JS Kabylie : Yarichène récupère l'ordre d'expulsion de Cherif Mellal    Le dossier des hirakistes transféré à Sidi M'hamed    Sale temps pour les activistes politiques    Le Cnese se penche sur la question des brevets    Nouvelles attaques contre les sites de l'occupation marocaine    Guterres critique les divisions que connaît le monde    Aokas, ville morte    16 décès et 242 nouveaux cas    Garrido : "Le CRB est un club qui m'intéresse"    Nekkache et Raiah rejoignent le CS Sfax    Vers le retour de l'enseignement en présentiel    Lancement du ramassage du carton à Sétif    Les MAE arabes disent non    Nouvel appel à l'ONU pour une enquête internationale    7 ans de prison ferme requis contre Hamid Melzi    Les dessous d'une flambée    Pour une commission de suivi des projets    Lancement de l'opération de retrait des ordres de versement de la 1re tranche au profit de 6 000 souscripteurs    Les Mondiaux de cross d'Australie reportés à 2023    Le Tunisien Kais Yaakoubi à la barre technique    LDC : Les résultats des matchs de mercredi    Le Bayern surclasse encore le Barça, un an après le 8-2    Formation de haut niveau    Installation du président de la cour de Saïda...    27 nouveaux départs de feu en 24h    En attendant le mutant...    Le Snapap menace d'une grève générale    Réouverture aujourd'hui    Une caravane de loisirs pour les enfants    Une Amérique plus que jamais guerrière    Privatisation : réflexion sur une solution pour Air Algérie    LA VIE D'APRES    Sensibilisation à la vaccination contre la Covid-19: Sept associations retenues par PNUD Algérie    La mal-gouvernance : quel coût pour la collectivité nationale?    «Plan destination Algérie»: Les attentes des professionnels du tourisme    Le chanteur Renaud et la machine à fabriquer de l'argent    Quand les élections locales s'annoncent par des batailles rangées chez les indus occupants du parti fln, ce patrimoine national immatériel    ÊTRE ET NE PAS ÊTRE ?    Benabderrahmane répond aux députés    L'ONU retire les Casques bleus gabonais de Centrafrique    Le président Saïed dénonce «une mafia qui gouverne la Tunisie»    Des dizaines de colons prennent d'assaut la mosquée sainte Al-Aqsa    6000 Souscripteurs à l'appel    La plaie béante de la classe politique    Tebboune décrète la Journée nationale de l'imam    Djamel Allam, un artiste irremplaçable    Omar Sy, producteur et acteur principal    Plus de 12,6 quintaux de kif traité saisis en une semaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



COLLOQUE INTERNATIONAL SUR MOHAMED HARBI A ORAN :
"L'historien qui a su casser la sacralisation du FLN"
Publié dans Le Soir d'Algérie le 31 - 01 - 2008

C�est lors d�un colloque consacr� � Frantz Fanon l��t� dernier et organis� par l�institut d�Avempace, fondation priv�e cr��e par des intellectuels et industriels oranais, et o� Mohamed Harbi �tait pr�sent, que l�id�e d�organiser un colloque international consacr� � l'�uvre de l'historien a germ� dans l�esprit des membres de cet institut. Ce colloque international, qui se tient depuis hier dans la salle de conf�rences de l�h�tel Royal, abritera douze communications de m�me que la projection d'un film sur la guerre d'Alg�rie d'Yves Courri�re et Philippe Monnier.
Amel B. - Oran (Le Soir) - Premier intervenant en cette journ�e d�ouverture, le Professeur Houari Touati qui ne manquera pas d��loges � l�adresse de Mohamed Harbi pr�sent dans la salle. Pour l�intervenant, il s�agit de l�historien le plus important que l�Alg�rie ait connu dans la deuxi�me moiti� du XXe si�cle. Son �uvre, dit-il est un rep�re majeur � le seul qu�un historien alg�rien ait plant�. Pour sa part, Gilbert Meynier, de l'universit� de Lyon, auteur d'un ouvrage tr�s controvers� sur le parti FLN, a pr�sent� une conf�rence intitul�e : �Mohamed Harbi : citoyennet� et histoire nationale et universelle �. Voulant, dit-il, rendre hommage � Mohamed Harbi et au peuple alg�rien, il a souhait� intervenir en langue arabe, seulement apr�s quelques minutes d�un parler assez correct, il accepta de poursuivre en fran�ais. Pour l�intervenant, Mohamed Harbi a mis en avant dans ses ouvrages la libert� de la patrie beaucoup plus que la libert� des citoyens. Pour Gilbert Meynier, c�est bien � travers les �uvres de Harbi que les autres historiens fran�ais se sont d�complex�s pour �tudier le mouvement national alg�rien, le FLN. Et d�ajouter : �Harbi a cass� la sacralisation du FLN�. D�s lors, par la suite, les historiens fran�ais ont d�couvert que finalement le FLN �tait un mouvement tr�s complexe, compos� de gens diff�rents, de mouvements sociaux diff�rents, en somme le FLN �tait une sorte d�auberge espagnole�. Questionn� en marge du colloque qui lui est consacr�, Mohamed Harbi a bien voulu r�pondre � quelques questions de la presse, notamment celle de conna�tre les raisons pour lesquelles l�historien ne travaille pas sur les archives internes. �J�y travaille mais je ne peux pas me fonder sur le t�moignage de gens dont je sais que les propos sont fabriqu�s. � Il ajoutera qu�en Alg�rie, le travail de l�historien est semblable au combat du gladiateur. �Ce ne sont pas toutes les archives qui sont accessibles en Alg�rie�. Il poursuit : �il y a des archives inaccessibles ici en Alg�rie dont on ignore m�me si elles sont vraiment class�es�. Un fait qui, selon Mohamed Harbi, rend la m�moire d�un peuple mutil�e et occult�e. Revenant sur le sujet des mouvements de lib�ration, l�historien pr�cisera que �dans tous les mouvements de lib�ration engag�s par des pays du tiers-monde, la question de la souverainet� citoyenne ne se posait pas, seule pr�occupation la souverainet� de l�Etat, il n�y avait pas de consid�ration pour le peuple�. Le colloque consacr� � Mohamed Harbi se poursuivra aujourd�hui avec notamment des communications qui seront donn�es par d��minents professeurs tels que Benjamin Stora, Jean Leca, Fatma Oussedik, Abdelmadjid Merdaci et Mohamed Hachmaoui. Le mot de la fin sera donn� � Mohamed Harbi qui cl�turera les travaux par une communication intitul�e �La R�volution alg�rienne entre histoire, m�moire et citoyennet�. Cet intitul� rappelle son ouvrage �L'Alg�rie face � son destin : citoyens ou croyants� publi� au d�but des ann�es 1990.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.