Transport urbain: adoption de mesures préventives en prévision de la reprise de l'activité    Covid-19: plus de 6,7 millions de contaminations et près de 400.000 décès dans le monde    Retour à la compétition : Medouar préconise un dépistage massif des joueurs    Le monde vient de connaître son mois de mai le plus chaud jamais enregistré    Rassemblements citoyens à Tazmalt et Akbou    MO Béjaïa : Zahir Attia n'est pas le «bienvenu»    Hamel condamné à 12 ans de prison ferme    Reprise des activités économiques et commerciales: l'ANCA salue la décision    BLIDA RESPIRE    LE HIRAK, UN NOUVEL ETHOS ET DES VICTOIRES…    Les enfants d'El Hamri avaient annoncé la couleur : le rouge et blanc    Hussein Si Ahmed, un artiste céramiste : A la fortune du potier    D'anciens manuscrits et des bâtiments historiques en péril    Violente Amérique !    Le crime de Minneapolis    Investissement: Du nouveau pour l'octroi de terres agricoles    Sidi Bel Abbès: Assemblée de l'APW sous tension    Des températures «au-dessus de la normale» prévues cet été    Chlef: La récolte céréalière en baisse    Coronavirus Covid-19 : une maladie sans visage, un visage sans maladie !    Présidents des clubs de l'Ouest: La réunion reportée à une date ultérieure    OM Arzew: L'affaire des dettes devant la justice    Espagne: La demande insolite du FC Barcelone    LA NECESSAIRE LECTURE APPROFONDIE    Le ou la COVID ?    Un "dangereux" terroriste capturé à Aïn Témouchent    Le Brent continue sa progression    Le Consul général de France à Alger s'exprime    La mineuse de la tomate fait des ravages    Les conseils de classe convoqués ce lundi    Hommage au personnel médical de l'hôpital d'El-Amria    Ghannouchi fragilisé    L'ONU crée une mission d'appui à la transition    1 300 civils tués et plus d'un demi-million de déplacés en 8 mois    Les factures Sonelgaz salées à Jijel    Sit-in de souscripteurs devant le siège de l'AADL    "La fin du système Bouteflika" passée à la loupe    L'Algérie représentée par la poétesse Nina Lys Affane    Lancement de spectacles virtuels pour enfants    Lenarcic : L'UE toujours engagée à soutenir les réfugiés sahraouis    Le référendum sur la révision constitutionnelle en Octobre    "Heureusement que nous avons gagné le procès de Malo"    L'épreuve    L'infrangible lien…    LUTTE CONTRE LE TERRORISME : Un "dangereux" terroriste capturé à Aïn Témouchent    Libye: les pro-GNA ont pris le dernier fief de Haftar dans l'Ouest    Affaire de détournement de foncier agricole :12 ans de prison ferme à l'encontre de Hamel    Relation post-Brexit: les "progrès restent limités" dans les négociations avec l'UE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un gouvernement de technocrates dans une semaine, main tendue à l'opposition et appel au dialogue.. Bedoui tente de séduire…
Publié dans Le Temps d'Algérie le 16 - 03 - 2019

Noureddine Bedoui, pour sa première sortie médiatique au moment où les manifestations populaires contre le prolongement du mandat d'Abdelaziz Bouteflika et pour le départ du système se poursuivent, n'a pas convaincu.
Sans donner le moindre nom ni la moindre indication sur les futurs membres du gouvernement qu'il est chargé de former, le Premier ministre, fraîchement nommé par le président de la République, promet qu'il sera composé de technocrates. Noureddine Bedoui, pour sa première sortie médiatique au moment où les manifestations populaires contre le prolongement du mandat d'Abdelaziz Bouteflika et pour le départ du système se poursuivent, n'a pas convaincu. «Pour ce qui est du gouvernement, nous sommes en phase de concertation, et le prochain Exécutif sera composé de technocrates, représentatifs de toutes les forces et compétences nationales à même d'être à la hauteur des aspirations du peuple algérien», a déclaré jeudi, Noureddine Bedoui, lors d'une conférence de presse animée conjointement au CIC avec le vice-Premier ministre, ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra. Le Premier ministre a expliqué que le gouvernement qu'il cherche à former sera «ouvert à tout le monde» et à «toutes les énergies, notamment aux jeunes», souhaitant qu'«il y aura la contribution de tous les courants politiques pour être à la hauteur de la période de transition à venir.»
Cette période, a ajouté Bedoui, «sera courte et ne dépassera pas une année.» Une fois l'Exécutif formé, annoncé «au plus tard la semaine prochaine», il sera appelé à «réunir les moyens pour permettre le bon fonctionnement des différents services et institutions du pays» et aura pour première mission de «préparer et de mettre en place les mécanismes de la Conférence nationale indépendante et inclusive de consensus.» Cette conférence «interviendra juste après la formation du gouvernement», promet le successeur d'Ahmed Ouyahia.
Main tendue à l'opposition
Mais comment convaincre l'opposition qui a déjà rejeté dans sa globalité la feuille de route proposée par Bouteflika aux Algériens lorsqu'il a annulé l'élection présidentielle ? À cette question, le Premier ministre fraîchement désigné n'a rien trouvé à part de tendre la main. «Nous lançons un appel à tous les partenaires politiques, notamment ceux qui sont dans l'opposition, au dialogue, et à nous écouter les uns les autres afin de pouvoir dépasser la conjoncture difficile que traverse notre pays», a déclaré Bedoui pour qui ce sont «ces vertus du dialogue qui nous aideraient à dépasser cette conjoncture difficile». Jouant sur le sentiment de patriotisme, il dira que l'Algérie demeure «au-dessus de tous et que les défis à relever dans l'immédiat sont plus grands et plus importants, contrairement à ce que prétendent certaines parties qui font croire qu'elles peuvent à elles seules les relever.» Sur la même problématique, le vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, a plaidé pour «davantage d'efforts et de persévérance» pour convaincre l'opposition quant à l'importance du dialogue, soulignant que «l'Algérie nous interpelle tous pour resserrer les rangs et élaborer une vision prospective commune en vue de construire ensemble l'avenir auquel aspire le peuple algérien».
«L'Algérie au-dessus de tous»
N'ayant pas convaincu, Noureddine Bedoui, relancé par les journalistes à propos du mouvement populaire qui se poursuit malgré les annonces du chef de l'Etat, dira qu'en prévision de la Conférence inclusive, «les portes du dialogue sont ouvertes à tout le monde, sans exception et sans exclusion». Et d'inviter les Algériens «qui croient en leur nation et ses institutions, et conscients de la valeur de la paix et la stabilité, à travailler la main dans la main pour l'unique but de faire de l'Algérie un pays fort, stable, et aller de l'avant vers un avenir meilleur consacrant l'Etat de droit.»
D'ailleurs, le concernant a dit n'avoir «aucun problème» qu'il y ait désormais le poste de vice-Premier ministre. «Ce qui m'importe, c'est que les membres du prochain gouvernement travailleront en harmonie pour relever les défis de cette période sensible que vit le pays et répondre aux attentes du peuple algérien exprimées lors des dernières manifestations», a-t-il soutenu. Quoi qu'il en soit, le Premier ministre a tenté, lors de ce premier test devant les médias, de convaincre et de vendre de la plus belle manière le plan de Bouteflika en réponse aux manifestations déclenchées depuis le 22 février. Sa sortie n'a pourtant pas été à la hauteur, de l'avis de tous les observateurs de la scène politique. Difficile, trop difficile, la mission de Bedoui…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.