DEPASSEMENTS DANS LA SOUSCRIPTION DES SIGNATURES : Les coordinateurs des Délégations instruits d'enquêter    SIDI BEL ABBES : Un mort et 7 blessés dans une collision    Une douzaine d'églises fermées à Tizi Ouzou    Zetchi : «Il y aura un France-Algérie dans un futur proche»    Foot/Algérie - Colombie : les Verts séduisent avant les choses sérieuses en novembre    Convention entre le ministère de l'Agriculture et celui de l'Enseignement professionnels    Le Conseil de sécurité se réunit aujourd'hui    "La véritable révolution qui reste encore à faire est économique"    Le RAV4 se métamorphose    La nouvelle Golf 8 se précise    Saïd Boudour sous mandat de dépôt    Bouregâa : "Je refuse ma libération sans celle des autres détenus"    L'affaire MCA-USMA divise le BF    Mellal : "La JSK va se ressaisir"    Les Verts à la croisée des chemins !    Petite défaite face aux Pharaons    Un nul sépare les deux Corées, le choc historique    Gaïd Salah maintient le cap du 12 décembre    La rue gronde toujours    Les syndicats en renfort à Béjaïa    4 aliments à mettre dans votre assiette    Masque de gingembre pour accélérer la pousse des cheveux    L'espagnol Cepsa se retire de Medgaz    11e Fcims: La Suède, la Russie et le Japon sur la scène de l'Opéra d'Alger    La Canadienne Margaret Atwood et l'Anglo-Nigériane Bernardine Evaristo lauréates du Booker Prize    Joker va-t-il battre Batman ?    ...Sortir... Sortir ...Sortir    Micro-crédit : 67 % des bénéficiaires âgés de moins de 40 ans    Dahmoun souligne la nécessité de la politique de prospective dans les secteurs vitaux    Alors que 435 cas de méningite ont été diagnostiqués à l'est : Les services sanitaires rassurent    Quadruple crime à Sidi Lahcen (Sidi Bel Abbès) : Le présumé meurtrier se suicide    Des logements alimentés en énergie solaire    S'adressant aux tenants du pouvoir: Des personnalités appellent à «satisfaire les revendications du Hirak»    34ème marche du mardi: Les étudiants toujours au rendez-vous    Université Sétif 2 : L'écrivain Mouna Srifak décroche le prix Katara Prize for Arabic Novel    Bordj-Bou-Arreridj (Irrigation): Une filiale du group IMETAL lance ses produits innovants    RUSSIE-ARABIE SAOUDITE: La Russie et l'Arabie Saoudite scellent leur rapprochement    L'OMC laisse Trump taxer les produits européens    Euro-2020: L'Angleterre demande une "enquête urgente" sur les cris racistes à Sofia    ROYAUME-UNI : La Reine Elizabeth II s'exprime sur le Brexit    Gestion d'actifs: L'investissement ESG s'épanouit dans les fonds infrastructures    Noureddine Bedoui au Conseil des ministres: Un remodelage de la sphère publique    L'heure de mettre en valeur la solidarité nationale et le partage du patriotisme    Accord de Trump avec la Chine et les "avancées" sur le Brexit: Les Bourses européennes pas convaincues    Ghardaïa: Des étudiants en architecture de Stuttgart achèvent une visite d'étude    5 gendarmes tués dans une attaque à Abarey    Le ministère de la Santé rassure    Martin Eden, une éducation amoureuse et politique sous le soleil noir de l'Italie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La famille de la Santé s'est fortement mobilisée hier.. Marche «blanche» contre le système
Publié dans Le Temps d'Algérie le 19 - 03 - 2019

Hier, la famille de la santé, médecins généralistes, spécialistes, personnels paramédical, médecins résidents et internes ainsi que l'ensemble des fonctionnaires des hôpitaux ont battu le pavé.
C'est une autre journée de démonstration de force du peuple algérien qui manifeste depuis le 22 février pour le changement du régime, rejetant la feuille de route du Président Abdelaziz Bouteflika qui a prolongé son mandat. Mais, cette fois-ci, les marches étaient de couleur blanche. Hier, la famille de la santé, médecins généralistes, spécialistes, personnels paramédical, médecins résidents et internes ainsi que l'ensemble des fonctionnaires des hôpitaux ont battu le pavé lors de marches pacifiques organisées à travers les quatre coins du pays, particulièrement les grandes villes universitaires. A Alger, à Tizi-Ouzou, à Bordj Bou Arréridj, à Skikda, à Oran, à Annaba, à Mostaghanem comme à Ghilizane, ou Tiaret et Chlef, pour ne citer que celles-ci, les blouses blanches sont sorties pour dire basta à ce système et exprimer ainsi leur appartenance à ce peuple qui manifeste depuis un mois. Dans la capitale, la marche qui s'est ébranlée du CHU Mustapha-Pacha vers la Grande Poste était grandiose et a drainé des milliers de personnes.
A l'appel des syndicats de la santé, d'abord le Snpsp et l'Ordre des médecins, ensuite l'intersyndicale de la santé qui regroupe cinq syndicats, toutes les catégories du corps médical, vêtues de blouses blanches et munies de pancartes aux slogans hostiles au pouvoir, au régime en place et contre le prolongement du 4e mandat de Bouteflika, ont occupé dès 9 heures du matin la Place du 1er Mai, sous l'œil vigilant des services de sécurité. Une fois la foule grandie et la place devenue exiguë, les manifestants ont entamé leur marche, empruntant la rue Hassiba Benbouali. Tout le long du parcours, les blouses blanches scanderont «Système dégage !», «Vous avez vendu le pays, voleurs !», «Y en a marre de ce pouvoir», «Une république, non une monarchie !», «Non, non au prolongement, partez !», pour exprimer leur refus des figures du système. Mais aussi «Djeich, chaâb, khawa, khawa (Armée et peuple, sont des frères)», comme pour démontrer ce lien entre l'ANP et les Algériens. «Djazaïr hourra dimocratiya (Algérie libre et démocratique)», a par contre dominé les cris des blouses blanches. Les partis du pouvoir, le FLN et le RND n'ont, quant à eux, pas échappé à la colère des manifestants qui scandaient «FLN dégage ! RND dégage !»
Le boulevard Mohamed V barricadé
Arrivées à la Grande Poste où un groupe de médecins venus des autres hôpitaux de la capitale occupait déjà les lieux, les blouses blanches se font entendre plus fort. Un autre rassemblement et une marche des étudiants de la Fac centrale étaient organisés à quelques mètres seulement. Sur les banderoles et pancartes arborées, les slogans étaient les mêmes que ceux criés par le peuple algérien. «Une transition à gérer par des personnes honnêtes et intègres, non par le pouvoir. L'Algérie ne manque pas d'hommes et de femmes», «Le peuple est souverain et nous ne reconnaissons pas votre conférence. Partez», «Bedoui, on ne veut pas de toi» ou encore : «Nous n'acceptons rien d'autre que votre départ à tous», pouvait-on lire entre autres. Pour empêcher -dans le cas où ils le tenteraient – les manifestants de prendre la direction de la Présidence de la République, le boulevard Mohamed V a été barricadé par la police antiémeute. La circulation a été bloquée dans les deux sens de la Place Maurice Audin jusqu'à la Grande Poste. Parmi les responsables des syndicats de la santé ayant participé à la marche, figurent le Dr Lyès Merabet du Snpesp et le Dr Bekkat Berkani du Conseil de l'Ordre des médecins. Ce dernier a, dans une déclaration à la presse, plaidé pour «l'instauration d'une II République», avec, a-t-il insisté, «la participation de la frange des jeunes qui n'a pas trouvé sa place dans cette Algérie». «Il faut revenir à la légitimité, car après le 28 avril, nous allons sortir de la légalité constitutionnelle», a ajouté encore le Dr Bekkat, non sans appeler à la dissolution du Parlement qui «n'a pas joué son rôle».
«La rue a voté»
Le président du Conseil de l'ordre a révélé qu'il a «refusé une invitation» pour une réunion avec le Premier ministre, Noureddine Bedoui, estimant que «le moment ne s'y prête pas». «Le peuple a voté dans la rue en faveur d'un changement», a-t-il tranché. Pour sa part, le Dr Mohamed Taïleb, figure du Camra et du mouvement historique des résidents, nous a déclaré : «Aujourd'hui, nous disons que sommes partie intégrante de ce peuple, de simples citoyens avant d'être médecins, et nous partageons les mêmes revendications pour que le système dégage, contre le prolongement du 4e mandat du Président et pour le respect de la Constitution».
Il rappelle que les médecins résidents ont été «victimes d'une campagne de dénigrement» qui a fait qu'une partie des Algériens ne croit plus en eux, mais «en nous manifestant dans ces moments historiques, nous affirmons notre appartenance à ce merveilleux peuple». Dans le même ordre d'idées, a poursuivi le Dr Yacine Terkmane, président du Conseil régional de l'Ordre des médecins de Blida, mettant en avant toute la symbolique de la date du 19 mars : «Aujourd'hui, nous libérerons encore plus les Algériens qui récupèrent leur souveraineté, car nous n'avons jamais été libres à 100 %». «Désormais, le peuple a dit son mot et le pouvoir en place doit répondre à la volonté populaire par le départ du système qui a tant nui à ce pays», a-t-il soutenu. Enfin, la marche s'est dispersée peu avant midi dans le calme, comme elle a commencé, dans le civisme et le pacifisme avec une seule promesse : «Rendez-vous vendredi 22 mars».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.