L'APLS mène de nouvelles attaques contre les positions des forces de l'occupant marocain    Danemark-Finlande : La demande d'Eriksen à ses coéquipiers    Aïn Defla: Abbass M'hamed, un exemple de la fidélité au pays et de l'amour de la patrie    Législatives: clôture des bureaux de vote, début du dépouillement des voix    Législatives: les électeurs plus nombreux dans les bureaux de vote durant l'après-midi à l'Est du pays    Belmadi: "Cette série d'invincibilité n'est pas le fruit du hasard"    Coronavirus: 343 nouveaux cas, 236 guérisons et 5 décès    AEP à Alger: instructions fermes pour un approvisionnent régulier    Foot/Amical: Algérie (A') - Liberia (A) le 17 juin à Oran    Législatives/Alger-est : une plus importante affluence dans l'après-midi    Covid-19: plus de 5 millions de cas en Afrique    Tabbou, Ihsane El-kadi et Drareni relâchés    La Sadeg élabore un plan d'action pour les examens de fin d'année    Yasser Bouamar et Kaouther Ouallal éliminés d'entrée    Vers l'extradition d'El Wafi Ould-Abbès    Toute colonisation est un investissement perdu    Lumières rend hommage à plusieurs artistes    Hausse de 45,5% de nouveaux inscrits    Durcissement du Code pénal    LE VERDICT REPORTE AU 23 JUIN    Khaldi : "Revoir la politique du football"    Coton Sport-JSK à Yaoundé    LE NOUVEAU STADE D'ORAN OU LE 5-JUILLET POUR ABRITER LA FINALE    Sévère rappel à l'ordre du parlement européen au Maroc    Un salon dédié à la santé de l'étudiant    Saisie de 10 000 comprimés psychotropes    Finalisation de l'examen des décrets exécutifs    L'EXECUTIF SE MONTRE OPTIMISTE    Une série de dispositions annoncées pour redynamiser le secteur    Utilisation optimale des caméras de surveillance    Afrique du Sud: une alliance politico-syndicale réitère son soutien au droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    La Casbah d'Alger : L'artisanat disparaît peu à peu    L'ISACOM "salue la décision du Parlement européen condamnant le Maroc"    Véhicules de moins de 3 ans, tabac, fonds détournés...: Les nouveautés de la LFC 2021    Huit blessés dans 2 accidents de la route    Aïn El Turck: Retour en force de l'informel dans les localités côtières    Les habitants en appellent au wali: Une décharge sauvage en plein cœur de Haï Chahid Mahmoud    Complotisme : arme de la paresse intellectuelle et de la gouvernance institutionnelle    Les menaces de troisième génération    L'époux devenu loque    La Libye prend exemple de l'Algérie    Un quartier palestinien d'El Qods convoité par les sionistes    Neuf pays africains sur 10 pourraient ne pas atteindre l'objectif    Les défis de l'après-12 juin    Les avocats menacent de marcher    L'ami et le collègue de 56 ans!    Hommage à Fawzi Saïchi    «Unzipped Exposition», expo unique en Europe    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





HOMMAGE
Qui se souvient de Fernand Iveton ?
Publié dans Le Soir d'Algérie le 17 - 02 - 2005

Le devoir de m�moire rev�t une importance particuli�re pour l'�criture de l'histoire de la guerre de Lib�ration nationale. Cependant, si celle-ci demeure toujours d'une actualit� br�lante, elle proc�de malheureusement de moult surench�res politiciennes. S'il en est, elle est souvent interpell�e pour justifier et l�gitimer certaines �tapes v�cues pr�sentement par le pays.
Il est � craindre que la volont� proclam�e d'�crire �une histoire officielle� de la guerre de Lib�ration – histoire d�j� balis�e et jalonn�e – ne proc�de de cette vision manich�enne. Il est de notre devoir de rendre un vibrant hommage � certains h�ros �oubli�s�, parmi eux, le chahid Fernand Iveton, guillotin� le 11 f�vrier 1957 � la prison de Serkadji. La p�riode de 1954 � 1962 fut dure, terrible, atroce. Elle fut cruelle et douloureuse. Paradoxalement, elle fut militante et fraternelle. Tant d'�tres souffrirent, cependant c'est dans ces moments douloureux que certains Alg�riens et Alg�riennes d'origine europ�enne apprirent � mieux se conna�tre, et qui plus est en ces jours de v�rit� nue. Quarante-trois ann�es apr�s la fin de la guerre d'Alg�rie, l'on h�site encore parfois dans le choix du vocabulaire, afin de ne pas raviver des blessures non cicatris�es. Qui mieux que le sacrifice d'Iveton pourrait symboliser les passerelles empreintes d'humanisme et de justice, jet�es entre les hommes de diff�rents horizons sociaux, raciaux et religieux ? Qu'�voque ce nom pour les jeunes Alg�riens ? La r�ponse est douloureuse et pour cause, l'histoire de ce militant alg�rien de la premi�re heure est pratiquement m�connue des nouvelles g�n�rations de notre pays. La raison est � rechercher du c�t� de la culture de l'oubli, ceci en l'absence de toute r�f�rence au nom de Fernand Iveton sur les �difices publics. Apr�s l'ind�pendance, le p�re de Fernand supplia en vain les autorit�s alg�riennes de donner � son fils ne serait-ce qu'un petit bout de rue. D�sesp�r� d'avoir �chou�, il appela �Villa Fernand� le pavillon qu'il poss�dait en France. H�las quelques ann�es plus tard, on s'est rappel�, � l'occasion du sacrifice de ce Chahid, non pas pour lui rendre hommage et justice en m�me temps, mais pour redorer le blason des autorit�s de l'�poque, mis � mal par un article dans lequel il �tait question de l'ingratitude des autorit�s alg�riennes � l'�gard des martyrs alg�riens d'origine europ�enne, ce faisant, il cite le cas de Fernand Iveton, dont aucune rue, ni institution publique ne porte le nom. Le soir m�me de la publication de cet article les mettant en cause, les autorit�s de l'�poque – parti unique oblige – on instruit la Kasma FLN d'El-Madania (ex-Clos-Salembier), quartier natal de Fernand Iveton, de proc�der � la b�ptisation expresse d'une petite ruelle mesurant � peine 30 m�tres. Heureusement que cette mascarade post-mortem � l'endroit de ce chahid, qu'on ne peut que qualifier d'ubuesque et tragique � la fois, n'alt�re en rien le parcours de cet authentique patriote qui a �t� synonyme de courage, de probit� et de sacrifice, et ce, jusqu'au pied de la guillotine o� il a cri� �tahia El-Djaza�r� en arabe avant d'�tre ex�cut�. En compagnie de deux autres chahids auxquels nous rendons un vibrant hommage, il s'agit en l'occurrence de Med Ounnouri et Ahmed Lakhnache. Avant son ex�cution il a �t� d'abord conduit au greffe de la prison, l� il d�clare : �La vie d'un homme, la mienne, compte peu, ce qui compte, c'est l'Alg�rie, son avenir, et l'Alg�rie sera libre demain.� Le chahid Didouche Mourad qui �tait son voisin de quartier (La Redoute/Clos-Salembier) disait de lui : �S'il y avait beaucoup de gens comme lui, cela aurait chang� bien des choses�. Son avocat Charles Lainne a �t� frapp� par l'attitude d'Iveton lors de son ex�cution. Il disait : �Il avait l'attitude d'un homme droit en faisant preuve d'une constance et d'un courage admirable.� Il avait ressenti la condamnation � mort l'ex�cution d'Iveton comme une grosse injustice et un d�shonneur pour la France. Fernand Meissonnier son bourreau disait de lui �celui-l� fut un condamn� � mort mod�le, droit, impeccable, courageux jusqu'au couperet�. L'enfant de Clos-Salembier a �t� tr�s sensible � la mis�re qui frappait la population musulmane de son quartier. Il a d'abord commenc� � militer dans la cellule de la jeunesse communiste de la redoute, Salembier, ensuite apr�s le d�clenchement de la r�volution sa d�marche �tait celle d'un homme qui n'�tait ni un id�ologue ni un aventurier, pas de rupture dramatique mais un glissement progressif vers les combattants du FLN, r�unions clandestines, asile offert � des militants recherch�s et, au fil des mois, une interrogation lancinante : �Que fait le parti ?�. Iveton est de ceux qui souhaitent un total engagement. Il s'enr�le dans les Combattants de la lib�ration (C.D.L.), structure clandestine arm�e cr��e par le Parti communiste alg�rien en juin 1956, mais son groupe ne lui propose que des actions d�risoires tandis que son ami d'enfance et voisin Henri Maillot, officier d�serteur, tombe au combat. Iveton s'impatiente, l'absorption des CDL par le FLN va lui ouvrir les voies de l'action. Il accepte de poser � l'usine � gaz de Ruisseau une seule bombe au lieu des deux que lui ram�ne Jacqueline Guerouj, et ce, faute de place dans son sac de travail. Lors de son arrestation et en d�pit des tortures atroces qu'il avait subies, et pour permettre � la deuxi�me bombe que transportait Jacqueline d'exploser, il a pu orienter les enqu�teurs sur une fausse piste, en parlant de la fameuse femme blonde, conduisant une 2 cv, alors que Jacqueline avait les cheveux noirs et �tait au volant d'une voiture Dyna (Panhard). Cette r�sistance a permis de retarder l'arrestation de Jacqueline et les autres. A travers cette description, on a longtemps cru qu'il s'agissait de Raymonde Peschard, la fille de Saint- Eug�ne morte aux maquis quelques mois apr�s en wilaya III (une autre chahida � qui nous devrons rendre hommage). A ce chahid qui a su vivre et mourir pour son id�al avec tant de simplicit� et de grandeur nous lui devons bien un hommage � la hauteur de son sacrifice, qui le sortira de la nuit de l'oubli o� il a �t� longtemps confin� par l'histoire officielle. Une initiative qu'il y a lieu de sacraliser et d'�tendre � d'autres victimes de la culture de l'oubli, car elles ont tant souffert pour faire sortir le peuple alg�rien des t�n�bres dans lesquelles il a �t� tr�s longtemps confin� par le syst�me colonial. En rendant hommage � ces h�ros, nous contribuons � renforcer davantage les valeurs de fraternit�, d'humanisme, de tol�rance et de libert� dans l'Alg�rie d'aujourd'hui. Dieu sait qu'on en a grandement besoin pour se comprendre et se respecter.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.