L'ancien chef du protocole à la Présidence, Mokhtar Reguieg placé en détention provisoire    Inauguration d'une nouvelle station de compression et de réinjection de gaz à Hassi Massaoud    Les réserves hydriques "suffisantes" pour satisfaire les besoins des citoyens en 2020    La chaîne El Hayat estée en justice pour diffamation    TRIBUNAL SIDI M'HAMED : Le procès de Karim Tabbou fixé pour le 04 mars    ANNIVERSAIRE DE LA NATIONALISATION DES HYDROCARBURES : Le Président réitère son engagement pour une République forte    Nomination d'un nouveau DG à la tête de la Douane    RENTREE PROFESSIONNELLE : Lancement de quatre nouvelles spécialités    TRAFIC DE PSYCHOTROPES : Saisie de plus 162 000 comprimés à Alger    CONGESTION ROUTIERE A ALGER : Plus de 100 points noirs recensés    Apac: le renouveau du cinéma algérien passe par la libération de l'expression artistique    Belhimer: le plan d'action du Gouvernement repose sur divers ateliers englobant différents secteurs    Des détenus d'opinion quittent la prison, d'autres condamnés à des amendes    Real : Hazard face à un choix compliqué    Pourquoi un Parlement en Iran ?    Enfin le derby de la capitale !    Farès rejoue six mois plus tard    Zelfani : "J'ai surtout aimé l'état d'esprit des joueurs"    Du monde unipolaire à l'avènement d'un nouveau monde multipolaire (2e partie)    Fraude et irrégularités à la présidentielle au Togo    Libye : Haftar avance ses pions dans l'ouest amazigh    Bernie Sanders favori pour affronter Donald Trump    Hasna El Becharia en concert à Alger    ...Sortir ...Sortir ...Sortir ...    «Un solfège thématique»    Participation du film Synapse au Festival de Louxor    L'ANFC interpelle le chef de l'Etat et le ministre de la Justice    Tibane rend hommage à Rachid Talbi    Un représentant du FMI souligne une "vraie volonté de changement" de la situation économique    Afrique de l'Ouest : Les organisations terroristes «coordonnent» leurs opérations    Boxe/Tournoi pré-olympique (4e j): Abdelli en quarts de finale    Le coronavirus menance les prochains matchs de l'Inter Milan    MO Béjaïa : Les Crabes toujours menacés    Enamarbre de Skikda : Les travailleurs exigent le départ du Directeur    La révision de la Constitution intervient pour satisfaire les revendications du Hirak    Coronavirus : Onze villes en quarantaine en Italie    Journée nationale du patrimoine : La Casbah célébrée sous le signe du deuil    Du lundi au jeudi : Perturbations dans l'alimentation en eau potable    Constantine : 12 blessés dans un accident de la route près de l'aéroport    La réforme de l'administration au pas de charge ?    Handball - O. Maghnia: Les frontaliers qualifiés au play-off    Ooredoo confirme l'expulsion du PDG de sa filiale algérienne    Ras El Aïn: Des terrains désaffectés transformés en décharges de déchets inertes    Grève des PNC: Des poursuites disciplinaires contre 200 travailleurs d'Air Algérie    Benfreha: 1.000 bouteilles de boissons alcoolisées saisies    Tebboune préside un Conseil des ministres    Il a atteint 1,9 % en janvier    Une loi sur les religions ravive les tensions du passé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Après l'annonce de la candidature de Bouteflika.. L'opposition dans le désarroi
Publié dans Le Temps d'Algérie le 11 - 02 - 2019

L'autre candidat, à savoir Ali Ghediri, n'a pas réagi à la candidature de Bouteflika. Mais il a, à plusieurs reprises, affirmé qu'il était partant pour gagner…
L'annonce officielle de la candidature du chef de l'Etat, Abdelaziz Bouteflika, à l'élection présidentielle du 18 avril prochain, a jeté le désarroi chez plusieurs partis de l'opposition.
Si le FFS et le RCD ont décidé de boycotter le scrutin sans attendre la décision de Bouteflika, estimant que l'élection ne pourra pas apporter de réponses à la crise algérienne, les autres partis qui ont engagé des candidats ont été floués par cette candidature.
C'est le cas notamment d'Ali Benflis, président de Talaie El Hourriyet, et de Abderrazak Makri, président du MSP. Il est fort probable que ces deux candidats se retireront de la course avant le dépôt de leur dossier devant le Conseil constitutionnel. En effet, Abderrazak Makri, qui a manœuvré pour le report de l'élection, a affirmé, à plusieurs reprises, qu'en cas de candidature du chef de l'Etat pour un cinquième mandat, son parti ne participerait pas au scrutin. Nos tentatives de joindre les responsables de ce parti islamiste hier n'ont pas abouti. Makri va-t-il se retirer de la course, lui qui affirmait il y a quelques jours qu'il était le candidat du consensus de tous les Algériens ? Quant à Ali Benflis, son retrait est quasi acquis. Pour gagner du temps, il a annoncé son intention de se porter candidat et a retiré les formulaires de souscription. Mais il a précisé que sa candidature n'était pas définitive et qu'elle devait être avalisée par le comité central de son parti dont la date de la tenue n'a pas encore été fixée. L'ancien chef du gouvernement, deux fois candidat malheureux en 2004 et 2014, ne voulait, en fait, pas prendre une décision finale avant de connaître l'intention du chef de l'Etat. Mais dans une réaction à l'annonce de la candidature de Bouteflika à un cinquième mandat, il a qualifié cette annonce de «décision irresponsable, susceptible d'enfoncer davantage notre pays dans la crise politique, économique et sociale qui le ronge». «Nous sommes en présence d'un nouveau détournement annoncé de la volonté populaire, d'une violation caractérisée de la Constitution avec un candidat dans l'incapacité d'exercer la fonction présidentielle», a dénoncé sa formation dans son communiqué. Le parti de Benflis a accusé le pouvoir de «placer l'impératif de sa pérennité sur les intérêts supérieurs du pays, prenant le risque de mettre en péril la paix sociale, la stabilité du pays et la cohésion nationale». «Le 5e mandat signifie l'immobilisme et la stagnation. Le pays continuera à être géré par des forces extra- constitutionnelles qui continueront à usurper la fonction et les prérogatives présidentielles et parler et agir au nom du Président», a-t-il poursuivi, ajoutant que «par cette décision qui touche à la dignité citoyenne, le pouvoir politique en place engage sa responsabilité pleine et entière quant au danger auquel il expose le pays». L'autre candidat qui croit en ses chances de devenir Président, à savoir Ali Ghediri, n'a pas réagi à la candidature de Bouteflika. Mais il a, à plusieurs reprises, affirmé qu'il était partant pour gagner, abstraction faite de la candidature de Bouteflika. «Je n'envisage pas la défaite», a-t-il affirmé lors d'une sortie publique. Pour le FFS, la candidature de Bouteflika est loin d'être une surprise. «Je disais en 2006 qu'il était clair qu'ils (le pouvoir) sont tout le temps dans l'alternance clanique (…). Bouteflika, depuis qu'il a été élu en 1999, est là pour un mandat à vie», a déclaré Ali Laskri, coordinateur de l'instance présidentielle du parti sur un journal électronique. «Ce n'est plus une élection, c'est un scrutin fait d'avance ; même ceux qui vont voter vont le faire pour rien. Même les voix qui seront exprimées seront détournées. Il n'y a pas d'élection libre en Algérie, il n'y a qu'une façade faussement démocratique», a-t-il soutenu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.