RECLAME PAR LA JUSTICE : Djemai cède sa place à la tête du FLN    DE TIARET, LE MINISTRE DES TRAVAUX PUBLICS RASSURE : ‘'La ligne ferroviaire, prochainement livrée''    Les citoyens ferment le siège de l'APC    Les employés d'Aigle Azur en Algérie sacrifiés ?    Années du service national et droit à la retraite    Et après ?    Transition toujours mouvementée au Soudan    Le logo officiel présenté aujourd'hui    L'Algérie deuxième, avec 3 or et 1 argent    Les garçons évitent le forfait, les filles toujours dans l'expectative    Slimani passeur décisif    Les partis se positionnent    Béjaïa : le front social en ébullition    Deux morts et deux blessés dans un accident de la route    Pénurie de manuels scolaires    MBC lance une chaîne TV dédiée aux pays du Maghreb    Un festival à Alger pour la promotion des traditions méditerranéennes    Le Sénégal invité d'honneur du 24e Sila    ACTUCULT    L'appel à participation ouvert jusqu'au 15 novembre    "L'oppression nous conduit droit vers une élection illégitime"    Hausse du déficit de la balance commerciale    Suppression de la règle 49/51 : Les Britanniques applaudissent et promettent un programme d'investissement    Une «alliance islamo-nationaliste» pour sauver le scrutin    L'activiste Samir Belarbi arrêté    «Les dernières inculpations des manifestants sont politiques»    Le pétrole en nette hausse    CHAN-2020 : Les 24 joueurs face au Maroc    Belle option pour les Rouge et Noir    Est-il sérieux de parler encore de mobilité ?    Un autre coup de massue pour les Hamraoua    Tébessa: La Protection civile sur le qui-vive    Elections présidentielles: L'Algérie dans une phase cruciale    Attaque contre l'Arabie saoudite: Le pétrole s'affole, les tensions diplomatiques montent    Médicaments: Pour une meilleure traçabilité des Psychotropes    MC Oran: Une défaite qui interpelle    Gestion de l'eau: Les aveux du ministre    Ils seront livrés en novembre prochain: Des instructions pour l'achèvement des 2.800 logements AADL dans les délais    Les lois relatives au régime électoral et à l'Autorité indépendante des élections promulguées au Journal officiel    Bensalah nomme Abderrahmane Bouchahda nouveau DG de l'OAIC    La guerre en Syrie est officiellement terminée    Pour les passionnés de fantastique    Plaidoyer pour la promulgation d'une loi permettant l'acquisition de tableaux    Stabilité et épanouissement de la nation    Ramaphosa veut rassurer les pays africains    Nouveau prix pour la Clio 4 GT Line    Honda présente la Honda e    Enquêtes dans les écoles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





�LE NOUVEAU SOUFFLE DU ROMAN ALGERIEN� DE RACHID MOKHTARI
Regard sur la litt.rature des annees 2000
Publié dans Le Soir d'Algérie le 26 - 10 - 2006

Apr�s la Graphie de l�horreur, essai consacr� exclusivement � la litt�rature de l�urgence, l��crivain, journaliste, universitaire et essayiste, Rachid Mokhtari, revient avec un nouvel essai � travers lequel il jette un regard sur la production litt�raire du d�but des ann�es 2000. Intitul� le Nouveau Souffle du roman alg�rien, l�auteur revient sur la fa�on avec laquelle les �jeunes �crivains� ont trait�, � travers leurs �uvres romanesques, la d�cennie de terrorisme.
Dans l�introduction, l�auteur s�interroge : �Quelle place accordent-ils (les nouveaux romanciers) � la trag�die terroriste, autrement dit � cette litt�rature de l�urgence qui s�est manifest�e dans la d�cennie �coul�e ? Les pr�occupations esth�tiques (architectures narratives) pr�valent-elles sur le t�moignage romanc� ?� Lors de la rencontre organis�e � la librairie Chihab la semaine derni�re, l�auteur a essay� de r�pondre, en diagonale, � toutes ces interrogations. �Dans cette analyse, j'ai rompu avec la tradition de la critique litt�raire qui s'est arr�t�e aux fondateurs du roman moderne maghr�bin tels que Mouloud Feraoun, Mohamed Dib, Mouloud Mammeri, etc.�, a indiqu� Rachid Mokhtari. Pour lui, ces �fondateurs sont toujours l�. Ce sont des rep�res mais il existe bien non pas un h�ritage litt�raire mais des ruptures par rapport aux fondateurs et c'est ce que j'ai voulu montrer�. �Les auteurs des ann�es 2000- 2005 sont de jeunes �crivains qui n'ont pas un seul style. Chacun a une individualit� esth�tique, c'est-�-dire dans la mani�re de construire le texte�, a-t-il soulign� tout en relevant la pr�dominance de la subjectivit� dans leurs �uvres. �Ces nouveaux venus � la litt�rature ne sont pas repr�sentatifs d'un courant politique ni id�ologique et viennent de plusieurs horizons�, a-t-il dit � propos de ces �crivains qui ont �une autre mani�re d'appr�hender l'�criture�. �Aucun auteur ne ressemble � un autre�, a relev� Rachid Mokhtari. Celui-ci estime, en outre, que les pr�occupations majeures des jeunes g�n�rations d��crivains sont d�ordre purement esth�tique. La th�matique se trouve de ce fait quelquefois mise au pied du mur. �Leurs personnages ne sont pas construits selon les canons classiques�, a expliqu� l'orateur qui a englob� dans son �tude � la fois des �crivains francophones et arabophones. Rachid Mokhtari a mis en garde, par ailleurs, que dans son essai il s�est limit� uniquement aux textes d'�crivains alg�riens qui r�sident en Alg�rie. Il a soulign�, en ce sens, que ce choix a �t� fait sciemment estimant que �le cadre, le contexte historique dans lequel on �crit inf�re sur la production�, a-t-il soulign� pr�cisant qu'il ne fait pas de l'histoire litt�raire mais de l'anthropologie litt�raire.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.