Dialogue national: la balle est dans le camp du pouvoir    Crise politique : Des initiatives mais point de solutions !    APC de Bousfer: Le vice-président et deux élus entendus par la gendarmerie    Tlemcen: Le LGV se rapproche de Maghnia à petite vitesse    Aéroport «Mohamed Boudiaf»: Atterrissage d'urgence d'un ATR d'Air Algérie    Football à l'Ouest: L'ASMO, l'USMBA, le RCR et le MCS dans la tourmente    Un homme découvert mort au marché de gros d'El Kerma    Cyber-escroquerie, une arrestation    Villes nouvelles et pôles urbains: Le gouvernement dans l'urgence    Méditation sur un nuage    Cameroun: Libération d'une partie des opposants, un pas vers le dialogue politique ?    Bourses : Séance inaugurale folle pour le Star chinois    Compétitions africaines interclubs 2019-2020 : Les clubs algériens fixés sur leurs adversaires    Mercato : Petit tacle de Rummenigge à Gardiola pour Sané    Chlef : Plus de 700 enfants sensibilisés à l'économie de l'eau    L'économiste Kamel Rezzigue a la radio : "Il faut accélérer le processus politique pour le salut de l'économie nationale délicatement fragilisée par ...    Avions de combat : Thales plaide pour une alliance en Europe    Etablissements publics de santé: Vers "l'obligation" de l'activité de jumelage    Nouveaux bacheliers : Début des préinscriptions et inscriptions    Jeune sahraouie tuée: Plusieurs ONG condamnent la répression marocaine brutale dans les territoires sahraouis occupées    Le gouvernement au chevet des nouvelles villes    Air Algérie a rapatrié tous les supporters    Une "réponse forte à la bande"    Nouveau mandat de dépôt contre Amar Ghoul    Zidane félicite l'Algérie après son sacre africain    Saisie de plus de 4,6 quintaux de drogue    L'anglais évince le français    Le sélectionneur annonce sa démission    AUTOMOBILE : Les premières voitures Peugeot dès janvier 2020    GAID SALAH : ‘'Le peuple a envoyé une réponse forte à la bande''    L'Union arabe félicite l'Algérie    La fanfare de la Protection civile égaye les annabis    Affaire Tahkout : Le wali d'El Bayadh Mohamed Khenfar auditionné à la Cour suprême    ACTUCULT    Le Forum France-Algérie se joint à l'appel du mouvement associatif    Essebsi refuse de ratifier la nouvelle loi électorale    Rassemblement de soutien aux détenus d'opinion    La majorité des Français trouve le phénomène "normal"    La FAF empoche un chèque de 4,5 millions de dollars    Une chaîne de télé franco-algérienne sera lancée en 2020    Jack Lang : "Nous sommes tous un peu algériens"    L'Ukrainienne Juicy M en guest star au Blackout Festival    De la conquête par Tarik Ibn Ziad aux principautés    Vers la réhabilitation du vieux lycée technique    Aïd El Adha: Fixation de points de vente de bétail contrôlés à travers le pays    Les exigences de "l'Alternative démocratique"    Des centaines de fans coincés au Caire    Le blocage du pétrolier algérien a duré 1h15mn    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Meurtre de Khashoggi: Erdogan accuse le prince
Publié dans Le Temps d'Algérie le 03 - 11 - 2018

Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a dit savoir que l'ordre de tuer le journaliste Jamal Khashoggi est venu du gouvernement saoudien. Recep Tayyip Erdogan a dédouané le roi d'Arabie saoudite, mais pas le prince héritier, Mohammed ben Salman, dans l'affaire Khashoggi.
Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, est revenu à la charge dans l'affaire Jamal Khashoggi. A travers une tribune publiée dans le Washington Post, quotidien auquel collaborait le journaliste assassiné au consulat d'Arabie saoudite à Istanbul, il y a un mois, le dirigeant turc a affirmé savoir que les auteurs sont parmi les 18 suspects détenus par l'Arabie saoudite. Nous savons aussi que ces individus sont venus pour exécuter leurs ordres : tuer Khashoggi et partir. Enfin, nous savons que l'ordre de tuer Khashoggi est venu du gouvernement saoudien, a-t-il ajouté. Pour autant, le président Erdogan a assuré ne pas croîre une seule seconde que le roi Salman, le gardien des saintes mosquées, ait ordonné le coup. Il ne mentionne pas, en revanche, le prince héritier Mohammed ben Salman. L'éditorialiste Jamal Khashoggi a été tué le 2 octobre dans le consulat, où il s'était rendu pour des démarches administratives en vue de son mariage avec Hatice Cengiz. Sa disparition a provoqué une gigantesque polémique, et l'Arabie saoudite, qui a d'abord nié le meurtre, avant de finalement reconnaître une opération «non autorisée». Les autorités saoudiennes ont arrêté 18 suspects, et révoqué cinq responsables des services de sécurité, dont deux proches du prince héritier. Riyad continue, toutefois, d'affirmer que le prince héritier, Mohammed ben Salman, n'était pas au courant. La diplomatie américaine avait estimé, jeudi, que les restes de M. Khashoggi devaient «être localisés et restitués à sa famille pour un enterrement approprié le plus tôt possible». Le parquet d'Istanbul a affirmé, cette semaine, que Jamal Khashoggi avait été démembré, et que les tueurs s'étaient «débarrassé» de son corps, sans préciser comment. Washington met, en effet, la pression sur Ryad, pour que cette affaire soit élucidée, mais semble accorder le bénéfice du doute au prince. Le secrétaire d'Etat américain, Mike Pompeo, a ainsi insisté, jeudi, sur le caractère inacceptable du meurtre du journaliste. Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou, a souligné l'importance de la stabilité du royaume saoudien, tout en qualifiant d'horrible le meurtre de Jamal Khashoggi. De son côté, Amnesty International a appelé, vendredi, les Etats membres de l'ONU, à mettre un terme à leur silence assourdissant face à l'Arabie saoudite, les exhortant à surveiller la cruauté du royaume après cet assassinat. Le meurtre du journaliste Khashoggi a été dénoncé par le monde, qui prend conscience de l'ampleur de la guerre lancée par la coalition arabe dirigée par l'Arabie saoudite contre le Yemen. Un appel à la paix au Yémen a été lancé par Washington et la France, mais l'Arabie saoudite frappe encore ce pays. Les civils sont très souvent ciblés par la coalition arabe dirigée par l'Arabie saoudite contre le Yémen. L'Allemagne a annulé la fourniture d'armes à l'Arabie saoudite après le meurtre, et le président français a dit que les sanctions doivent être européennes. Le président américain, lui, refuse d'annuler la fourniture d'armes à l'Arabie saoudite. La Belgique a déjà annulé la fourniture d'ames pour l'Arabie saoudite.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.