Affaire Tahkout : poursuite au tribunal de Sidi M'hamed des plaidoiries de la défense    Covid-19: appel à des mesures urgentes pour atténuer l'impact sur l'Afrique    L'adoption par le Conseil de sécurité d'une lettre du Président Ghali comme document officiel irrite le régime marocain    Feux de forêts: plus de 1.888 ha détruits en une semaine    Covid19: 460 nouveaux cas, 308 guérisons et 10 décès en Algérie durant les dernières 24h    APN: Clôture de la session ordinaire 2019-2020    Covid-19 : mobilisation d'un plus grand nombre de lits dans les hôpitaux    Rachad, les harragas et la décennie noire    9 juillet 1962    Benrahma et Brentford à deux points des barrages    Chelsea chasse Leicester du podium    Faut-il avoir peur de la seconde «ouhda» ?    Se sauver ou sombrer    Le ministre des Ressources en eau dévoile la directive du président    «La perte du goût et de l'odorat sont deux symptômes du Covid-19»    «La sensibilisation et le confinement ciblé des zones endémiques sont la clé pour contenir le Covid-19»    Le barrage de Boukourdane face aux aléas du déficit hydrique    Le secteur culturel salue l'aide débloquée pour affronter le coronavirus    Papicha de Mounia Meddour au 9e Festival du cinéma arabe de Séoul    Lancement prochain de la dernière phase de l'aménagement de la Maison de la culture    La FAF tranchera le 15 juillet    Me Meftah : "Deux procès contre Hannachi sont programmés pour le 27 juillet"    Cafouillage administratif et réunions sans résultat    Climat: nouvelle hausse des températures jusqu'en 2024, selon l'ONU    Hommage aux détenus d'opinion algériens à Montréal    Relaxe pour trois activistes du hirak à Béjaïa    Boukadoum met en garde contre la gravité de la détérioration de la situation en Libye    Risque de famine pour 7 millions de personnes en Afrique de l'Est    Plus de 3 000 réfugiés arrivés en Ouganda en trois jours    Le Burkina pris dans une spirale de violence    Pour quelle réorganisation territoriale ?    Cap sur un nouveau plan de relance    Nos prénoms dissimulent tant de guerres et tant de conflits !    "Hourof El Jenna", un spectacle de calligraphie arabe lumineuse    Installation de Mohamed Boukerras au poste de Directeur général de l'ISMAS    Installation du comité d'évaluation des œuvres des candidats au concours du "Prix Ali Maachi" pour les jeunes créateurs    Azazga : Electro-industries dans la zone des turbulences    Football Amateur : Attention au chant des sirènes    Relance du Barrage vert : ce qu'il faut éviter    MO Béjaïa : Hadjar a subi une intervention chirurgicale    Annulation de la CAN-2020 Féminine : Une pétition pour la restauration du tournoi    Libye : Boukadoum plaide pour une solution "opérationnelle et pratique"    Les chouhada sont revenus ce vendredi    Appel à commentaires pour l'élaboration d'une feuille de route    Le passeport Algérien toujoura a la traine    Nouveau calendrier pour les pensions de retraite    Les walis entrent en action    Le Kremlin promet de riposter aux sanctions britanniques    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





POUR S'ASSURER DE LA TRANSPARENCE DES PASSATIONS DE MARCHES
Sonatrach en appelle � la Banque mondiale
Publié dans Le Soir d'Algérie le 06 - 12 - 2006

Sonatrach vient de signer avec la Banque mondiale un contrat d�assistance technique remboursable qui permettra � la compagnie nationale de mieux ma�triser les proc�dures de passation de march�s. Ce contrat intervient au moment o� un rapport de l�Inspection g�n�rale des finances accuse les responsables de Sonatrach d�avoir eu recours de mani�re abusive au gr� � gr�. Une mesure qui ne devrait �tre prise qu�� titre exceptionnel conform�ment � la directive de passation de march�s A-408 du 12 octobre 2004. De l�avis m�me du ministre de l�Energie et des Mines, la compagnie souffre d�un d�ficit en cadres sp�cialis�s dans la passation de march�s.
L�accord sign� lundi dernier par le directeur de la Banque mondiale pour les pays du Maghreb et la directrice centrale Audi Groupe porte sur �un appui de la Banque mondiale dans le cadre de l�am�lioration des proc�dures et particuli�rement des documents standards de passations de march�s de la Sonatrach�. Ce n�est pas la premi�re fois que Sonatrach en appelle � l�assistance de la Banque mondiale. Un contrat similaire avait d�j� �t� sign� en 2003 et portait sur la pr�paration des dossiers de passation de march�s. Pendant seize mois, des experts prodigueront des conseils pour �l��laboration de dossiers techniques standards pour les march�s de fournitures, travaux et montages d�installation et services physiquement quantifiables�. Au terme de cette p�riode, Sonatrach devrait �moderniser encore davantage son dispositif de passation de march�s et d�en renforcer la transparence et l�efficacit� par la production de sp�cificit�s techniques plus claires et plus pr�cises�. S�exprimant � ce sujet, le pr�sident-directeur g�n�ral de la Sonatrach a expliqu� que �ce contrat marque une �tape quantitative nouvelle dans la poursuite du renforcement des conditions optimales d�application de notre proc�dure d�appel d�offres et d�implication des cadres et des managers dans l�am�lioration constante du fonctionnement et des performances de Sonatrach. Il s�inscrit dans notre d�marche de renforcement continu de nos outils et de nos techniques et vient en prolongement des prestations d�j� fournies par la Banque mondiale �. De son c�t�, le repr�sentant de l�institution onusienne a certifi� que �le projet exprime tr�s clairement toute la d�termination de la Sonatrach � renforcer le cadre r�glementaire r�gissant la passation de march�s et � en fixer de mani�re transparente les r�gles qui y pr�valent �. Des conditions clairement �dict�es par la directive A-408 qui stipule que le gr� � gr� ne doit pas �tre �rig� en r�gle. Le ma�tre de l�ouvrage peut dans des cas pr�cis recourir au gr� � gr� apr�s autorisation du num�ro un de la Sonatrach. Cette proc�dure ne peut s�appliquer que �lorsque l�appel d�offres se r�v�le infructueux ; lorsque des circonstances exceptionnelles, d�ment �tablies sur la base de dossiers et justificatifs, n�cessitent des op�rations d�urgence incompatibles avec les d�lais exig�s par un appel � la concurrence ou lorsque le mat�riel demand� fait l�objet de droits exclusifs et qu�il est �tabli. Les attributions de march�s par voie de gr� � gr� doivent �tre publi�es au BAOSEM�. La directive ne pr�cise n�anmoins pas qu�est-ce qu�un caract�re urgent ni ce que sont les circonstances exceptionnelles. Et c�est justement ces interpr�tations laiss�es � l�appr�ciation des gestionnaires qui sont � l�origine des scandales qui sont r�guli�rement r�v�l�s. Nawal Im�s

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.