Défiant l'armada policière, les étudiants donnent une leçon de nationalisme    Protestation des journalistes hier à Tizi Ouzou    L'ordre des avocats dénonce une atteinte aux libertés    Plusieurs actions de protestation à Béjaïa    Rencontre, demain, des partisans d'une «transition de rupture»    Samy Agli, nouveau président du FCE    Redorer le blason de l'UGTA    Le Femise évoque la persistance du système de rente en Algérie    Poutine prolonge l'embargo alimentaire contre les Occidentaux    Ankara discute avec Moscou sur la date de livraison des missiles S-400    Le Mozambicain Anibal Manave élu président de FIBA Afrique    Dix à quinze jours d'indisponibilité pour Salif Sané    Allik sur les traces de Benkhelifa…    L'ONA actionne son dispositif d'intervention et d'alerte    Le plan canicule activé à Constantine    L'Algérien Toufik Hamoum à la tête du Conseil technique de l'Unesco    ACTUCULT    Le plasticien Ahmed Stambouli dévoile une nouvelle exposition    Deux stèles à l'effigie de Matoub Lounès et d'Imache Ammar    17,56 millions de dollars pour un film jamais tourné    Rétrospective sur le virtuose du cinéma algérien    Nouvelles de l'Ouest    Le secteur de la santé à Chlef : Beaucoup d'argent consommé sans impact sur la population    Retards dans la réalisation de projets sportifs : Des mises en demeure adressées aux entreprises et bureaux d'études    Saison estivale 2019 : Aménagement de 62 plages autorisées à la baignade    Equipe nationale: Pouvait mieux faire !    El Khroub: 8 compteurs électriques détruits par un incendie     Rocher de la vieille: Chute mortelle d'un homme du haut de la falaise    Tri et recyclage des déchets: Près de 1.024 tonnes de plastique valorisées par des entreprises en 6 mois    Chambre de commerce et de l'industrie de l'Oranie - CCIO: La commission ad-hoc des JM 2021 installée    Groupe F : Cameroun-Guinée Bissau, aujourd'hui à 18h00: Les Lions Indomptables veulent rugir    Alger : Rassemblement pour la libération de manifestants détenus    Le PDG de Sonelgaz à Oran: Deux nouveaux directeurs de distribution installés à Oran et Es-Senia    Conseil de la nation: La demande de levée de l'immunité parlementaire de Amar Ghoul à l'étude    Ali Benflis au « Le Quotidien d'Oran »: «Impérieuse nécessité d'un grand compromis national»    L'ARBRE DESSECHE    Analyse : Paix et sécurité en Afrique pour les nuls…et les plus avertis    Pour "réduire leur dépendance envers Moscou" : Les USA veulent accorder des prêts aux pays de l'Otan    Dédollarisation : Les alliés des Etats-Unis se débarrassent eux aussi du dollar    Energies renouvelables : L'Algérie s'est dotée d'une stratégie "ambitieuse" pour son développement    Avec Uptis : Michelin lance le pneu increvable    Libye: Le président du Conseil social des tribus Touareg salue les efforts de l'Algérie    Les études se poursuivent pour la reconversion de la prison de Serkadji en musée public    L'Etat à la rescousse    L'opposant Abdourahman Guelleh a pu quitter le pays    Mustang Shelby GT 500, un V8 de…770 chevaux !    Can 2019 Les verts réussissent leurs débuts    Speedy Algérie : Promo vacances sur les pneus, freins et cli    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Plusieurs tentatives déjouées depuis début 2018: Embarqués vers l'inconnu
Publié dans Le Temps d'Algérie le 01 - 02 - 2018

Le phénomène de la harga, cette traversée clandestine périlleuse de la mer, est revenu en force ces derniers mois.
Il ne se passe pas un jour sans que l'on annonce l'avortement d'une tentative d'immigration clandestine, le plus souvent dans des embarcations de fortune qui risquent le naufrage à tout moment. Les communiqués annonçant l'intervention des Garde-côtes pour sauver des candidats en détresse tombent en cascade depuis le début de l'année 2018. L'une des tentatives les plus spectaculaires de harraga reste celle du 23 janvier dernier à Oran dans laquelle figurait un couple avec deux enfants de 3 et 5 ans. Malheureusement, la fillette de 3 ans a été portée disparue alors que les 12 autres candidats ont été sauvés in extremis par une unité de garde-côtes d'Oran. Le même jour, une tentative d'émigration clandestine de huit autres personnes à bord d'une embarcation pneumatique a été déjouée à Ain Témouchent. Dans plusieurs cas, les tentatives ont failli tourner au drame. Ainsi, le 16 janvier, une unité relevant du groupement territorial des garde-côtes d'Oran/2e RM a réussi à porter secours à quinze (15) candidats à l'émigration clandestine et à repêcher le cadavre d'une personne ayant été à bord de la même embarcation, ainsi que l'évacuation d'une femme, dans un état critique, par un hélicoptère de recherche et de sauvetage relevant des Forces navales, vers l'hôpital d'Oran où elle est décédée. Le 17 janvier, ont été mises en échec, à Oran et Ain Témouchent, des tentatives d'émigration clandestine de (12) personnes à bord d'embarcations de construction artisanale. Une semaine plus tard, une unité des garde-côtes relevant de la façade maritime Ouest/2e Région militaire a réussi une opération de sauvetage de dix-neuf (19) émigrants clandestins, et ce, suite au chavirage de leur embarcation pneumatique. Les naufragés ont été évacués vers le Port de Béni Saf, wilaya de Aïn Témouchent, tandis qu'une autre unité a déjoué une tentative d'émigration clandestine de sept personnes à bord d'une embarcation de plaisance à Oran/2e RM. Le 25 janvier, une tentative d'immigration clandestine de (48) personnes à bord d'une embarcation de fabrication artisanale a été déjouée par des garde-côtes à Ain Témouchent/2e RM, alors que deux jours plus tard, les garde-côtes ont secouru quatre (04) harraga. Ce 29 janvier, pas moins de 70 personnes ont tenté la traversé avant qu'ils ne soient interpellés. C'est dire les proportions alarmantes prises par le phénomène. Au moment où le chef du RND dit ne pas comprendre les motivations des jeunes tentés par la migration clandestine, Louisa Hanoune, la patronne du PT estime que ce sont les mesures d'austérité et l'absence d'horizons pour les jeunes qui les poussent à commettre cette aventure.
Près de 10 tentatives par jour...
Mais ces discours politiques n'intéressent pas les candidats qui veulent rejoindre l'autre rive de la mer quelque soit le prix et le sacrifice. Ce phénomène qui inquiète les pouvoirs publics fait des ravages parmi les familles algériennes. Selon certaines sources, plus de 3 000 tentatives de harga ont été enregistrées en 2017. On évoque un chiffre de 8 000 harraga qui ont réussi la traversée et qui seraient dans des centres de détention en Europe, notamment en Italie et en Espagne. Dans son rapport pour 2017, la Ligue algérienne pour la défense des droits de l'Homme (LADDH) parle de 3 109 tentatives d'immigration, dont 189 femmes, 839 mineurs accompagnés ou non, ajoutant que ces chiffres ne reflètent pas la réalité, puisqu'ils «n'incluent pas les disparus en mer ou ceux qui ont réussi à rejoindre l'autre rive de la Méditerranée». Le mois de novembre 2017 a été particulièrement «chargé» de tentatives de harga. Entre le 16 et le 18 du mois, 286 candidats ont été interceptés. A Oran où le phénomène fait rage, huit réseaux de passeurs ont été démantelés, un matériel dont des embarcations ont été saisis et des passeurs dont 26 à Mostaganem, ont été arrêtés, selon le chef de sûreté de wilaya, le contrôleur de police, Nouasri Salah. Lors d'une conférence de presse consacrée au bilan de l'inspection régionale ouest de la police, M. Nouasri a souligné que ce phénomène a pris des proportions alarmantes, surtout avec l'embarquement de familles entières, signalant un grand nombre de tentatives ayant fait dans les derniers jours plusieurs morts.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.