Real Madrid: le constat sans appel de Casemiro    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce jeudi    Marche populaire et grève générale hier à Seddouk    "Le retour à la planche à billets sera inévitable"    L'université se lance dans la lutte contre la corruption    Bilan des indemnisations des incendies des récoltes et des dégats causés par les intempéries    «Yetnahaw gaâ !» à la tunisienne    Redéploiement industriel de Gruau    Le risque d'un Brexit sans accord reste "très réel"    Sanchez demande aux électeurs "une majorité confortable"    Tliba met au défi ses collègues à l'APN    Moussa Benhamadi placé sous mandat de dépôt    DNCG : le nouveau gendarme du football algérien    Un tour puis s'en va pour le CSC    Le logo et la mascotte de la 19e édition dévoilés    La JSK pas encore sûre de recevoir à Tizi Ouzou    L'affaire Chenihi resurgit    Man City : Mahrez en Ligue des Champions, c'est du costaud !    Trois morts et cinq disparus parmi les harragas    Saisie de 16 128 comprimés de psychotropes au poste-frontière de Heddada    .sortir ...sortir ...sortir ...    Séminaire international sur la traduction, le théâtre et l'identité    Grand hommage aux victimes du 14 juillet 1953 à Paris    Participation de 15 pays    Dieu dans l'imaginaire de l'islam politique    Confessions de Tayeb Abdelli    L'Algérie parmi les quatre derniers    Alger fermée aux manifestants    Algérie : Le pacte de souveraineté    Mohamed Charfi se veut rassurant quant à la «sincérité» du scrutin    LA BEA appelée à la rescousse    Béchar : La surcharge des classes est un épineux problème    G5 Sahel : Les financements se font toujours attendre    Menace écologique sur le barrage de Taksebt    Incendies de forêt… acte prémédité ou phénomène saisonnier ? Démêler le vrai du faux    Béchar: Il perd la vie après avoir sauvé ses deux enfants de la noyade    Skikda: 10 ans de prison pour trafic de psychotropes    Alger: Rassemblement de solidarité avec les détenus    Inondations: La protection civile sensibilise    17e édition du Festival national d'astronomie populaire: «Sous un seul ciel» du 3 au 5 octobre    Tunisie: La fin d'une époque politique ?    Riyad ripostera-t-il aux attaques contre ses installations pétrolières?    Bourses: Les places mondiales prudentes en attendant la Fed    "Hélicoptère Draghi": La BCE ressort la sulfateuse à liquidités    LG: Technologie 8K au service des téléviseurs OLED & NANOCELL    Une nouvelle amnistie générale décretée    Une cache d'armes et de munitions découverte à Tamanrasset    Parution. L'Encyclopédie algérienne (édition 2019) : Un coffret fort intéressant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Benflis à propos de la dernière lettre de Bouteflika.. «Un mépris insondable à l'égard du peuple»
Publié dans Le Temps d'Algérie le 19 - 03 - 2019

Le président de Talai El Houriyet, Ali Benflis, a rejeté le message du chef de l'Etat à l'occasion de la fête de la victoire. Dans un communiqué rendu public hier, l'ancien chef du gouvernement estime que cette lettre est l'expression d'un «mépris insondable» à l'égard du peuple algérien. «Lorsque le moment viendra pour l'histoire de porter son jugement sur la crise de régime actuelle, la lettre du 18 Mars 2019 tiendra une place à part. Cette place à part, elle la devra, tout à la fois, au mépris insondable dont elle témoigne à l'égard du peuple algérien, et aux périls grandissants qu'elle continue à entretenir, s'agissant de la stabilité du pays et de la préservation de l'Etat national», a-t-il souligné. Pour M. Benflis, «aux yeux du peuple algérien, la lettre du 3 Mars a été ressentie comme une provocation. Celle du 11 Mars a représenté un défi ; la lettre du 18 Mars quant à elle, va au-delà des limites de la provocation et du défi». «Après avoir foulé aux pieds la Constitution et les lois, et fait subir à toutes les institutions républicaines le même outrage, voilà que le régime politique en place et les forces extra-constitutionnelles qui l'ont pris en otage osent faire front face à plus fort qu'eux, le peuple algérien, dont ils veulent soumettre la souveraineté au même traitement outrageant», a-t-il encore dénoncé. Ali Benflis a accusé ces forces extra-constitutionnelles de vouloir mettre en œuvre une prétendue feuille de route dont personne ne veut, et à laquelle personne ne croit, et ce malgré le rejet franc et massif du peuple.
«Ce peuple souverain et source de tout pouvoir a rejeté haut et fort, au fond comme dans la forme, le Message à la Nation du 11 Mars 2019. Il a résolument considéré comme nul et non avenu le marchandage pathétique d'une extension à durée indéterminée du quatrième mandat présidentiel, en échange d'une conférence nationale et d'une nouvelle Constitution qui seraient les accoucheuses d'une nouvelle République et d'un nouveau régime politique», a-t-il poursuivi. Pour lui, dans cette Algérie de demain qui se construit sous les yeux de tous, le régime politique en place et ses alliances douteuses n'ont plus leur place. Ali Benflis, qui a multiplié les déclarations publiques, a mis en garde avant-hier, contre l'internationalisation de la crise algérienne, dans le sillage des visites du ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, à l'étranger.
«Il est manifeste que ce régime a été alarmé par les déclarations de certains partenaires étrangers sur le droit du peuple algérien à manifester pacifiquement, et l'élan de sympathie manifesté par l'opinion publique internationale, notamment occidentale, à l'égard du mouvement de contestation pacifique dans notre pays», a-t-il déclaré, accusant le pouvoir politique en place de s'être engagé dans une campagne auprès des partenaires étrangers pour plaider sa propre cause, promouvoir la feuille de route du Président de la République, déclarée nulle et non avenue par le peuple algérien, et solliciter la compréhension des uns, particulièrement les Occidentaux, plus sensibles aux pressions de leur opinion publique, et le soutien des autres, notamment la Russie et la Chine. Pour Ali Benflis, «l'internationalisation de la crise se traduira nécessairement par l'ouverture de notre pays aux luttes d'influence entre puissances étrangères, dont on sait l'effet ravageur sur les pays qui les subissent». Il soutient que la solution de l'impasse politique actuelle est entre les mains des Algériens, et doit le rester. «Le peuple algérien est résolument contre toute forme d'ingérence étrangère dans les affaires internes de notre pays. Il a crié haut et fort le rejet qu'il leur oppose dès les premières marches. Il ne tolèrera pas l'ingérence étrangère d'où qu'elle vienne, et en aucune circonstance», a-t-il affirmé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.