L'enjeu des locales et la survie des partis    Fraude électorale: la justice frappe fort    Une ambition en sursis    La connexion électrique    Les mesures phares mises en exergue    Les ressources humaines en point de mire    Les élections en ligne de mire    Chanegriha à Moscou    Les négociations prennent fin sans parvenir à un accord    La belle leçon d'italien du professeur Mancini    Brèves    Fin de saison pour Frioui?    L'auteur condamné à 3 ans de prison ferme    5 Tentatives de suicide en deux jours    Un téléphérique, dites-vous!    «Ne souillez pas nos symboles!»    «Urban Jungle» expo à l'USBA    «Les planches me manquent!»    34 ans de négociations et toujours pas d'accords !    Qu'en est-il pour les visas ?    366 nouveaux cas et 10 décès    4 ans de prison ferme contre Kamel Chikhi    Qui succédera à Chenine ?    Lavagne met en garde ses joueurs    Suppression officielle début juillet    Le ministère des Moudjahidine rejette toute tentative d'atteinte aux symboles nationaux    Le secteur réfléchit à la relance du projet du film sur l'Emir Abdelkader    Baccalauréat: les candidats mitigés sur l'épreuve de mathématiques    Suspension des programmes de la chaîne "El Hayat TV" pour une semaine à partir de mercredi    Le Président Tebboune félicite Guterres pour sa réélection à la tête de l'ONU    Mali: L'application de l'accord de paix est "poussive", regrette le CMA    À quoi joue Haftar ?    Les Béjaouis décrochent !    L'ESS ne fait pas de cadeau !    4 personnes carbonisées suite à un accident    Les mesures de confinement reconduites dans 14 wilaya    Le Soudan qualifié    Pétrole algérien, les barils de la peur, lecture prospectiviste de l'ouvrage du Dr M. S. Beghoul    Les acteurs politiques en attente des tractations    Relance cherche finances    Actuculte    L'enseignement à distance en débat    APLS: Poursuite des attaques contre les positions des forces d'occupation marocaines    Ligue des champions : Option pour Al Ahly et Kaiser Chiefs    Carnet de voyages - Lettre des états-Unis d'Amérique : Le putschisme carnavalesque    Nettoyer le pays de qui et de quoi ?!    Tiaret: Hommage au producteur radiophonique Hadjarab    Liste des 851 produits    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





IL Y A 50 ANS, LE 11 FEVRIER 1957, ETAIT GUILLOTINE A SERKADJI LE CHAHID FERNAND IVETON
Alg�rien et patriote avant tout
Publié dans Le Soir d'Algérie le 11 - 02 - 2007

Le devoir de m�moire rev�t une importance particuli�re pour l��criture de l�histoire de la guerre de Lib�ration nationale. Cependant, si celle-ci demeure toujours d�une actualit� br�lante, elle proc�de malheureusement de moult surench�res politiciennes s�il en est, elle est souvent interpell�e pour justifier et l�gitimer certaines �tapes v�cues pr�sentement par le pays.
Il est � craindre que la volont� proclam�e d��crire �une histoire officielle� de la guerre de Lib�ration, histoire d�j� balis�e et jalonn�e, ne proc�de de cette vision manich�enne. Il est de notre devoir de rendre un vibrant hommage � certains h�ros �oubli�s�, parmi eux, le chahid Fernand Iveton, guillotin� le 11 f�vrier 1957 � la prison de Serkadji. La p�riode de 1954 � 1962 fut dure, terrible, atroce. Elle fut cruelle et douloureuse. Paradoxalement, elle fut militante et fraternelle. Tant d��tres souffrirent, cependant, c�est dans ces moments que certains Alg�riens de souche et Alg�riens d�origine europ�enne, apprirent � mieux se conna�tre, et qui plus est en ces jours de v�rit� nue. Quarantequatre ans apr�s la fin de la guerre d�Alg�rie, l�on h�site encore parfois dans le choix du vocabulaire, afin de ne pas raviver des blessures non cicatris�es. Qui mieux que le sacrifice d�Iveton pourrait symboliser les passerelles emprunt�s d�humanisme et de justice, jet�es entre les hommes et diff�rents horizons sociaux, raciaux et religieux. Qu��voque ce nom pour les jeunes Alg�riens ? La r�ponse est douloureuse et pour cause, l�histoire de ce militant alg�rien de la premi�re heure est pratiquement m�connue des nouvelles g�n�rations de notre pays. La raison est � chercher du c�t� de la culture de l�oubli, cela en l�absence de toute r�f�rence au nom de Fernand Iveton sur les �difices publics. Apr�s l�ind�pendance, le p�re de Fernand supplie en vain, les autorit�s alg�riennes de donner � son fils, ne serait-ce qu�un petit bout de rue. D�sesp�r� d�avoir �chou�, il appela Villa Fernand le pavillon qu�il poss�dait en France. H�las, quelques ann�es plus tard, on s�est rappel� � l�occasion, du sacrifice de ce chahid, non pas pour lui rendre hommage et justice en m�me temps mais pour redorer le blason des autorit�s de l��poque, mis � mal par un article de la presse fran�aise, dans lequel il �tait question de l�ingratitude des autorit�s alg�riennes � l��gard des martyrs alg�riens d�origine europ�enne, ce faisant, il cite le cas de Fernand Iveton qu�aucune rue ni institution publique ne porte le nom. Le soir m�me de la publication de cet article les mettant en cause, les autorit�s de l��poque, parti unique oblige, ont instruit la kasma FLN d�El Madania (ex-Clos-Salembier), quartier natal de Fernand Iveton, de proc�der � la baptisation express d�une petite ruelle de 30 m�tres. Heureusement que cette mascarade post-mortem � l�endroit de ce chahid, qu�on ne peut que qualifier d�ubuesque et tragique � la fois, n�alt�re en rien le parcours de cet authentique patriote qui a �t� synonyme de courage, de probit� et de sacrifice et ce, jusqu�au pied de la guillotine o� il a cri� �Tahia El Djaza�r� en arabe, avant d��tre ex�cut�. En compagnie de deux autres chahids auxquels nous rendons un vibrant hommage, il s�agit en l�occurrence de Mohamed Ounnouri et Ahmed Lakhmache. Avant son ex�cution, il a �t� d�abord conduit au greffe de la prison, l� il d�clare : �La vie d�un homme, la mienne, compte peu, ce qui compte, c�est l�Alg�rie, son avenir et l�Alg�rie sera libre demain�. Le chahid Didouche Mourad qui �tait son voisin de quartier (La Redoute, Clos-Salembier) disait de lui : �S�il y avait beaucoup de gens comme lui, cela aurait chang� bien des choses�. Son avocat, Charles Lainn�, a �t� frapp� par l�attitude d�Iveton lors de son ex�cution, il disait : �Il avait l�attitude d�un homme droit en faisant preuve d�une constance et d�un courage admirable.� Il avait ressenti la condamnation � mort, l�ex�cution d�Iveton comme une grosse injustice et un d�shonneur pour la France. Fernand Meissonnier, son bourreau disait de lui : �Celui-l� fut un condamn� � mort mod�le, droit, impeccable, courageux jusqu�au couperet.� L�enfant de Clos-Salembier a �t� tr�s sensible � la mis�re qui frappe la population musulmane de son quartier. Il a d�abord commenc� � militer dans la cellule de la jeunesse communiste de La Redoute-Salembier en compagnie de ses voisins de quartier les plus connus, Henri Maillot, Myram Ben (Marylise Benha�r) et Ahmed Akkache qui seront plus tard des acteurs tr�s actifs de la guerre de Lib�ration nationale. Ensuite, apr�s le d�clenchement de la R�volution, sa d�marche �tait celle d�un homme qui n��tait ni un id�ologue ni un aventurier, pas de rupture dramatique mais un glissement progressif vers les combattants du FLN, r�unions clandestines, asile offert � des militants recherch�s, au fil des mois, une interrogation lancinante : �Que fait le parti ?� Iveton est de ceux qui souhaitent un total engagement. Il s�enr�le dans les Combattants de la lib�ration (C.D.L.), structure clandestine arm�e cr��e par le Parti communiste alg�rien en juin 1955. Mais son groupe ne lui propose que des actions d�risoires qu�il ex�cute avec son camarade de parti Felix Colozi (cet homme qui a surv�cu aux g��les colonialistes n�a jamais quitt� l�Alg�rie, et il y vit toujours d�ailleurs). Tandis que son ami d�enfance et voisin, Henri Maillot, officier d�serteur, tombe au combat, Iveton s�impatiente. L�absorption des CDL par le FLN va lui ouvrir les voies de l�action. Il accepte de poser � l�usine � gaz du Ruisseau o� il travaille, une seule bombe au lieu des deux que lui ram�ne Jacqueline Guerroudj et ce, faute de place dans son sac de travail. Iveton r�prouve la violence aveugle. Sa bombe ne devra tuer personne, qui plus est ses camarades de travail. Il s�entoure pour cela de toutes les pr�cautions possibles. Pierre Vidal-Naquet a raison d��crire �Iveton ne voulait pas d�une explosion-meurtre. Il voulait une explosion-t�moignage�. Lors de son arrestation et en d�pit des tortures atroces qu�il avait subies, pour permettre � la deuxi�me bombe que transportait Jacqueline d�exploser, et aussi permettre � ses camarades de s��chapper, il a pu orienter les enqu�teurs sur une fausse piste, en parlant de la fameuse femme blonde, conduisant une 2CV alors que Jacqueline avait les cheveux noirs et �tait au volant d�une voiture Dyna (Panhard). Cette r�sistance a permis de retarder l�arrestation de Jacqueline et des autres. A travers cette description, on a longtemps cru qu�il s�agissait de Raymonde Peschard, la fille de St-Eug�ne, morte au maquis quelques mois apr�s en wilaya III (une autre chahida � qui nous devrons rendre hommage). A ce chahid qui a su vivre et mourir pour son id�al avec tant de simplicit� et de grandeur, nous lui devons bien un hommage � la hauteur de son sacrifice, qui le sortira de la nuit de l�oubli o� il a �t� longtemps confin� par l�histoire officielle. Une initiative qu�il y a lieu de sacraliser et d��tendre � d�autres victimes de la culture de l�oubli, car ils ont tant souffert pour faire sortir le peuple alg�rien des t�n�bres dans lesquels il a �t� tr�s longtemps confin� par le syst�me colonial. En rendant hommage � ces h�ros, nous contribuons � renforcer davantage les valeurs de fraternit�, d�humanisme, de tol�rance et de libert� dans l�Alg�rie d�aujourd�hui. D�aucun sachent qu�on en a grandement besoin pour se comprendre et se respecter.
Merzak Chertouk
Ing�nieur, cadre sup�rieur


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.