Tebboune préside une réunion du Conseil des ministres    Des tests techniques pour un meilleur débit d'Internet    Sûreté nationale: Intelligence et lutte contre cybercriminalité    Chlef: La tomate industrielle veut éviter les «invendus»    Sensibilisation sur la rationalisation de la consommation de l'énergie électrique    Une passerelle numérique vers les services d'assistance sociale    Après avoir accusé l'Algérie d'utiliser Pegasus: RSF avoue avoir commis une erreur    Une autre forme de normalisation ?    Mystérieuse tentative d'assassinat du président malgache    MC Oran: Encore une saison ratée !    RC Relizane: Le maintien en bonne voie    Violence dans les stades: Quand les entraineurs s'en mêlent    Covid-19: Réception de 2,4 millions de doses de vaccin de la Chine    Blida: Trois blessés lors de l'extinction des feux de forêt à Chréa    Bouira: 61,65 %, évolution du taux de réussite au BAC    Naïveté et réalité du monde    Les langues maternelles au chevet de l'Education : les conseils de la Banque mondiale !    Les grandes sociétés américaines sont-elles au-dessus des lois ?    La session parlementaire clôturée demain    Le CRB nouveau leader    Belazri retenu comme juge de ligne    Lagab et Mansouri abandonnent    Le paiement en ligne est opérationnel    Les dividendes d'une diplomatie scientifique    Ce que veulent les Américains au Mali et en Libye    Situation catastrophique à Sétif    Khenchela frappée de plein fouet    Deux hôpitaux et quatre polycliniques réquisitionnés    Y a-t-il des présidents d'APC à Alger?    Le retour au confinement de nouveau abordé    208 migrants secourus en 48 heures    Le baril efface ses pertes    L'Exécutif sur les chapeaux de roue    Des bourses attribuées à des chercheurs algériens    Des endroits féeriques à visiter    L'Unesco n'inscrit finalement pas Venise sur cette liste    Nouvel ouvrage de Mahdi Boukhalfa    RSF avoue avoir placé l'Algérie par "erreur" sur la liste des utilisateurs de Pegasus    La FAF procédera à une désignation des quatre équipes pour les coupes africaines    JO - Judo : Fethi Nourine suspendu par la fédération internationale de judo    ALGER RIPOSTE    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    Abdelhakim Meziani, l'insatiable passionné    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Fini la politique de l'autruche    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



THÈME D'UNE ETUDE COMPARATIVE DE OMAR TARMLIT, DOCTORANT EN LITTERATURE COMPAREE À PARIS VIII
L'oppression politique et sociale dans le Procès de Kafka et les Vigiles de Djaout
Publié dans Le Soir d'Algérie le 14 - 05 - 2013

L'oppression politique et sociale dans Le Procès de Kafka et Les Vigiles de Djaout est une étude comparative menée par Omar Tarmlit, un jeune doctorant en littérature comparée à l'université Paris VIII.
Le mémoire soutenu sous la direction de Zineb Ali Ben Ali, une spécialiste en littérature comparée et de la littérature maghrébine d'expression française, vient de faire l'objet d'une édition à Paris chez Mon Petit Editeur. Omar Tarmlit tente de comprendre comment se décline le thème de l'oppression dans ses variantes politique, sociale et psychologique dans les Vigiles de Tahar Djaout et le Procès de l'écrivain tchèque Frantz Kafka. D'emblée, le jeune chercheur prévient que son souci «n'est pas de faire l'inventaire de tous les comparables possibles» entre les deux productions littéraires des deux romanciers que rien ne rapproche, a posteriori, du point de vue de l'expérience scripturaire et dont les romans, en dehors de leur caractère universel d'œuvre littéraire, n'entretiennent pas de relation de voisinage sur les plans historique, culturel et linguistique. «Ce travail s'inscrit plutôt dans une dynamique de recherche, d'investigation, de tâtonnement, de repérages de points de connexion pouvant fonctionner comme une chaîne de signifiances entre ces deux productions littéraires», dira O. Tarmlit. Ces précautions méthodologiques qui président à la mise en route de sa recherche mises en avant, l'auteur s'est employé à détricoter la problématique de l'oppression immanente aux deux romans et qui s'élabore avec «les singularités » propres au contexte de production de chacune des deux œuvres. D'un côté, il y a, dans le procès de F. Kafka, une justice bridée par un système totalitaire, oppresseur et injuste dans un contexte politico-idéologique du système communiste dominant à l'époque décrite (dans Le Procès de F. Kafka) et, de l'autre, nous avons dans les Vigiles de T. Djaout un ordre oppresseur d'un autre type imposé par une armada de vigiles corrompus et cupides tapis dans une administration omnipotente. «Cette continuité thématique supposée entre les deux œuvres se laisse saisir à un autre niveau, celui de la symbolique des personnages, les Vigiles chez Djaout et les Inspecteurs chez Kafka. Dans Le Procès, l'écrivain tchèque nous met aux prises «avec un homme, Joseph K., fondé de pouvoir dans une banque, qui, un beau matin, voit arriver chez lui deux gaillards, qui lui stipulent qu'il est arrêté. Lui est innocent, du moins, c'est ce qu'il dit. Mais l'est-il vraiment ? Pour quel motif est-il arrêté ? Nul ne le dit, mais «la loi», le sait, et ses voies sont impénétrables, elles aussi. Son procès commence mais nul ne sait où, pourquoi ni comment, ni sur quels documents, ni qui en sont les acteurs judiciaires». Dans les Vigiles de Tahar Djaout, beaucoup d'indices et d'ingrédients narratifs sont mis en scène pour créer une ambiance semblable à celle du Procès de Kafka. Jeune inventeur, Mahfoud Lemdjad, le personnage principal de les Vigiles met toute son intelligence et son talent pour tenir la promesse qu'il s'était faite depuis son enfance : ressusciter le métier à tisser, l'instrument héritage de sa grand-mère et qui perpétue le souvenir du visage et les gestes de son aïeule. Toutes ses démarches entreprises auprès de l'administration pour obtenir son passeport afin de se rendre à la foire aux inventions qui se trouve dans un pays d'Europe pour faire breveter son invention se heurte aux obstacles dressés sur son passage par les représentants d'un ordre bureaucratique absurde et autoritaire qui impose au personnage qui de simple requérant de documents administratifs se retrouve le jouet d'un système administratif omnipotent dont le premier représentant se trouve à la mairie : le planton ainsi décrit : «Un homme d'âge mûr (...), l'un de ces anciens combattants qui cumulent une pension de guerre, une retraite anticipée, un fonds de commerce et un boulot assis» et qui impose sa loi au jeune inventeur qui se soumet à l'exercice fastidieux et surréaliste d'expliquer les détails techniques de son invention au préposé au guichet de l'accueil qui est analphabète mais fort de son statut de planton et de sa légitimité d'ancien combattant. En face, Mahfoud Lemdjad dont le savoir et l'intelligence ne lui sont d'aucun secours devant le sentiment d'anéantissement et de culpabilité qui naîtra de l'affrontement inégal qu'il devra mener, à son corps défendant, contre une machine bureaucratique qui symbolise la toute puissance d'un pouvoir absurde, arrogant et oppresseur. Voici revisités, grâce et à travers l'étude d'Omar Tarmlit, deux romans majeurs dont les auteurs ont marqué leur époque. Les thèmes qui y sont abordés sont d'une brûlante actualité. Dans le Procès de F. Kafka, comme dans les Vigiles de T. Djaout, c'est une satire sociale qui nous est livrée. Chacun à sa façon et suivant leur époque, les deux auteurs posent un regard sur la société, en se jouant de la façon dont le pouvoir est exercé via les différents appareils de l'Etat et ses représentants. Par l'entremise de la satire et de l'ironie, l'on est invité à s'interroger avec gravité sur les notions du pouvoir, de la liberté et de la loi.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.