La gendarmerie sera chargée d'enquêter    "Il est urgent de développer l'agriculture, l'agroalimentaire et le tourisme en Algérie"    L'Algérie, une "puissance de paix et d'équilibre"    Enlisement du conflit    Tebboune ordonne la tenue d'un Conseil interministériel    46 nouveaux cas enregistrés à Tindouf    Quel plan préventif pour l'Algérie ?    Une foule nombreuse accompagne Loubna Belkacemi à sa dernière demeure    Le Président Tebboune reçoit le ministre français des Affaires étrangères    Coupe du Monde 2022 (Zone Afrique): tirage au sort favorable pour l'Algérie    Khenchela : nécessité de la prévention pour se prémunir des asphyxies au monoxyde de carbone    Un tournoi de futsal dans la ville de Laâyoune est une "pure décision politique"    Benbouzid: une commission d'inspection à El Oued pour évaluer les services de santé    Vers l'élimination du problème de spéculation sur le prix du lait en sachet    Karim Tabbou maintenu en prison    SUR INSTRUCTION DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE : Envoi d'une caravane d'aides humanitaires en Libye    LUTTE CONTRE LA CRIMINALITE : 43 personnes arrêtées à l'extrême-sud du pays    BISKRA : Démantèlement d'un réseau de faussaires de monnaie    Saisie d'une importante quantité de kif    ACCIDENTS DE LA ROUTE : Tebboune ordonne la tenue d'un Conseil interministériel    JSK: Mellal condamné à 6 mois de prison ferme    Une réduction certes, mais la facture toujours aussi lourde    Cinq projets réalisés en 2019    Une quarantaine de walis concernés    Le MSP propose l'intégration du Hirak dans le préambule    Une base de l'ONU ciblée par des terroristes    Le PLD annonce sa participation    Le parquet requiert des peines de 1 an et de 18 mois de prison ferme    Des dizaines de manifestants blessés en Irak    L'état d'urgence renouvelé pour trois mois    Omari examine avec des représentants des Chambres d'agriculture le dossier des coopératives agricoles    ACTUCULT    Projection de "12 hommes en colère" à la cinémathèque de Béjaïa    "Il faut un plan pour sauver notre patrimoine culturel"    La Révolution racontée par Sid Ali Abdelhamid    L'UA réitère la position commune de l'Afrique sur le cessez-le-feu en Libye    «Il n'y a pas de plan B, ça sera au Cameroun»    MOB : Préparation perturbée    MC Oran : Un mercato hivernal tristounet    Aïn Témouchent : Réduction drastique du nombre de départs à la retraite    Scène artistique algérienne : Décès de l'artiste Loubna Belkacemi    Salon du livre à Tizi Ouzou : Réconcilier le public avec la lecture    Le sg de l'UGTA Annaba dépasse les bornes, il agresse et chasse les syndicalistes    L'APN examine la levée d'immunité d'un député    Le NCM et le PAC se neutralisent    Le mouvement des entraîneurs supplante celui des joueurs    Le COA demande à la CAF d'éviter «tout acte entravant l'action de l'ONU»    Un court-métrage tourné à Oran sélectionné    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





CAMPAGNE POUR LES L�GISLATIVES 2012
Un d�but timide
Publié dans Le Soir d'Algérie le 16 - 04 - 2012

C�est parti pour trois semaines de campagne �lectorale. Les quarante-quatre partis en lice et les ind�pendants partent � la course aux voix dans l�espoir de capter des voix qui puissent leur ouvrir la voie � la d�putation. Face � des �lecteurs des plus r�ticents, les candidats vont devoir redoubler d�imagination. Les programmes s�annoncent charg�s. Meetings et rencontres de proximit� se succ�deront avant la date du 10 mai.
Des visages sur des noms !
Hier, les �lecteurs pouvaient mettre des visages sur des noms. Les premi�res affiches ont fait leur apparition au niveau des panneaux d�affichage. Le FLN et l�Alliance pour une Alg�rie verte ont �t� les plus prompts � occuper les espaces r�serv�s par l�administration � cet effet. Les Alg�rois ont d�couvert un Amar Ghoul souriant sur un fond vert en attendant l�arriv�e des trente-six autres listes.
Tous sur le Web !
La majorit� des formations politiques misent sur le Web pour tenter de toucher un maximum d��lecteurs. Beaucoup de formations politiques ont investi le Net en relookant leurs sites internet mais en cr�ant �galement des comptes Facebook pour toucher la communaut� des internautes.
Cap sur les enregistrements
Les premiers partis tir�s au sort samedi pour le passage sur les ondes de la radio et � la t�l�vision ont d� se d�p�cher pour effectuer les enregistrements et ne rater aucun des cr�neaux horaires qui leur sont r�serv�s, quitte � improviser un peu pour le premier enregistrement.
Des candidats bien matinaux
Pas une minute � perdre pour les candidats. Hier, beaucoup de meetings �taient programm�s d�s 9 heures du matin. Ouyahia a choisi le sud du pays pour donner le coup d�envoi de la campagne du RND, avec un meeting � B�char qui �tait pr�vu � 9 heures. Hanoune �tait, d�s 10 heures, � Tlemcen, Fewzi Reba�ne �tait au m�me moment � Bordj-Bou-Arr�ridj.
Le PRA maintient le suspense
Le parti de Kamel Bensalem a attendu le jour du lancement officiel de la campagne �lectorale pour d�voiler ses t�tes de liste. Strat�gie �lectorale ou simple co�ncidence ? Le pr�sident du PRA n�en dira pas plus�.
Les programmes, enfin !
T�tes de liste et responsables de partis se recentrent sur l�essentiel de ce qui fait une campagne �lectorale : les programmes. Depuis hier, ils expliquent leurs choix, leurs visions apr�s des semaines pass�es � commenter les d�clarations du ministre de l�Int�rieur ou les activit�s de la Commission de surveillance des �lections.
Chass�-crois� Belkhadem-Ouyahia
Les patrons du FLN et du RND ont tous deux choisi le sud du pays pour le lancement de la campagne �lectorale. Au moment o� Ahmed Ouyahia, SG du RND, animait des meetings populaires � B�char et Na�ma, Abdelaziz Belkhadem, SG du FLN, �tait, quant � lui, � Illizi. Des choix loin d��tre anodins au moment o� le sud du pays est sur le qui-vive en raison des �v�nements qui secouent le Sahel.
Au-del� des l�gislatives
L�Alliance pour une Alg�rie verte ne se contente pas de vouloir s�imposer comme premi�re force politique du pays. Ses initiateurs se projettent au-del� des �lections en annon�ant un programme qui s'�tend jusqu'en 2022 et qui s'articule autour de 43 axes et 718 mesures. Pourvu que ladite alliance ne connaisse pas le m�me sort que l�Alliance pr�sidentielle !
Pas de stars chez Menasra
Le Front du changement de Menasra dit ne pas miser sur des �stars� pour mener la liste de la wilaya d�Alger. Cette liste est compos�e de 37 candidats �g�s de 40 � 42 ans. Les femmes y sont repr�sent�es � hauteur de 43%, soit un taux sup�rieur � celui impos� par la loi.
Nawal Im�s
Louisa Hanoune : �Pour la r�ouverture des Souks el Fellah�
Cette campagne d�bute timidement et presque dans l�indiff�rence des citoyens qui sont beaucoup plus pr�occup�s par les difficult�s quotidiennes. Sans m�me qu�il y ait un appel au boycott, cette campagne �lectorale est peut-�tre venue au mauvais moment, avec la pomme de terre � 120 DA et la sardine � 400 DA, les candidats � la d�putation auront du mal � convaincre.
C�est l�impression qui se d�gage de ce premier rendez-vous avec le public de Louisa Hanoune. Pour sa premi�re sortie, elle a d� reporter le meeting de A�n-Defla pr�vu le vendredi mais annul� � cause des fun�railles de Ahmed Ben Bella. Lors du meeting de Tlemcen, Louisa Hanoune n�a pas apport� quelque chose de nouveau, c�est le m�me discours qu�elle tient depuis des ann�es, elle d�nonce la privatisation, la menace imp�rialiste et le capitalisme sauvage. Sauf que cette fois-ci, elle remet en cause la majorit� parlementaire qui, selon elle, �a fait avorter les r�formes du pr�sident de la R�publique�, mais depuis quand cette majorit� s�oppose-telle aux directives du pr�sident ? C�est � croire que nous sommes vraiment dans un r�gime parlementaire. Louisa Hanoune d�nonce l�accord de partenariat avec l�Union europ�enne et appelle � la r�ouverture des Souks el Fellah pour promouvoir la production nationale. Il est vrai que du temps des Souks el Fellah, il y avait le fameux P.A.P pour achalander les �tals. Mais on produit quoi au juste pour prot�ger la production nationale ? La dame de gauche ne renonce pas au socialisme et d�fend le 51/49 dans le cadre de l�investissement pour prot�ger le secteur public. Sur le plan politique, elle est sur la m�me longueur d�onde que le pr�sident de la R�publique. Elle qualifie le 10 mai de date historique pour le changement, tout en s�en prenant indirectement au courant abstentionniste et aux nouveaux partis. Hanoune appelle au vote massif et au droit des �lecteurs, pour le retrait de confiance aux �lus qui n�honorent pas leurs engagements. Ce discours devrait s�appliquer en premier lieu aux d�put�s du PT qui sont loin de cette r�alit�. Au fait, allez demander � un simple citoyen de Tlemcen, ce qu�ont fait les d�put�s pour cette wilaya, devenue la chasse gard�e des trabendistes de tous genres. Le �no a la Izquierda !� a �t� un cinglant revers au PSOE de Felipe Gonzales. Notre passionaria devrait peut-�tre s�en inspirer !
M. Zenasni
FRONT DU CHANGEMENT
Entame � partir du domicile de Nahnah
C�est � partir du domicile de Cheikh Mahfoud Nahnah � Blida que le pr�sident du Front du changement, Abdelmadjid Menasra, a entam�, hier, sa campagne �lectorale pour les prochaines l�gislatives.
Cette maison qu�il a voulue un symbole de fid�lit� aux valeurs du fondateur du MSP, sera, dira Abdelmadjid Menasra, le point de d�part pour les autres villes du pays, d�autant qu�elle fut, ajoutera l�ancien ministre de l�Industrie, l��difice d�o� a germ� le concept du changement avant m�me que le mouvement ne soit officialis�. D�embl�e, Abdelmadjid Menasra fustigera l�administration qu�il a qualifi�e de partisane. �Il est d�plorable qu�aujourd�hui cette administration nous rivalise d�autant que c�est elle qui choisit les partis qui repr�sentent le pouvoir, alors que les r�gles de comp�tition doivent faire valoir la neutralit�. Malheureusement, l�administration ne r�fl�chit qu�� la mani�re de comment utiliser des techniques � m�me de faire gagner les partis du pouvoir au d�triment de ceux du peuple car elle rejette tout changement�, tonnera-t-il. Le pr�sident du Front du changement reviendra sur �les entraves dont a �t� victime Cheikh Nahnah pour imposer le changement�. �N�emp�che qu�il a continu� le combat, affirmera-t-il, malgr� son emprisonnement et la fraude qu�il avait subie lors de la pr�sidentielle de 1995.� Menasra dira par ailleurs que le slogan de son parti �mane du peuple. C�est lui qui veut le changement d�o� le projet du FC, lequel s�articule sur cinq priorit�s, � savoir : la libert�, la justice, la connaissance, le d�veloppement et la sant�. De ces projets, ont d�coul�, fera-t-il savoir, 365 propositions mat�rialisant les ambitions du peuple. Cependant, le disciple de Mahfoud Nahnah appr�hende la fraude. �Le pire ennemi du changement est la fraude et nous devrons �tre plus forts que les fraudeurs. Nous, nous avons choisi la voie de la paix et de la d�mocratie car nous rejetons de but en blanc la violence, celle-l� m�me qui est la s�ur et l�alli�e de la fraude qui ne peut solutionner les probl�mes du pays�, soutiendra-t-il. Sur un autre volet, il s�indignera contre certains partis ou certains ministres en lice qui utilisent des sommes colossales d�argent pour leur campagne �lectorale. Cet argent qu�il nommera dans la langue vernaculaire des Alg�riens, � savoir Ech�kara (sachet) est celui de l�Etat. �L�on constate que certains ministres-candidats utilisent les m�dias de l�Etat dans leurs sorties sur le terrain. N�est-ce pas une mani�re d�utiliser les deniers de l�Etat pour faire campagne ?�, s�interroge Menasra. Pour ce dernier, les principaux �l�ments pouvant ramener le changement dans le pays sont les jeunes et la femme. Pour faire b�n�ficier ces jeunes de la manne p�troli�re, Menasra propose justement �la fameuse caisse� o� sera d�pos� tout ce qui est exc�dentaire au prix de 77 dollars le baril de p�trole, lequel financera les projets pour les jeunes et la construction de logements qui leur seront destin�s. Parmi les propositions contenues dans son programme, fera conna�tre le pr�sident du FC, la r�duction de la dur�e du service national � 6 mois. Enfin, Menasra dira qu�au cas o� il aura gagn� des si�ges au Parlement, il s�alliera avec les partis qui auront le plus grand nombre de voix sans tenir compte de leur couleur. A noter que la premi�re ville o� Menasra battra campagne est M�d�a. Il cl�turera son p�riple � Alger.
M. B.

SOFIANE DJILLALI, PR�SIDENT DE JIL JADID :
�L�Alg�rien a de l�aversion pour la politique�
Profession de foi de poids que celui dont s�est fendu Sofiane Djillali et ce, au premier jour de la campagne �lectorale pour les l�gislatives du 10 mai prochain. Pour le pr�sident du parti Jil Jadid, �l�Alg�rien a de l�aversion et pour la chose et pour la classe politiques�, estimant que cet �tat de fait constitue �un v�ritable danger pour le processus d�mocratique et, partant, pour le pays�.
M. Kebci - Alger (Le Soir) - Ce constat navrant, l�ex-bras droit de Noureddine Boukrouh au PRA dont il a assur� un temps le secr�tariat g�n�ral, a eu � le faire, ce dimanche, invit� qu�il �tait de la r�daction de la Cha�ne III de la Radio nationale. �L�Alg�rien n�aime pas la politique ! Il n�aime pas la classe politique. Il a une id�e p�jorative de ce qu�est l�homme politique�, l�chera-t-il, estimant que cela constitue un danger fondamental. Et � M. Sofiane Djillali d�expliquer sa pens�e en affirmant que quand �un peuple ne croit plus en ses dirigeants, on s�achemine vers des complications�. Ce pourquoi le pr�sident de Jil Jadid estime que l�urgence du moment est d�ordre politique, plaidant pour de �v�ritables r�formes politiques � m�me de consolider, dira-t-il, �le processus d�mocratique et l��tat de droit�. Comment ? A travers, soutiendra- t-il, des institutions. �Avec un pouvoir et des contre-pouvoirs�. Ce n�est qu�� ce stade qu�il faudra enclencher, dit-il, �une dynamique de d�veloppement�. Tout le contraire de ce que pr�conisent beaucoup d�hommes politiques qui s�invitent mutuellement � faire des propositions �conomiques et pour lesquels le d�bat id�ologique est �cul� et n�a plus sa raison d��tre. Mais pour M. Djillali, cet imp�ratif politique trouve sa raison d��tre dans le fait que le pays �a v�cu ces douze derni�res ann�es une fermeture totale. �Il y a eu un retour � une forme de parti unique avec une h�g�monie de certains partis�, dira-t-il, estimant que pr�sentement, �nous allons vers une r�ouverture des champs politique et m�diatique. C�est le d�but d�un processus qui recr�e la confiance entre le citoyen et la classe politique�.
Pour la refonte totale de l��conomie
Au sujet de la dynamique de d�veloppement dont il a parl�, le patron de Jil Jadid plaidera pour une refonte de fond en comble de la chose �conomique. �Nous avons un bazar et notre �conomie ne produit presque rien avec un taux de croissance de 3%, d�pendant du niveau du dollar et du baril de p�trole.� Pour y rem�dier, il pr�conisera de �lever toutes les contraintes bureaucratiques qui, telle une chape de plomb, plombent l�activit� �conomique et freinent toute volont� d�investissement et qui fait que l�agent �conomique ne fait que courir derri�re la paperasse�. Soit, dira-t-il, �80% de son temps de manager�. Donc, ajoutera-t-il, �au lieu de travailler sur l�am�lioration de ses produits et de l�exploration de march�s �trangers, il passe son temps � chercher des papiers� avec ce que cela suppose comme, ajoutera-t-il, �corruption � tous les niveaux�. Il citera l�exemple du registre du commerce dont l�obtention n�cessite, selon lui, �six � douze mois d�attente �, d�fiant le ministre du Commerce d�aller �tablir en tant que citoyen un registre du commerce. Celui-ci, dira-t-il, �sera incapable de le faire parce que tout fonctionne avec des connaissances et des circuits secondaires�. Sofiane Djillali a pr�sent� les axes prioritaires du programme d�action �conomique de son parti, exhortant l�implication du potentiel intellectuel et scientifique de nos compatriotes �tablis � l��tranger auxquels il faut, soulignera- t-il, �cr�er les conditions pour qu�ils reviennent au pays�. �Ils sont 200 000 cerveaux pr�ts � revenir travailler au pays� a-t-il ajout�.
Campagne de proximit�
Le parti, dont la ligne directrice de la campagne �lectorale pour les l�gislatives du 10 mai prochain se base sur l�action de proximit�, a entam� cette derni�re en rendant visite � notre r�daction. T�t dans la matin�e d�hier, Sofiane Dillali, accompagn� de cadres du parti, a fait un crochet par le Soir d�Alg�rie pour saluer l��quipe et la remercier pour tout le travail qu�elle accomplit au quotidien. Ceci avant qu�il ne prenne cong�, son agenda �tant charg� avec, notamment, dans l�apr�s-midi, une rencontre de proximit� dans la capitale.
M. K.
LE PRA R�AFFIRME SA POSITION
�L�Alg�rie souffre d�un probl�me de gestion�
Le secr�taire g�n�ral du Parti du renouveau alg�rien (PRA) a r�affirm� que sa formation politique est toujours �fid�le� � la pens�e de Malek Bennabi. Il se d�finit ainsi comme parti centriste.
Rym Nasri - Alger (Le Soir) - �Nous sommes des musulmans et non pas des islamistes et le PRA est un parti centriste qui se r�f�re � la pens�e de Malek Bennabi�, a soulign� Kamel Ben Salem, SG du PRA, hier, lors d�une r�union avec les t�tes de liste du parti, tenue � Alger. T�te de liste dans la wilaya de M�d�a, le SG du PRA a r�v�l� que son parti sera pr�sent dans 46 wilayas � l�exception de Tizi Ouzou et de Souk Ahras. Ses listes comptent 571 candidats � travers les diff�rentes wilayas et 12 autres pour les circonscriptions �lectorales � l��tranger. Parmi les candidats, il souligne la pr�sence de 173 femmes, dont une t�te de liste � Relizane. �La femme est pr�sente sur toutes les listes �tablies du PRA�, a-t-il dit. Evoquant le programme du parti, Kamel Ben Salem indiquera qu�il comporte plusieurs volets : l��conomie, le social et le politique. �L�Alg�rie n�a pas de probl�mes financiers mais souffre plut�t d�un probl�me de gestion. Le PRA propose des solutions pour les probl�mes du ch�mage, de logement et m�me pour la lutte contre la corruption �. Mais poursuit-il : �Il n�y a pas de r�formes �conomiques et sociales sans r�formes politiques.� Pour lui, l�Assembl�e populaire nationale a perdu de sa cr�dibilit� et �il est temps de r�tablir le v�ritable r�le de cette institution �, ajoute-t-il. Qualifiant l�agr�ment de nouveaux partis politiques de �positif�, il a toutefois, rejet� toute id�e d�alliance avant le prochain rendez-vous �lectoral. �Nous sommes contre l�id�e d�une alliance avant les �lections l�gislatives. Par contre, une �ventuelle alliance apr�s est fort possible notamment avec des formations politiques qui plus ou moins partagent des points communs avec notre parti�, pr�cise-t-il.
R. N.
TIZI-OUZOU
Un d�but de campagne au point mort
Ce n��tait, certes, que le premier jour d�une longue campagne qui s�annonce, mais il est tout de m�me des signes qui ne trompent pas sur ce que pourrait susciter comme engouement la course � la d�putation aupr�s d�une population qui, hier, donnait l�air d��tre totalement d�connect�e.
L�entr�e en lice des candidats � la d�putation, dans la wilaya de Tizi-Ouzou, o� pas moins de 32 listes concourent pour 15 si�ges, s�est faite en douce, puisque tout juste une quinzaine de concurrents sont sortis t�ter le terrain. Et le moins que l�on puisse dire c�est que ce ne fut pas avec grand bonheur tel que l�illustrait, par exemple, cette sortie du RPR du c�t� de la da�ra de Tigzirt o�, selon un de nos correspondants, ils �taient� exactement 14 personnes � assister � l�un des trois meetings sur lesquels le parti comptait, pour lancer sa campagne. Plus au sud de la wilaya de Tizi-Ouzou, � Boghni plus exactement, c�est le Parti pour la libert� et la justice de Mohamed Sa�d qui a connu son premier couac de campagne. Selon le coordinateur de wilaya de ce parti, la salle retenue pour abriter les meetings et autres rencontres durant ces trois semaines de campagne n�avait rien d�une salle. �Totalement d�labr�e et pas seulement, cette salle est noy�e dans une mare d�eau, le sol jonch� de d�bris de bouteilles et d�amas d�excr�ments�� est-il affirm� dans un communiqu� diffus� en milieu d�apr�s-midi. Ailleurs, selon tous nos correspondants, on avait peine � croire qu�une campagne �lectorale venait de conna�tre son coup de starter. En fait, il aurait suffi de faire un tour au centre-ville de Tizi-Ouzou pour comprendre que les candidats ont d�cid� de prendre leur temps avant de s�en aller tenter de s�duire les potentiels �lecteurs. Ainsi, m�me pour l�affichage on ne s�est pas bouscul�. En effet, seules quelques affiches du MPA d�Amara Benyoun�s, qui n�ont d�ailleurs pas r�sist� � des mains arracheuses, ornaient les sites pr�vus � travers le centre-ville. De toute �vidence, il va falloir beaucoup d�imagination et surtout de force de persuasion de la part des candidats des 32 listes en course, pour int�resser une population pas tr�s port�e sur les �lections, l�gislatives notamment, lors desquelles Tizi-Ouzou a toujours �t� en queue de classement du taux de participation.
M. Azedine

MEETING D�AHMED BENABDESLEM � CONSTANTINE
D�but de campagne rat� pour le FAN
Signe d�un d�sint�r�t manifeste de la population quant aux �lections ou incapacit� � mobiliser les curieux du moins, la sortie constantinoise du pr�sident du Front de l�Alg�rie nouvelle, FAN, � l�occasion de la premi�re journ�e de la campagne �lectorale aura �t� un non-�v�nement. En effet, mis � part quelques militants, deux observateurs de l�Union europ�enne et une poign�e de journalistes venus recueillir les propos d�Ahmed Benabdeslem, le meeting de cet ex-membre d�El Islah, �tait, � tous points de vue, un rendez-vous rat� pour un parti qui concourt � la d�putation avec des listes dans 46 willayas. En tout �tat de cause, pour celui qui se dit militant d�une �Alg�rie r�publicaine, badissienne et novembriste �, le choix de Constantine, berceau du leader du mouvement r�formateur pour lancer la campagne �lectorale, n�est pas fortuit mais d�note plut�t d�une volont�, celle de �reconqu�rir l�h�ritage perdu du cheikh Abdelhamid Ben Badis qui, 50 ans durant, n�a eu de vie que pour l�Islam et l�Alg�rie. Nous ne voulons pas d�une Alg�rie communiste, lib�rale, la�que, encore moins wahhabite. Nous voulons une Alg�rie amazighe et arabe, celle pour laquelle Ben Badis a consacr� toute sa vie.� Craignant une forte abstention qui n�arrangerait que les affaires des �arrivistes�, et oppos� � la politique de la chaise vide et du boycott, Ahmed Benabdeslem a exhort� les Alg�riens d�aller voter massivement. �L�Alg�rie est en danger et a besoin plus que jamais de ses fils. Ce serait une honte pour les Alg�riens de perdre ce que nos martyrs ont reconquis � Se proposant comme une alternative pour le changement, le leader du FAN estime que le pays n�a pas besoin d�alliance islamique qui le conduira dans des querelles id�ologiques, mais a besoin d�un front large o� se fondent tous les Alg�riens. S�agissant du programme politique et �conomique du parti, Ahmed Benabdeslem d�fend �l�accomplissement des r�formes dans tous les domaines et la cessation des pratiques incompatibles avec l�Etat de droit�.
Farid Benzaid
ANNABA
Faible mobilisation
La campagne pour les l�gislatives du 10 mai 2012 a timidement d�but� hier dimanche � Annaba, malgr� la disponibilit� des moyens logistiques (plus d�un millier de panneaux d�affichage, une dizaine de stades, une vingtaine de salles et autres places publiques) r�serv�s par les services de la Wilaya � cet effet.
1 800 rassemblements et autres meetings populaires sont pr�vus. Ainsi, un seul parti parmi ceux ayant re�u leur agr�ment r�cemment a organis� un cort�ge de v�hicules sur lesquels �taient placard�s la liste avec les photos des candidats qui ont sillonn� la ville et sa p�riph�rie durant toute la matin�e. Sur le mythique cours de la R�volution, c�ur de l�antique Bouna, les trois quarts des panneaux d�affichage r�serv�s aux 44 listes entre partis (39) et ind�pendants (5) sont rest�s d�sesp�r�ment vides et ce, jusqu�en milieu d�apr�s-midi. Dans ces 44 listes en lice � Annaba, qui dispose de huit si�ges � pourvoir au palais Zighoud-Youcef, on trouve �videmment les partis traditionnels dont, outre le FLN, le plus ancien parti d�opposition, le FFS, mais �galement la coalition des trois partis islamistes, MSP, Nahda et Islah, sous le label �El Djaza�r El Khadra� (Alg�rie verte), avec, cependant, un certain refus de cautionnement d�une bonne partie de nahdaouis de cette liste. Il y a �galement dans les 44 listes qui prennent part � ces joutes �lectorales, les partis plus ou moins anciens ayant eu leur agr�ment � l�ouverture du champ politique en 1989 et, bien entendu, d�autres issus des 21 nouveaux partis agr��s tout r�cemment. Pour les cinq listes d�ind�pendants, ils viennent de divers horizons et secteurs, dont l�administration et le priv�. Dans cette optique, il y a lieu de mentionner que les redresseurs du FLN, men�s par Salah Goudjil, ayant envisag� de se pr�senter � Annaba sous une liste ind�pendante, ne figurent pas dans les cinq pr�sentes pour ces joutes �lectorales. Pour le FFS, qui prend part � ces l�gislatives apr�s un long boycott, le choix de t�te de liste s�est port� sur un transfuge du Parti des travailleurs (PT) ayant occup� le poste de responsable du bureau de wilaya, avant de d�missionner de cette charge d�but 2011, puis carr�ment du PT en f�vrier dernier. La liste du FLN a fait l�objet de vives critiques de la base. Des universitaires, des cadres d�entreprises �conomiques, militants du parti de p�re en fils et pour certains, issus de familles ayant donn� � la lutte de Lib�ration nationale plusieurs de leurs membres, ont �t� �cart�s, sans motif valable, estiment-on au sein des militants du FLN � Annaba. Des observateurs avertis de la chose politique dans cette wilaya de l�extr�me nord-est du pays pr�disent une �d�b�cle� aux prochaines l�gislatives de l�ex-parti unique. Dans cette wilaya, ils sont quelque 428 677 �lecteurs inscrits dont 13 168 nouveaux, apr�s recours, selon la Direction de la r�glementation et de l�administration g�n�rale (Drag). Sur instruction du chef de l�ex�cutif de la wilaya de Annaba, Mohamed Ghazi, les services de cette direction sont tenus au respect strict de leurs pr�rogatives se r�sumant � la pr�paration des conditions logistiques, techniques et mat�rielles pour la r�ussite de cette consultation �lectorale.
A. Bouacha
ORAN
Quels arguments pour �viter l'abstention ?
Depuis hier, les repr�sentants des partis politiques et des ind�pendants, ont entam� la campagne �lectorale pour tenter de convaincre les �lecteurs de la n�cessit� de voter et d��lire leurs repr�sentants.
Une premi�re journ�e consacr�e principalement � pr�senter leurs candidats respectifs et � �num�rer quelques �l�ments de leurs programmes. Face � un �lectorat d�sabus� par des promesses ant�rieures non tenues, le spectre de l�abstention pr�domine � Oran. En ce premier jour de campagne, mis � part les panneaux d�affichage des candidats aux l�gislatives, des panneaux qui sont d�ailleurs rest�s vide, rien n�indiquait qu�il y a eu lancement de campagne. Les citoyens eux-m�mes affichaient un total d�sint�r�t aux questions relatives aux �lections l�gislatives. C�est dire que les 37 partis et les 6 listes des ind�pendants, repr�sentant un total de 43 listes, ont du pain sur la planche et devront trouver des arguments nouveaux et surtout convaincants, pour qu�au moins les plus r�fractaires au vote les �coutent. Pour Noureddine Djellouli, ancien maire d�Oran et t�te de liste du nouveau parti �El Moustakbel�, ce d�but de campagne a �t� l�occasion de regrouper ses membres et sympathisants au niveau de la salle de l�h�tel El Houna, o� il a avanc� les grande lignes de son parti qui pr�ne �l��coute, la concertation et la transparence �. Tout en reconnaissant l�h�sitation constat�e aupr�s des citoyens, le boycott, sa formation politique compte le contrer par des actions de sensibilisation de proximit�, en visant les personnes qui n�ont jamais vot� auparavant. Le Front du changement a quant � lui choisi de se r�unir au niveau de son si�ge pour pr�senter ses candidats. Pour sa part, le docteur M�liani, t�te de liste ind�pendante �El Amana� a opt� pour la placette de Tahtaha, � la Ville nouvelle, pour un regroupement en pr�sence de tous ses candidats aux �lections l�gislatives. Le RND a �galement choisi en ce premier jour de campagne de r�unir ses membres au niveau de la salle de cin�ma Es Sa�da et pr�senter un � un ses candidats et �num�rer les points principaux de son programme consacr� � la wilaya d�Oran. Pour sa part, la t�te de liste du FNA a fait savoir par le biais d�un communiqu� qu�il ne comptait commencer la campagne qu�au terme des huit jours de deuil, suite au d�c�s du pr�sident Ben Bella. Hier, ce fut la secr�taire g�n�rale du PT qui devait inaugurer, en fin d�apr�s-midi, la s�rie de meetings que comptent animer les chefs de partis � Oran. Mme Louisa Hanoune a choisi de s�adresser � la population oranaise � partir de la commune d�Es Senia, au niveau de la salle omnisports. En attendant un lancement plus dynamique de la campagne �lectorale, les Oranais vaquent � leurs occupations dans l�indiff�rence. Gagner la confiance de l��lectorat ne sera s�rement pas une mince affaire. Beaucoup misent sur les prochains jours o� des chefs de partis viendront pour tenter de donner du souffle � cette campagne qui semble �puis�e avant m�me de commencer, tant les citoyens ne se sentent pas concern�s.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.