L'Algérie au coeur d'un ouvrage de référence paru à Washington    Hydrocarbures: l'Algérie possède des capacités importantes de production    Zaalane appelle à accorder “la priorité absolue” à l'entretien des routes    Deux casemates pour terroristes détruites par l'ANP à Chlef et Boumerdès (MDN)    Brexit: Que va-t-il se passer après le rejet de l'accord par le parlement britannique?    Le pays est surendetté et en état de faillite : La contestation sociale gagne le Zimbabwe    La CPI lave de tout soupçon l'ex-président ivoirien : Laurent Gbagbo acquitté    Le retour de Boudiaf    Nouvel an amazigh 2969 : La tradition perpétuée en Kabylie    Expositions, conférences et ateliers à Bouira    La journée du «doute»    Selon des syndicats de l'Education: La grève du 21 janvier inévitable    Statut particulier, hausse des salaires, formation: Les imams satisfaits des discussions    Grippe saisonnière: Le ministère de la Santé rappelle la nécessité de se faire vacciner    Ballon carré    Football - Mercato d'hiver: Une transhumance aux résultats incertains    LFP - Réunion demain pour présenter le nouveau SG    L'Alliance présidentielle dans l'expectative    Baghdad Bounedjah élu ballon d'or Algérien 2018    Ligue des champions (2e J/ Gr.D) Al-Ahly du Caire : Forfait de cinq joueurs égyptiens face à la JS Saoura    Tahrat gravement touché au genou    Priorité de tous : le bien-être du peuple    10èmes Journées internationales du Marketing Touristique : La "destination Algérie"… le défi de 2019    Le nœud syrien sera-t-il dénoué sans les USA?    Algérie -Afrique du Sud : Signature d'une feuille de route pour renforcer la coopération économique et commerciale    En visite à Alger : Bedoui appelle à la création de délégations au niveau des nouvelles circonscriptions administratives    Fièvre aphteuse-peste des petits ruminants : Aucun impact sur les bêtes de sacrifice de l'Aïd El Adha    Un crime odieux pour 200 euros !    Des responsables limogés    Le président du Parlement libéré après avoir été brièvement détenu    M. Mohamed Ayadi à propos de la Transsaharienne : "Pour un meilleur développement des liens économiques entre les pays qui y seront reliés"    L'usine mise sous audit    6 productions en compétition    «Retrait américain» et repositionnement des autres acteurs    Un aboutissement de la revendication identitaire    Pour l'institution d'un prix «Si Muhend U Mhand»    MASCARA : Découverte de 15 bombes artisanales à Maoussa    TIERS PRESIDENTIEL : Report de l'installation des nouveaux sénateurs    11 janvier 1992-11 janvier 2018 : La fable criminelle de la sauvegarde de la démocratie    FFS : vers le rejet de la présidentielle    Choc à Constantine, derby au centre    Makri candidat ?    Anniversaire ... en prison    Lettre aux Français du président : «Je ne vous ai pas compris !»    L'énigme Hamrouche    Cortesse, un pan d'histoire à l'abandon    CAN-2019 : Le tirage au sort de la phase finale début avril    Le Hic en mini-tournée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pacte mondial sur les migrations: Les observations de l'Algérie
Publié dans Le Temps d'Algérie le 11 - 12 - 2018

Le ministre de l'Intérieur, des Collectivités locales et de l'Aménagement du Territoire, Noureddine Bedoui, qui a mis en avant, lundi à Marrakech (Maroc), les efforts «considérables» de l'Algérie en matière d'accueil et de prise en charge des migrants, a, toutefois, émis des observations sur un certain nombre d'objectif du Pacte sur la migration, adopté par plus de 150 pays.
Il a assuré dans son allocution, lors des travaux de la Conférence internationale des Nations Unies pour l'adoption de la Charte mondiale, intitulée «Pour une migration sûre, organisée et régulière», que la prise en charge des migrants est «totale», et se déroule dans de bonnes conditions de rapatriement de ceux qui sont clandestins, en concertation avec leurs pays d'origine. «Ce flux constant de migrants vers l'Algérie, avait des répercussions négatives sur l'ordre et la sécurité publics, ce qui a amené notre pays, avec toute responsabilité en collaboration avec les pays d'origine, à prendre des mesures susceptibles d'endiguer et réduire ces flux», a déclaré M. Bedoui, précisant que le rapatriement des clandestins se déroule «en concertation avec leurs pays d'origine, dans le cadre du respect de leur droit et de leur dignité humaine».
Dans ce cadre, le ministre a indiqué que l'Algérie, «connue par le passé en tant que pays de départ et de transit, est devenue, durant les dernières années, un pays d'accueil de nombre croissant de migrants», relevant que «conformément aux us et coutumes de la société algérienne, notre pays a toléré pendant de longues années le phénomène de l'immigration, en assumant seul le fardeau de la présence de centaines, voire de milliers de migrants clandestins sur son territoire, mais il se retrouve aujourd'hui face aux défis de gestion de ces flux exceptionnels et constants, au moment où la sécurité et la stabilité règnent dans notre pays (…)».
Compte tenu des effets de cet accord en matière de gestion future de la migration, et des répercussions de certaines dispositions sur la situation de la migration dans nos pays, au niveau local et international, «l'Algérie, après avoir examiné la version finale de ce texte, juge utile de formuler une série d'observations», a souligné Bedoui. A ce propos, il a relevé «la nécessité de soutenir le caractère global, multidimensionnel et solidaire de ce Pacte, ainsi que ses principes directeurs promouvant la dimension humanitaire de la migration, mais aussi le droit souverain des Etats à la définition de leur politique nationale en la matière, ainsi que leur rôle fondamental dans la mise en œuvre et le suivi de l'accord, et son caractère juridiquement non contraignant, outre la répartition équitable des responsabilités et des charges et le développement, durable ainsi que le respect des droits de l'Homme et la coopération internationale». «L'Algérie appuie les objectifs de cet accord, visant la lutte contre les problèmes structurels, incitant les personnes à quitter leurs pays, les impacts négatifs des changements climatiques et la dégradation de l'environnement», a précisé le ministre, ajoutant que «l'Algérie soutient, également, les objectifs visant à sauver les vies humaines, et le renforcement des mécanismes de prévention internationale contre le trafic des migrants, et l'élimination de la traite des êtres humains, ainsi que la lutte contre toutes formes de discrimination et de racisme». Concernant les autres objectifs présentés sous forme d'engagements officiels, non conformes au caractère juridique non contraignant de cet accord, la délégation algérienne estime que la version finale du texte «ne distingue pas entre les migrants légaux et illégaux, notamment en matière d'accès aux services fondamentaux et d'intégration».
M. Bedoui a indiqué dans ce sens, que «l'absence de distinction entre ces deux catégories de migrants dans un contexte international, n'est pas appropriée, puisque cela ne contribue pas efficacement à la lutte contre la migration clandestine», soulignant que «si l'Algérie s'engage à aider les migrants quelle que soit leur situation, elle considère cela comme une solidarité dictée par des considérations humanitaires, et qui ne doit pas être adaptée comme étant un engagement officiel, qui pourrait devenir juridiquement contraignant au fil du temps». «L'Algérie est aujourd'hui parmi les pays les plus exposés au phénomène de la migration clandestine, mais cette réalité difficile et complexe pourrait s'aggraver à l'avenir, si des mesures nécessaires ne seront pas prises afin de lutter contre les causes de ce phénomène», a-t-il ajouté, avant d'indiquer que la teneur de cet accord «ne prévoit pas suffisamment de mesures concrètes, en matière de prévention et de gestion des conflits armés, de crises politiques, de la famine et de la sécheresse», ajoutant qu'«il est inutile de lutter contre les effets de la migration clandestine sans éliminer ses véritables causes».
Par ailleurs, M. Bedoui a réaffirmé que l'Algérie, «soutenant le principe du respect de la souveraineté des Etats, et le caractère juridiquement non contraignant de cet accord, elle estime, en revanche, que le mécanisme de sa mise en œuvre et son suivi doit être de manière volontaire et progressive, et préalablement approuvé par les Etats, en prenant compte la réalité de la migration dans chaque pays, ainsi que leurs capacités et moyens, tout en excluant toute forme d'exploitation du dossier de la migration pour s'ingérer dans les affaires internes des Etats», a affirmé M. Bedoui.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.