pourra-t-on seulement citer les noms et les parcours des personnalit�s alg�riennes, n�es entre 1930 et 1960, dans les champs de la pens�e, des arts et des lettres, de la m�decine, des sciences et techniques et des m�dias, redevables de l'enseignement de cette Ecole � �minemment nationale � qui attendait seulement d'�voluer dans le chemin qu'elle s'�tait trac�, depuis l�ind�pendance, plut�t que d��tre engloutie dans une rupture pseudo-r�volutionnaire ? Elle deviendra, � son corps d�fendant, l�exutoire de tous les ressentiments. On a mis � mort une authentique Ecole alg�rienne, qui formait � bon escient, pour aller vers un destin aventureux. L�Ecole r�form�e, qui lui succ�de, a farci de jeunes cervelles d��pop�es flamboyantes d�un lointain Hedjaz, dans le ressac de leurs fleuves de sang, tenues pour la source d�un pays au carrefour de la M�diterran�e et de l�Occident et de l�Afrique. Elle a gomm� dans l'histoire du peuple alg�rien son pass� colonial. Cet �crasement de l�histoire des Alg�riens et de leur parcours dans la colonie fran�aise correspondait plus � une volont� malheureuse d�agir le secret des origines du nouvel Etat ind�pendant qu�au deuil d�une �nuit coloniale� (F. Abbas). Ce travail de reconstruction de l'�tre alg�rien, pr�sent dans le discours scolaire d'avant la r�forme, dans de sensibles pages d'�crivains nationaux, a �t� brutalement interrompu. L�Alg�rien enfouissait ses origines pour se rev�tir des oripeaux d�un Orient arabomusulman fantasm�. L�Ecole r�form�e de Boumedi�ne et Lacheraf � qui prend son envol en 1977 � explique aujourd�hui l�aptitude des Alg�riens, quels que soient leur cat�gorie sociale et leurs itin�raires familiaux et sociaux, � vouloir quitter leur pays et � revendiquer des nationalit�s �trang�res, au premier plan celle de l�ancien colonisateur. Le drame de l�Ecole alg�rienne r�form�e ressortit de la trag�die nationale des ann�es 1990, de ses 200 000 morts, de ses millions de victimes et de ses d�combres. Loin de l�humanisme, elle a rendu possible le seul cri de la violence et des haines communautaires.
Des r�formes catastrophiques
L�Ecole r�form�e de 1977 qui remod�le l�enseignement des langues � et de mani�re draconienne du fran�ais dont on a supprim� une tradition d�enseignement qui a fait ses preuves � a h�t� la disparition du livre et de la lecture dans la soci�t�. En Alg�rie, la lecture est enseign�e principalement dans les mati�res de langues, singuli�rement l'arabe et le fran�ais. Je ne cite ici que l'exemple de la langue fran�aise pour identifier de nouveaux comportements dans l�Ecole alg�rienne r�form�e, qui, du reste, sont aussi rep�rables dans la mauvaise fortune de la langue arabe. Contrairement � ses parents et � ses arri�re- grands-parents qui ont fr�quent� l��cole de la colonie ou celle qui lui a succ�d� � l'ind�pendance, l��colier alg�rien allait apprendre, � partir de la fin des ann�es 1970, la langue fran�aise � qui baignait son environnement quotidien � comme une langue �trang�re. En fait, on lui servait les m�mes m�thodes d�enseignement qu�aux �l�ves du Guatemala ou du Lesotho qui ne connaissent rien de la France, de son histoire et de sa langue. Les jeunes �coliers alg�riens, les �apprenants� des ann�es 1980 et 1990, ont �t� les cobayes de diff�rentes �coles doctrinales et didactiques fran�aises, belges et canadiennes qui ont trouv� dans l�Ecole alg�rienne le terrain vivant pour l�exp�rimentation de leurs m�thodes d�apprentissage du Fran�ais langue �trang�re (FLE). S'il faut regretter l'absence d'un bilan syst�matique de l'enseignement du FLE en Alg�rie, l�incurie en est lisible dans l�inculture des dipl�m�s actuels de l�Universit�, toutes disciplines confondues. Le r�sultat le plus perceptible de cette r�forme ? Les quotidiens nationaux publient souvent, pour l��dification de leurs lecteurs, le floril�ge de copieuses proses de dipl�m�s de l�Universit� dans un semblant de langue fran�aise, inf�mes et tortueuses syntaxes devant lesquelles le charabia d�antan se parerait de vertu acad�mique et litt�raire. Au-del� de la vacuit� des programmes de la r�forme de 1977, le l�gislateur alg�rien a p�ch� par simplisme p�dagogique et surabondance id�ologique, car il ne se souciait que d�armer l�Ecole alg�rienne face � l�imp�rialisme culturel fran�ais. Voici, � titre d�exemple une recommandation qui fut des plus discut�es : �L'enseignement du fran�ais n'est charg� d'aucun objectif culturel ou esth�tique. Il se situe sur un plan exclusivement linguistique et ne consid�re que le crit�re de l'efficacit�.� C��tait une situation ubuesque. La culture et l�esth�tique fran�aises � que soutenaient le livre et la lecture � �taient enlev�es aux �l�ves de l�Ecole qui se consolaient d�apprendre, par le geste et par la parole, la mythologie de tous les sabreurs d�Orient. L�efficacit� linguistique postul�e par le l�gislateur scolaire ? Elle �tait circonscrite aux �l�ves localis�s dans les grands centres urbains, provenant d'une bourgeoisie citadine dont la connaissance et la pratique priv�e et publique de la langue fran�aise �taient le vernis. L'Ecole r�form�e a approfondi dans l�enseignement de la langue fran�aise une s�gr�gation entre cat�gories sociales (accompagnement de l'�l�ve dans les familles ais�es et impr�gn�es d'une culture de la langue; apprentissage en situation active de communication) et spatiales (�cart ville-campagne discriminant), plus nuanc�e auparavant. Sur cet aspect, une enqu�te sur les lecteurs alg�riens au tournant des ann�es 1960-1970 (Cf. Charles Bonn, �La litt�rature alg�rienne et ses lectures. Imaginaire et discours d�id�es�, Ottawa, Naaman, 1974 ; voir pp. 158-211), donc avant la r�forme de 1977, apporte d�utiles pr�cisions sur la r�partition spatiale de la langue et de la culture litt�raire fran�aises dans la soci�t� alg�rienne. La pr�sence d�enqu�t�s originaires de petits centres ruraux de l�Est alg�rien � proches de Constantine � appara�t comme une donn�e importante des �quilibres ville-campagne dans la diffusion scolaire et situe leur perm�abilit� aux productions symboliques en langue fran�aise. La m�fiance envers un �objectif culturel et esth�tique�, sur lequel insistait le l�gislateur scolaire, dressait une sorte d�insurmontable barrage. Pour le l�gislateur scolaire, traduisant en consignes fermes les attentes des responsables du FLN (qui n�en ont pas priv� leur prog�niture, leurs parent�les et leurs client�les), les valeurs culturelles et esth�tiques de la langue fran�aise �taient une menace pour nos �coliers, coll�giens et lyc�ens. Cette surench�re politique et id�ologique, dans les derniers mois de la pr�sidence de Boumedi�ne et tout au long de celle de Chadli Bendjedid, s�habillant de l�artificieux alibi de la technicit� de la langue de communication, pouvait masquer l��croulement de l��thique de l�enseignement dans une Ecole excessivement politis�e. Le sentiment � lisible dans les attendus des directives de programmes � �tait de refaire la guerre coloniale dans la classe de langue fran�aise au moment o� l�enseignement des autres langues �trang�res �tait apais� et non connot� sur le plan politique. Arabisant form� au Machrek, cacique du FLN, ancien commissaire du parti � Tizi Ouzou (1962-1969) et secr�taire g�n�ral de l�UGTA (1969-1973), Mohamed-Ch�rif Kheroubi, qui prenait la suite de Lacheraf au minist�re de l�Education (8 mars 1979-17 f�vrier 1986), en �tait l�aiguillon. Les r�formes de l�enseignement de la langue fran�aise continu�es en 1986 � sous la conduite de Mme Z'hor Ounissi, ministre de l�Education du 18 f�vrier 1986 au 8 septembre 1988 � restituent un impensable trop-plein. Comme si l�intention �tait de lui �ter toute substance et d�en faire une case vide dans l�emploi du temps hebdomadaire. Un seul exemple pour montrer l�inanit� de m�thodes d�enseignement import�es �cl�s en main� et vendues � des lyc�ens qui ne pratiquaient gu�re la langue fran�aise. Le manuel de 3e ann�e secondaire de langue fran�aise introduisait aux applications de grilles conceptuelles de linguistique th�orique et de socios�miotique, les plus hardies, de Benveniste (sur l��nonciation) � Genette (sur la narratologie) et m�me � Bakhtine et Kristeva (qui, pour diff�rentes raisons, restaient, en ces ann�es-l�, encore inaccessibles � mes �tudiants de Th�orie de la litt�rature � l�Universit� !). Ce programme �tait destin� � des �l�ves de fin de cycle scolaire d�pourvus des fondamentaux de la langue fran�aise, qui en ont plus accumul� les m�connaissances que la connaissance, qui n�en ma�trisaient pas l�usage de l�oral � et encore moins celui de l��crit. Par la magie de quelle poudre de perlimpinpin ambitionnait-on d�enseigner � ces �l�ves, en rade dans la classe de fran�ais, la �th�orie des textes�, le difficultueux �arbre de la description � de Jean Ricardou et les �typologies descriptives � de Philippe Hamon, qui provoquent aujourd�hui encore des sueurs froides aux professeurs en titre de l�Universit� alg�rienne ? La plaisanterie �tait assur�ment d�un tr�s mauvais go�t. Apr�s la r�volution rat�e du 5 Octobre 1988, il y aura un long repli. L�enseignement de la langue fran�aise sortait des sentiers de la vieille guerre coloniale, mais une autre guerre venait, cruelle et sanglante. Du fait de r�formes erratiques, l��l�ve alg�rien ne pouvait pr�tendre � comme le lui assignaient imp�rativement des programmes d�enseignement exp�rimentaux de FLE � d�couvrir et utiliser pour ses besoins quotidiens une langue fran�aise de communication, d�vitalis�e et d�barrass�e de ses arri�re-plans historiques et culturels. Apr�s avoir �t� ministre de l�Enseignement sup�rieur et de la recherche scientifique (ao�t 1993-novembre 1997), M. Benbouzid est aux commandes de l�Education depuis le 25 novembre 1997, apr�s avoir connu une br�ve p�riode de disgr�ce et de rel�gation au minist�re de la Jeunesse et des Sports. Il aura ses r�formes en accord�on de l�Ecole fondamentale, et plus particuli�rement de l�enseignement des langues, au d�but des ann�es 2000. Cette derni�re r�forme ne d�rogera pas, pour l'enseignement du fran�ais, au formalisme des d�bats doctrinaux sur le FLE qui vol�rent au-dessus des t�tes des enseignants et des �l�ves. Rien ne permet de dire que l�Ecole alg�rienne r�form�e de M. Boubakeur Benbouzid ait mieux enseign� et d�fendu les langues �trang�res en g�n�ral (notamment l�anglais re�u sans animosit� par les instances politiques et valoris� comme garant de l�ouverture au monde) que le fran�ais. Mais le grand malheur de la langue fran�aise � fragile embarcation qui appartient � l�histoire de l�Alg�rie et des Alg�riens � est d�avoir �t� encalmin�e dans les prolongations d'une guerre anticoloniale, inlassablement r�p�t�e dans un pays ind�pendant. L��l�ve de l�Ecole r�form�e � et cela est dramatiquement perceptible dans la nouvelle g�n�ration � ne peut soutenir l��preuve d�une communication orale en langue fran�aise, lorsqu�il a de terribles angoisses � l��crire. Il est certain qu�il ne lit plus dans cette langue. Ni m�me en arabe. C�est le pr�sident Bouteflika qui s'�tonnait, dans un �lan de puriste, de d�couvrir ce francarabe, m�tin� de culture SMS, qui est aujourd�hui l'idiome intemp�rant de la jeunesse des �coles.
L'�viction de la litt�rature et de la lecture
Mais revenons donc � l'Ecole d'avant 1977, probablement la plus parfaite d�entre toutes (j'entends bien, � ce propos, les accusations de pass�isme). Rafra�chirais-je des souvenirs en rapportant le tableau des lectures d��uvres et d�auteurs commenc�es assez t�t au cours �l�mentaire 1re ann�e. Lisait-on les po�sies de Sully Prudhomme, le premier prix Nobel de litt�rature, en 1901, et de Jean Aicard (�Les Po�mes de Provence�, 1874) ? On ne pouvait pr�tendre �tre candidat � ce m�morable examen d�entr�e en sixi�me des lyc�es et coll�ges et du v�n�rable certificat d��tudes primaires s�il n��tait studieusement lu et relu �Le Lac� (Lamartine) et �La Mort du loup� (Alfred de Vigny), sommets de la litt�rature romantique fran�aise. Et des po�mes du Parnasse (Heredia), du Symbolisme (Henri de R�gnier). Et aussi �Le Dormeur du val� (Rimbaud). Cette initiation � la lecture d'�uvres litt�raires s�appuyait sur des acquis linguistiques qui ne se pr�valaient encore que de vieilles grammaires qui n�en avaient cure de �strat�gies grapho-orales� et de �recodage phonologique �. Les petits �coliers d'Alg�rie pouvaient se confronter sans d�choir, sur le plan des savoirs linguistiques et litt�raires, � leurs camarades des pays francophones d�Europe et d�Am�rique du Nord. Cette Alg�rie de Boumedi�ne pouvait aussi se targuer d�avoir une presse et des journalistes de langue fran�aise de qualit� et � cet indicateur constant � le potentiel de locuteurs francophones le plus important dans le monde apr�s la France. Pour les id�ologues de l��poque, entre deux avions en partance pour Paris, ce qui n��tait pas per�u comme un paradoxe, il fallait se d�faire du legs colonial. Sous le contr�le du FLN, l�Alg�rie des ann�es 1960-1970 entreprend une alg�rianisation tous azimuts, aux cons�quences le plus souvent absurdes. Les ma�tres de l�Ecole ont proc�d� � des r�am�nagements de programme mesur�s, accordant une part m�rit�e � la litt�rature alg�rienne de langue fran�aise. Qu�on en juge. Dans le programme d�enseignement de langue fran�aise des coll�ges (correspondant � l'actuel second cycle de l'Ecole fondamentale), on distinguait les romans de Marie-Louise Amrouche, Malek Bennabi, Mourad Bourboune, Mohammed Dib, Assia Djebar, Mouloud Feraoun, Malek Haddad, Kateb Yacine, Mouloud Mammeri, Kaddour M�hamsadji, Malek Ouary ; les po�sies d�Ahmed Azzegagh, Dib, Anna Greki, Haddad, Nordine Tidafi et surtout ce chant des cimes de Z'hor Zerari (�Contre les barreaux�), lu par des dizaines de milliers d��l�ves, mu par l'esp�rance de la paix et de la libert�, �clatant dans l�ab�me de la ge�le coloniale ; et aussi les essais d�Ahmed Akkache et Mohamed-Cherif Sahli. Voil� au sortir des ann�es 1960-1970 un �tat de la culture litt�raire du coll�gien alg�rien, d�une profondeur et d�une qualit� d�sormais introuvables dans l�Ecole fondamentale de M. Benbouzid, qui ne sait produire de lecteurs. Le p�dagogue d�avant 1977 qui restait attach� � une inculcation rigoureuse de la syntaxe de la langue fran�aise pouvait envisager � c'�tait alors une mutation consid�rable � de l�enseigner dans ses marges r�f�rentiaires alg�riennes. Les textes des auteurs cit�s �taient lus comme exemples d�un fran�ais d�Alg�rie dont l�histoire r�cente n�excluait ni l�originalit� ni la pertinence. Depuis, il y a eu r�gression Voici, pour m�moire, les programmes d'auteurs et de textes des lyc�es d�avant la r�forme de 1977, qui comportent la lecture suivie, en 1re et 2e ann�e secondaires, de deux grands textes de la litt�rature alg�rienne. 1re ann�e : Moli�re : �Tartuffe� (1664- 1669) ; Montesquieu : �Les Lettres persanes� (1721) ; Hugo : �Les Contemplations� (1856) ; il est aussi not� : �initiation � la po�sie �pique� avec quelques po�mes de �La L�gende des si�cles� (1859-1883) ; Vall�s : �Le Bachelier� (1881) ; Zola : �Germinal� (1885) ; Anouilh : �Antigone� (1944). La lecture suivie de �L'Incendie� (1954) de Mohammed Dib a pu s'appuyer sur les pistes de lecture propos�es par Fran�ois Desplanques, enseignant � l�Universit� de Constantine, dans une anthologie �dit�e par l'Institut p�dagogique national (Alger, 1972, 54 p.). 2e ann�e : Moli�re : �Don Juan� (1665). Voltaire : �Zadig� (1748). Stendhal : �Le Rouge et le Noir� (1830). Baudelaire : �Les Fleurs du mal� (1857). Le texte alg�rien propos� est �Nedjma� (1956) de Kateb Yacine. Cet enseignement de l'�uvre �tait structur� par un choix de textes de l'Institut p�dagogique national (Alger, 1973, 132 p), pr�c�d�e par une introduction critique, traduite et adapt�e du m�moire en langue anglaise du Dipl�me d'�tudes sup�rieures de litt�rature de Hocine Menasseri : �William Faulkner : �The Sound and the Fury�, Kateb Yacine : �Nedjma�� (Universit� d�Alger, 1968). 3e ann�e : Pascal : �Les Pens�es� (1670). Diderot : �Jacques le Fataliste� (1778-1780, 1796). Le surr�alisme (doctrine, diff�rents auteurs et textes). Aucun texte alg�rien n��tait inscrit au programme de cette ann�e. Apr�s la r�forme de 1977, le l�gislateur de l'Ecole r�form�e de 1986 avait encore r�fr�n� les ardeurs des enseignants de langue fran�aise pour la lecture d��uvres de langue fran�aise. Il renfor�ait d'infranchissables balises autour du seul objectif : enseigner une communication basique dans un �fran�ais standard�. L��viction de la litt�rature fran�aise (et de langue fran�aise) de tous les cycles d'enseignement en �tait la sanction manifeste. Les �l�ves perdaient, avec elle, cet indispensable exercice dirig� de lecture qui �tait le gage d'une culture humaniste. Les axes de travail �nonc�s, en 1986, dans les programmes � th�oriques � de la classe de fran�ais donnaient l'impression � tout � fait trompeuse � d'une formation linguistique et litt�raire d'une haute tenue. Plus sp�cialement orient� sur la description linguistique et stylistique des textes litt�raires, le programme de 3e ann�e secondaire annule la perspective classique d'histoire litt�raire (� travers ses d�coupages synoptiques en si�cles, p�riodes, doctrines et �coles) au profit d'un �miettement des tendances litt�raires. On en expose les principales lignes : Prosodie : po�me; fonctionnement du m�tre ; l'intonation (dans le discours oral). Paragraphe : �conomie du paragraphe dans le texte. Etude de la nouvelle � partir de M�rim�e et de Maupassant. Le r�cit de fiction : morphologie (structures, s�quences, actants, etc.). Textes �tudi�s : contes extraits du recueil �Le Grain magique� (1966) de Taos Amrouche ; extraits de roman : non pr�cis�s (au choix de l'enseignant). La description : r�alisme (E. et J. Goncourt, Flaubert), naturalisme (Zola), nouveau roman (Robbe-Grillet, Butor). Enseignant la didactique des textes litt�raires � l'Universit�, dans un contact permanent avec les professeurs de lyc�e, je n�ai pu v�rifier, en son temps, que ce programme �tait enseign� � notamment dans les lyc�es de l�Est alg�rien � dans une p�riode de r�cession, o� l�Ecole alg�rienne a davantage projet� l�analphab�tisme et la d�culturation de masse. Dans une appr�ciation globale et s�rielle des acquis linguistiques et litt�raires et de la pr�sence de la lecture et du livre dans l'enseignement, l��l�ve des ann�es 1962-1977, nonobstant les marqueurs d�origine sociale et g�ographique, avait un meilleur positionnement dans la langue fran�aise, dans le livre � comme m�diation primordiale de la relation p�dagogique � et dans la culture litt�raire, que celui des ann�es 1980-2010. Il savait aussi construire (sur les registres de l�oral et de l��crit) un raisonnement dans une langue fran�aise ma�tris�e. Le l�gislateur des r�formes de 1977, 1986 et du d�but des ann�es 2000 a certes recouru aux conceptualisations les plus r�centes de la linguistique et de la science des textes dans des programmes inadapt�s � des �l�ves au fran�ais rudimentaire, qui ne s'�l�veront jamais aux exigences de l�expression �crite et orale. Et qui finiront par se couper d�finitivement de la lecture et du livre.
L'incons�quence comme mode de gouvernance
L'Ecole alg�rienne r�form�e n'a pas encore �valu� son mode de gouvernance. Et son incons�quence qui perdure. Volontiers r�formatrice (depuis 1977 et 1986 et apr�s l�av�nement de l��cole fondamentale, plusieurs grandes r�formes en un quart de si�cle, se chevauchant parfois), mal inform�e de la r�alit� des savoirs linguistiques de ses enseign�s, achetant au comptant de fumeuses ing�nieries didactiques de FLE dans les laboratoires �trangers, elle se caract�rise par une l�g�re inconstance. Depuis la fin des ann�es 1970, elle a potentialis�, en termes de communication et de culture, les d�ficits de l��l�ve alg�rien. Voici quelques notations provisoires : 1�/ Les d�cideurs alg�riens ont confondu langue fran�aise et colonialisme fran�ais. Depuis l�ind�pendance, la suspicion de n�ocolonialisme, qui l�a durement frapp�e, �tait un imparable argument livr� aux fougueux orateurs des meetings des kasmas et des mouhafadas du FLN. Au tournant des ann�es 1970- 1980, il �tait acquis que la minoration de la langue fran�aise dans l�enseignement, dont le seul bilan aujourd�hui est celui d�un d�solant g�chis, �tait la solution pour lutter contre un n�o-colonialisme insidieux, traqu� dans la culture et l�esth�tique fran�aises. 2�/ Le gouvernement alg�rien devrait abandonner ses lubies d�une �cole technicienne (comme si la technique n��tait pas une des formes sup�rieures de l�Art), oppos�e aux sciences humaines et sociales et aux lettres. Et se convaincre que l�acquisition d�une langue restera toujours incompl�te sans ses valeurs culturelles et esth�tiques que le l�gislateur scolaire a supprim�es de l�horizon de l�Ecole alg�rienne r�form�e. 3�/ Le livre et la lecture doivent retourner � l'�cole. Autant pour sauver l'enseignement des langues que pour r�amorcer la dynamique du livre et de la lecture dans notre soci�t�. L�Alg�rie est un des rares pays au monde qui a fait de ses propres �crivains nationaux � quel que soit leur outil linguistique � des �trangers dans son syst�me scolaire. 4�/ L�Ecole doit pouvoir jouer son r�le institutionnel � l��gard de la litt�rature nationale, de ses auteurs et de leurs textes, de leurs trajectoires, de leurs comp�titions et de leurs positionnements. La l�gitimit� d�une litt�rature nationale, de ses auteurs et de leurs textes se forge aussi par leur int�gration dans le travail scolaire. Mais l�Ecole r�form�e de M. Benbouzid n�est forte que de ses archa�smes pour mener des changements salutaires. Elle a, depuis longtemps, ali�n� la confiance de ses propres enseignants, de ses �l�ves et de leurs parents, et de la soci�t�. Il faut sur le livre et la lecture voir les intentions du gouvernement se r�aliser concr�tement pour y croire. Ce serait un premier pas dans le pari de r�enchanter l�Ecole alg�rienne et de la remettre dans le sens de l'Histoire, de sa vraie histoire, hier r�pudi�e par des apprentis sorciers dans le vent d�l�t�re d�incendiaires r�formes.
A. M.
* Ecrivain-universitaire. Publie, au mois de novembre 2011, chez M�dersa, �L'Essai alg�rien de langue fran�aise de la p�riode coloniale �.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.