Le Premier ministre annonce la mise en service de la ligne ferroviaire Boughezoul-Tissemsilt à la fin de l'année 2022    Réunion du Gouvernement : feuille de route pour la mise en œuvre du programme complémentaire de développement de Tissemsilt    Coronavirus : 8 nouveaux cas et aucun décès ces dernières 24h en Algérie    Tebboune reçoit une délégation du Conseil du renouveau économique algérien    Sonatrach annonce la prorogation du délai du concours de conception d'un logo à l'occasion du 60e anniversaire de sa création    Le bombardement de Laghouat en 1852, "un génocide"    Maroc: les opposants à la normalisation n'abdiquent pas    L'Algérie élue à la vice-présidence de la 27e Session de la Conférence des Etats parties à CIAC    Poursuite à Beyrouth des travaux du Forum parlementaire sur le plan de développement durable de 2030    Sétif: encourager les initiatives pour l'écriture et la documentation de l'archive sportive    CLCPRO : plus de 2.000 techniciens formés en matière de lutte antiacridienne    Tribunal de Sidi M'hamed: 15 ans de prison ferme requis contre l'ancien ministre Arezki Berraki    Décès du moudjahid et ancien diplomate Othmane Saâdi à l'âge de 92 ans    20 ans de prison ferme requises à l'encontre de Zitout    Entre le Maroc et la France, le grand désamour    Intense activité diplomatique de Lamamra    Air Algérie prolonge les délais    Le calvaire des Algériens pour obtenir un visa    46e Eucoco: une occasion pour réitérer le droit à l'autodétermination du peuple sahraoui    Accord signé entre l'AAPI et le Groupe STELLANTIS: une étape importante dans la concrétisation du projet FIAT en Algérie    Séisme de 3,1 degrés près de Guelma    Les aviculteurs appelés à déclarer tout décès: La grippe aviaire inquiète    CNAS Oran: Le rôle des commissions paritaires dans la sécurité et la santé au travail en débat    La politique du «zéro Covid» contestée    Assainissement de la voie publique à Medina Jedida: Les trottoirs occupés illicitement libérés    Ligue 2 - GC Mascara : Belloumi et Yesaad en renfort    Selon l'APOCE: 80% de l'or écoulé n'est pas conforme    Quel avenir pour l'Europe ?    Pourquoi s'auto-dénigrer ?    Le choléra touche des résidents d'un centre pour personnes âgées    Le Qatar annonce un contrat pour approvisionner l'Allemagne    L'APLS mène de nouvelles attaques contre les forces marocaines à El Fersia    Une semaine pour l'entrepreneuriat    Un guichet électronique national    À qui profite la crise?    Le poumon de Bouira    Agnelli prend la porte    Le CSA cède 80% de ses actions à Mobilis    Les dessous du clash Song-Onana    Le stress hydrique inquiète les agriculteurs    Vibrant hommage à la défunte artiste Sonia    Projection de «Frantz Fanon. Une vie, un combat...»    Films à l'affiche    Une troisième journée d'espoir pour les équipes africaines    Grand retour après deux ans d'absence forcée    L'Algérie émerge    Mondial 2022 (Australie-Danemark): l'Algérien Ghorbal au sifflet    Ligue 1: CRB-CSC, un choc explosif    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



LE PROC�S DE L�AFFAIRE DU VOL D�ARMES AU COMMISSARIAT CENTRAL D�ALGER ROUVERT HIER
La n�gligence obs�de le juge
Publié dans Le Soir d'Algérie le 09 - 07 - 2012

Le climatiseur de la salle d�audience est tomb� en panne et on aurait suffoqu�, hier, � la cour d�Alger, n��taient-ce l�humour et la r�partie du pr�sident de l�audience, le juge Brahim Kharrabi, qui menait le proc�s de l�une des plus gravissimes affaires ayant �clabouss� la S�ret� nationale.
Lyas Hallas - Alger (Le Soir) - Quatorze accus�s ont �t� auditionn�s par le juge et ses deux assesseurs. Une question l�obs�dait : �Qu�est-ce qui vous emp�che d�inventorier les armes individuelles qui transitaient par l�armurerie ?� 200 armes par jour, en moyenne, � en croire l�un des accus�s. Aucune r�ponse ne l�a convaincu. Y compris celles des policiers grad�s cit�s dans cette affaire : deux commissaires principaux ayant occup� la fonction d�adjoint du chef de S�ret� d�Alger et chef de service de l�administration g�n�rale. �Le recueil des dispositions r�glementaires ne le pr�voit pas�, s�accordaient- ils � dire. �Mais ce ne sont pas des �ufs, ce sont des armes ! Comment se fait-il que vous avez des armes dans le d�p�t et vous vous permettez de ne les enregistrez sur aucun document ?�, s�offusquait le juge. L�affaire a �clat� fin octobre 2007 lorsqu�un policier qui �tait en cong� de maladie est venu r�cup�rer son arme d�pos�e en ao�t de la m�me ann�e. L�arme avait disparu. L�enqu�te diligent�e pour �traquer� ce �PA� a r�v�l� un r�seau de policiers qui puisaient des armes dans l�armurerie du commissariat et les revendaient � des �commer�ants �. 31 armes en tout, tous calibres confondus, ont disparu du d�p�t. Des armes qui ont �t� ou r�cup�r�es dans le cadre de la lutte antiterroriste durant les ann�es 1990 ou enregistr�es aux noms de policiers ayant quitt� la police ou sont partis � la retraite. Des armes qui n��taient pas inventori�es. Et que personne, � la passation des consignes, ne se posait la question d�o� venaient-elles. L�affaire a �t� jug�e une premi�re fois par la m�me juridiction avant que le parquet et les avocats des mis en cause ne fassent cassation. La Cour supr�me l�a renvoy�e devant le tribunal criminel. Le proc�s a �t� ouvert hier. Cinq accus�s, qui ont �t� condamn�s d�j� � des peines allant de 4 � 7 ans de r�clusion criminelle et s�journaient en prison, avaient reconnu les faits pendant les diff�rentes �tapes de la proc�dure p�nale. Ils les ont reconnus encore une fois hier � l�ouverture du proc�s. A l�exception de Nacer Younsi qui a tout ni� en bloc et a cit� un parent � lui, transporteur de son �tat, dont �un litige sur un lot de terrain les opposait et qui aurait soudoy� les policiers pour l�inculper �. Une assertion qui n�a pas convaincu le juge outre mesure. Les policiers avaient saisi l�aune des armes disparues de l�armurerie du commissariat central et qui �tait en sa possession. L�accus� principal, par ailleurs, est Ma�mar Felti (43 ans), magasinier dans l�armurerie. Il a eu � subtiliser � lui seul 25 armes, selon l�arr�t de renvoi. Il a reconnu sa culpabilit� dans le vol de quatre armes : un fusil de chasse, un fusil � pompe et deux PA. Son interm�diaire est Toufik Yahi, 33 ans, un fonctionnaire n�ayant exerc� que durant trois mois dans l�institution. N�anmoins, il habite le boulevard Amirouche, en face du commissariat central, et Ma�mar Felti le connaissait depuis sa tendre enfance. �Il me faisait traverser la route quand j��tais petit�, dira-t-il au juge. Ses clients : un importateur de produits alimentaires de Tizi-Ouzou, Idir Larbas, d�c�d� avant la r�ouverture du proc�s. Ce monsieur lui avait achet� le fusil � pompe. L�autre client, un entrepreneur, de la m�me ville, ayant fait la connaissance de Yahi chez Larbas. Il a achet� trois PA. �Mes chantiers se trouvent dans des contr�es isol�es et j�ai achet� ces armes pour me d�fendre. Une pour moi et les deux autres pour des employ�s de mon entreprise. Mais je ne savais pas qu�elles �taient vol�es. On m�a dit que ces armes ont �t� saisies au port d�Alger et la police les vendait � des particuliers. On m�a m�me promis de me d�livrer des papiers pour ces armes.� A l�heure o� nous mettons sous presse, le r�quisitoire du repr�sentant du minist�re public et les plaidoiries des avocats n�ont pas encore commenc�.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.