Les résultats du scrutin pourraient ne pas être annoncés avant les 96 heures    Alger: 3400 affaires élucidées et 3799 suspects arrêtés en mai dernier    Danemark-Finlande : La demande d'Eriksen à ses coéquipiers    L'APLS mène de nouvelles attaques contre les positions des forces de l'occupant marocain    Aïn Defla: Abbass M'hamed, un exemple de la fidélité au pays et de l'amour de la patrie    Législatives: les électeurs plus nombreux dans les bureaux de vote durant l'après-midi à l'Est du pays    Belmadi: "Cette série d'invincibilité n'est pas le fruit du hasard"    AEP à Alger: instructions fermes pour un approvisionnent régulier    Législatives/Alger-est : une plus importante affluence dans l'après-midi    Foot/Amical: Algérie (A') - Liberia (A) le 17 juin à Oran    Covid-19: plus de 5 millions de cas en Afrique    Tabbou, Ihsane El-kadi et Drareni relâchés    Yasser Bouamar et Kaouther Ouallal éliminés d'entrée    La Sadeg élabore un plan d'action pour les examens de fin d'année    Vers l'extradition d'El Wafi Ould-Abbès    Toute colonisation est un investissement perdu    Lumières rend hommage à plusieurs artistes    Hausse de 45,5% de nouveaux inscrits    Durcissement du Code pénal    Khaldi : "Revoir la politique du football"    Coton Sport-JSK à Yaoundé    LE NOUVEAU STADE D'ORAN OU LE 5-JUILLET POUR ABRITER LA FINALE    Un vendredi calme sans Hirak    Sévère rappel à l'ordre du parlement européen au Maroc    Un salon dédié à la santé de l'étudiant    Saisie de 10 000 comprimés psychotropes    Finalisation de l'examen des décrets exécutifs    L'EXECUTIF SE MONTRE OPTIMISTE    Une série de dispositions annoncées pour redynamiser le secteur    Afrique du Sud: une alliance politico-syndicale réitère son soutien au droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    La Casbah d'Alger : L'artisanat disparaît peu à peu    L'ISACOM "salue la décision du Parlement européen condamnant le Maroc"    Les habitants en appellent au wali: Une décharge sauvage en plein cœur de Haï Chahid Mahmoud    Véhicules de moins de 3 ans, tabac, fonds détournés...: Les nouveautés de la LFC 2021    MC Oran: Le Mouloudia file du mauvais coton    Huit blessés dans 2 accidents de la route    Aïn El Turck: Retour en force de l'informel dans les localités côtières    Complotisme : arme de la paresse intellectuelle et de la gouvernance institutionnelle    Les menaces de troisième génération    L'époux devenu loque    La Libye prend exemple de l'Algérie    Un quartier palestinien d'El Qods convoité par les sionistes    Neuf pays africains sur 10 pourraient ne pas atteindre l'objectif    Les défis de l'après-12 juin    Les avocats menacent de marcher    L'ami et le collègue de 56 ans!    Hommage à Fawzi Saïchi    «Unzipped Exposition», expo unique en Europe    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





ENTRETIEN AVEC MARIE-JO�LLE RUPP :
�Vign� d�Octon �tait un t�moin qui d�non�ait les violences faites aux colonis�s�
Publié dans Le Soir d'Algérie le 04 - 06 - 2009

Le Soir d'Alg�rie : Quel int�r�t pr�sente en France aujourd'hui Paul Vign� d'Octon ?
Marie-Jo�lle Rupp : Bien que tomb� dans l'oubli, Paul Vign� d'Octon demeure en France dans la m�moire des partis de gauche et d'extr�me gauche un pr�curseur de l'anticolonialisme. La question du pass� colonial de la France est plus que jamais d'actualit�. Le vote de la loi de f�vrier 2005 sur les bienfaits de la colonisation a fait prendre conscience de cette r�alit� : � cet �gard, la France n'a jamais r�gl� ses comptes avec son pass�. Le lobby colonial est toujours � l'�uvre. Le discours de Toulon de Nicolas Sarkozy, son discours de Dakar puis le �pardon� de S�gol�ne Royale en t�moignent.
D�s lors, il est urgent de sortir du silence des personnages historiques qui ont, en leur temps, d�nonc� les exactions de la conqu�te et les abus du pouvoir dans les colonies. Paul Vign� est l'un d'eux. Incontestable t�moin de la politique d'imp�rialisation de la France, il n'a eu de cesse de vouloir alerter l'opinion contre les injustices et les abominations commises, selon les termes repris � la tribune de l'h�micycle par Jules Ferry, au nom du droit �des races sup�rieures sur les races inf�rieures �.
Peut-on vraiment le consid�rer comme le p�re de l'anticolonialisme moderne ?
Cette question a fait l'objet d'une pol�mique dans les ann�es 1970 entre deux historiens, Henri Brunschwig et Jean Suret-Canale. Le premier contestant le terme �anticolonialiste� � son propos, terme jug� alors anachronique. En effet, cette notion prise dans le sens qu'on lui donne aujourd'hui, c'est � dire la remise en cause du principe de la colonisation revendiquant l'ind�pendance des peuples conquis, n'existait pas, du moins pas avant 1914. Jean Suret-Canale, en revanche, consid�rant la continuit� de la d�nonciation et de l'opposition de Vign� � la politique coloniale, allant progressivement jusqu'� comprendre et justifier le recours � la violence des colonis�s, la place � l'avant-garde de ce mouvement. S'il n'a pas �t� le seul � contester la politique d'imp�rialisation de la France, il a �t� le premier � porter � la tribune de l'Assembl�e nationale le r�cit des massacres dans les colonies. Paul Vign� n'�tait pas un th�oricien, mais un t�moin des violences faites au colonis� qui a consacr� sa vie � la d�nonciation de telles exactions.
En d�pit de sa radicalisation vers la fin de sa vie, il n'a pu, dans sa jeunesse, �chapper � tous les clich�s �coloniaux � en cours � l'�poque, notamment dans la description exotique de l'Afrique. A quel moment s'est faite la c�sure ?
Ce qui est int�ressant chez ce personnage, c'est son �volution. De colonial convaincu, il s'orientera progressivement vers l'anticolonialisme et l'antimilitarisme. M�decin form� � l'Ecole navale de Toulon, il a appartenu au corps d'arm�e le plus conservateur. Lors de ses premiers postes aux Antilles, puis au Soudan fran�ais (le Mali actuel), il �crivait dans L'�conomiste fran�ais, la revue de Paul Leroy-Beaulieu, le th�oricien de la colonisation, inspirateur de la politique coloniale de Jules Ferry. On peut situer une premi�re rupture en 1885, lorsque, accompagnant en tant que m�decin une colonne punitive dans le golfe de Guin�e, il assiste � des massacres de populations �indig�nes� par l'arm�e fran�aise et ses suppl�tifs. D�s lors, il traquera tous les crimes de la conqu�te et les abus du pouvoir colonial. Il tentera de les porter � la connaissance de ses contemporains, par ses discours � la Chambre des d�put�s o� il si�gera de 1893 � 1906, et par ses �crits. Dans un premier temps, son opposition est motiv�e par le co�t excessif des possessions outre-mer tant d'un point de vue financier qu' humain. Puis, apr�s des missions d'�tude en Tunisie et en Alg�rie, sa position se radicalise, et il publie son rapport dans la presse anarchiste sous le titre Le Brigandage officiel dans l'Afrique du Nord, Tunisie, Alg�rie, Maroc. Mais c'est � partir de son pamphlet La Sueur du burnous, publi� en 1911, qu'il met directement en cause la colonisation par ces mots rest�s c�l�bres : �J'ai fait ce r�ve : il y avait enfin sur la terre une justice pour les races soumises et les peuples vaincus. Fatigu�s d'�tre spoli�s, pill�s, refoul�s, massacr�s, les Arabes et les Berb�res chassaient leurs dominateurs du Nord de l'Afrique, les Noirs faisaient de m�me pour le reste de ce continent, et les Jaunes pour le sol asiatique.� Tous les moyens ont �t� bons pour tenter de le faire taire : tentative de corruption, proc�s, cambriolage de son appartement, rachat en masse de ses livres, silence de la presse. Loin de le dissuader, ces �preuves l'ont renforc� dans sa d�termination.
Un auteur comme lui, r��dit� en Alg�rie m�me, pr�sente-il un int�r�t dans des pays anciennement colonis�s ?
La r��dition de son fameux pamphlet, La Gloire du sabre, par l'Anep en 2006, dans la collection Les Voix de l'anticolonialisme, aux c�t�s notamment de C�saire et de Fanon, pr�fac� par le pr�sident Bouteflika, est bien le signe d'une reconnaissance, du moins par l'Alg�rie. On me dit aussi qu'il demeure pr�sent dans la m�moire de quelques Burkinab�s. Dans ses pamphlets et articles de presse, il d�monte le syst�me du colonat qui repose sur l'appui des chefferies locales, ca�ds, khalifats et cheikhs. Il est bon aussi de s'en souvenir. En outre, si Paul Vign� d'Octon donne en France, aujourd'hui encore, des arguments � ceux qui luttent contre les falsifications de l'Histoire, il est aussi la preuve qu'en France, des hommes ont toujours tent� de s'�lever contre la politique coloniale de l'Etat. Cela aussi, il convient de s'en souvenir.
Comment �tes vous venue � lui ?
Il y a une continuit� dans mes recherches depuis ma premi�re publication en 2006, Vinci soit-il, la biographie du chanteur Claude Vinci, puis celle de Serge Michel, mon p�re qui se trouve �tre � l'origine de ma d�marche d'�criture. Tous sont des t�moins et acteurs de notre Histoire et plus particuli�rement de notre pass� colonial. Oubli�s ou m�connus, ils expriment par leur engagement dans la lutte anticolonialiste une v�rit� disqualifi�e par les temps qui courent. Il faut rendre � l'Histoire sa v�rit� plurielle. A la sortie de la biographie de Serge Michel, un libertaire de la d�colonisation, en avril 2007, mon �diteur a attir� mon attention sur Paul Vign� du village d'Octon � Vign� d'Octon �tant son nom de plume. Ainsi de Serge Michel, l'artisan de la d�colonisation de l'Alg�rie, je remontais � l'un de ses pr�curseurs, donc � la source. Aborder l'Histoire par le genre biographique permet de porter � la connaissance d'un plus large public, certaines probl�matiques qui agitent encore les esprits. Encore faut-il que le lectorat soit incit� � aller y voir.
Propos recueillis par Bachir Agour
SIGNET
Pionnier
Paul Vign� d�Octon, un anticolonialiste des temps o� la notion elle-m�me n�existait pas, auquel Marie- Jo�lle Rupp vient de consacrer une biographie, est l�un des rares �bienfaits � de la colonisation. Ce m�decin militaire, qui a fini en politique apr�s avoir �crit des livres et des articles de journaux, a fait vibrer bien des fois les trav�es de l�h�micycle parlementaire par ses diatribes d�nonciatrices de la colonisation. Un ton d�intransigeance que les barons de la conqu�te coloniale et les adeptes de la mission civilisatrice combattaient de toutes leurs forces. De son temps, Vign� avait l�allure fr�le d�un Don Quichotte titillant de sa voix et de sa plume les moulins � vent. Mais ils les poussaient dans le sens du vent de l�Histoire. Vign� meurt en 1941. A partir de 1945, les luttes pour les ind�pendances commencent dans plusieurs colonies en cons�quence de la Seconde Guerre mondiale. Des voix vont relayer celle qu�on entendait si peu et vingt ans plus tard, la d�colonisation �tait une r�alit� n�e des luttes des peuples colonis�s. Vign� dispara�t alors un peu comme quelqu�un qui a fait son boulot et se retire. Ses �uvres ne sont pas r��dit�es. Qui se souvient de lui ? Marie-Jo�lle Rupp, arch�ologue de l�anticolonialisme, est all�e l�exhumer. Elle a abattu un travail formidable pour nous rendre cet id�aliste, sa r�alit� et ses contradictions qui sont aussi celles de son temps. A l�heure o� la morgue coloniale est plus que jamais pr�sente dans l�appr�hension de l�histoire, il n�est pas mauvais de se souvenir qu�il y a des hommes comme Vign� qui, au XIXe si�cle, �taient en avance sur des attard�s d�aujourd�hui.
Bachir Agour

VIGN� D�OCTON :
Un visionnaire mal vu de son �poque
Vign� d�Octon est petit-fils de paysans. Son p�re est boulanger. Il �tudie la m�decine et se sp�cialise en psychopathologie. Entre 1886 et 1987, il suit les cours du professeur Charcot. Il fait la connaissance de Freud qui suit, parall�lement, les cours de m�decine mentale. Une ascension sociale peu ordinaire, il devient m�decin dans la Marine fran�aise. Il tombe amoureux d�une jeune femme plut�t r�serv�e, mais elle se marie avec un autre homme. Par d�ception et par d�sir d��crire, il part, en qualit� de m�decin, pour les territoires coloniaux. Il �crit beaucoup. �Ecrire pour voyager, voyager pour �crire�, dira-t-il. Apprenant que la femme qu�il aime a perdu son mari, il revient � Octon pour lui demander sa main. Elle accepte. Horrifi� par les massacres du colonialisme, il tentera de faire entendre les crimes de la troisi�me R�publique � travers des romans. Il est alors d�put�, mais finira par perdre son �lectorat en 1906. C�est un auteur remarquable, mais tr�s peu d��uvres sont publi�es. Il d�nonce trop. La France le supprime politiquement et litt�rairement. Il n�a plus de pensions, le ch�teau de sa femme br�le. Il le transforme en centre de naturisme et de nudisme pour gagner sa vie. Voici un visionnaire. Bien avant Sartre, il con�oit la litt�rature comme un appel � la libert� et � la responsabilit� humaine, imm�diatement issue de la condition de l�homme, parce que les mots v�hiculent, selon lui, des id�es politiques. Voici un homme qui ne ferme pas les yeux sur les probl�mes de son temps, qui ne passe pas les actes criminels sous silence dans : La Gloire du Sabre, Les Crimes coloniaux de la IIIe R�publique, La Sueur du burnous� Plus d�une cinquantaine d��uvres, quasiment ignor�es en France. Comme le souligne Sartre apr�s lui : �Opprimer les N�gres, �a n�est rien tant que quelqu�un n�a pas dit : les N�gres sont opprim�s.�* Voici la rencontre avec un homme d�une rare exception : fid�le � la femme qu�il aime, class� parmi les premiers libertaires de gauche ; ses romans politiques sont des t�moignages historiques, et surtout ami de la justice au nom de la libert� pour tous.
Fad�la Hebbadj, �crivaine et philosophe
* Jean-Paul Sartre, La Responsabilit� de l��crivain
Vign� d'Octon, utopiste parmi des criminels
�J�ai fait ce r�ve : il y avait enfin sur terre une justice pour les races soumises et les peuples vaincus.� Discours �tonnamment moderne d�un homme du XIXe si�cle, quand on songe � la c�l�bre allocution de Martin Luther King, le 28 ao�t 1963. Mort le 20 novembre 1943, Vign� d�Octon est tout d�abord un id�aliste z�l�, puis un pr�curseur de l�anticolonialisme. Il part en Guadeloupe puis au S�n�gal, � la conqu�te coloniale, et d�ception de cette illusoire promesse de la civilisation, qui �choua dans la barbarie monstrueuse. Ses yeux ont vu l�horreur. Il d�chante et sombre dans la col�re et l�indignation contre le colonialisme sous la IIIe R�publique. Il r�ve du grand �veil des pauvres et des opprim�s. R�ve qui se r�alisera dans une lente et douloureuse agonie. Qui donc conna�t m�me en France, cet anarchiste de gauche qui �crivit plus d�une quarantaine d��uvres engag�es contre le colonialisme, jusqu�au milieu du XXe si�cle ? Sa plume est pourtant remarquable. Il est d�abord publi� chez Flammarion � la fin du XIXe, puis effac� de la carte, pour avoir d�nonc� les horreurs commises par une structure collective d�une extr�me perversit�. Paul Gauguin, Zola, Fran�ois Copp�e, Ferdinand Fabre, Jos� Maria De H�r�dia, le lisent mais la presse et le milieu de l��dition le mus�lent, participant � la mesquine cabale colonialiste. Vign� d�nonce les exactions, le sadisme colonial avec une tristesse m�lancolique, dans La Gloire du sabre, r��dit�e en Alg�rie et ignor�e en France : �Je regardais les ruines par nous, entass�es sur les rives du Rio Nunez comme sur celles de Casamance, et je songeais qu�il faudrait des ann�es et des ann�es pour que d�autres villages paisibles soient reconstruits � leurs places.� Combien faut-il d�ann�es pour reconstruire un soleil sur une terre qui a �t� abus�e, viol�e, meurtrie dans sa chair ? L�histoire doit �tre d�mystifi�e, elle ne doit pas c�der aux attraits illusoires du colonialisme mais elle doit tenter de d�gager des structures plus profondes pour nous permettre une intelligibilit�, de faire �merger un processus beaucoup plus complexe que ces repr�sentations civilisatrices qui cachent bien des horreurs et des crimes. Marie-Jo�lle Rupp d�r�alise ici une histoire qui continue de travestir, par ses caract�res fumeux et abusifs, certains faits du pass�, au nom de la glorification de la R�publique et du colonialisme. La plume aiguis�e, talentueuse et lucide, Marie-Jo�lle part sur les chemins de p�lerinage, car il faut avoir la foi, pour emprunter des routes aussi escarp�es et tortueuses. Le doute menace chaque avanc�e. �La r�volution est une religion�, proclame Proudhon. Il s�agit bien d�une �uvre qui r�volutionne radicalement des caract�ristiques significatives de l�organisation sociale de la R�publique, en France. Elle op�re sans r�volte, sans sentiment de frustration, vers le but d�une r�appropriation de l�histoire, en accompagnant d�un pas assur� et p�n�trant, ceux qui l�ont subis. Mais � l�heure actuelle, les �uvres de Vign� d�Octon ne sont toujours pas publi�es. Le d�ni de la presse et de l��dition fran�aise des abus cruels du colonialisme, est toujours d�actualit�. Aucun article sur le livre de Marie-Jo�lle dans les quotidiens fran�ais, comme si ce long pan de l�histoire, d��crasement et d�humiliation, devait absolument �tre �vinc�. Le premier sentiment r�volutionnaire, d�crit par Mao, leur semble encore lointain. Si les enjeux de cette absence de visibilit� dans les m�dias, en France, des �uvres de Vign� d�Octon, sont malheureusement ceux que je viens d��noncer, il y a urgence � lire, le livre de Marie-Jo�lle Rupp, dont la valeur est unanimement estim�e par de nombreux historiens. Relier mes indignations � l�histoire collective peut para�tre r�ducteur, pourtant ces histoires sont intrins�quement li�es. Le travail arch�ologique de m�moire op�r� par Marie-Jo�lle Rupp, �te de nombreuses confusions mentales singuli�res et g�n�rales. En imposant l�gitimement, en France, une nouvelle donne historique, elle poursuit, � son insu, l��uvre inachev�e de son p�re. Sa sollicitation relevait donc non pas d�un d�fi mais du devoir et d�une �vidente n�cessit� historique. Exhumer les grands oubli�s de l�histoire du colonialisme est une mani�re de d�masquer la laideur camoufl�e sous ses apparentes charpentes bienfaitrices. Les marmites des pers�cuteurs sentent le souffre, refermer leurs couvercles, sur tout un pan du pass�, aurait �t� un acte d�une mis�rable l�chet�. J�avais d�j� lu Serge Michel, un libertaire dans la d�colonisation, journaliste fran�ais, qui a donn� un souffle fondateur, la presse alg�rienne. Ce livre m�a fait une tr�s forte impression, non pas parce qu�il s�agit de son propre p�re, mais parce qu�il r�veillait en moi, un instinct intellectuel et d��l�vation par rapport � l�Alg�rie. Marie-Jo�lle Rupp a l�art de provoquer les consciences d�une fa�on constructive. Je savais que son investigation concernant un autre personnage historique susciterait des formes lib�ratrices nouvelles comparables � celle suscit�es par Serge Michel. Et elle m�apporta, en effet, une explication � mes col�res int�rieures contre les positions de sup�riorit� et d�outrecuidance de certains de mes contemporains.
F. H
Vign� d'octon, un utopiste contre les crimes de la R�publique, Marie-Jo�lle Rupp. Pr�face de Jean Lacouture, Ed. IbisPress, 2009.
Marie-Jo�lle Rupp est journaliste, elle est l'auteur de : Vinci soit-il, biographie de Claude Vinci, chanteur, auteur, d�serteur, pr�face de Gilles Perrault, Le Temps des Cerises, 2006
Serge Michel, un libertaire dans la d�colonisation, pr�face de Jean-Claude Carri�re, IbisPress, 2007
Quelques �l�ments sur la vie de Paul Vign� d'Octon
1859 - Naissance � Montpellier dans une famille d'origine paysanne.
1880 - Apr�s des �tudes de m�decine � Montpellier, il int�gre l'Ecole de m�decine navale de Toulon.
1885 - En poste au S�n�gal, il participe � une exp�dition punitive dans le rio Nunez (golfe de Guin�e).
1889 - D�mission de l'arm�e, d�but de la vie litt�raire.
1893-1906 - D�put� de l'H�rault
1900 - Publication de son premier pamphlet contre les abus de la colonisation, La Gloire du sabre.
1908-1909 - Missions d'�tude en Afrique du Nord. D�but de sa collaboration avec la presse anarchiste.
1911 - Parution de La Sueur du burnous.
1914 - Affect� comme m�decin au service des h�pitaux du camp retranch� de Toulon.
1923 - Publie La Nouvelle gloire du sabre : Les crimes du service de sant� et de l'�tat-major g�n�ral de la marine, Pages rouges l'ann�e suivante.
1935 - Doyen des m�decins naturistes, il transforme sa demeure d'Octon en centre naturiste et s'attelle � la d�fense de la doctrine ainsi qu'� la propagation de la psychanalyse.
1943 - Mort � Octon, dans l'H�rault
Il a �crit plus d'une quarantaine d'ouvrages et des centaines d'articles non r�pertori�s.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.