«Je suis contre le projet d'autoroutes à étages à Alger»    La Cour suprême approuve le pourvoi en cassation    Les "entorses" à la justice dans l'affaire Karim Tabbou    Enfin libre    Sonatrach ouvre des discussions sur les contrats gaziers    Un programme d'urgence pour atténuer l'impact du stress hydrique    Conférence internationale sur la protection sociale    Nouveau tir d'un missile balistique    Douze ans après, Yahia Chérif de retour au RC Kouba    Paqueta augmente la charge de travail    Le Libyen Shuhoub Abdulbasit au sifflet    Quand les parents et les enfants jouent avec la mort    Raccordement de plus de 450 foyers au réseau d'électricité en deux mois    SmaIl Yefsah L'inoubliable voix    Ken Loach a opté pour "La Bataille d'Alger"    Grande rencontre sur la microentreprise    Constantine contredit Medaouar    Les Algériennes pour prendre option    Barcelone pour redémarrer, Manchester pour se rassurer    La colère du FFS    Astuces pour une meilleure visibilité    Le Premier ministre confirme    Entre fermeture et menus réduits    Saisie de 6 263 unités de produits pyrotechniques    L'état d'exception : une dictature constitutionnelle ?    Branle-bas de combat chez les partis    Dbeyba et ses alliés font tout pour se maintenir au pouvoir : Doutes sur les élections du 24 décembre en Libye    Editions Média-Plus. Ici, on noya les Algériens de Fabrice Riceputi : Silence, on tue des Algériens    Jaoudet Gassouma-écrivain, journaliste, plasticien, réalisateur et enseignant : «Mes sujets sont en quête de reconstruction et de résilience»    Premier ministre: L'Algérie déterminée à accélérer les réformes structurelles    Une union truffée de non-dits    JS Kabylie: Toujours les mêmes ambitions    Filière lait: Les producteurs appellent à une solution concernant la marge bénéficiaire    Hamdoullah dima la baisse !    Des rejets «excessifs et arbitraires»    La Tunisie sollicite l'aide de l'Algérie    L'armée française tue une femme pendant une poursuite    Neuf éditions déjà!    La nuit du pétard    Les pétards ont «mis le feu»    Les dirigeants unis contre l'enquête, pour maintenir l'impunité    Des émissaires de Sassou Nguesso en mission de «conciliation»    Les clubs déclarent la guerre à Newcastle    Virée au Palais de justice    La face «cachée» du «Bâtiment»    Belabed appelle à inculquer la lecture aux enfants    Documentaire sur la solidarité Algéro-Chilienne    Assia Djebar: le manuscrit inachevé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'HISTOIRE DE KORSANI GHENNEM :
VOGUE LA GAL�RE
Publié dans Le Soir d'Algérie le 08 - 11 - 2012

L'�uvre magistralement interpr�t�e par El Hachemi Guerouabi ne cesse de susciter des commentaires �logieux et dithyrambiques, � juste titre au demeurant, sur la toile.
Rarement, un texte aura fait couler autant d'encre concernant sa paternit�. Comme c'est souvent le cas pour les textes anciens notamment du �melhoun�, puis�s des terroirs du Maghreb, les auteurs sont difficiles � identifier en raison principalement du mode de transmission oral, qui a la particularit� de conf�rer une pr�pond�rance au texte au d�triment de son auteur. Cette forme de communication ancestrale, outre les dangers d'une modification, voire d'une alt�ration du texte originel, risque de voir le souvenir de l'auteur s'estomper petit � petit pour s'effacer � jamais de la m�moire collective. Comme la nature a horreur du vide, certains tenteront de s'approprier ind�ment une propri�t� intellectuelle tomb�e de facto dans le domaine public. En ce qui concerne le texte, structur� pour une narration publique, rendu c�l�bre par la gr�ce de la sublime interpr�tation de Guerrouabi et d'un support musical appropri� (la touche de Skandrani est patente), ce n'est pas tant l'auteur (qui n'int�resse apparemment pas grand monde) qui a donn� lieu � ces d�bats, mais bizarrement la nationalit� de son auteur. Ainsi, l'auteur �tant inconnu du grand public, il a �t� d�cid� (vox populi vox dei) de nationaliser le texte en d�cr�tant d'une mani�re p�remptoire qu'il narrait les exploits des corsaires alg�riens lors de la bataille de Malte. Or, une probit� intellectuelle minimaliste nous contraint � restituer sa v�rit� � l'histoire, � savoir que ce texte fait l'apologie des corsaires de Sale (Maroc) et pas des corsaires d'Alger, m�me si notre orgueil national doit en souffrir. Pour la bonne compr�hension, il est utile de rappeler le contexte.
Les pirates de Bouregreg
Au XVIIe si�cle, suite aux �dits d'expulsion promulgu�s en 1609/1610 (janvier), par le roi Philippe III d'Espagne, une vague de nouveaux saletins (plus de 30 000 andalous et 10 000 hornacheros), s'installa � Sale-le-Neuf (RABAT actuellement) et sur l'autre rive de l'oued Bouregreg (d'o� l'appellation des pirates de Bouregreg). Mus par un d�sir de vengeance � l'encontre des Espagnols, ils s'alli�rent aux pirates �trangers (hollandais, portugais, anglais, mais aussi tunisiens et alg�riens) qui partageaient les m�mes objectifs*. Parmi ces pirates, qui deviendront pour certains des corsaires d�s lors qu'ils activaient pour le compte (du moins en partie) de leurs autorit�s, un certain Mourad Ra�s, qui deviendra le 1er gouverneur de la R�publique (�ph�m�re) de Sale fond�e en 1627. (Mourad Ra�s le jeune, Jan Janssen ou Janszon, hollandais, captur� en 1618, aux �les Canaries a �t� envoy� comme captif � Alger o� il se convertit � l'islam. Le puits qui prit son nom musulman de Mourad Ra�s serait (?) son don, � l'occasion de sa conversion, comme la coutume l'exige des ren�gats. Mais lass�, il revient � Alger en 1627. Captur� en 1638, par les chevaliers de Malte, il s'�chappa quelques mois plus tard. La p�riode de gloire des corsaires de Sale ne dura que 2 si�cles (17e et 18e si�cles), elle prit fin lorsque le sultan Mohammed III signa des trait�s de paix avec les puissances europ�ennes. C'est ainsi que Sale tomba dans l'oubli. Alger, qui commen�a la course avant le XVe si�cle, perdura dans cette activit�. Cependant, � partir de la fin du XVIIIe si�cle et d�but du XIXe si�cle, cette activit� s'�tiolait et devenait de moins en moins lucrative pour les corsaires, eu �gard aux trait�s de paix conclus avec les puissances de l'�poque, comme le fit Sale un si�cle plus t�t et l'affaiblissement progressif, voire la d�cadence de l'Empire ottoman. La conjonction de l'ensemble de ces �v�nements permit aux Espagnols, Fran�ais et autres puissances europ�ennes d'instaurer une domination sans partage de la mer M�diterran�e. Durant ces si�cles d'apog�e, la marine saletine rayonnait sur l'Atlantique pendant que les corsaires d'Alger �tendaient leur pouvoir sur la M�diterran�e, ce qui n'emp�cha pas des actions conjointes des deux marines, notamment en Islande.
N. B.1 : Le texte sublimement interpr�t� par Guerrouabi a �t� l�g�rement adapt� en introduisant un istikhbar puis� du domaine public et modifiant quelques strophes. Il est clair que sans la magistrale interpr�tation de Guerrouabi associ�e � un support musical fusionnel, ce texte du melhoun serait demeur� inconnu du grand public.
N. B. 2 : Les corsaires ont �galement jou� un r�le important dans la vie �conomique et sociale de la cit�. En effet, les butins contribuaient � la richesse de la cit� gr�ce aux transactions de toutes natures qui ont lieu � l'arriv�e et apr�s le retour des corsaires. Ainsi, les captifs qui augmentent l'importance de la population donc le chiffre d'affaires des commer�ants, apportent �galement une main-d'�uvre et un savoir-faire, � moindre co�t, d'une part, et les marchandises de toutes natures sont soit vendues localement soit export�es, d'autre part. Toutefois, circonscrire la course dans un but purement �conomique serait la vider de sa substance patriotique. En effet, la pratique de la course s'apparentait �galement � des actions subversives sous la forme d'une gu�rilla maritime qui avaient l'avantage de cr�er une ins�curit� pour les puissances chr�tiennes de l'�poque, leur d�montrant ainsi qu'elles n'avaient pas la mainmise maritime.
N. B. 3 : Ce type de r�cit (tel celui qui fait l'apologie du corsaire) est repris dans les places publiques par des narrateurs publics.
N. B. 4 : La digression relative � Mourad Ra�s nous a conduit in�vitablement � prendre un raccourci pour aboutir, trop rapidement, au puits et � la fontaine de Bir Mourad Ra�s ; cette l�g�ret� dans mon cheminement est symptomatique de l'importance accord�e � un seul r�f�rant, en l'occurrence le nom (ou surnom). Or, en 1581, selon Diego Haedo, donc ant�rieurement au Mourad Ra�s en question, on recensait � Alger pas moins de 3 Mourad Ra�s : Mourad Ra�s le grand (ren�gat albanais), Mourad Ra�s Maltrapillo (ren�gat espagnol) et Mourad Ra�s le petit (ren�gat grec). Attribuer la donation de la fontaine ou du puits � l'un ou � l'autre est hypoth�tique ; les dates suppos�es de cette r�alisation sont trop divergentes pour �tre fiables et ne concordent pas, en outre, avec l'�poque des faits.
N. B. 5 : C'est ce m�me Mourad Ra�s le jeune (Hollandais) qui ira livrer batailles en Islande et � Boston (Am�rique).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.