Plus de 250 adhérentes à la Cellule d'accompagnement de la femme rurale    «Atal ne partira pas l'été prochain»    Les défis de la gestion de la LFP en question    Zerouati officialise son retour à la tête du club    Arrestation de deux éléments de soutien aux groupes terroristes à Tin-Zaouatine    Appel à la cessation de la répression marocaine des Sahraouis    Real Madrid: Benzema titulaire à Majorque, pas Varane    L'ANIE à pied d'œuvre    Signature d'une convention entre le GIE monétique et l'ANPT    SYNDICATS AUTONOMES : Le CSA appelle à une grève générale    ANARCHIE DANS LE TRANSPORT DES VOYAGEURS DE LA CORNICHE ORANAISE : 200 Da le prix d'une place par taxi à partir de 17h00    ACTION ANTI-DROGUE DE LA 8EME SURETE URBAINE (MOSTAGANEM) : Huit consommateurs de drogue arrêtés    TIARET : Des citoyens ferment le siège de l'APC de Rechaiga    APRES SES PROPOS HOSTILES AU SAHARA OCCIDENTAL : Le CNASPS qualifié Saadani ‘'d'aventurier sans conscience''    Grève générale et manifestation à Barcelone    L'UE menace Washington de représailles    14 civils tués dans des raids turcs    Le prix Pomed décerné à Soufiane Djilali    "Nous sommes toujours aux côtés du peuple"    Dossier clos    Silence radio à la Sonatrach    Les joueurs mettent fin à la grève    Zetchi : "Il y a des contraintes de calendrier, mais les motivations sont là"    Les Verts veulent réaliser l'exploit à Berkane    Régulation de l'économie avec l'apport des Nations-Unies et de l'UE    Rencontre régionale sur le code des marchés publics    Suspension d'une usine de boissons gazeuses    Les avocats des détenus mettent à exécution leurs menaces    La "harga" vers les côtes italiennes s'intensifie    Erdogan menace de reprendre l'offensive mardi soir si l'accord n'est pas respecté    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Un sit-in de la communauté chrétienne violemment réprimé    Marie-Antoinette, cette figure de la pop culture    Concours de la chanson patriotique    Un lien entre deux peuples et deux cultures    L'Algérie représentée par le jeune Chikhi Samir    Ligue 2: Le programme des rencontres de la 9ème journée    Sétif: Deux morts et un nourrisson grièvement blessé dans une collision    Projets des Jeux méditerranéens: Constat satisfaisant et confirmation de l'échéance de réception, juin 2020    Pour blanchiment d'argent et financement occulte de partis politiques: Tliba incarcéré à la prison d'El Harrach    Automobile: L'usine Renault Algérie reprendra ses activités en 2020    Nouvelle sortie de Amar Saâdani: L'«Etat profond», le hirak et le Sahara Occidental    Pour contrer le Hirak, le pouvoir tente d'obtenir la bienveillance internationale    La révolution légale    Conseil de la nation: Début des procédures de levée de l'immunité de deux sénateurs    Oued Tlelat - El Braya: Plus de 190 000 sachets de « chemma » saisis    En marge de la vente dédicace de son livre: Le styliste espagnol Adolfo Dominguez revient sur son parcours artistique    Rohani : Les "Israéliens et les Saoudiens ont poussé les USA à sortir de l'accord    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Opéra Boualem Bessaiah: Bel hommage à Abdelkrim à Dali
Publié dans Le Temps d'Algérie le 24 - 02 - 2018

Pour commémorer le 40e anniversaire de la disparition du maître de la chanson andalouse, Cheikh Abdelkrim Dali, la fondation éponyme
a organisé mercredi en soirée un hommage à sa hauteur.
La soirée a vu le passage des grands chanteurs, notamment Noureddine Saoudi, Nouri Koufi, tous deux anciens élèves de Abdelkrim Dali, la chanteuse Dalila Mekadder et de jeunes talents. Le rideau de l'opéra s'est levé en premier sur maître Noureddine Saoudi et son oûd (luth) qui a choisi d'offrir au public nombreux et connaisseur, de bons moments aux rythmes de la nouba ghrib, avant de dédier une chanson au défunt Abdelkrim Dali intitulée Abdelkrim houwa fali que le chanteur a écrite et composée lui-même dans le mode sika. Après les forts appalaudissements, le tour a été donné aux jeunes Said Dias Katbabi et Réda Berranen, respectivement premier et deuxième prix de la première édition du concours Abdelkrim-Dali en 2016, ainsi que la chanteuse Dalila Mekadder. Ces derniers n'ont pas raté l'occasion de montrer leurs capacités vocales et prouver qu'il y a bien une relève dans le domaine de la chanson andalouse.
Nouri Koufi est de retour
Le public très attentif a également bien suivi le passage des musiciens et chanteurs issus des orchestres en fusion de la Fondation Abdelkrim-Dali et l'association Cordoba d'Alger dirigés par Nadjib Kateb.
Par la suite, ce fut l'entrée en scène de Nouri Koufi que le public algérois n'a pas vu depuis longtemps. Après cette longue absence, Koufi est entré en forme et avec une voix toujours aussi limpide a répondu à l'attente du public avec un coktail de chansons allant du madih aux chansons les plus rythmées en passant par les classiques du hawzi dont Aâdrouni et Sidi Boumediene une des qaçaids qu'il maîtrise très bien, et Brahim El Khalil, cette ancienne chanson que Abdelkrim Dali avait si bien interprétée pour la télévision. Pour rappel, Brahim El Khalil avait été enregistrée dans les années 1920 -1930 par l'inimitable Mahieddine Bachtarzi sur un disque 78 tours. Les organisateurs n'ont pas omis de projeter un documentaire retraçant l'itinéraire de Cheikh Abdelkrim Dali et celui de la fondation éponyme, présidée par sa fille Wahiba Dali. Le concert qui a duré plus de trois heures a été également marqué le passage des danseuses de la Compagnie Profil, dirigée par Fouzia Mâamri.
Il tenait à conserver l'andalou
La soirée a été clôturée par une belle chorégraphiemettant en avant le cérémonial traditionnel du mariage à Tlemcen avec l'entrée de la mariée portant la chedda (tenue traditionnelle). Né le 16 novembre 1914 à Tlemcen, Cheikh Abdelkrim Dali est considéré parmi les plus grands maîtres de la musique andalouse. Après un apprentissage auprès des plus grands maîtres de l'andalou de Tlemcen dont Cheikh Larbi Bensari, il se retrouve à la fin des années 1930 à Alger où il s'installera définitivement.
En véritable maître, Abdelkrim Dali a consacré sa vie à la conservation de la chanson andalouse et à la formation. Avant son décès, il se déplaçait quotidiennement vers l'institut national de musique pour enregistrer les noubas. Le défunt a ainsi laissé pas moins de 78 heures d'enregistrements inédits. On souhaiterait bien qu'ils soient diffusés à grande échelle pour que les élèves que tout le monde puisse écouter ce grand maître et que les élèves des associations puissent en profiter.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.