Dans un message à l'occasion du 19 mars.. Bouteflika maintient le cap    Gaid Salah : «A chaque problème existe une solution, voire plusieurs»    Invitant la classe politique à faire des concessions.. Ouyahia se range du côté du peuple !    Prévue avril prochain.. La réunion de l'Opep pourrait être annulée    Chlef.. L'abattage clandestin de volailles prend de l'ampleur    Les champs Elysées seraient interdits aux «gilets jaunes»    Action sociale pendant le ramadhan à Sidi Bel-Abbés.. Plus de 31 milliards de centimes dégagés    Djelfa et Khenchela.. Contrebande de boissons alcoolisées    Belmadi cherche les remplaçants de Chita et de Benzia.. Le milieu, un chantier ouvert    Volley-Championnat d'Afrique (dames).. Bonne entame du GS Pétroliers    MINISTERE DE LA DEFENSE : Ahmed Gaïd Salah en visite de travail à la 3e Région Militaire    PREMIERE SESSION DE L'APW : Le dossier des affaires sociales en débat    POUR DETOURNEMENT DE DENIERS PUBLICS A L'ADE BOUHADJAR : Arrestation de trois fonctionnaires à El Tarf    NOUVEAU GOUVERNEMENT : Le CNES refuse de participer aux consultations    Une AG extraordinaire pour baliser le terrain à l'Hyproc    Un staff technique collégial pour terminer la saison    La Mekerra en quête de 18 points pour éviter le purgatoire    «Il faut faire confiance aux jeunes»    Marches et rassemblements des blouses blanches mardi    Vers la classification de 7 sites et monuments à Mila    ACTUCULT    Dire la vérité contre le mensonge    La crise actuelle en Algérie    Banque d'Algérie: Le taux des réserves obligatoires des banques passe de 8 à 12%    Augmentation des salaires des policiers: La DGSN dément et menace    El-Bayadh: Les trois derniers martyrs du 19 mars 1962    Formation du nouveau gouvernement    Le FNA, le PT et le Mouvement El Islah se prononcent    Abderrahmane Mebtoul appelle à privilégier les intérêts supérieurs de l'Algérie    Les fidèles tués dans les mosquées de Christchurch étaient âgés de trois à 77 ans    Ligue des champions (6e et dernière journée)    Le bleu de la mer à Cap-Djinet    Suivi permanent des projets publics    Le MC Oued Tlelat à trois points du rêve    Le football national doit faire dans l'optimisme    Initiatrice du projet «Past Forward Architecture»    Cinq conventions signées entre la BASTP et des PME    Un prix pour les auteurs édités en Afrique    Importance des études historiques sur les sciences et autres spécialités    Les journalistes et correspondants de Tizi Ouzou observent un sit-in    Sahara occidental: Les accords UE-Maroc violent la jurisprudence de la CJUE    La France a-t-elle "perdu" l'Afrique de l'Est au profit de la Chine?    Canada Et si la corruption au Québec était la face cachée de la crise que traverse Trudeau ?    Tarik Chenafa, un miraculé algérien    Exhumation d'un charnier de Yézidis victimes de l'EI    Bourses L'Europe salue les nouvelles sur le front du commerce et du Brexit    Casino : Le groupe livre des prévisions à trois ans fraîchement accueillies    "La douleur de voir souffrir le peuple syrien se ressent dans ma musique"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Madame l'Afrique d'Eugène Ebodé.. Bon père mais volage
Publié dans Le Temps d'Algérie le 15 - 02 - 2019

Sans savoir peut-être que les habitants d'Alger désignent la cathédrale Notre-Dame d'Afrique par Madame l'Afrique, l'écrivain camerounais Eugène Ebodé a titré ainsi son ouvrage qu'il a édité aux Editions Apic, même si son histoire n'a aucun lien avec ce lieu religieux et touristique.
Madame l'Afrique d'Eugène Ebodé paru aux éditions Apic est un récit truculent, cocasse mais aussi tendre, triste et dramatique à la fois. C'est l'histoire de Stéphane, médecin, métis parisien qui se remémore son enfance douloureuse et déchirante malgré des embellies. Il fait un bond dans sa mémoire pour narrer les turpitudes et frasques de son père, de ses souvenances heureuses et de ses réminiscences tristes. Il tente de faire un portrait haut en couleur de ce paternel fort libertaire qui a délaissé son épouse africaine et ses enfants pour une femme blanche, blonde, qui a comme passion l'Afrique et ses légendes. Tout au fil du récit, l'enfant se rappelle ses souvenirs de vacances, le divorce de ses parents, leurs disputes et leurs vacances et les moments heureux chez les grands-parents.
Rivalité
Sans l'ombre de cette rivale, Stéphane comme sa sœur et son frère assistent impuissants à ce coup du sort qui les laisse orphelins de père. Ce père, écrivain aux idées libertines qui aime éperdument les femmes a marqué leur enfance de ses multiples absences. Tapis dans leurs chambres, ils entendent parler de cette Africaine qui a séduit leur père. C'est par hasard qu'ils comprennent qu'elle est des Cévennes, une région de France rude, à l'image de cette femme qui n'accepte aucun écart de la part de cet homme et qui finit par le quitter. D'une écriture alerte, pleine de vigueur et d'intensité, l'auteur, par le biais de sa mémoire, remet en lumière ce père si aimé et adulé qui était un personnage pittoresque et hors du commun. Eugène Ebodé dit toute la démesure de ces situations parfois cocasses et souvent insoutenables où enfants, impuissants, ses personnages assistent à une véritable tragédie familiale.
Espoir
S'accommodant de ses absences et de ses frasques, ils font abstraction de son penchant pour les femmes. L'auteur appréhende un thème d'une grande acuité avec un regard badin et mordant tout en se gaussant de son héros central. Loin de tomber dans le drame, cette narration donne des fous rires mais aussi renvoie à l'irresponsabilité des parents, à l'adultère et au divorce, sujets qui font partie des choses de la vie. Dans certains chapitres, l'écrivain fait une incursion dans l'univers des pieds-noirs et leur nostalgie d'une Algérie taillée selon leurs désirs. Cet ouvrage Madame l'Afrique, bien documenté, avec le souci du détail, ne lasse pas, bien au contraire, il apporte une note de fraîcheur et d'espoir dans cet univers tragique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.