Communiqué du ministère de la Justice    Makri s'en prend aux «laïcs»    29 activistes relâchés en début de soirée    Tebboune préside aujourd'hui la réunion du Conseil des ministres    Une trentaine de détenus toujours en prison    Huile d'olive. concours international de Dubaï ; Un producteur algérien de Djelfa lauréat    1 530 milliards de dinars d'investissement sur 10 ans    Washington épargne le prince héritier Ben Salmane    «La communauté internationale doit assumer ses responsabilités»    Une suspension et des interrogations    Le ministre des Droits de l'Homme présente sa démission    Elles se sont déroulées dans le calme    Ligue des Champions: lourde défaite du CRB face à Mamelodi Sundowns    Trois candidats pour la présidence de la Fala    Affaire Diawara Banou, l'épilogue !    Man City : Pour Guardiola, ce que fait le club n'est pas normal    Le MCO enchaîne, l'Entente récupère son trône, la JSK dompte le Doyen    De l'inquiétude mais pas d'affolement    L'heure des comptes    Les dépouilles de deux personnes extraites d'une grotte    Le calvaire des résidents    L'islamisme contre le soufisme    "Abou Leila" et "Héliopolis" en avant-première à Batna    "L'avenir du secteur musical en Tunisie est incertain"    MAMMERI, DJAOUT ET LA MAIN DE L'ETRANGER    La situation sur les fronts de combat «sous contrôle» de l'Armée sahraouie    Acquisition de la raffinerie d'Augusta en Italie : Les gros mensonges d'Ould Kaddour    Enasel : Baisse des ventes de sels alimentaire et industriel en 2020    Mohamed Nassou n'est plus    AG Elective de la FAA : Le recours de Boukais rejeté    50 kilomètres en deux ans    Alors que le pétrole maintient son avance : L'OPEP+ face à un nouveau challenge    Organisée au Bastion 23 de la Casbah : Rencontre-débat sur les figures révolutionnaires de la bataille d'Alger    Prix du président de la République : Appel à participation pour les jeunes créateurs    La face cachée de Mammeri    Dans le but de relancer le processus de concession: La daïra lance une opération de recensement des biens communaux d'Aïn El Turck    El-Abiodh Sid Cheikh : La gare routière boudée par les transporteurs    Groupe Est: La passe de trois pour l'US Chaouia    Pour développer la coopération bilatérale: Le conseiller commercial à l'ambassade de France en visite à la CCIO    Accès via l'autoroute Est-Ouest: Le pôle urbain de Tlélat pris en otage par le gel du projet    Ce que doit la rue à l'urne    Rompre vite avec nos vieux démons    Médicament: Le SNAPO suspend son mouvement de protestation    El Kala: Le cadavre d'un homme repêché à l'ancien port    Qui veut canarder les ambulances ?    l'augmentation de la marge bénéficiaire, pointée du doigt    "Fitna" chez les Frères musulmans    Les 12 commandements de la phase transitoire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Me MILOUD BRAHIMI AU FORUM DE LIBERTE :
«La justice ne reçoit que ce qu'on lui envoie»
Publié dans Le Soir d'Algérie le 30 - 04 - 2013

Invité hier du forum hebdomadaire du journal Liberté , Me Miloud Brahimi, avocat de renom, est revenu sur les affaires de corruption traitées présentement par la justice mais aussi, plus généralement, sur la Constitution et l'Etat de droit. Son sentiment, voire sa conviction est que les affaires de l'autoroute Est-Ouest, de Sonatrach 1 et 2 ne sont pas parties pour devenir de grandes affaires. Explication.
Sofiane Aït Iflis - Alger (Le Soir) - L'avocat ne conteste pas la véracité des faits de corruption dans lesdites affaires, loin de là. Il soutient même que les faits sont avérés. Seulement, il ne pense pas, conviction personnelle, que ces affaires qui alimentent ces temps derniers les chroniques médiatique et judiciaire, traduisent la lutte contre la corruption à proprement parler. Et pour cause ! Me Brahimi estime que ces affaires ont atterri au niveau de la justice parce que les services de sécurité, qui ont mené les enquêtes et ficelé les dossiers, l'ont bien voulu. «La justice ne reçoit que les dossiers qu'on veut bien lui envoyer», soutient-il, après avoir indiqué que «l'affaire Sonatrach 1 est sortie des chapeaux du système pour, comme on dit, dégager Chakib Khelil. Sonatrach 2 est un dérapage né de Sonatrach 1». Et d'entre les affaires qui font aussi couler de l'encre, l'affaire Khalifa Bank, évidemment. Me Brahimi, qui ne cesse de dénoncer le maintien illégal en prison de quatre personnes condamnées dans le premier procès et qui observent une grève de la faim depuis le 18 avril dernier, a repris de dire que le report du procès en appel, début avril, a été préalablement programmé. «L'avant-veille de l'ouverture du procès, une personnalité m'a dit que le procès allait être reporté. Ce qui s'est avéré, par la suite.» L'avocat estime que ce report, programmé, donc, dénote de la difficulté pour le système de gérer le dossier. «Trois procès en même temps, ça en faisait trop pour le système», affirme Brahimi, après avoir fait remarquer que la corruption est liée à la nature du système qui, depuis l'indépendance, a mené trois campagnes de lutte contre la corruption : celle du début des années 1980 qui était, selon lui, une campagne de déboumediennisation, celle des années 1990 qui a visé essentiellement Sider et Cosider dans le but de faciliter leur privatisation et celle présente. Concernant la campagne des années 1980, Me Brahimi mettra en relief le rôle qui a été fait jouer à la Cour des comptes : un rôle dont elle ne s'est pas relevée, jusqu'à aujourd'hui. Quel moyen efficace de lutte contre la corruption ? Pour Miloud Brahimi, la corruption n'est pas que l'affaire de la justice. «Il faut que les affaires de corruption fonctionnent.» Evoquant la question de l'Etat de droit, Me Brahimi considère que la Constitution, qui, précise-t-il préalablement, n'a jamais pesé dans la vie de Algériens, doit être protégée de sorte à ce que la démocratie prévale quel que soit le parti qui accède au pouvoir. Il pense que ce rôle de protection doit revenir à l'armée, à condition que cette dernière se retire de la vie politique et qu'elle n'ait pas «la compétence de sa compétence», autrement dit qu'elle n'intervienne pas de son propre chef mais saisie pour cela. Me Brahimi plaide pour la constitutionnalisation de la langue tamazight et pour la création, à travers la Constitution, d'une institution qui défende les droits des femmes.
S. A. I.
Application de l'article 88 de la Constitution : on n'en est pas là
Interrogé sur l'application éventuelle de l'article 88 de la Constitution, conséquemment à la maladie du chef de l'Etat, Me Brahimi dit ne pas savoir comment fonctionne l'article 88 de la Constitution qui statue sur le cas d'incapacité du président à assumer ses charges. Cependant, l'avocat estime qu'«on n'en est pas là».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.