Le dilemme de Bedoui et Lamamra    «Il faut faire confiance aux jeunes»    Les Algériens à la recherche d'une double rupture    «Je ne vais pas passer mon temps à justifier tous mes choix…»    Fin de parcours pour la JS Saoura    Le GS Pétroliers réussit ses débuts    Marches et rassemblements des blouses blanches mardi    Détournements de deniers publics à l'antenne ADE de Bouhadjar, 3 fonctionnaires impliqués    Vers la classification de 7 sites et monuments à Mila    ACTUCULT    Dire la vérité contre le mensonge    Ligue 2: L'ASO Chlef nouveau dauphin du NCM    16 soldats maliens tués dans un assaut contre une base militaire    Banque d'Algérie: Le taux des réserves obligatoires des banques passe de 8 à 12%    Trafic de fausse monnaie: Un troisième réseau démantelé à Oran    Oran: Vingt ans de prison pour des convoyeurs de cocaïne    Le réveil d'un peuple : un nouvel horizon politique ? (1ère partie)    Augmentation des salaires des policiers: La DGSN dément et menace    Ligue 1: Le MCO épinglé à Sétif, la JSK rate le coche    El-Bayadh: Les trois derniers martyrs du 19 mars 1962    Initiatrice du projet «Past Forward Architecture»    Cinq conventions signées entre la BASTP et des PME    Le FNA, le PT et le Mouvement El Islah se prononcent    Les travailleurs de GTP et Sarpi en grève    Le bleu de la mer à Cap-Djinet    Suivi permanent des projets publics    La cité des 58 logements, un quartier aux multiples problèmes    Les fidèles tués dans les mosquées de Christchurch étaient âgés de trois à 77 ans    Le MC Oued Tlelat à trois points du rêve    Le football national doit faire dans l'optimisme    Mohamed Aïssaoui, un exemple de l'intégration sociale des handicapés par le sport    Un prix pour les auteurs édités en Afrique    Importance des études historiques sur les sciences et autres spécialités    Les journalistes et correspondants de Tizi Ouzou observent un sit-in    Tarik Chenafa, un miraculé algérien    Exhumation d'un charnier de Yézidis victimes de l'EI    Cela doit se concrétiser pour le bien de la Patrie    Casino : Le groupe livre des prévisions à trois ans fraîchement accueillies    Bourses L'Europe salue les nouvelles sur le front du commerce et du Brexit    CNAS: Près de 295 000 assurés sociaux aux besoins spécifiques pris en charge en 2018    Chine : Pékin ne laissera pas son économie dérailler, dit Li    Vent de fronde au FLN    Les journalistes de l'ENTV écrivent à leur DG    Gaïd-Salah en visite de travail    Sahara occidental: Les accords UE-Maroc violent la jurisprudence de la CJUE    Acte 18 des "gilets jaunes": Violences et scènes d'émeutes, pillages et saccages à Paris    La France a-t-elle "perdu" l'Afrique de l'Est au profit de la Chine?    "La douleur de voir souffrir le peuple syrien se ressent dans ma musique"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un baril à 100 dollars: Goldman Sachs juge le scénario «peu probable»
Publié dans Le Temps d'Algérie le 20 - 10 - 2018

La Banque d'affaires américaine, Goldman Sachs, a jugé «peu probable» que les cours du pétrole franchissent la barre des 100 dollars, en raison «d'une hausse rapide» de la production en Arabie saoudite qui va doper l'offre sur les marchés malgré la baisse de la production iranienne. Les chances que le baril atteigne les 100 dollars sont plutôt minces mais pas impossibles, a indiqué Jeffrey Currie le chef de la division matières premières de Goldman Sachs dans une interview à l'agence d'information sur l'énergie, S&P Global Platts. «Nous ne disons pas que (le niveau) de 100 dollars ne pourra pas se produire, ce n'est pas notre scénario de base, mais nous ne pensons pas que cela puisse être probable», a déclaré Jeffrey Currie. L'analyste a expliqué que les exportations de l'Iran ne tomberont pas à zéro et il se pourrait qu'elles ne baisseront même pas de moitié, du moins dans l'immédiat. En parallèle, la production de l'Arabie saoudite est en train d'augmenter progressivement, renforçant la prévision que l'offre sera suffisante même après l'entrée en vigueur des sanctions américaines.
Les Etats-Unis ont déjà mis en œuvre des sanctions financières contre l'Iran et s'apprêtent à cibler son industrie pétrolière à partir du 4 novembre, tout en incitant les pays à réduire ou cesser leurs importations de pétrole iranien. «Au cours des quatre derniers mois, nous avons assisté à une augmentation de 20% des forages en Arabie saoudite. Vous avez déjà perdu 700.000 barils/jour d'exportations iraniennes et les stocks ont été reconstitués, ce qui indique qu'il y a déjà beaucoup plus de pétrole sur le marché», a précisé Currie. Dans le même temps, la production des autres pays membres de l'Opep a augmenté, ce qui représente, selon lui, un signal baissier pour le marché, qui sera soutenu par les révisions à la baisse de l'Agence internationale de l'énergie et de l'Opep pour la demande mondiale. «Notre scénario de base (prévoit) une baisse modeste des stocks au quatrième trimestre, ce qui maintiendra probablement les prix autour de 80 dollars le baril», a anticipé l'analyste, rappelant une prévision antérieure de son département qui tablait sur un prix oscillant entre 60 et 80 dollars pour les trois derniers mois de l'année. Fin septembre, les groupes de négoce Trafigura et Mercuria ont prédit un rebond des prix à 100 dollars le baril avec l'entrée en vigueur des sanctions américaines contre l'industrie pétrolière iranienne.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.