L'indépendance de la justice, parent pauvre du système    Abdelaziz Belaïd officiellement partant    Le clan de Djemaï ne cède pas les commandes    Des acteurs de la révolution du 22 février tentent de s'organiser    Imminent changement à la tête des médias publics    Vers l'interpellation des chefs de parti sur le "hirak"    Le pirate qui avait sillonné le ciel algérien arrêté    Plus de 2,6 millions de personnes ont besoin d'une aide alimentaire d'urgence    Vers la fermeture de l'usine Renault    La FAF reçoit l'ambassadeur d'Argentine    Le GSP (Dames) et le CRBBA (Messieurs) sacrés    Réforme ou manœuvre électoraliste ?    Le labyrinthe    Le wali délégué de Draâ Errich installé    Grave incendie dans une école primaire    3 remèdes au miel pour traiter naturellement la grippe    Deux foires commerciales ravagées par les flammes    Sit-in des souscripteurs AADL    Découverte d'une microplantation de cannabis    Le gouvernement français veut jouer la transparence    Karoui autorisé lors du deuxième tour    ...sortir ...sortir ...sortir ...    La prophétie de Benflis    Pour la mise en place de stratégies d'enseignement de l'art dramatique et de traduction des textes théâtraux    Les Misérables de Ladj Ly, candidat de la France pour les Oscars    Les maires de Béjaïa tournent le dos au scrutin    Béjaïa : Les manifs continuent    Procès de Louisa Hanoune : L'Alternative démocratique réclame sa «relaxe»    Indices    Téhéran met une nouvelle fois en garde contre une attaque    JS Kabylie : Le CRB et Horaya en ligne de mire    Berraf réagit aux accusations    Coupe arabe : La JS Saoura prépare Al Shabab    Sonatrach: Des contrats gaziers à long terme renouvelés dans les prochains mois    FAF - Frais d'engagement des clubs: Délai prolongé jusqu'au 31 décembre    Brexit : Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    L'Algérie à la croisée des chemins : Résoudre rapidement, par une élection présidentielle transparente, la crise politique ou la régression    Y a-t-il une vie en dehors des GAFAM? Episode I : les réseaux sociaux    Lutte contre le changement climatique: L'ONU salue les efforts de l'Algérie    Présidentielle en Tunisie … La logique arithmétique plaide pour Kaïs Saïed    Incident de Oued Rhiou: Le parquet de la République ouvre une enquête    Côte d'Ivoire : La profanation de la tombe de DJ Arafat ne restera pas impunie    Google Pixel 4 et Pixel 4 XL attendus pour la mi-octobre    Un rapport de l'IGF pointe un risque de faillite    Horreur à Oum El-Bouaghi    Le chef de la Minurso visite les camps de réfugiés sahraouis    Apple dévoile 3 nouveaux iPhones et un nouvel iPad    7e Festival du melhoun du 25 au 27 septembre à Mostaganem    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rejoints par les magistrats.. Les avocats maintiennent la mobilisation
Publié dans Le Temps d'Algérie le 11 - 03 - 2019

Les employés de la Cour de justice d'Alger ont également tenu un sit-in, sous le slogan «Où est le premier magistrat du pays ?».
Les avocats ne lâchent pas prise. Ils maintiennent la mobilisation générale contre le cinquième mandat du chef de l'Etat, Abdelaziz Bouteflika. Hier encore, plusieurs rassemblements ont été organisés devant les cours de justice de plusieurs wilayas. A Alger, des dizaines d'avocats se sont rassemblés devant la Cour d'Alger. Munis du drapeau national et portant des pancartes sur lesquelles l'opposition au cinquième mandat est proclamée, ils ont appelé les magistrats à les rejoindre. Les employés de la Cour de justice d'Alger ont également tenu un sit-in, sous le slogan «Où est le premier magistrat du pays ?». A Béjaïa, les avocats ont été rejoints par les magistrats pour signifier leur opposition au projet de la continuité.
A Tizi-Ouzou, à Annaba et Guelma, des rassemblements d'avocats contre la continuité ont eu lieu. Ainsi, la journée d'hier a été marquée par l'adhésion des magistrats au mouvement de contestation du cinquième mandat, une première depuis le début des manifestations d'envergure contre cette option. A Béjaïa, des juges ont pris la parole publiquement, pour exprimer leur refus du cinquième mandat. «Les moudjahidine et martyrs du passé ont libéré la terre (le pays), leurs descendants doivent aujourd'hui libérer l'Humain […] ; nous n'avons d'autres objectifs, en brisant le mur du silence imposé à la justice par des prétextes illusoires, que de dire que les juges qui jugent au nom du peuple doivent se mettre de son côté», a déclaré l'un des juges présents au rassemblement.
«Les avocats sont les enfants du peuple, ils jugent en son nom, et ils demandent le respect de sa volonté», «Non à la violation de la Constitution et à l'utilisation de la justice pour des visées de pouvoir», lit-on sur des banderoles brandies par les juges. Selon Salah Dabouz, avocat et défenseur des droits de l'homme, qui a salué l'adhésion des juges au mouvement, les magistrats comptent lancer un syndicat. «Les magistrats avaient lancé un syndicat qui s'appelle Club des juges en 2016. Ses initiateurs ont été sanctionnés. On a promis aux autres membres de prendre en charge leurs préoccupations. Et à ce jour, rien n'a été fait dans ce sens.
Ces magistrats ont décidé dans le cadre de ce mouvement populaire de relancer le syndicat», a-t-il indiqué à un média électronique. Il a précisé qu'ils sont près de 1000 magistrats dans ce syndicat, et qu'ils sont en train de s'organiser pour relancer cette organisation, et apporter leur soutien au mouvement populaire comme première étape. A rappeler qu'il y a quelques jours, 1000 juges ont menacé de ne pas encadrer le scrutin du 18 avril, se révoltant contre les multiples violations de la constitution par le pouvoir. L'ancien président de la Commission nationale de promotion des droits de l'homme et avocat, Farouk Ksentini, a commenté la décision des magistrats, la qualifiant de «courageuse». «Mais la loi va les sanctionner», a-t-il précisé dans une déclaration médiatique. Pour sa part, le ministre de la Justice, Tayeb Louh, a appelé les magistrats à respecter «le devoir de réserve».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.