Amendement de la Constitution: paroles des animateurs du 21ème jour de la campagne référendaire (VERBATIM)    Arkab: le projet d'amendement de la Constitution "jette les fondements d'une économie productive diversifiée"    Sahara occidental/Minurso: réunion mercredi du Conseil de sécurité    Sahara occidental : l'ONU doit obliger le Maroc à fermer la brèche illégale à El-Guerguerat    FAF: Zetchi évasif sur la question du deuxième mandat    Monchengladbach: Bensebaini titulaire face au Real Madrid    L'amendement de la Constitution, un moyen de réaliser les objectifs ambitieux pour les enfants de l'Algérie    Campagne: appel à voter pour le changement et l'édification de l'Algérie nouvelle    Sélection algérienne: "Le contrat de Belmadi a déjà été prolongé"    Qualifications CAN-2021 (4e j.): des arbitres soudanais pour Zimbabwe - Algérie    Projet d'amendement de la Constitution : le référendum, une opportunité pour tracer les contours de l'Algérie nouvelle    Le projet de l'amendement constitutionnel "début de reforme et de changement dans la nouvelle Algérie"    Covid-19: 287 nouveaux cas, 171 guérisons et 9 décès    Abdelmadjid Tebboune admis dans une unité de soins spécialisés à l'hôpital militaire    FETE DE LA REVOLUTION :La journée du dimanche prochain chômée et payée    LES ELEVEURS SONT EXCEDES : Hausse des prix de l'aliment de bétail à Mostaganem    LE GENERAL CHANEGRIHA AFFIRME : ‘'L'Algérie sortira gagnante''    TRIBUNAL DE TIPASA : Report du procès de l'ex-wali Zoukh au 17 novembre    CELEBRATION DU MAWLID ENNABAWI : Appel au strict respect des mesures préventives    BECHAR : Tentative de suicide par immolation    Nouveau rassemblement de soutien à Khaled Drareni    Economie d'énergie : nécessité d'un nouveau mode de consommation du citoyen    Le 10 novembre, dernier délai pour le dépôt des demandes de licences    Le procès de Karim Tabbou reporté au 16 novembre    Les arabes, les musulmans et la vie sans camembert Président    Juventus : Ronaldo toujours incertain pour le match face au Barça    Une caravane médicale au profit des populations nomades    Rahmoun Yazid en renfort    Actucult    Risque de covid-19 : Regroupements dangereux des parents devant les écoles    Ghazaouet : Sensibilisation sur le cancer du sein    Village le plus propre de Béjaïa : «A Aguemoune Nat Amar, nous avons toujours été propres et organisés»    Le système politique algérien, formation et évolution (1954-2020) : Bonnes feuilles    Festival du film franco-arabe de Noisy-Le-Sec : Une dizaine de films algériens en compétition    L'hôpital Nedjma d'Oran équipé de 14 lits de réanimation    Une troisième tentative de cessez-le-feu vole en éclats    Reprise des négociations tripartites aujourd'hui    La comptabilité analytique au sein des entreprises en vue d'assuer l'accès aux marchés extérieurs    Les agglomérations africaines brillent par leur absence    BMS Corona    L'ENCRE ET L'HISTOIRE    ES Sétif: La stabilité enfin payante ?    Une majorité de Soudanais contre la normalisation avec Israël    Mascara: Des terres agricoles non exploitées seront récupérées    Bouira: Apprendre à reconnaître les «fake news»    Choc inévitable ?    Tlemcen: L'Institut français relance ses activités    Tiaret: La radio locale souffle sa 22e bougie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





FAUX BARRAGE PERMANENT � R�GHA�A
Terreur sur la RN 5 !
Publié dans Le Soir d'Algérie le 22 - 03 - 2010

Le bidonville de Boukarroucha, implant� � la sortie de l�agglom�ration de R�gha�a, � l�est d�Alger, constitue un v�ritable faux barrage permanent. De ce labyrinthe de baraques, surgissent, en plein jour, des criminels qui s�attaquent aux automobilistes et aux bus de voyageurs. Ils s�ment la terreur sur la voie express de la RN 5 et sur son ancien tron�on.
�Arm�s de couteaux et d�armes blanches, ils s�attaquent aux automobilistes pour les d�lester de leurs portables, leurs portefeuilles et autres objets de valeur ! Mais dans quel pays sommes-nous donc ?! Les citoyens sont agress�s en masse, en plein jour, � quelques centaines de m�tres des gendarmes �, clamait au t�l�phone un citoyen, entrepreneur de son �tat, terroris� et scandalis� par ce qu�il voyait : une agression, qu�il a relat�e en direct ! C��tait jeudi dernier, vers 13 heures. Un groupe d�une dizaine de jeunes �g�s de pr�s de vingt ans s��tait install� au bord de la route pour attaquer les automobilistes coinc�s dans l�immense file de voitures qui attendaient de franchir le barrage de gendarmes �tabli sur la voie express de la RN 5 reliant AlgerConstantine, � la limite est du territoire de la wilaya d�Alger. Cela se passait � quelques centaines de m�tres du barrage de gendarmes. Notre interlocuteur nous a assur� en avoir inform�, par t�l�phone, le Groupement de la Gendarmerie nationale de Boumerd�s. Cependant cet �ni�me forfait survenait sur le territoire de la wilaya d�Alger, o� les services de s�curit� de Boumerd�s ne sont pas habilit�s � intervenir. �Quand je suis arriv� au niveau du barrage, j�ai inform� le gendarme en faction de ce qui se d�roulait. Mais il ne semblait pas accorder un grand int�r�t � ce que je disais. Ce n�est pas normal !� Sollicit� par nos soins pour savoir ce que faisaient les autres automobilistes pendant cette agression, il nous a d�clar� : �Tout le monde �tait terroris�, chacun restait clo�tr� dans son v�hicule, priant Dieu de ne pas �tre la prochaine victime.� C�est l�am�re situation actuelle de l�Alg�rien qui, m�me agress� et atteint dans sa dignit�, se r�signe � subir les faits. C�est malheureusement le r�sultat du laxisme de l�Etat qui a cass� les ressorts de la r�sistance citoyenne alg�rienne. Bon nombre de citoyens font ce d�solant constat. Faut-il rappeler que ce n�est pas la premi�re agression contre les automobilistes au niveau de la commune de R�gha�a. L�agression de ce jeudi a �t� men�e en plein jour. Qu�en est-il, la nuit, lorsque des milliers d�automobilistes reviennent d�un week-end pass� ailleurs et que la file d�attente s�allonge sur plusieurs kilom�tres, de surcro�t dans une zone compl�tement isol�e ? �Quand j�arrive au niveau du barrage de R�gha�a, install� � la limite territoriale de la wilaya d�Alger, et que je passe des heures � attendre pour pouvoir le franchir, et ce, apr�s �tre pass� par d�autres barrages, j�ai l�impression, en tant qu�Alg�rien, d��tre ind�sirable dans la capitale�, fulmine un habitu� de cette route. Il est vrai qu�Alger n�est pas encore totalement � l�abri d�attentats � l�explosif, que r�vent d�accomplir les terroristes d�Al-Qa�da. D�o� un imp�ratif de vigilance accrue, bien que causant des d�sagr�ments. Mais la gestion de ce barrage de contr�le routier sur l�axe le plus important du pays pose des probl�mes d'ordre �conomique et, surtout, s�curitaire. Cette voie reliant la Haute Kabylie, l�est et le sud-est du pays et la capitale, avec son port et son a�roport, est chaque jour pratiquement paralys�e. Les voyageurs venant de l�est de la capitale mettent des heures enti�res pour franchir ce barrage, vivant un v�ritable calvaire. C�est, en outre, depuis l��tablissement de ce barrage sur la voie express que les agressions ont fait leur apparition. Son installation � proximit� de ce bidonville n�est apparemment pas la solution idoine.
Faux barrages
Ce ne sont malheureusement pas les seuls automobilistes circulant sur la voie express qui subissent ces actes criminels de la part de v�ritables bandits qui se terrent dans le bidonville de Boukarroucha. Selon nos informations, ces types d�agressions ont �galement lieu ailleurs, des dizaines d�individus organis�s en bandes se partageant le territoire. Ainsi, sur l�ancien tron�on de la RN 5 qui passe par R�gha�a, des agressions sur la route sont r�guli�rement d�plor�es. Des faux barrages sont install�s la nuit pour d�pouiller les automobilistes venant de Boudouaou et de Boumerd�s ou ceux qui choisissent cet itin�raire pour �viter le barrage de la voie express. La brigade de gendarmerie de cette ville croule sous les plaintes des victimes. Les voyageurs par bus sont �galement la cible de ces bandes criminelles. �Par deux fois, mes passagers ont �t� victimes d�agressions par des individus qui, apr�s leurs forfaits, se sauvent vers leur bidonville. Les agresseurs montent en bandes � R�gha�a ou Boudouaou. L�un des passagers a �t� bless� � coups de couteau. Une fois le bus arriv� � hauteur du bidonville, sous la menace d�armes, ils nous braquent et agressent les voyageurs pour prendre tout ce qui leur tombe sous la main, avant de regagner ce labyrinthe de baraques�, t�moigne un transporteur de voyageurs sur la ligne Boumerd�s-Alger.
Bombe incendiaire
Une fois, nous somme entr�s clandestinement dans ce bidonville. Dans des baraques en t�le et dans des conditions inhumaines, vivent, ou plus exactement survivent, des familles. Certaines d�entre elles ont fui la mis�re des Hauts Plateaux, � la recherche d�un meilleur cadre de vie. D�autres ont �chapp� aux terroristes. Mais ces familles en d�tresse sont sujettes � toutes les tares de ce que peut produire la soci�t� alg�rienne. Grand nombre de baraques sont occup�es par des �gazzanate� (sorci�res, voyantes), des prostitu�es, des voleurs, des trafiquants en tout genre et des individus probablement impliqu�s dans des actes terroristes et qui se cachent ici. Ce bidonville est un vrai casse-t�te s�curitaire dans la r�gion, comme c�est le cas � Boudouaou et Ouled-Heddadj, dans la wilaya de Boumerd�s, ou � R�gha�a et Rouiba, dans la wilaya d�Alger.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.