Dialogue national: la balle est dans le camp du pouvoir    Crise politique : Des initiatives mais point de solutions !    APC de Bousfer: Le vice-président et deux élus entendus par la gendarmerie    Tlemcen: Le LGV se rapproche de Maghnia à petite vitesse    Aéroport «Mohamed Boudiaf»: Atterrissage d'urgence d'un ATR d'Air Algérie    Football à l'Ouest: L'ASMO, l'USMBA, le RCR et le MCS dans la tourmente    Un homme découvert mort au marché de gros d'El Kerma    Cyber-escroquerie, une arrestation    Villes nouvelles et pôles urbains: Le gouvernement dans l'urgence    Méditation sur un nuage    Cameroun: Libération d'une partie des opposants, un pas vers le dialogue politique ?    Bourses : Séance inaugurale folle pour le Star chinois    Compétitions africaines interclubs 2019-2020 : Les clubs algériens fixés sur leurs adversaires    Mercato : Petit tacle de Rummenigge à Gardiola pour Sané    Chlef : Plus de 700 enfants sensibilisés à l'économie de l'eau    L'économiste Kamel Rezzigue a la radio : "Il faut accélérer le processus politique pour le salut de l'économie nationale délicatement fragilisée par ...    Avions de combat : Thales plaide pour une alliance en Europe    Etablissements publics de santé: Vers "l'obligation" de l'activité de jumelage    Nouveaux bacheliers : Début des préinscriptions et inscriptions    Jeune sahraouie tuée: Plusieurs ONG condamnent la répression marocaine brutale dans les territoires sahraouis occupées    Le gouvernement au chevet des nouvelles villes    Air Algérie a rapatrié tous les supporters    Une "réponse forte à la bande"    Nouveau mandat de dépôt contre Amar Ghoul    Zidane félicite l'Algérie après son sacre africain    Saisie de plus de 4,6 quintaux de drogue    L'anglais évince le français    Le sélectionneur annonce sa démission    AUTOMOBILE : Les premières voitures Peugeot dès janvier 2020    GAID SALAH : ‘'Le peuple a envoyé une réponse forte à la bande''    L'Union arabe félicite l'Algérie    La fanfare de la Protection civile égaye les annabis    Affaire Tahkout : Le wali d'El Bayadh Mohamed Khenfar auditionné à la Cour suprême    ACTUCULT    Le Forum France-Algérie se joint à l'appel du mouvement associatif    Essebsi refuse de ratifier la nouvelle loi électorale    Rassemblement de soutien aux détenus d'opinion    La majorité des Français trouve le phénomène "normal"    La FAF empoche un chèque de 4,5 millions de dollars    Une chaîne de télé franco-algérienne sera lancée en 2020    Jack Lang : "Nous sommes tous un peu algériens"    L'Ukrainienne Juicy M en guest star au Blackout Festival    De la conquête par Tarik Ibn Ziad aux principautés    Vers la réhabilitation du vieux lycée technique    Aïd El Adha: Fixation de points de vente de bétail contrôlés à travers le pays    Les exigences de "l'Alternative démocratique"    Des centaines de fans coincés au Caire    Le blocage du pétrolier algérien a duré 1h15mn    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Madame l'Afrique d'Eugène Ebodé.. Bon père mais volage
Publié dans Le Temps d'Algérie le 15 - 02 - 2019

Sans savoir peut-être que les habitants d'Alger désignent la cathédrale Notre-Dame d'Afrique par Madame l'Afrique, l'écrivain camerounais Eugène Ebodé a titré ainsi son ouvrage qu'il a édité aux Editions Apic, même si son histoire n'a aucun lien avec ce lieu religieux et touristique.
Madame l'Afrique d'Eugène Ebodé paru aux éditions Apic est un récit truculent, cocasse mais aussi tendre, triste et dramatique à la fois. C'est l'histoire de Stéphane, médecin, métis parisien qui se remémore son enfance douloureuse et déchirante malgré des embellies. Il fait un bond dans sa mémoire pour narrer les turpitudes et frasques de son père, de ses souvenances heureuses et de ses réminiscences tristes. Il tente de faire un portrait haut en couleur de ce paternel fort libertaire qui a délaissé son épouse africaine et ses enfants pour une femme blanche, blonde, qui a comme passion l'Afrique et ses légendes. Tout au fil du récit, l'enfant se rappelle ses souvenirs de vacances, le divorce de ses parents, leurs disputes et leurs vacances et les moments heureux chez les grands-parents.
Rivalité
Sans l'ombre de cette rivale, Stéphane comme sa sœur et son frère assistent impuissants à ce coup du sort qui les laisse orphelins de père. Ce père, écrivain aux idées libertines qui aime éperdument les femmes a marqué leur enfance de ses multiples absences. Tapis dans leurs chambres, ils entendent parler de cette Africaine qui a séduit leur père. C'est par hasard qu'ils comprennent qu'elle est des Cévennes, une région de France rude, à l'image de cette femme qui n'accepte aucun écart de la part de cet homme et qui finit par le quitter. D'une écriture alerte, pleine de vigueur et d'intensité, l'auteur, par le biais de sa mémoire, remet en lumière ce père si aimé et adulé qui était un personnage pittoresque et hors du commun. Eugène Ebodé dit toute la démesure de ces situations parfois cocasses et souvent insoutenables où enfants, impuissants, ses personnages assistent à une véritable tragédie familiale.
Espoir
S'accommodant de ses absences et de ses frasques, ils font abstraction de son penchant pour les femmes. L'auteur appréhende un thème d'une grande acuité avec un regard badin et mordant tout en se gaussant de son héros central. Loin de tomber dans le drame, cette narration donne des fous rires mais aussi renvoie à l'irresponsabilité des parents, à l'adultère et au divorce, sujets qui font partie des choses de la vie. Dans certains chapitres, l'écrivain fait une incursion dans l'univers des pieds-noirs et leur nostalgie d'une Algérie taillée selon leurs désirs. Cet ouvrage Madame l'Afrique, bien documenté, avec le souci du détail, ne lasse pas, bien au contraire, il apporte une note de fraîcheur et d'espoir dans cet univers tragique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.