Le Président Tebboune entame lundi une visite de travail en République arabe d'Egypte    Les sociétés algériennes ont des opportunités prometteuses dans le marché africain et du Sénégal    Barça : Memphis Depay de retour en Eredivisie ?    Lancement d'une nouvelle campagne nationale de vaccination    Foot/ Ligue 2 : victoire de l'ASM Oran devant le MC Saida (2-0)    Wilaya d'Alger: réseau de trafic de stupéfiants démantelé et plus de 2.000 comprimés psychotropes saisis    Le peuple sahraoui déterminé à défendre son droit à l'indépendance par tous les moyens légitimes    Le FFS dénonce "une grave dérive du pouvoir"    L'Allemagne va livrer à l'Ukraine un hôpital de campagne    Foot, force et démocratie    Les avocats prônent la prudence    Barça : Ansu Fati face à un choix difficile    "L'Algérie a les moyens de rivaliser avec les meilleures nations au monde"    "Je vais me remettre en question"    Lait subventionné : l'augmentation du prix n'est pas à l'ordre du jour    Placement de près de 19 000 demandeurs d'emploi en 2021    Le Cnapeste reporte sa grève    Quand la quête de vérité met la lumière sur un passé sombre    Taghit, une source d'inspiration pour les artistes    Au moins 70 morts dans une frappe de la coalition contre une prison    Le Cameroun sur le chemin des Verts    Cap sur la Coupe de la CAF !    Les championnats à huis clos    Pressions franco-allemandes sur Kaïs Saïed    44,6 millions d'habitants en Algérie en janvier 2021    Recul de l'activité au 3e trimestre 2021    Plus de 20 000 interventions effectuées par la Direction du commerce en 2021    Qui succédera à Mohcine Belabbas ?    T'wakhdhet !    Deux en un sur le podium    Il y a dix ans nous quittait Cherif Kheddam    Déficiences comblées ?    Le miracle argentin en temps de Covid    Une nouvelle opération de rapatriement: 155 Subsahariens reconduits vers les frontières    Sonelgaz: Le pôle urbain «Ahmed Zabana» raccordé au gaz de ville    Un pays antichoc    113 postes de formation en doctorat ouverts    Les voleurs de câbles de Séraidi sous les verrous    L'Algérie déterminée à dire son mot    La menace «jihadiste» nourrit le sentiment anti-peul    Les combats entre Kurdes et Daesh font plus de 70 morts    Algérie nouvelle : la mise sur orbite    «Ma rencontre avec la mort»    «Nous partageons une Histoire complexe»    Le moudjahid Cherif Athmane n'est plus    L'urbanisme et les Algériens    Bouslimani affiche ses intentions    Les sénatoriales à l'épreuve des alliances    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



LE PROC�S DE L�AFFAIRE DU VOL D�ARMES AU COMMISSARIAT CENTRAL D�ALGER ROUVERT HIER
La n�gligence obs�de le juge
Publié dans Le Soir d'Algérie le 09 - 07 - 2012

Le climatiseur de la salle d�audience est tomb� en panne et on aurait suffoqu�, hier, � la cour d�Alger, n��taient-ce l�humour et la r�partie du pr�sident de l�audience, le juge Brahim Kharrabi, qui menait le proc�s de l�une des plus gravissimes affaires ayant �clabouss� la S�ret� nationale.
Lyas Hallas - Alger (Le Soir) - Quatorze accus�s ont �t� auditionn�s par le juge et ses deux assesseurs. Une question l�obs�dait : �Qu�est-ce qui vous emp�che d�inventorier les armes individuelles qui transitaient par l�armurerie ?� 200 armes par jour, en moyenne, � en croire l�un des accus�s. Aucune r�ponse ne l�a convaincu. Y compris celles des policiers grad�s cit�s dans cette affaire : deux commissaires principaux ayant occup� la fonction d�adjoint du chef de S�ret� d�Alger et chef de service de l�administration g�n�rale. �Le recueil des dispositions r�glementaires ne le pr�voit pas�, s�accordaient- ils � dire. �Mais ce ne sont pas des �ufs, ce sont des armes ! Comment se fait-il que vous avez des armes dans le d�p�t et vous vous permettez de ne les enregistrez sur aucun document ?�, s�offusquait le juge. L�affaire a �clat� fin octobre 2007 lorsqu�un policier qui �tait en cong� de maladie est venu r�cup�rer son arme d�pos�e en ao�t de la m�me ann�e. L�arme avait disparu. L�enqu�te diligent�e pour �traquer� ce �PA� a r�v�l� un r�seau de policiers qui puisaient des armes dans l�armurerie du commissariat et les revendaient � des �commer�ants �. 31 armes en tout, tous calibres confondus, ont disparu du d�p�t. Des armes qui ont �t� ou r�cup�r�es dans le cadre de la lutte antiterroriste durant les ann�es 1990 ou enregistr�es aux noms de policiers ayant quitt� la police ou sont partis � la retraite. Des armes qui n��taient pas inventori�es. Et que personne, � la passation des consignes, ne se posait la question d�o� venaient-elles. L�affaire a �t� jug�e une premi�re fois par la m�me juridiction avant que le parquet et les avocats des mis en cause ne fassent cassation. La Cour supr�me l�a renvoy�e devant le tribunal criminel. Le proc�s a �t� ouvert hier. Cinq accus�s, qui ont �t� condamn�s d�j� � des peines allant de 4 � 7 ans de r�clusion criminelle et s�journaient en prison, avaient reconnu les faits pendant les diff�rentes �tapes de la proc�dure p�nale. Ils les ont reconnus encore une fois hier � l�ouverture du proc�s. A l�exception de Nacer Younsi qui a tout ni� en bloc et a cit� un parent � lui, transporteur de son �tat, dont �un litige sur un lot de terrain les opposait et qui aurait soudoy� les policiers pour l�inculper �. Une assertion qui n�a pas convaincu le juge outre mesure. Les policiers avaient saisi l�aune des armes disparues de l�armurerie du commissariat central et qui �tait en sa possession. L�accus� principal, par ailleurs, est Ma�mar Felti (43 ans), magasinier dans l�armurerie. Il a eu � subtiliser � lui seul 25 armes, selon l�arr�t de renvoi. Il a reconnu sa culpabilit� dans le vol de quatre armes : un fusil de chasse, un fusil � pompe et deux PA. Son interm�diaire est Toufik Yahi, 33 ans, un fonctionnaire n�ayant exerc� que durant trois mois dans l�institution. N�anmoins, il habite le boulevard Amirouche, en face du commissariat central, et Ma�mar Felti le connaissait depuis sa tendre enfance. �Il me faisait traverser la route quand j��tais petit�, dira-t-il au juge. Ses clients : un importateur de produits alimentaires de Tizi-Ouzou, Idir Larbas, d�c�d� avant la r�ouverture du proc�s. Ce monsieur lui avait achet� le fusil � pompe. L�autre client, un entrepreneur, de la m�me ville, ayant fait la connaissance de Yahi chez Larbas. Il a achet� trois PA. �Mes chantiers se trouvent dans des contr�es isol�es et j�ai achet� ces armes pour me d�fendre. Une pour moi et les deux autres pour des employ�s de mon entreprise. Mais je ne savais pas qu�elles �taient vol�es. On m�a dit que ces armes ont �t� saisies au port d�Alger et la police les vendait � des particuliers. On m�a m�me promis de me d�livrer des papiers pour ces armes.� A l�heure o� nous mettons sous presse, le r�quisitoire du repr�sentant du minist�re public et les plaidoiries des avocats n�ont pas encore commenc�.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.