USM Alger : La saison n'est pas encore terminée pour les Rouge et Noir    Secousses telluriques à Mila : "l'Etat n'abandonnera pas ses citoyens"    Berraki : pas de dégâts ou de dysfonctionnements au niveau du barrage de Beni Haroun    Les Algériens interdits d'entrée en Suisse    Ounoughi évoque l'affaire de Madjer avec l'Anep    Covid 19 : 529 nouveaux cas, 429 guérisons et 9 décès en Algérie durant les dernières 24 heures    PARTI FLN : Le SG invité à Moscou pour participer à un sommet    EXPLOSION DE BEYROUTH : L'Algérie envoie un hôpital militaire de campagne    JUSTICE : Vaste mouvement dans le corps des magistrats    NOUVEAU CHEF D'ETAT-MAJOR DE LA GN : Le général Yahia Ali Oulhadj installé dans ses fonctions    REUNION GOUVERNEMENT-WALIS MERCREDI ET JEUDI PROCHAINS : Vers un mouvement dans le corps des walis    FRANÇAIS BLOQUES EN ALGERIE : Plus de 40 000 personnes rapatriées depuis mars    POUR NON-RESPECT DES MESURES PREVENTIVES : Fermeture de près de 5400 commerces à Alger    MASCARA : Les personnels de la santé dénoncent le manque de transport    Liban: le bilan de l'explosion du port de Beyrouth atteint 154 morts    Palestine : raids aériens israéliens sur la bande de Ghaza    L'Ogebc se dirige vers une exploitation optimale des sites du patrimoine    Pêche: un décret pour l'organisation des pécheurs artisans en coopératives    Fusion MCA-GSP : l'AGex du MCA largement en faveur de la fusion    Hommage à Gisèle Halimi: une halte en reconnaissance à ceux qui ont soutenu l'Algérie    Explosion de Beyrouth: aides algériennes au Liban    Procès du journaliste Khaled Drareni : L'absurde devient ordinaire par lassitude    Explosion de Beyrouth: Chanegriha présente ses condoléances    L'Italie prêtera main-forte à la France avec 200 soldats    Le prêt de Benchaâ au CCS prolongé    Huit ambitieux et seulement quatre billets pour Lisbonne    Djerrar opéré avec succès    L'Alliance des designers algériens professionnels voit le jour    Gilles Lapouge, l'amoureux du Brésil    L'Unesco va réhabiliter le patrimoine de Bandiagara, victime du conflit    Deux Algériens légèrement blessés    13 décès et 551 nouveaux cas en 24 heures    Pertamina lorgne les actifs d'OXY en Algérie    Le général-major Meftah Souab en soins à l'étranger    La défense compte saisir le chef de l'Etat    Le désert agraire    Attar plaide pour une "Opep du gaz"    Nacer Boudiaf demande la réouverture du dossier    Opéré de nouveau à Lille : Benzia espère un retour en janvier    JS Kabylie : Relance de la webradio du club    Feux de forêts : Arrestation d'au moins 10 individus    Le harrag anonyme ou le marigot des caïmans    FAUSSES SAINTETES    L'apocalypse à Beyrouth    Washington condamne la présence militaire étrangère en Libye    Un néonazi avoue le meurtre d'un élu régional    "L'Euthanasie, entre légalisation et incrimination", nouvel ouvrage du chercheur Djamel Eddine Anane    Le parcours du pianiste Nassim Kahoul, un exemple de détermination    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





ICI MIEUX QUE LA-BAS
L�aveu de Bouteflika � S�tif
Publié dans Le Soir d'Algérie le 13 - 05 - 2012


Par Arezki Metref
[email protected]
La g�n�ration des caciques du FLN,� ses hommes et son id�ologie, � est-elle encore politiquement convenable pour l�Alg�rie ? Doit-elle d�cr�pir au pouvoir ? Non, a martel� Bouteflika � S�tif. Oui, plus que jamais, affirme l�urne � ou son double � qui a donn� vainqueur� le FLN. Du tac au tac : un truc se dit, le contraire se produit ! Aussit�t ! Pas croyable comme elle est bien r�gl�e, cette horlogerie-l� !
Si tout le reste �tait aussi bien huil�, on caracolerait en t�te dans bien des domaines� Mais� On ne pige rien. Enfin, � premi�re vue. On essaie de se convaincre qu�il faut peut-�tre, pour comprendre un tantinet, placer le discours prononc� par Abdelaziz Bouteflika le 8 mai dernier � S�tif dans la rubrique �discours de campagne ! Paroles de salle de f�tes ou de gymnase destin�es � provoquer un effet imm�diat ! Vite aux urnes ! Le monde nous regarde. Mais les paroles font un petit tour. Puis s�en vont ! Auquel cas, deux remarques s�imbriquent. D�abord, on n�est pas oblig� de prendre. Les grandes affirmations lyriques, c�est comme les promesses, elles n�engagent que celles et ceux qu�elles �meuvent. Deuxio : il n�est pas incongru, dans une campagne o� l�on s�implique avec armes et bagages, de titiller un peu l�instrument de l�histoire et m�me celui de la religion pour gagner des auditoires, en l�occurrence d�j� acquis. Oui, comparer l�acte de voter au 1er Novembre ou au 8 Mai et �voquer les forces du mal, c�est �tre en plein dedans. Des commentateurs ont qualifi� de �sortie� ce discours. Je dis bien sortie, c'est-�-dire contraire d�entr�e. Et cette �sortie �tait, nous diton, attendue. Tr�s attendue m�me. Et de longue date�. Au vrai, la seule sortie attendue, c�est celle � laquelle semble se r�signer la g�n�ration en question. Sinc�rement ou tactiquement ? Biologiquement, c�est s�r ! La g�n�ration des �vieux� qui tire la l�gitimit� du pouvoir de sa participation � la lib�ration � r�elle ou fantasm�e � du pays pour conduire ce dernier dans le mur, cette sortie-l�, les jeunes l�attendent depuis quasiment toujours ! �a y est, c�est fini. C�est m�me un chou�a trop. Ils ont trop tard�. Ils auront tout plomb�. Pas un jeune ne peut surgir s�il n'est adoub� par eux-m�mes et sit�t b�ni, il est d�j� �vieux�. On a vu des �vieux� de trente ans. Comme quoi, si le courage n�attend pas le nombre des ann�es, la vieillesse non plus� Les �vieux� de la guerre de lib�ration ont pris go�t au pouvoir qu�ils ne quitteraient pour rien au monde ! �a, on le sait depuis toujours. Alors qu�est-ce qui justifie cette �sortie� de Bouteflika ? Comme tous les observateurs, on a saisi qu�il lui est essentiel d�invoquer des arguments attractifs pour que les Alg�riens, d�sabus�s, aillent voter aux l�gislatives. Et quoi de plus attractif que de dire, en quelque sorte, votez et je vous promets que l�on s�en ira. Que ne feraient pas les Alg�riens dans cette r�jouissante perspective ? Faut-il se rappeler que de tels propos sur l�obsolescence d�une g�n�ration au pouvoir ont �t� tenus par lui en 2005. Ce n�est pas de l�in�dit !... C��tait formul� autrement mais c�est bien de cela qu�il s�agissait lorsqu�il d�clarait au d�but de son deuxi�me mandat : �La l�gitimit� r�volutionnaire, c�est fini, c�est fini, c�est fini.� Nul n�ignore que la �l�gitimit� r�volutionnaire�, c�est ce par quoi les d�ficients d�mocratiques ont pris et conserv� le pouvoir qu�ils con�oivent visiblement comme un don de quelque force divine qu�ils garderont � vie. Raison de plus pour se m�fier. Apr�s 2005, on a eu le pire dans le contraire. �La l�gitimit� r�volutionnaire� est en quelque sorte entr�e dans la Constitution. Troisi�me mandat et tutti quanti� Voil� donc pourquoi il ne faut pas prendre pour argent comptant les flammes d�un discours �lectoral. Cependant, dans l�absolu, il a raison. Dans ce pays peupl� massivement de jeunes, c�est le mince pourcentage des �vieux� qui impose encore la mani�re de diriger dans une sorte de path�tique navigation � vue, � une immense majorit� qui, par l��ge et la culture, n�entend rien aux r�f�rences brandies par le pouvoir. Devant la manipulation des symboles, les jeunes se posent, tout le monde le sait, une seule question : ��a rapporte quoi d��tre ancien moudjahid ?� De m�me que quand on parle des �lections l�gislatives, l�unique interrogation qui manifeste sa pertinence est : ��a gagne quoi, un d�put� ?� Le seul fait que ces deux questions deviennent in�vitables est en soi la condensation d�un immense �chec. Et l��chec n�est pas seulement dans le fait que l��crasante majorit� des jeunes Alg�riens ne connaissent pas les noms des h�ros de la lib�ration. Il est aussi et surtout dans ce g�chis moral d�coulant de la prouesse d�avoir transform� l�or de l�enthousiasme populaire pour le pays en plomb de sosie de dictature r�glable en intensit�. La �sortie� de Bouteflika � S�tif proc�de de ce qu�elle d�nonce, c'est-�-dire une certaine forme de messianisme r�sumant toutes les exigences en une seule : l�homme providentiel ! Le pr�sident, et cela aussi n�a �chapp� � personne, jouait dans ces l�gislatives sa propre image. Il a projet� celle-ci au miroir du �printemps arabe�. La meilleure preuve est qu�au lieu de recevoir le constat de la fatigue d�une g�n�ration comme l�espoir de l�arriv�e au pouvoir de jeunes issus des r�alit�s d�aujourd�hui, la salle s�est mise � le �supplier� de rempiler pour un� quatri�me mandat. On ne se refait pas !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.