Dans un message à l'occasion du 19 mars.. Bouteflika maintient le cap    Gaid Salah : «A chaque problème existe une solution, voire plusieurs»    Invitant la classe politique à faire des concessions.. Ouyahia se range du côté du peuple !    Prévue avril prochain.. La réunion de l'Opep pourrait être annulée    Chlef.. L'abattage clandestin de volailles prend de l'ampleur    Les champs Elysées seraient interdits aux «gilets jaunes»    Action sociale pendant le ramadhan à Sidi Bel-Abbés.. Plus de 31 milliards de centimes dégagés    Djelfa et Khenchela.. Contrebande de boissons alcoolisées    Belmadi cherche les remplaçants de Chita et de Benzia.. Le milieu, un chantier ouvert    Volley-Championnat d'Afrique (dames).. Bonne entame du GS Pétroliers    MINISTERE DE LA DEFENSE : Ahmed Gaïd Salah en visite de travail à la 3e Région Militaire    PREMIERE SESSION DE L'APW : Le dossier des affaires sociales en débat    POUR DETOURNEMENT DE DENIERS PUBLICS A L'ADE BOUHADJAR : Arrestation de trois fonctionnaires à El Tarf    NOUVEAU GOUVERNEMENT : Le CNES refuse de participer aux consultations    Une AG extraordinaire pour baliser le terrain à l'Hyproc    Un staff technique collégial pour terminer la saison    La Mekerra en quête de 18 points pour éviter le purgatoire    «Il faut faire confiance aux jeunes»    Marches et rassemblements des blouses blanches mardi    Vers la classification de 7 sites et monuments à Mila    ACTUCULT    Dire la vérité contre le mensonge    La crise actuelle en Algérie    Banque d'Algérie: Le taux des réserves obligatoires des banques passe de 8 à 12%    Augmentation des salaires des policiers: La DGSN dément et menace    El-Bayadh: Les trois derniers martyrs du 19 mars 1962    Formation du nouveau gouvernement    Le FNA, le PT et le Mouvement El Islah se prononcent    Abderrahmane Mebtoul appelle à privilégier les intérêts supérieurs de l'Algérie    Les fidèles tués dans les mosquées de Christchurch étaient âgés de trois à 77 ans    Ligue des champions (6e et dernière journée)    Le bleu de la mer à Cap-Djinet    Suivi permanent des projets publics    Le MC Oued Tlelat à trois points du rêve    Le football national doit faire dans l'optimisme    Initiatrice du projet «Past Forward Architecture»    Cinq conventions signées entre la BASTP et des PME    Un prix pour les auteurs édités en Afrique    Importance des études historiques sur les sciences et autres spécialités    Les journalistes et correspondants de Tizi Ouzou observent un sit-in    Sahara occidental: Les accords UE-Maroc violent la jurisprudence de la CJUE    La France a-t-elle "perdu" l'Afrique de l'Est au profit de la Chine?    Canada Et si la corruption au Québec était la face cachée de la crise que traverse Trudeau ?    Tarik Chenafa, un miraculé algérien    Exhumation d'un charnier de Yézidis victimes de l'EI    Bourses L'Europe salue les nouvelles sur le front du commerce et du Brexit    Casino : Le groupe livre des prévisions à trois ans fraîchement accueillies    "La douleur de voir souffrir le peuple syrien se ressent dans ma musique"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Meurtre de Khashoggi: Erdogan accuse le prince
Publié dans Le Temps d'Algérie le 03 - 11 - 2018

Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a dit savoir que l'ordre de tuer le journaliste Jamal Khashoggi est venu du gouvernement saoudien. Recep Tayyip Erdogan a dédouané le roi d'Arabie saoudite, mais pas le prince héritier, Mohammed ben Salman, dans l'affaire Khashoggi.
Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, est revenu à la charge dans l'affaire Jamal Khashoggi. A travers une tribune publiée dans le Washington Post, quotidien auquel collaborait le journaliste assassiné au consulat d'Arabie saoudite à Istanbul, il y a un mois, le dirigeant turc a affirmé savoir que les auteurs sont parmi les 18 suspects détenus par l'Arabie saoudite. Nous savons aussi que ces individus sont venus pour exécuter leurs ordres : tuer Khashoggi et partir. Enfin, nous savons que l'ordre de tuer Khashoggi est venu du gouvernement saoudien, a-t-il ajouté. Pour autant, le président Erdogan a assuré ne pas croîre une seule seconde que le roi Salman, le gardien des saintes mosquées, ait ordonné le coup. Il ne mentionne pas, en revanche, le prince héritier Mohammed ben Salman. L'éditorialiste Jamal Khashoggi a été tué le 2 octobre dans le consulat, où il s'était rendu pour des démarches administratives en vue de son mariage avec Hatice Cengiz. Sa disparition a provoqué une gigantesque polémique, et l'Arabie saoudite, qui a d'abord nié le meurtre, avant de finalement reconnaître une opération «non autorisée». Les autorités saoudiennes ont arrêté 18 suspects, et révoqué cinq responsables des services de sécurité, dont deux proches du prince héritier. Riyad continue, toutefois, d'affirmer que le prince héritier, Mohammed ben Salman, n'était pas au courant. La diplomatie américaine avait estimé, jeudi, que les restes de M. Khashoggi devaient «être localisés et restitués à sa famille pour un enterrement approprié le plus tôt possible». Le parquet d'Istanbul a affirmé, cette semaine, que Jamal Khashoggi avait été démembré, et que les tueurs s'étaient «débarrassé» de son corps, sans préciser comment. Washington met, en effet, la pression sur Ryad, pour que cette affaire soit élucidée, mais semble accorder le bénéfice du doute au prince. Le secrétaire d'Etat américain, Mike Pompeo, a ainsi insisté, jeudi, sur le caractère inacceptable du meurtre du journaliste. Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou, a souligné l'importance de la stabilité du royaume saoudien, tout en qualifiant d'horrible le meurtre de Jamal Khashoggi. De son côté, Amnesty International a appelé, vendredi, les Etats membres de l'ONU, à mettre un terme à leur silence assourdissant face à l'Arabie saoudite, les exhortant à surveiller la cruauté du royaume après cet assassinat. Le meurtre du journaliste Khashoggi a été dénoncé par le monde, qui prend conscience de l'ampleur de la guerre lancée par la coalition arabe dirigée par l'Arabie saoudite contre le Yemen. Un appel à la paix au Yémen a été lancé par Washington et la France, mais l'Arabie saoudite frappe encore ce pays. Les civils sont très souvent ciblés par la coalition arabe dirigée par l'Arabie saoudite contre le Yémen. L'Allemagne a annulé la fourniture d'armes à l'Arabie saoudite après le meurtre, et le président français a dit que les sanctions doivent être européennes. Le président américain, lui, refuse d'annuler la fourniture d'armes à l'Arabie saoudite. La Belgique a déjà annulé la fourniture d'ames pour l'Arabie saoudite.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.