Le juge demande un complément d'enquête    Tergiversations au Conseil de la Nation    La situation s'améliore nettement à Alger    L'Algérie perd 2 milliards de m3 de gaz à l'exportation    «Le Maroc doit tirer les leçons de son arrogance»    Décès de l'ancien Président Sidi Ould Cheikh Abdallahi    Le premier couac du projet de Anthar Yahia    Le président de la CAF Ahmad Ahmad suspendu cinq ans    Le choc USMA-ESS fixé à samedi prochain    LDC : Le programme de ce mardi    Saisie de plus de 7 kilos de drogue    Les premiers pas de «Enamla», le premier théâtre privé à Oran    Achèvement des travaux de réfection de la salle de cinéma Ifriqia    L'association El Mostakbal entame la formation des encadreurs des bibliothèques communales    Le gouvernement guinéen interdit les manifestations    Le Soudan veut modifier la méthode des négociations    L'Université russe des relations internationales organise une conférence sur la lutte du peuple sahraoui    Le procès Benfisseh reporté au 7 décembre    Le procès de l'ex-wali Bouderbali Mohamed reporté au 7 décembre    L'Opep et ses alliés pourraient réajuster leurs accords    Djerad annonce des mesures pour assurer l'approvisionnement en eau    L'héritage    Les non-dits    Les Sanafir recevront le WAT à Benabdelmalek    7 conseils pour vaincre la fatigue matinale de façon naturelle    Les habitants pris au dépourvu    Plus de 10 700 dossiers pour 848 logements    Semaine mouvementée pour les hirakistes d'Oran    Décès de Abderrachid Boukerzaza: Djerad présente ses condoléances à la famille du défunt    Un taux de participation provisoire entre 38 et 40%    "Entendez-vous dans les montagnes..." de Maïssa Bey traduit en italien    "Mes peintures sont une invitation au voyage"    Sessions de formation théâtrale au profit des jeunes Casbadjis    Cité des 1046 logements (Douéra) : Dégradation et absence d'entretien    Chetaïbia (Ouled Chebel) : Absence de structures sportives    Béchar : Cap sur le reboisement    A l'initiative de l'ambassade des Pays-Bas: Lancement du programme «Orange Corner» destiné aux startups    L'INVICIBILITE DU TEMPS    120 employés de la Santé décédés du Covid    EHU 1er Novembre: 60 malades du Covid-19 en soins intensifs ou en réanimation    Gestion des risques majeurs: Une nouvelle loi en préparation    Rahabi s'attend à une relance du processus politique    Le "ministère de la Santé n'a pas le pouvoir de prendre cette décision"    1.005 nouveaux cas et 19 décès    Affaire contre le quotidien El Watan: demande d'une enquête complémentaire    L'Organisation des Moudjahidine qualifie Macron de ‘'menteur''    Décès de l'ancien ministre de la Communication Abderrachid Boukerzaza    Le procès en appel de Tliba reporté au 29 novembre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





EXIGEANT UNE TARIFICATION SPECIFIQUE À LA REGION
Protestations contre les nouveaux tarifs de l'électricité au Sud
Publié dans Le Soir d'Algérie le 28 - 09 - 2016

Les factures de consommation de l'énergie électrique et du gaz font parler d'elles au sud du pays. Jugées excessives, consécutivement aux hausses consacrées par la loi de finances 2016, nombreux sont les citoyens des villes et patelins du Grand-Sud qui commencent à manifester leur désapprobation.
Mohamed Kebci - Alger (Le Soir) - Et si jusqu'ici ces manifestations sont circonscrites à quelques villes et relativement pacifiques, comme ce fut le cas la semaine dernière à Adrar et à Béchar et lundi à El-Oued, le risque de voir ces protestations faire tache d'huile et s'étendre à d'autres wilayas du pays, surtout que ces manifestations se départent de leur caractère pacifique, est grand. Les mesures d'austérité que prévoit le projet de loi de finances 2017 constituent davantage d'ingrédients d'un mécontentement populaire qui n'est pas à écarter et sur lequel beaucoup d'acteurs politiques, syndicaux et sociaux ne cessent d'avertir ces derniers temps.
Recourant à leurs traditionnels leviers de protestation, sit-in, rassemblements ou carrément des marches populaires, et optant parfois pour les solutions extrêmes comme le blocage de plusieurs axes routiers usant, pour ce faire, de pierres et de pneus brûlés, de banderoles et de pancartes, les manifestants exigent la «révision à la baisse des factures d'électricité», jugées «excessives».
Eux qui font face à de très fortes chaleurs presque tout au long de l'année, soutiennent s'attendre, au contraire, à des baisses de la tarification de consommation de l'énergie électrique et du gaz pour s'adapter à cette donne propre à la région.
Ces manifestants soutiennent ne pas comprendre les toutes dernières quittances de l'électricité et du gaz qui ont doublé, triplé, voire même quadruplé pour certains alors que, affirment-ils, leur consommation n'a pas changé ou a légèrement augmenté. Ils expriment leur refus de subir à eux seuls les mesures d'austérité, invitant les ministres, les députés et les sénateurs notamment à montrer la voie et à donner l'exemple en réduisant leurs salaires. Pour ce faire, ils menacent de boycotter le paiement de ces factures d'électricité et de gaz.
Alors que la Société de distribution du centre et la cellule de communication au niveau de la direction générale de Sonelgaz étaient injoignables, hier, le directeur de la Société de distribution de l'électricité et du gaz au niveau de la wilaya d'El-Oued, Abdelwahed Hammaz, a indiqué à l'APS que ces factures «représentent le volume de consommation de l'énergie électrique des citoyens» et que la société doit appliquer les nouvelles mesures relatives à l'augmentation des tarifs de l'électricité annoncées en janvier 2016 et prenant effet à partir d'avril dernier». Et d'informer avoir «transmis un rapport à la direction générale sur les préoccupations des citoyens».
Pour rappel, la Commission de régulation de l'électricité et du gaz (Creg) a publié, au début de l'année en cours, la nouvelle tarification applicable à partir du 1er janvier pour se conformer aux dispositions de la loi de finances 2016.
Pour les clients alimentés en électricité basse tension et en basse pression de gaz, destinées aux faibles consommateurs dont les ménages, une tarification progressive a été introduite sur les quatre tranches de consommation. Pour l'électricité basse tension, aucune augmentation de prix n'est appliquée pour les consommations comprises entre 0 et 125 kWh/trimestre (tranche 1) et entre 125 et 250 kWh/trimestre (tranche 2).
Ceci dit, des augmentations de 15,15% et 31,13% par rapport au prix actuel de la tranche 2 seront appliquées respectivement à la tranche 3 (entre 250 et 1 000 kWh/trimestre) et la tranche 4 (supérieure à 1 000 kWh/trimestre).
La même augmentation progressive est appliquée à la consommation de gaz à basse pression puisque les deux premières tranches ne subissent aucun changement de tarifs qui, pour ceux des deux autres, sont augmentés de 24,04% par rapport au prix actuel de la tranche 2. Pour la tranche 3 (entre 2500 et 7500th/trimestre) et de 41,74 % pour la tranche 4 (supérieurs à 7 500 th/trimestre).
Ce qui fait que 24% des consommateurs d'électricité basse tension et 43% des consommateurs de gaz basse pression ne sont pas concernés par ces augmentations de tarifs, selon les calculs de la Creg qui souligne, par ailleurs, que près de 54% des petits consommateurs d'électricité et 43% des petits consommateurs de gaz sont concernés par les augmentations de la tranche 3, tandis que 22% des petits consommateurs d'électricité et 14% des petits consommateurs de gaz sont touchés par les relèvements de tarifs de la tranche 4.
La Creg explique, par ailleurs, que la première tranche dite «sociale» a été préservée pour les deux énergies, elle a été élargie à la 2e tranche dont les tarifs actuels restent inchangés.
Elle explique que ce réajustement vise, d'une part, la préservation des consommateurs à faible consommation (tranches 1 et 2) et, d'autre part, l'incitation des gros consommateurs (tranche 4) à maîtriser leur consommation et à éviter le gaspillage de l'énergie.
La Creg fait remarquer, enfin, que ce réajustement tarifaire «permettra juste de réduire le déficit des sociétés de transport et de distribution de l'électricité et du gaz en 2016 sans pour autant rétablir leur équilibre financier durant le même exercice.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.