Comment faire du Bouteflika sans Bouteflika    Référendum sur la constitution en Egypte : Un plébiscite pour renforcer le pouvoir d'Al Sissi    Foyers de rougeole à Jijel : Rush sur les centres de vaccination    On vous le dit    Jijel : Des aigles retrouvés morts dans la nature    Décès de l'historienne Annie-Rey Goldzeiguer    Réconciliation historique    Musique : Amgud ula ahriq nouvel album d'Idir Akfadou    49 imams algériens accueillis par la Grande Mosquée de Paris    Football - Ligue 1: Des enjeux énormes pour tout le monde    Ligue 2: Le RCR hors course, l'ESM et l'ASMO en panique    UAFA - Incident entre Raouraoua et Bahloul: La FAF réagit et exige des excuses    Tizi Ouzou, Bouira: Imposantes marches pour le printemps berbère    Une mascarade de plus au détriment de l'intérêt national    Le choix des armes    51 morts sur les routes en une semaine    Pour réclamer leur dû auprès de l'APC d'Oran: Des entreprises privées, chargées des démolitions des habitations protestent    Plusieurs quartiers et cités ciblés par l'opération: Vers la réhabilitation des façades de 433 immeubles    Rencontre des Fédérations de wilaya, aujourd'hui, à Alger: L'UGTA à l'heure du changement    128 millions de mètres cubes: Situation rassurante des réserves en eau    RND: Des dizaines de militants demandent le départ de Ouyahia    Le quart de rôle de Bensalah    Grande-Bretagne : L'hypothèse du "no Brexit" plus probable que celle du Brexit dur    Contestation populaire : Renforcer la cohésion politique    En soutien aux revendications du Hirak populaire : Les avocats poursuivent le boycott des audiences    EDF: Des experts recommandent de réparer les soudures de l'EPR    "Le rôle de leader des Etats-Unis à l'Otan" n'est dû qu'"à la contrainte et au chantage"    Transition politique : Me Brahimi plaide pour la mise en place d'une commission souveraine    Création de zones de pêche réglementées : Pour une exploitation durable de la ressource halieutique    Bourses : L'Europe finit en légère hausse avant le week-end de Pâques    Japon : L'inflation restera sous 2% pendant encore 3 ans, selon la BoJ    CAN-2019 (préparation): Algérie - Mali le 16 juin à Abu Dhabi    FAC : L'AG élective fixée pour le 27 avril    13 présumés auteurs de crimes et délits interpellés    Légère baisse des importations    Sharp, un prototype d'un mobile pliable présenté au Japon    Ould Abbès obtient l'autorisation    Forte explosion et tirs dans le centre de Kaboul    Un 39e anniversaire particulier    Championnats d'Afrique U18 et U20 d'athlétisme.. Médaille d'or pour l'Algérien Ameur    FAC.. L'AG élective fixée au 27 avril    Célébration du mois du patrimoine à Tizi-Ouzou.. Pour la sauvegarde du patrimoine amazigh    Le président américain motive le maréchal Haftar.. Washington soutient la guerre en Libye    La semaine du titre pour le Barça ?    Papicha sur la croisette    L'opposition met l'armée devant le fait accompli    Un milliard d'euros pour Notre-Dame de Paris, combien pour les enfants du Yemen?    Exposition « L'Afrique à la mode » jusqu'au 25 juillet à Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rejoints par les magistrats.. Les avocats maintiennent la mobilisation
Publié dans Le Temps d'Algérie le 11 - 03 - 2019

Les employés de la Cour de justice d'Alger ont également tenu un sit-in, sous le slogan «Où est le premier magistrat du pays ?».
Les avocats ne lâchent pas prise. Ils maintiennent la mobilisation générale contre le cinquième mandat du chef de l'Etat, Abdelaziz Bouteflika. Hier encore, plusieurs rassemblements ont été organisés devant les cours de justice de plusieurs wilayas. A Alger, des dizaines d'avocats se sont rassemblés devant la Cour d'Alger. Munis du drapeau national et portant des pancartes sur lesquelles l'opposition au cinquième mandat est proclamée, ils ont appelé les magistrats à les rejoindre. Les employés de la Cour de justice d'Alger ont également tenu un sit-in, sous le slogan «Où est le premier magistrat du pays ?». A Béjaïa, les avocats ont été rejoints par les magistrats pour signifier leur opposition au projet de la continuité.
A Tizi-Ouzou, à Annaba et Guelma, des rassemblements d'avocats contre la continuité ont eu lieu. Ainsi, la journée d'hier a été marquée par l'adhésion des magistrats au mouvement de contestation du cinquième mandat, une première depuis le début des manifestations d'envergure contre cette option. A Béjaïa, des juges ont pris la parole publiquement, pour exprimer leur refus du cinquième mandat. «Les moudjahidine et martyrs du passé ont libéré la terre (le pays), leurs descendants doivent aujourd'hui libérer l'Humain […] ; nous n'avons d'autres objectifs, en brisant le mur du silence imposé à la justice par des prétextes illusoires, que de dire que les juges qui jugent au nom du peuple doivent se mettre de son côté», a déclaré l'un des juges présents au rassemblement.
«Les avocats sont les enfants du peuple, ils jugent en son nom, et ils demandent le respect de sa volonté», «Non à la violation de la Constitution et à l'utilisation de la justice pour des visées de pouvoir», lit-on sur des banderoles brandies par les juges. Selon Salah Dabouz, avocat et défenseur des droits de l'homme, qui a salué l'adhésion des juges au mouvement, les magistrats comptent lancer un syndicat. «Les magistrats avaient lancé un syndicat qui s'appelle Club des juges en 2016. Ses initiateurs ont été sanctionnés. On a promis aux autres membres de prendre en charge leurs préoccupations. Et à ce jour, rien n'a été fait dans ce sens.
Ces magistrats ont décidé dans le cadre de ce mouvement populaire de relancer le syndicat», a-t-il indiqué à un média électronique. Il a précisé qu'ils sont près de 1000 magistrats dans ce syndicat, et qu'ils sont en train de s'organiser pour relancer cette organisation, et apporter leur soutien au mouvement populaire comme première étape. A rappeler qu'il y a quelques jours, 1000 juges ont menacé de ne pas encadrer le scrutin du 18 avril, se révoltant contre les multiples violations de la constitution par le pouvoir. L'ancien président de la Commission nationale de promotion des droits de l'homme et avocat, Farouk Ksentini, a commenté la décision des magistrats, la qualifiant de «courageuse». «Mais la loi va les sanctionner», a-t-il précisé dans une déclaration médiatique. Pour sa part, le ministre de la Justice, Tayeb Louh, a appelé les magistrats à respecter «le devoir de réserve».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.