Bechar: début du vote dans les zones éparses de la daïra frontalière de Béni-Ounif    Le terroriste Mustapha Derrar arrêté à Tlemcen    La constitution 2020 est la priorité du régime    Zeghmati "corrige" Sidi-Ali Khaldi ?    Sans relief    Des ateliers sur la cybercriminalité en Algérie et en Tunisie    "Cette Constitution doit passer"    Nouvelle ruée sur la semoule    Sahara occidental: l'ONU appelée à mettre fin à l'occupation marocaine    L'Azerbaïdjan accuse l'Arménie d'avoir tué 19 civils    L'ONU appelle les Libyens à tenir leurs engagements    L'UA inquiète de l'afflux des terroristes étrangers en Afrique    Sonelgaz sponsorise l'équipe de handball IR Boufarik    Les joueurs recrutés pas encore enregistrés    "Le Mouloudia est victime d'un conflit d'intérêt"    Des classes de huit élèves divisées en groupes    Transportés à 7h du matin pour des cours donnés à 13h    Abdelmadjid Tebboune transféré, hier, en Allemagne    IL Y A 31 ANS, DISPARAISSAIT KATEB YACINE    Le Conseil d'Etat français sous pression    Yacine, le poète, la liberté    Les hôpitaux mobilisés à Chlef : Ouverture de nouveaux centres anti-Covid 19    Bouira : La rupture avec les anciennes pratiques n'est pas pour demain !    Le référendum sur l'amendement de la Constitution, une consécration de la volonté populaire    L'Algérie procèdera à la réalisation "progressive" de centrales électriques    La consécration du projet de révision constitutionnelle, premier jalon dans l'édification de l'Algérie nouvelle"    Jijel: raccordement au réseau du gaz naturel de 395 foyers    GICA: début d'exportation de 40.000 tonnes de clinker vers l'Etat Dominicain    LDC : Sans Ronaldo, la Juventus chute à domicile face au Barça    LDC : Man United balaye le RB Leipzig. Triplé pour Rashford    Ligue 1-MCA: "nous avons porté l'affaire de Rooney devant la Justice"    LDC : Facile victoire de Chelsea face à Krasnodar    Les mines capables de fournir plus de 30 matières premières fondamentales    Sahara occidental: le Conseil de sécurité reporte à vendredi    Conférences autour de l'Homme et de la Culture dans la pensée de Malek Bennabi    Mawlid Ennabaoui à Tlemcen: les enfants en tenues traditionnelles en force chez les photographes    Coronavirus : 320 nouveaux cas,191 guérisons et 10 décès    Assemblée générale ordinaire de la FAF : Les bilans adoptés    Toyota en leader dans l'automobile    Succès annoncé pour le colosse électrique    Les communaux protestent devant le siège de la Wilaya    Changement dans la continuité    Abou Leila et les autres    Si on cale déjà sur un dossier pareil...    Mawlid: lancement de la caravane culturelle "El Manara"    Santé du président Tebboune : «Aucune inquiétude», selon la présidence    Tlemcen: Deux ministres, des annonces et des promesses    Les produits pétroliers disponibles durant les fêtes d'El Mawlid Ennabaoui et du 1er novembre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Après l'annonce de la candidature de Bouteflika.. L'opposition dans le désarroi
Publié dans Le Temps d'Algérie le 11 - 02 - 2019

L'autre candidat, à savoir Ali Ghediri, n'a pas réagi à la candidature de Bouteflika. Mais il a, à plusieurs reprises, affirmé qu'il était partant pour gagner…
L'annonce officielle de la candidature du chef de l'Etat, Abdelaziz Bouteflika, à l'élection présidentielle du 18 avril prochain, a jeté le désarroi chez plusieurs partis de l'opposition.
Si le FFS et le RCD ont décidé de boycotter le scrutin sans attendre la décision de Bouteflika, estimant que l'élection ne pourra pas apporter de réponses à la crise algérienne, les autres partis qui ont engagé des candidats ont été floués par cette candidature.
C'est le cas notamment d'Ali Benflis, président de Talaie El Hourriyet, et de Abderrazak Makri, président du MSP. Il est fort probable que ces deux candidats se retireront de la course avant le dépôt de leur dossier devant le Conseil constitutionnel. En effet, Abderrazak Makri, qui a manœuvré pour le report de l'élection, a affirmé, à plusieurs reprises, qu'en cas de candidature du chef de l'Etat pour un cinquième mandat, son parti ne participerait pas au scrutin. Nos tentatives de joindre les responsables de ce parti islamiste hier n'ont pas abouti. Makri va-t-il se retirer de la course, lui qui affirmait il y a quelques jours qu'il était le candidat du consensus de tous les Algériens ? Quant à Ali Benflis, son retrait est quasi acquis. Pour gagner du temps, il a annoncé son intention de se porter candidat et a retiré les formulaires de souscription. Mais il a précisé que sa candidature n'était pas définitive et qu'elle devait être avalisée par le comité central de son parti dont la date de la tenue n'a pas encore été fixée. L'ancien chef du gouvernement, deux fois candidat malheureux en 2004 et 2014, ne voulait, en fait, pas prendre une décision finale avant de connaître l'intention du chef de l'Etat. Mais dans une réaction à l'annonce de la candidature de Bouteflika à un cinquième mandat, il a qualifié cette annonce de «décision irresponsable, susceptible d'enfoncer davantage notre pays dans la crise politique, économique et sociale qui le ronge». «Nous sommes en présence d'un nouveau détournement annoncé de la volonté populaire, d'une violation caractérisée de la Constitution avec un candidat dans l'incapacité d'exercer la fonction présidentielle», a dénoncé sa formation dans son communiqué. Le parti de Benflis a accusé le pouvoir de «placer l'impératif de sa pérennité sur les intérêts supérieurs du pays, prenant le risque de mettre en péril la paix sociale, la stabilité du pays et la cohésion nationale». «Le 5e mandat signifie l'immobilisme et la stagnation. Le pays continuera à être géré par des forces extra- constitutionnelles qui continueront à usurper la fonction et les prérogatives présidentielles et parler et agir au nom du Président», a-t-il poursuivi, ajoutant que «par cette décision qui touche à la dignité citoyenne, le pouvoir politique en place engage sa responsabilité pleine et entière quant au danger auquel il expose le pays». L'autre candidat qui croit en ses chances de devenir Président, à savoir Ali Ghediri, n'a pas réagi à la candidature de Bouteflika. Mais il a, à plusieurs reprises, affirmé qu'il était partant pour gagner, abstraction faite de la candidature de Bouteflika. «Je n'envisage pas la défaite», a-t-il affirmé lors d'une sortie publique. Pour le FFS, la candidature de Bouteflika est loin d'être une surprise. «Je disais en 2006 qu'il était clair qu'ils (le pouvoir) sont tout le temps dans l'alternance clanique (…). Bouteflika, depuis qu'il a été élu en 1999, est là pour un mandat à vie», a déclaré Ali Laskri, coordinateur de l'instance présidentielle du parti sur un journal électronique. «Ce n'est plus une élection, c'est un scrutin fait d'avance ; même ceux qui vont voter vont le faire pour rien. Même les voix qui seront exprimées seront détournées. Il n'y a pas d'élection libre en Algérie, il n'y a qu'une façade faussement démocratique», a-t-il soutenu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.