Rassemblement de soutien à Adlène Mellah    Election présidentielle : Ce que prévoit la loi    Le maillon faible de la chaîne touristique    Réorganisation du baccalauréat : Les premières évaluations dès l'année prochaine    Messahel à la Valette    Les graves accusations du Snapo    Le MCEE et le NCM à la poursuite de l'ASO    Le CSC en quête de confirmation, la JSS en danger face au Ahly    Présidentielle de 1999, on ne s'ennuyait pas…    Baisse du taux de criminalité en 2018    280 000 places pédagogiques offertes selon Mebarki    715 opérations pour 627 localités et mechtas à Jijel    L'opérette Novembre… sidjil el khouloud conquiert le public tlemcénien    Hommage à un stratège de la révolution    Pour l'institution d'un prix national «Si Muhend u Mhand»    Lutte contre la criminalité : Arrestation d'une bande de malfaiteurs s'adonnant au trafic de psychotropes…    Le réseau électrique renforcé    Football - Ligue 1: Le CRB dos au mur, le leader et son dauphin en expédition    Volleyball - Coupe d'Algérie - Tour préliminaire: Les cendrillons en quête d'exploits    Affaire de la petite Nihal: L'enquête des gendarmes achevée    Ligue 2: Plusieurs débats captivants    Macron : une communication sans fin, mais sans beaucoup de réponses    Walis de la République : chacun d'eux a compris qu'il était sacrifiable!    L'APN prend part à la réunion de la commission des affaires politiques, de la sécurité et des droits de l'Homme de l'UPM à Strasbourg    Les représentants des membres de l'UA se penchent sur le dossier des personnes déplacées    Le secteur de l'assurance automobile domine sur celui des catastrophes naturelles    Sensibilisation sur l'opération des déclarations annuelles des salaires et des salariés    Les cours du pétrole stables en Asie    «La colonisation et l'occupation continuent de saper le développement» de l'Etat de Palestine    Tout accord Maroc-UE incluant les territoires sahraouis, sont nuls et non avenus    Des mesures pour le parachèvement des travaux du projet du stade de Bordj Menaïel    Les chasseurs tirent la sonnette d'alarme    Vingt-deux équipes dont le GSP au rendez-vous de Tunis    L'Algérien Dib élu président de la zone I nord    Les arbitres des équipes algériennes connus    L'urgence de les récupérer et numériser    Théâtre régional Kateb-Yacine de Tizi-Ouzou    Commémoration du 67e anniversaire de la mort du moudjahid Belouizdad    Le "shutdown" de Donald Trump coûtera bientôt plus cher que son... mur    Les députés britanniques le rejettent massivement    Les Algériens indésirables en France ?    Gouvernance vertueuse    Isolé dans la région, vers quels pays le Venezuela se tournera-t-il?    Attentat terroriste contre un complexe hôtelier à Nairobi : L'Algérie condamne "avec force" l'attaque    En exil depuis 28 ans: Il y a 27 ans, Mohamed Boudiaf revenait en Algérie pour présider le Haut-Comité d'Etat    Le sociologue Nacer Djabi interdit de tenir une conférence sur les mouvements amazighs    Enquête au FLN    L'Alliance présidentielle dans l'expectative    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un baril à 100 dollars: Goldman Sachs juge le scénario «peu probable»
Publié dans Le Temps d'Algérie le 20 - 10 - 2018

La Banque d'affaires américaine, Goldman Sachs, a jugé «peu probable» que les cours du pétrole franchissent la barre des 100 dollars, en raison «d'une hausse rapide» de la production en Arabie saoudite qui va doper l'offre sur les marchés malgré la baisse de la production iranienne. Les chances que le baril atteigne les 100 dollars sont plutôt minces mais pas impossibles, a indiqué Jeffrey Currie le chef de la division matières premières de Goldman Sachs dans une interview à l'agence d'information sur l'énergie, S&P Global Platts. «Nous ne disons pas que (le niveau) de 100 dollars ne pourra pas se produire, ce n'est pas notre scénario de base, mais nous ne pensons pas que cela puisse être probable», a déclaré Jeffrey Currie. L'analyste a expliqué que les exportations de l'Iran ne tomberont pas à zéro et il se pourrait qu'elles ne baisseront même pas de moitié, du moins dans l'immédiat. En parallèle, la production de l'Arabie saoudite est en train d'augmenter progressivement, renforçant la prévision que l'offre sera suffisante même après l'entrée en vigueur des sanctions américaines.
Les Etats-Unis ont déjà mis en œuvre des sanctions financières contre l'Iran et s'apprêtent à cibler son industrie pétrolière à partir du 4 novembre, tout en incitant les pays à réduire ou cesser leurs importations de pétrole iranien. «Au cours des quatre derniers mois, nous avons assisté à une augmentation de 20% des forages en Arabie saoudite. Vous avez déjà perdu 700.000 barils/jour d'exportations iraniennes et les stocks ont été reconstitués, ce qui indique qu'il y a déjà beaucoup plus de pétrole sur le marché», a précisé Currie. Dans le même temps, la production des autres pays membres de l'Opep a augmenté, ce qui représente, selon lui, un signal baissier pour le marché, qui sera soutenu par les révisions à la baisse de l'Agence internationale de l'énergie et de l'Opep pour la demande mondiale. «Notre scénario de base (prévoit) une baisse modeste des stocks au quatrième trimestre, ce qui maintiendra probablement les prix autour de 80 dollars le baril», a anticipé l'analyste, rappelant une prévision antérieure de son département qui tablait sur un prix oscillant entre 60 et 80 dollars pour les trois derniers mois de l'année. Fin septembre, les groupes de négoce Trafigura et Mercuria ont prédit un rebond des prix à 100 dollars le baril avec l'entrée en vigueur des sanctions américaines contre l'industrie pétrolière iranienne.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.