Coronavirus: 197 nouveaux cas 161 guérisons et 3 décès    Le Président Mahmoud Abbas achève sa visite en Algérie    Foot: les dettes des clubs professionnels dépassent les 1.000 milliards de centimes    LDC : Le programme des matchs de ce mardi    Légère baisse de la production d'agrumes    Les Benhamadi condamnés    12 militaires et "des dizaines de terroristes" tués    Une Association sahraouie tient l'ONU pour responsable des crimes marocains    Le SG de l'ONU condamne "fermement"    Le dossier sera traité jeudi prochain    Seules deux femmes siégeront à l'APW de Béjaïa    Le procès de Chakib Khelil aura lieu le 20 décembre    En souvenir d'Omdurman    Belmadi quatrième    Plusieurs routes bloquées dans l'est du pays    Tentatives de relance des projets d'amélioration urbaine    Des exploitations agricoles privées d'électricité    "l'industrie musicale vit sa plus mauvaise période"    Importation de véhicules neufs : Les opérateurs dans l'expectative    Grippe saisonnière : Les pharmaciens autorisés à pratiquer la vaccination    Nouvelles de Mostaganem    Une bureaucratie remplace une autre !    Khalfallah Abdelaziz. Moudjahid et auteur : «Notre histoire doit être engagée contre l'amalgame et la déformation...»    Tout dépendra encore des recours    Le RND remporte la présidence de l'APW    L'armée d'occupation israélienne assiège une ville dans le Nord de la Cisjordanie    Le détail qui échappe à Charfi    Séminaire des chefs de mission et des délégués techniques    Purée de courgettes à la menthe    Du gluten dans votre shampooing    Kaïs Yaâkoubi satisfait    Retrouvailles inédites à Doha !    A Tierra met le cap sur Annaba    Et la relance socio-économique ?    Au bled de cocagne !    Le 11 décembre à l'Institut «Cervantès» d'Oran: Conférence en ligne sur des monuments historiques d'Oran    Le renvoi révélateur?    Aziza Oussedik en paisible retraite    Les points à retenir du Conseil des ministres    L'axe incontournable de la relance    Le bras de fer continue !    L'interaction Tamazight et l'informatique    Un riche parcours et des réalisations    7e édition des Journées du cinéma amateur    10 milliards de dollars octroyés à de faux investisseurs    L'Algérie octroie 100 millions de dollars à la Palestine    Les talibans nient les accusations d'«exécutions sommaires»    Mort du combattant anti-apartheid, Ebrahim Ismail Ebrahim    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



LUTTE CONTRE LE VOL DES TELEPHONES MOBILES
Le flashage interdit ?
Publié dans Le Soir d'Algérie le 21 - 11 - 2005

Suite aux informations donn�es la semaine derni�re, dans plusieurs quotidiens nationaux, concernant l�interdiction du flashage des t�l�phones mobiles, plusieurs �unlockers� nous ont contact� pour exprimer leur m�contentement devant une d�cision prise par des gens qui n�ont rien � voir avec le domaine. Aussi, nous essayons dans ce papier de faire une synth�se sur ce sujet en expliquant le point de vue de chacun.
Voici le communiqu� de l�ARTP, qui nous a �t� adress� dans son int�gralit� : �L�Autorit� de r�gulation de la poste et des t�l�communications a mis en place une grande op�ration pour lutter contre le vol du t�l�phone. Un ph�nom�ne qui prend des proportions alarmantes dans notre soci�t�. L�ARTP a associ� les services de la DGSN et ceux de la Gendarmerie nationale ainsi que les trois op�rateurs pour �tudier, ensemble, les moyens � mettre en place pour �radiquer ce fl�au ou � la limite diminuer de son ampleur. A cet effet trois commissions ont �t� install�es :
1. la commission technique pour �tudier les moyens qu�il fallait r�unir pour pouvoir bloquer les t�l�phones vol�s ;
2. la commission pratique pour d�terminer les proc�dures � appliquer par le citoyen en cas de vol ;
3. la commission d�information pour sensibiliser le citoyen et le pr�parer � cette grande op�ration. La commission technique a demand� aux trois op�rateurs de r�unir les �quipements (EIR) qui leur permettent de bloquer les t�l�phones vol�s � partir de l�IMEI ou le num�ro de s�rie. La seconde commission a d�termin� les d�marches que doit entreprendre un citoyen victime d�un vol pour bloquer son t�l�phone mobile, � savoir :
- appeler le service clients de l�op�rateur pour suspendre la ligne ;
- d�poser une plainte aupr�s du commissariat de police ou de la brigade de la gendarmerie les plus proches du lieu de vol en fournissant le num�ro IMEI du t�l�phone vol� ;
- d�poser une copie de l�attestation de d�p�t de plainte aupr�s du service clients de l�op�rateur. La troisi�me commission a lanc� durant l��t� une pr�campagne qui consistait en l�envoi de SMS pour sensibiliser les abonn�s et les inviter � enregistrer leur IMEI et �tre vigilants. Le citoyen s�est familiaris� avec le code *#06# qui lui permet d�acc�der aux 15 chiffres de son IMEI avant m�me le lancement de la campagne. Des d�pliants sont disponibles dans tous les points de vente des op�rateurs, dans les bureaux de poste et �galement dans les commissariats de police pour expliquer les grandes lignes de notre op�ration qui ne peut r�ussir qu�avec l�aide de tous et notamment de la presse qui a un r�le important � jouer en mati�re d�informer et sensibiliser le citoyen contre le vol du t�l�phone mobile. Ce dispositif sera accompagn� dans les prochains jours par un cadre r�glementaire et juridique ; une commission pr�sid�e par les services du minist�re de la Poste et des Technologies de l�information et de la communication et � laquelle prennent part l�ARTP, la DGSN, le minist�re de la Justice et celui du Commerce se penche actuellement sur l��laboration d�un d�cret ou une l�gislation pour interdire l�alt�ration ou le maquillage de l�IMEI (le flashage).� Nous remarquerons que dans ce communiqu� l�ARTP s�attaque � la manipulation de l�IMEI sauf qu�� la fin un amalgame avec le flashage est cit�.
Un peu de technique
La manipulation ou le changement de l�IMEI est interdit, ce n�est pas nouveau, par un grand nombre de pays. Cette manipulation permet, certes de maquiller le num�ro de s�rie du portable mais la question qui demeure : le portable sera-t- il op�rationnel apr�s cela ? La r�ponse des sp�cialistes est unanime : Non ! Par ailleurs il n�est pas ais� de changer l�IMEI d�un portable. Prenant le cas du Nokia 1100 qui, � la place d�un num�ro, a une suite de points d�interrogation, personne � ce jour, ni en Alg�rie ni ailleurs, n�a pu trouver de solution sauf celle qui co�te plus cher que le t�l�phone. Parfois les �unlocker� utilisent une m�thode apr�s le flash qui consiste � remettre le m�me IMEI au portable pour finaliser sa mise � jour. Maintenant revenons au flashage. C�est quoi ? Un t�l�phone portable est assimil� � un ordinateur. Pour fonctionner, il lui faut sa partie Hardware (carte-m�re, micro, haut-parleur�) et sa partie logicielle. Si cette derni�re fait d�faut le t�l�phone ne fonctionnera pas correctement. Et on est oblig� de faire sa mise � jour (flashage). Par ailleurs, ces gadgets deviennent de plus en plus sophistiqu�s et faudrait les mettre souvent � jour pour pouvoir utiliser pleinement leurs accessoires. Si on venait � interdire le flashage, le citoyen se trouvera p�nalis�. On n�a pas id�e d�interdire le formatage d�un ordinateur ni l�installation d�une version r�cente de Windows quoique le piratage en ce domaine fait l�gion mais cela est un autre sujet.
Les "unlockers"
Ces gens qui ont beaucoup investi dans un mat�riel co�teux et qui sont par la plupart d�honn�tes techniciens qui font parfois des miracles en rendant �la vie� � un t�l�phone qu�on croyait � jamais perdu seront, un jour, si le flashage venait � �tre interdit, � la rue tout simplement. Voici le t�moignage de l�un d�eux : R�da : �Si cette loi venait � �tre promulgu�e, je ne vois pas comment en pourrait vendre des portables sans service apr�s-vente. Et si le procureur qui poss�de un D600 a des probl�mes sur ce dernier il n�a qu�� le mettre aux oubliettes !� En r�sum�, nous demandons � la corporation honn�te des �unlockers� de s�organiser en association et de d�fendre leurs droits � l�exercice de leur profession dans un cadre l�gal. Nous pensons que l�op�ration lanc�e par l�ARTP sera d�autant plus efficace si cette corporation est impliqu�e. Car c�est elle le premier contact avec le citoyen. Nous demandons aussi aux autorit�s d�enlever tout amalgame avec le flashage qui reste de loin la solution de maintenance la plus r�pandue.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.