Affaire de l'enregistrement sonore : liberté provisoire pour Halfaia    L'ambassadeur US annonce la fin de sa mission et salue l'évolution des relations    Les souscripteurs invités à finaliser les démarches administratives et financière    Benbouzid n'exclue pas un reconfinement    Zeghmati, ‘'sabre au clair'' !    "Allo Chorta", une application mobile pour signaler tous les crimes    Ligue 2 : Les deux groupes connus    Mandat d'arrêt international contre le général Ghali Belkecir    Hydrocarbures en méditerranée orientale: la tension monte entre Athènes et Ankara    Algérie-EAU: la coopération bilatérale dans le domaine de l'énergie évoquée    Décès de la comédienne Nouria Kazdarli à l'âge de 99 ans : La planche... de salut d'une doyenne    Constantine : Bachir Benmohamed n'est plus    Mali: la Cédéao appelle à l'arrêt des manifestations pour "continuer le dialogue"    Un journaliste en Algérie n'est pas toujours un flic.    INCENDIE DE FORETS : Plus de 16300 hectares partis en fumée    ECOLE SUPERIEURE D'AGRONOMIE DE MOSTAGANEM : Protocole de clôture de l'année universitaire, 2019-2020    TREMBLEMENTS DE TERRE A MILA : Des logements et des aides financières pour les sinistrés    COUR D'ALGER : Le nouveau président installé dans ses fonctions    FINANCE ISLAMIQUE : La BNA lance le service dans deux agences à Alger    la FAF autorise les présidents de Ligues nationales à poursuivre leur mission jusqu'à l'AGE    Farès fonce vers le Lazio    La mise en garde de l'avocat de Prince Ibara    L'histoire, dernier adversaire de Lewandowski    Alger veut une réévaluation    La lutte contre le crime organisé sur la table    Ah ! La fine équipe !    Triste et en colère    La "carte de journaliste", l'arme fatale des autorités    "Le Hirak a beaucoup accompli, il reste l'essentiel"    Reprise à la Pêcherie    Cauchemar    Tebboune met la pression sur les ministres    La mosquée Sidi-Ghanem de Mila n'a subi aucun dégât    Ce n'est pas moi qui le dis !    Maqnine khéloui et coupleur sans pitié sur Ouedkniss.com !    On vous le dit    Hong Kong : Pékin sanctionne à son tour 11 responsables américains    LA SACRALITE DEBONNAIRE DE L'ANSEJ    PUB' : LE GRAND « FAITOUT »    Tébessa: Autre temps, autres gens...    L'Europe doute des résultats de la présidentielle    Le gouvernement Diab démissionne    Moussaoui, la priorité du Chabab    "Benchaïra a encore une bonne marge de progression"    Hausse des contagions au coronavirus en Europe    l'Algérie engagée dans une lutte sans relâche contre les menaces à ses frontières    Polémique autour d'une publication sur Okba Ibn Nafaâ    La dernière icône de l'âge d'or du théâtre algérien    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





�LE NOUVEAU SOUFFLE DU ROMAN ALGERIEN� DE RACHID MOKHTARI
Regard sur la litt.rature des annees 2000
Publié dans Le Soir d'Algérie le 26 - 10 - 2006

Apr�s la Graphie de l�horreur, essai consacr� exclusivement � la litt�rature de l�urgence, l��crivain, journaliste, universitaire et essayiste, Rachid Mokhtari, revient avec un nouvel essai � travers lequel il jette un regard sur la production litt�raire du d�but des ann�es 2000. Intitul� le Nouveau Souffle du roman alg�rien, l�auteur revient sur la fa�on avec laquelle les �jeunes �crivains� ont trait�, � travers leurs �uvres romanesques, la d�cennie de terrorisme.
Dans l�introduction, l�auteur s�interroge : �Quelle place accordent-ils (les nouveaux romanciers) � la trag�die terroriste, autrement dit � cette litt�rature de l�urgence qui s�est manifest�e dans la d�cennie �coul�e ? Les pr�occupations esth�tiques (architectures narratives) pr�valent-elles sur le t�moignage romanc� ?� Lors de la rencontre organis�e � la librairie Chihab la semaine derni�re, l�auteur a essay� de r�pondre, en diagonale, � toutes ces interrogations. �Dans cette analyse, j'ai rompu avec la tradition de la critique litt�raire qui s'est arr�t�e aux fondateurs du roman moderne maghr�bin tels que Mouloud Feraoun, Mohamed Dib, Mouloud Mammeri, etc.�, a indiqu� Rachid Mokhtari. Pour lui, ces �fondateurs sont toujours l�. Ce sont des rep�res mais il existe bien non pas un h�ritage litt�raire mais des ruptures par rapport aux fondateurs et c'est ce que j'ai voulu montrer�. �Les auteurs des ann�es 2000- 2005 sont de jeunes �crivains qui n'ont pas un seul style. Chacun a une individualit� esth�tique, c'est-�-dire dans la mani�re de construire le texte�, a-t-il soulign� tout en relevant la pr�dominance de la subjectivit� dans leurs �uvres. �Ces nouveaux venus � la litt�rature ne sont pas repr�sentatifs d'un courant politique ni id�ologique et viennent de plusieurs horizons�, a-t-il dit � propos de ces �crivains qui ont �une autre mani�re d'appr�hender l'�criture�. �Aucun auteur ne ressemble � un autre�, a relev� Rachid Mokhtari. Celui-ci estime, en outre, que les pr�occupations majeures des jeunes g�n�rations d��crivains sont d�ordre purement esth�tique. La th�matique se trouve de ce fait quelquefois mise au pied du mur. �Leurs personnages ne sont pas construits selon les canons classiques�, a expliqu� l'orateur qui a englob� dans son �tude � la fois des �crivains francophones et arabophones. Rachid Mokhtari a mis en garde, par ailleurs, que dans son essai il s�est limit� uniquement aux textes d'�crivains alg�riens qui r�sident en Alg�rie. Il a soulign�, en ce sens, que ce choix a �t� fait sciemment estimant que �le cadre, le contexte historique dans lequel on �crit inf�re sur la production�, a-t-il soulign� pr�cisant qu'il ne fait pas de l'histoire litt�raire mais de l'anthropologie litt�raire.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.