Ali Ghediri condamné à quatre ans de prison    Abdelkader Bensalah inhumé au cimetière d'El-Alia    AADL: Près de 22.000 souscripteurs n'ont pas téléchargé les ordres de versement    Rencontre Gouvernement-Walis: A la recherche d'un appui local solide    La facture s'alourdit pour le royaume: Le Maroc joue et perd    Managers de joueurs en Algérie: Un métier pour desservir le football    Feux de forêts: 8 blessés transférés à l'étranger    Selon les spécialistes: Les vaccinations contre la grippe saisonnière et le Corona ne s'opposent pas    Trois individus arrêtés pour vols    La pointure du monde    La sculpture est-elle « maudite»?    Une autoroute qui a emporté d'indélicats cadres...    Les violences des supporters s'accumulent    Brèves Omnisports    Nouvelle enveloppe pour l'achèvement des travaux    Les raisons du processus inflationniste    À quand le vrai bonheur?    La carte de la transition    Le président Saïed prend «des mesures exceptionnelles»    Une vingtaine de pays de l'UE proposent de reconduire Tedros    Les films hollywoodiens à l'affiche    La meilleure résidence d'accompagnement à l'écriture!    Du chant chaâbi à Dar Abdellatif    Deux passeurs arrêtés    Les milliards pleuvent...    La presse en deuil    Le FFS contre-attaque    40 Nouveaux forages fonctionnels dans 20 jours    Trois morts sur les routes    La crème de nuit !    Solidarité made in Ooredoo L'opérateur qatari a offert    La pluralité syndicale et le mammouth UGTA    Vers une hausse des salaires    Pétrole : le juste prix ?    Une inauguration, puis rien !    Le séparatisme est un crime en démocraties modèles !    Formation en écriture cinématographique    Réouverture des cinémathèques aujourd'hui    Avoir le minaret aux trousses    Le FFS reporte son 6e congrès national à une date ultérieure    "Je paie ma candidature à la présidentielle"    L'Isacom dénonce l'arrestation de militants sahraouis    Vers la résiliation du contrat de l'entraîneur tunisien    Ali Larbi Mohamed signe pour quatre saisons    La sélection algérienne boucle son stage d'évaluation    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    La France déchirée?    Pas trop de choix pour le CRB, l'ESS, la JSK et la JSS    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



HAMID GRINE AU SOIR D�ALG�RIE :
�L��crivain n�est ni un gourou ni un psychologue�

�Le journalisme m�ne � tout, � condition d�en sortir.� Un adage que Hamid Grine a r�ussi � v�rifier � son avantage. Car, avant d��tre l��crivain connu et reconnu qu�il est devenu aujourd�hui, Hamid Grine �tait un nom et une voix connus du journalisme sportif qu�il exer�a � la Cha�ne III de la Radio nationale et au quotidien Horizons, durant les ann�es 1980. Un choix que l�auteur de Camus dans le narguil� dit avoir fait �par d�faut� et s�empresse-t-il de justifier, �pour ne pas perdre mon �me, �viter d��tre le laudateur du ma�tre du moment o� l�aboyeur oblig� et contraint des th�ses du parti unique de l��poque.
Durant cette longue transition, Hamid Grine ne s�est pas content� de faire de l�exercice de style, en filant la m�taphore, dans la rubrique sportive. Son temps, il le consacra � l��criture. Il publiera sept livres sur le sport, dont un almanach sur les noms de sports individuels en Alg�rie devenu un livre de r�f�rence pour les chercheurs �trangers qui �crivent sur le sport alg�rien. Une mani�re de peaufiner le talent du romancier en devenir et qui sommeillait en lui. Dans cet entretien, le natif de Biskra, sa ville qu�il �voque dans Le caf� de Gide se d�voile et raconte sa trajectoire qui le m�nera du journalisme � la litt�rature. Il nous parle de sa vision du monde et de son rapport � la litt�rature dont la mission, selon lui, est de dire le monde comme il est, comme il va mal. �L��crivain n�est ni un gourou ni un psychologue ; son r�le est de poser des questions et non de proposer des solutions�, constate-t-il.
Le Soir d�Alg�rie : Vous �tes l�invit� du Caf� litt�raire et philosophique de Tizi-Ouzou, des initiatives de ce genre, souvent b�n�voles se multiplient. Cela vous r�jouit-il en tant qu��crivain ? Est-ce le signe d�un engouement pour les choses de l�esprit ?
Hamid Grine : Bien s�r que �a me r�jouit ! Et c�est pour cela que je suis Tizi-Ouzou, pour participer � cette rencontre. Je suis admiratif devant des gens comme Amirouche Malek (organisateur et promoteur du Caf� litt�raire et philosophique de Tizi-Ouzou, ndlr) qui fait un travail de promotion des �crivains, de la litt�rature, de la culture en g�n�ral et m�me de la ville de Tizi-Ouzou et de toute sa r�gion sans rien attendre en retour sachant qu�il ne gagne rien ou pas grand-chose. C�est tout simplement magnifique. Cela est-il le signe d�un fr�missement et d�un engouement pour les choses de l�esprit, comme vous le dites ? Je ne le pense pas. Parce que les gens comme Malek sont rares en Alg�rie. Il faut, � mon sens, mettre bout � bout ce genre d�action, f�d�rer ces initiatives qui sont, certes, utiles et b�n�fiques mais qui restent, pour le moment, isol�es, rares, pour aller vers un mouvement d�ensemble et porteur d�une m�me dynamique partout en Alg�rie. Ce n�est, malheureusement, pas encore le cas car des espaces de ce genre manquent et restent circonscrits � quelques grandes villes comme B�ja�a, Tizi-Ouzou, Blida ou Alger. Il faut encourager les porteurs de ce genre d�id�es qui ne leur rapportent pas grand-chose du point de vue mat�riel, �a ne fait pas chauffer la marmite, comme on dit, mais qui s�inscrivent, me semble-t-il, dans un vaste projet culturel et de soci�t�. Ces lieux, ces espaces vou�s au partage, � l��change contradictoire, au libre d�bat sont tr�s utiles pour l�apprentissage de la citoyennet� et de la tol�rance. Et ce n�est pas rien dans un pays comme l�Alg�rie o� l��cole est d�structur�e et fabrique des individus aphasiques et violents. On le constate tous les jours : ce que les gens n�arrivent pas � dire par les mots, ils l�expriment par la violence, l�agressivit�. La lecture et la proximit� des livres est un excellent d�rivatif au potentiel de violence qui est s�cr�t� par le corps social. De la sorte, tout individu qui lit est une personne qu�on r�cup�re pour en faire un bon citoyen qui va s�ins�rer dans un projet de soci�t� porteur de valeurs de progr�s et d�humanisme.
Vous avez �t� journaliste et maintenant romancier, qu�est-ce qui a chang� dans votre rapport � l��criture ? La transition de l��criture journalistique � la fiction et � l��criture romanesque est-elle automatique ? Autrement dit, peu-t-on devenir n�cessairement romancier, lorsqu�on a �t� journaliste ?
Non, la transition n�est pas automatique mais le journaliste dispose, comme disent les �conomistes, de certains avantages comparatifs par rapport � d�autres pr�tendants � l�activit� scripturaire : le journaliste a une certaine visibilit� qui fait de lui un homme ou une femme connu. C�est un atout qui lui ouvre facilement les portes de l��dition. De plus, il a un rapport d�complex�, d�sacralis� par rapport � l�acte d��crire. Me concernant, le passage de l��criture journalistique � la fiction s��tait fait par la transition des portraits que j�avais faits lorsque j��tais journaliste sportif, comme celui que j�avais fait sur le footballeur Lakhdar Belloumi et qui a rencontr� un �norme succ�s. Plusieurs conditions doivent �tre r�unies pour le passage de l��criture journalistique � l��criture romanesque qui est un acte qui demande que beaucoup de conditions soient r�unies. D�abord, il faut avoir un certain talent, c�est primordial, des dispositions adoss�es � un background de connaissances et de pr�-requis intellectuels et culturels. L�autre �l�ment indispensable : avoir de la volont�, de la patience pour ne pas ressentir de la lassitude � rester des heures devant son microordinateur ; en un mot, ne pas avoir la hantise de la page blanche. Enfin, �tre romancier, ne tient pas qu�� la capacit� de fabriquer et d�inventer des personnages, il faut savoir traduire les choses de la vie. Dosto�evski disait � peu pr�s ceci � une �tudiante qui lui a demand� conseil pour pouvoir �crire des romans : �N�inventez rien, regardez, �coutez et traduisez ce que la vie vous donne � voir.� Voil� une d�finition simple et �difiante de la litt�rature et de l��criture qui est un acte d�amour qui comporte une part de plaisir mais qui s�accomplit aussi dans la douleur. Cela �tant dit, on ne s�improvise pas romancier, on n��crit pas sur commande. L��criture d�un roman est un processus de maturation qui demande du temps et de la patience. Il m�a fallu trois ans pour �crire La femme qui ne voulait pas �tre un homme. J�ai d� le lire, le relire, apporter des correctifs, rechercher le mot juste� J�ai m�me demand� l�avis d�un ami � qui je l�ai donn� � lire. Plus on avance dans l��criture, plus on devient exigeant.
Sur la th�matique que vous abordez dans vos romans : vous �tes f�ru de philosophie et �a se retrouve dans vos romans. De grandes figures de la litt�rature comme Andr� Gide et Albert Camus ont �t� pour vous un pr�texte pour cr�er des fictions� Mais j�ai lu une interview de vous sur un blog o� vous auriez dit que vous vous interdisez de toucher � la politique. Est-ce vrai ?
C�est faux. La derni�re pri�re, Camus dans le narguil�, La nuit du henn� sont des livres politiques o� j��mets des interrogations et pose des probl�matiques et o� je remets en cause un certain nombre de situations. J��tais assez impr�gn� par les id�es marxistes lors de mes �tudes de sociologie � l�universit�, et cela m�a permis de comprendre que les faits sociaux, �conomiques et politiques sont intimement li�s. En revanche, je m�interdis de faire des essais politiques.
Dans le m�me ordre d�id�es, quelle place attribuez-vous � la litt�rature dans la soci�t� ? L��crivain a-t-il un r�le social et historique � jouer ?
L��crivain n�est ni un gourou ni un mentor. Il faut rester modeste. La modestie des tirages emp�che la diffusion et la circulation des livres � une grande �chelle. L�influence d�un �crivain ou d�un romancier s�en trouve ainsi r�duite. Mais cela n�emp�che pas que le romancier soit le porte-parole de sa soci�t�. Je me garde de la pr�tention de chercher � toucher des millions de gens, d�influencer des foules. Arriver � donner du plaisir � mes lecteurs ou � changer la vie d�une personne peut suffire � mon bonheur (ici H. Grine rapporte l�anecdote d�un lecteur qui lui avoue avoir renonc� au suicide apr�s avoir lu son roman Cueille le jour avant la nuit, ndlr).
Croyez-vous � l�engagement des �crivains ? Vous sentez-vous en devoir, en tant qu��crivain, de prendre position pour une cause donn�e ?
Tout d�pend du sens qu�on veut donner � la notion d�engagement. L�engagement ne doit pas �tre pris dans son acception de militantisme organique, d�enr�lement dans un cadre partisan. A mon avis, l��crivain engag� est celui qui d�crit sa soci�t� telle qu�elle est. Le r�le de l��crivain est de poser des questions, mais il n�a pas � proposer des solutions. Si tel �tait le cas, l��crivain serait un psychologue. Personnellement, je me consid�re comme un �crivain qui pose des questions, je crois, modestement, �tre le porte-parole d�un petit nombre de personnes. Mon bonheur, �tait tel quand l�un de mes lecteurs m�avait avou� s��tre reconnu dans un personnage de mes romans (Houas, dans La derni�re pri�re, ndlr). J��prouve le m�me bonheur quand des gens me disent que je d�cris leur vie, leur r�alit� telle qu�ils la vivent. Au risque de me r�p�ter, le r�le que doit s�assigner un �crivain est d��tre le porte-parole de sa soci�t� avec laquelle ne doit pas tricher ; il doit dire les r�alit�s telles qu�elles sont v�cues et ne pas taire le malaise et la r�pression telle que v�cue par les gens qu�elle soit d�ordre moral, sexuel, �conomique ou politique. Dans un certain sens, il doit dire le monde comme il va mal.
L�autofiction ou la litt�rature intimiste est un mode d�expression romanesque qui fait tendance, actuellement. Vous concernant, y a-t-il une part de vous-m�me dans vos romans ?
D�une certaine fa�on, oui. Certains de mes personnages portent des noms de r�pulsion. J�attribue des noms de gens que je n�aime pas � des personnages hideux. Cela dit, il n�y a pas de fiction � cent pour cent, les �l�ments biographiques ne sont jamais loin lorsqu�on construit une fiction. Chaque �crivain met un peu de lui-m�me, de son v�cu, de son exp�rience dans quelques-uns de ses personnages. Dans mon roman, il ne fera pas long feu, et ce n�est pas le seul exemple. Je suis parti d�un cri de col�re contre une certaine presse et contre l�affairisme de certains patrons de journaux qui, au lieu d�investir dans la formation des journalistes et dans le d�veloppement de leur entreprise, mettent l�argent de la publicit� dans la construction de leurs villas, dans l�achat de bars restaurants � l��tranger et j�en passe. Je n�ai vis� personne mais les gens concern�s se reconna�tront. J�ai toujours raisonn� en termes d�utilit�s et dans le cas de ce roman, je crois avoir �t� utile � la cause des journalistes. Dans La derni�re pluie, je crois avoir servi la cause du progr�s et de la d�mocratie. Dans Camus dans le narguil�, je me suis interrog� sur l�engagement des �crivains durant la guerre de lib�ration. Dans tous les cas, je pose des questions mais je ne donne pas de r�ponses.
Vous avez un regard d�sabus� sur les �crivains alg�riens d�avant l�ind�pendance. Vous les consid�rez comme un mythe� qu�il faut �d�mystifier (�)�
Je n�ai pas de posture, je ne crie pas avec la meute. Je ne remets pas en cause talent de Kateb Yacine mais je n�ai jamais r�ussi � comprendre Nedjma que j�ai lu plusieurs fois. Je pense que les �crivains de l��poque avaient un gisement exceptionnel qui �tait l�Alg�rie colonis�e. C�est une source d�inspiration fabuleuse qui n�avait, malheureusement, pas permis l��mergence d�une �uvre d�exception de la dimension de Guerre et paix, par exemple. Je ne dis pas cela pour diminuer du m�rite et du talent des �crivains comme Dib, Feraoun, Mammeri, Kateb Yacine ou d�autres encore, mais je soutiens aussi que les �crivains d�aujourd�hui ne c�dent en rien par rapport � ces �crivains vis-�-vis desquels ils ne doivent pas avoir de complexe. Il y a au moins une dizaine d��crivains de la nouvelle g�n�ration qui rivalisent de talent avec les �crivains d�avant l�ind�pendance. Je suis certain que Mammeri, Dib ou Kateb Yacine diraient la m�me chose s�ils �taient toujours en vie. C��tait des gens modestes, proches du peuple et qui savaient reconna�tre la valeur ses autres. C��tait parce qu�ils �taient modestes que Mammeri et K. Yacine, par exemple, �taient aim�s par le peuple. C��tait des �crivains de grande probit� qui n�ont jamais accept� la compromission, ils n�ont jamais �t� r�cup�r�s par le syst�me. Des valeurs qu�il faut prendre en exemple par les �crivains d�aujourd�hui qui sont aussi talentueux que leurs pr�d�cesseurs.
Vos d�tracteurs disent que la presse alg�rienne est tr�s gentille avec H. Grine et pas pour des raisons tout � fait d�sint�ress�es...
Je suis l��crivain qui fait le plus de conf�rences et qui va � la rencontre de ses lecteurs. Pour moi, ce n�est pas la presse qui construit l�image d�un �crivain et qui fait vendre ses romans. En revanche, la presse peut faire conna�tre un auteur mais ce n�est pas pour autant que ses livres seront achet�s ou appr�ci�s. C�est son talent et la valeur de ses textes qui font qu�il soit lu et bien re�u par le public et la critique. Etre m�diatis� � l�exc�s peut aussi produire l�effet inverse que celui recherch�. Le prix des libraires m�a �t� attribu� par des gens (des libraires) qui n�ont aucun int�r�t avec le poste que j�occupe. Ma nomination parmi les dix �crivains pour le prix Fran�oise Giroud de litt�rature ou le classement de Camus dans le narguil� en premi�re position dans le top des ventes pendant neuf mois � la Fnac, en France, est-ce le fait de la presse alg�rienne ? Je dis non. Je ne b�n�ficie d�aucune connivence et je ne pense pas avoir �t� m�diatis� plus que d�autres �crivains. J�ai m�me lu des articles qui parlent de mes romans avec beaucoup de maladresses�
Pour conclure...
Je suis d�abord tr�s heureux d��tre � Tizi-Ouzou. J�ai �t� tr�s touch� autant par la gentillesse que par la qualit� des interventions du public qui a particip� � cette rencontre. A chaque fois que je viens � Tizi-Ouzou, je rencontre la m�me chaleur et la m�me sinc�rit� de l�accueil. Je suis tr�s �mu par le sens de l�hospitalit� et de l�amiti�, de l�indulgence et la qualit� de l��change et des d�bats.
S. A. M.
Biobibliographie
N� � Biskra en 1954, Hamid Grine a d�but� dans le journalisme sportif qu'il a exerc� � la Cha�ne III de la Radio alg�rienne et au sein du quotidien Horizon. En tant que grand reporter, touchera � d'autres rubriques telles que l'�conomie, la soci�t� et la culture. Hamid Grine a �galement �t� concepteur r�dacteur � l'�tranger dans deux grandes agences de communication publicitaire et dans un journal marocain. C�est dans les ann�es 1980 que H. Grine entamera sa carri�re d�auteur ; il �crira livres sportifs, notamment Lakhdar Belloumi, un footballeur alg�rien, Editions ENAL, vendu � 20 000 exemplaires en 1986. En 2004, il passe � l��criture d�essais et de fiction, et publie Comme des ombres furtives, Editions Casbah, une s�rie de portraits. Livre qui sera suivi une ann�e plus tard d�un essai de communication politique : Chronique d'une �lection pas comme les autres qui �voque l��lection pr�sidentielle de 2004. En 2005, il publie un autre essai philosophique : Cueille le jour avant la nuit (2005), o� il �voque les philosophes qui l'ont marqu�, notamment les Sto�ciens ainsi que Swami Prajnanpad, un ma�tre hindou. C�est en 2006 que sortira son premier roman La derni�re pri�re (Alpha �dition.) En 2007, La nuit du henn�. Le caf� de Gide, un roman, est publi� en 2008, aborde le th�me de la p�dophilie de l��crivain fran�ais Andr� Gide et le s�jour de cet auteur � Biskra. Ce roman est un clin d��il de Hamid Grine � sa ville natale, au pass� et au patrimoine architectural et touristique de cette ville du sud de l�Alg�rie. En 2009, Hamid Grine signe un roman sur le ton de la satire sur la presse alg�rienne intitul� Il ne fera pas long feu. En 2010, il revient avec un autre roman : Un parfum d'absinthe qui, au-del� de sa trame romanesque, pose la question de l'engagement des �crivains alg�riens par rapport � Camus, durant la guerre de lib�ration. Du m�me auteur : Lakhdar Belloumi, un footballeur alg�rien, essai , Editions ENAL, Alger,1986 - Onze champions dans un miroir, essai, Editions ENAL, Alger, 1988 - L'Almanach des sports collectifs alg�riens,essai, Editions Anep, Alger,1990 - L'Entente, la l�gende du second souffle,Editions Dahleb, Alger, 1990 - L'Alg�rie en coupe d'Afrique, essai (coauteur), Editions Anep, Alger, 1990 - Ombres et lumi�res de la boxe en Alg�rie, essai, Editions Cnides, Alger, 1999 - L'Almanach des sports individuels alg�riens, essai, Editions Cnides, Alger, 1999 - Comme des ombres furtives, essai, Casbah Editions, Alger, 2004 - Chronique d'une �lection pas comme les autres, essai, Editions Alpha, Alger, 2004 - Cueille le jour avant la nuit, essai, Editions Alpha, Alger, 2005 - La derni�re pri�re, roman, Editions Alpha, Alger, 2006 - La nuit du henn�, roman, Editions Alpha, Alger, 2007 - Le caf� de Gide, roman, Editions Alpha, Alger, 2008 - Il ne fera pas long feu, roman, Editions Alpha, Alger, 2009 (Prix des libraires alg�riens) - Un parfum d'absinthe, roman, Editions Alpha, Alger, 2010 - Une vie sur la pointe des pieds, nouvelles, Editions Alpha, Alger, 2011 - Camus dans le narguil�, roman, Editions Apr�s la lune, Paris, 2011 - Sur les all�es de ma m�moire, �ditions Casbah, Alger, 2012. Hamid Grine a re�u diff�rents prix dont la plume d'or du journalisme sportif et une r�compense des �diteurs maghr�bins pour l'ensemble de son �uvre. En 2009, il re�oit le prix des libraires alg�riens. (Source Wikip�dia.)


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.