Corruption: report au 2 juin du procès d'Abdelghani Hamel et de son fils    Le ministre des Finances présente le PLFC 2020 devant l'APN    Covid19: 194 nouveaux cas, 171 guérisons et 8 décès en Algérie durant les dernières 24h    Foot/Révision des statuts et règlements: les travaux des sous-commissions "avancent bien"    Mohamed Bouhamidi: des ONG internationales tentent d'orienter le Hirak pour aboutir à une situation de chaos en Algérie    Création de l'Union africaine des sports de boules    Les 76 centres de torture de Mascara: témoins de la politique inhumaine du colonialisme français    Lounis Ait Menguellet célèbre la Journée de l'Afrique avec des artistes du monde entier    Report de la CAN-2021 : Le Cameroun tranchera en septembre    ES Sétif : Des contentieux en suspens…    Territoires : Non Autonomes L'Eucoco rappelle le droit des peuples à l'autodétermination    "Le texte empile contradictions et ambiguïtés"    Le FLN et le RND tiennent leur conclave ce week-end    La France déploie plusieurs vols entre Alger et Paris    Le patron de l'AIE se dit optimiste    Encore un scandale !    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    La piste Zeghba se dessine    Sonatrach bousculée en Europe    "La santé du citoyen est notre préoccupation majeure"    Une célébration sans saveur à Mascara    Le Sahel s'enfonce dans la crise sécuritaire    Le PPE fustige la politique de la Commission européenne    "La crise sanitaire nous pousse à réfléchir sur la finalité de notre existence"    "Songs for freedom"    "Le bilan de l'Académie de tamazight est nul"    Covid-19: L'OMS suspend les essais cliniques avec l'hydroxychloroquine "par sécurité"    Sidi Bel Abbes: Pénurie de pain et de lait    Aïd El Fitr et Covid-19: Confusion et incompréhension    Tlemcen: Plus de 280 pochettes de sang collectées    Le ministre de la Santé: Le déconfinement, une mesure «indispensable»    Maghnia: Confusion autour de l'interdiction de la circulation    SEUL UN VACCIN    Un e-Aïd inédit !    Tébessa: Youkous, un site naturel à valoriser    Vers un appui technique du département du Trésor américain    Le décret exécutif publié au JO    'l'automobile est trés complexe et tout est une question de compétitivité'    Les pharmaciens se désengagent    Une reprise graduelle et prudente    AID EL FITR : Le Président Tebboune présente ses vœux à l'Armée et au corps médical    DESCENTE POLICIERE A ANNABA : Le ministère de l'Intérieur dément    DEFENSE : L'Algérie réceptionne 42 hélicoptères modernisés en Russie    Journée de l'Afrique: les Sahraouis appellent à faire pression sur le Maroc    WILAYA DE SAIDA : Installation du nouveau directeur de l'administration locale    Les pays africains appelés à bâtir des économies plus résilientes grâce à l'intégration    Journée de l'Afrique: appel à "redoubler d'efforts" dans la lutte contre le covid-19    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Culture de la lentille d'eau: Les agriculteurs de Ouargla intéressés
Publié dans Le Temps d'Algérie le 19 - 10 - 2018

Au regard de ses bienfaits comme aliment pour les poissons d'eau douce et comme engrais vert, un intérêt croissant pour la culture de la lentille d'eau et de l'azolla est manifesté par les agriculteurs de la wilaya d'Ouargla, selon les responsables de la Chambre interwilayas de la pêche et de l'aquaculture (CIWPA, basée à Ouargla).
La réussite de l'expérience, menée en mars dernier par la Ferme de démonstration et de production de semences (FDPS) de Hassi-Benabdallah (est d'Ouargla), après avoir obtenu une souche de ce type de fougères aquatiques d'Egypte, a encouragé les agriculteurs de la wilaya d'Ouargla et d'autres wilayas à se lancer dans l'activité, a indiqué à l'APS le président de la CIPWA, Faouzi Habita. L'expérience a été adoptée jusqu'ici par une centaine d'agriculteurs au Sud ayant bénéficié d'une formation sur les avantages du développement de cette filière et sur les techniques de culture de cette plante aquatique (lentilles de mer et azolla) dans les bassins aquacoles, a-t-il précisé.
Cette plante riche en protéines (près de 40%) a été cultivée dans une large superficie à travers l'ensemencement de 200 grammes pour chaque mètre carré de bassin aquacole, donnant lieu, en l'espace d'une semaine seulement, à la réalisation d'une production intéressante de lentilles d'eau, une plante aquacole flottante qui constitue à la fois un complément dans l'aliment de poisson d'eau douce et un engrais végétal, a expliqué la responsable de la station, Wafa Mouffi. Cette quantité ensemencée dans les bassins d'élevage de poissons d'eau douce est destinée à doter les aquaculteurs d'Ouargla et d'autres wilayas du Sud de cette plante à la croissance rapide et au rendement élevé, pouvant aussi figurer comme source d'aliment de volailles, a-t-elle fait savoir.
L'expérience de la culture de la lentille d'eau menée à Ouargla mérite d'être généralisée, sachant qu'un simple agriculteur peut développer cette activité comme substitut à bas coût des aliments de poissons, facile à entreprendre et ne nécessitant pas de gros moyens, poursuit Mme Mouffi. Une de ces expériences a été menée avec succès par un agriculteur de la région de N'goussa (nord-ouest d'Ouargla), qui a obtenu, en un laps de temps relativement court, une bonne production de cette plante aquatique ensemencée dans 3 bassins. «Après une période de doute, voici que la lentille d'eau que j'ai expérimentée dans mes bassins s'est mise à se développer rapidement dès que les conditions climatiques se sont améliorées, et aussi grâce aux précieux conseils des instances spécialisées qui m'ont permis d'approfondir mes connaissances et de réajuster mes méthodes d'intervention», a affirmé l'agriculteur, Abderrazak Bouguettaya.
La FDPS de Hassi-Benabdallah mène actuellement plusieurs autres expériences sur les bienfaits de la lentille d'eau comme aliment de volailles, et devra en lancer une autre en décembre prochain, selon sa responsable.
Cette ferme a pour principale mission la prise en charge des différents programmes de développement agricole initiés par l'Etat, ciblant les zones sahariennes, notamment ceux liés aux cultures stratégiques telles que la phœniciculture, la céréaliculture, le maraîchage, l'arboriculture et l'apiculture, a-t-elle fait savoir.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.