DISCOURS DE GAID SALAH A BECHAR : ‘'L'heure des comptes est arrivée''    TRIBUNAL DE BIR MOURAD RAIS : Ali Haddad écope de 6 mois de prison ferme    MASCARA : Un dealer arrêté à Tighennif    Quatre cadres du ministère de l'Industrie et l'ancien directeur du CPA en détention    La procédure de levée de l'immunité parlementaire de Talaï enclenchée    Autopsie d'un complot    Entre incohérences et absence de stratégie    Vers une conférence nationale en septembre    Des troupes de la Royal Navy déployées dans le golfe d'Oman    L'armée veut imposer sa feuille de route    Serraj prépare la contre-offensive à Tripoli    Biden devance Trump dans les sondages    Le cas Ounas divise les Verts    "Le recrutement sera bouclé d'ici quelques jours"    Amical : Le Sénégal s'impose face au Nigéria    Man United : Un flop du Barça pour remplacer Pogba ?    La société civile pour une transition de «rupture»    Les réseaux sociaux bloqués pour contrer la fraude    Résultats de l'examen Cinquième à Sétif : un taux de réussite de 85,08 %    Ouverture de six plages et 700 agents de la protection civile mobilisés    3 hectares de blé et d'orge détruits par un incendie    Sassel-plage abrite le lancement de la saison estivale    Approvisionnement en eau de puits non contrôlés : L'APC de Sétif tire la sonnette d'alarme    Remise des prix de la meilleure photo    ACTUCULT    Inas célèbre ses dix ans d'enseignement de tamazight    Découverte d'un cimetière datant de l'époque romaine    606 retraits de permis de conduire au mois de mai    Théâtre régional d'Oran : Les hurlements d'Léo ce soir au théâtre    La crise, c'est eux!    Ils revendiquent toujours le départ du nouveau directeur: La protesta des travailleurs du Complexe financier d'Algérie Poste se poursuit    Régularisation foncière à Sidi Maarouf: 125 familles de la cité Kaibi Abderrahmane interpellent le wali    USM Alger: Un champion dans l'impasse    GC Mascara: Une AGO décisive demain    ALGER N'EST PAS L'ALGERIE    Kamel Daoud hôte de la nouvelle librairie «Abdelkader Alloula»: « Ouvrir actuellement une librairie est plus courageux que d'écrire un livre »    Hommage à Ahmed Kellil    Quelques scénarios de sortie de crise    Hocine Achiou : "En un an, Boudaoui a eu une progression extraordinaire"    Mali : La liste des 23 enfin dévoilée    Dialogue… ?    Chine - Russie : Elever leurs relations au niveau d'un partenariat de coordination stratégique global    Des noms communs devenus des toponymes composés    Forum de la mémoire : Violation continue des droits de l'enfant sahraoui par le Maroc    Connexion perturbée et silence des autorités    La campagne présidentiellebat son plein    Renault : Le Maire et Senard jouent l'apaisement, se tournent vers l'avenir    "El faqir", premier spectacle de rue pour enfants à Oran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Conférence nationale reportée en raison des affrontements
Publié dans La Nouvelle République le 10 - 04 - 2019

Le représentant des Nations unies pour la Libye, Ghassan Salamé, a annoncé mardi que la Conférence nationale libyenne serait reportée en raison de l'offensive qui se déroule actuellement à Tripoli.
«Nous ne pouvons pas demander aux gens de participer à la conférence sur fond de coups de feu et de frappes aériennes», a déclaré M. Salamé dans un communiqué dans lequel il condamne également l'attaque par les troupes armées du maréchal Haftar contre le seul aéroport civil dans le pays. Le représentant spécial a précisé que l'ONU avait décidé de ne pas se précipiter et d'agir avec «prudence et responsabilité» face aux affrontements, «afin de ne pas gaspiller les opportunités historiques disponibles», alors que le secrétaire général de l'ONU continue d'appeler les parties en Libye à mettre fin aux opérations militaires. M. Salamé a néanmoins souligné que la réunion, prévue pour la semaine prochaine, aurait lieu «dans les meilleurs délais». L'armée dirigée par le maréchal Haftar, alliée au gouvernement basé dans l'est du pays, a lancé jeudi une offensive visant à prendre le contrôle de l'ouest de la Libye, et notamment de Tripoli, la capitale du pays, où se trouve le gouvernement soutenu par l'ONU. Les forces gouvernementales de Tripoli ont immédiatement riposté à cette attaque. La Libye, un pays d'Afrique du Nord confronté à de profondes divisions politiques, peine à accomplir sa transition démocratique, et reste en proie au chaos et aux violences depuis la chute du régime de l'ancien dirigeant Mouammar el Gadhafi en 2011.
Combats à Tripoli : Le gouvernement libyen résolu à repousser les forces de Haftar
Les forces du gouvernement d'union nationale libyen (GNA) ont affiché leur détermination à ne ménager aucun effort pour faire cesser les hostilités lancées jeudi dernier sur la capitale Tripoli par le maréchal Khalifa Haftar. L'armée loyale s'est aussi engagée à venir en aide aux citoyens pris au piège des combats qui se poursuivent dans la capitale malgré moult appels de la communauté internationale à la désescalade et à privilégier la solution politique au conflit libyen. Elle a assuré mardi sur la chaîne de télévision libyenne officielle que les forces du GNA «progressent» sur le terrain pour mettre un terme aux combats et à l'offensive meurtrière des forces de Haftar «avant vendredi». Les forces du GNA s'efforcent également d' «ouvrir des passages» pour sauver les Tripolitains pris au piège des combats. Plus de 2.800 personnes ont été déplacées par les combats qui ont éclaté dans certains secteurs de la région de Tripoli, d'après le Haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR). L'agence onusienne, qui dit être présente sur le terrain, veut garantir la sécurité de ceux «détenus dans les zones d'affrontements en cours» en sollicitant l'aide des autorités pour installer les «individus vulnérables» dans un lieu sûr. Par ailleurs, des renforts militaires continuent d'être envoyés de toutes les villes libyennes pour faire reculer les forces de Haftar, alliées au gouvernement parallèle dans l'est, non reconnu par la communauté internationale, selon l'armée libyenne.
Malgré la poursuite des combats dans la capitale où siège le GNA reconnu par la communauté internationale, toutes les activités se «déroulent normalement» notamment l'enseignement dans les écoles et les universités, rassurent aussi les autorités libyennes, citées par la télévision officielle. Dans ce contexte, le ministère de l'Enseignement du GNA a souligné dimanche que les cours se poursuivaient «normalement» à Tripoli, sauf dans les zones de combats. De plus, tous les départements ministériels et toutes les administrations tiennent des réunions pour évaluer la situation dans leur secteur, toujours selon les autorités libyennes.
Fayez al-Sarraj en colère, demande des explications à la France
Fayez al-Sarraj, président du Conseil présidentiel du GNA, a exprimé «son vif mécontentement» après l'attaque de Haftar qui survient au moment où les Libyens attendaient avec optimisme la tenue de la Conférence nationale prévue du 14 au 16 avril sous l'égide de l'ONU. Celle-ci a finalement été reportée sine die, selon l'ONU, en raison de la persistance des combats à Tripoli. Cette conférence avait pour objectif de dresser une feuille de route en vue de mettre fin à la période de transition chaotique qui perdure depuis la chute du régime de Maamar el-Gueddafi en 2011. Le chef du GNA a estimé dans un communiqué qu'avec son offensive, le maréchal Haftar avait «sapé les espérances des Libyens, ramenant le pays dans le gouffre de la guerre et de l'effusion de sang sans objectif réel sinon d'assouvir ses désirs personnels de pouvoir et de domination». M.al-Sarraj a souligné au cours d'un entretien téléphonique avec le président français Emmanuel Macron que les forces du GNA allaient «combattre cette agression» et que le maréchal Haftar «n'aura d'autre choix que le retrait de ses troupes et le retour de là d'où elles sont venues». La France, qui se pose en médiateur entre les deux camps libyens, est régulièrement accusée de favoriser sur le terrain le camp Haftar. Elle a engagé ses dernières 24 heures une offensive diplomatique pour se défendre et expliquer sa position vis-à-vis de la crise libyenne.
Après l'affirmation lundi d'une source diplomatique française faisant valoir que la France ne reconnaîtra «aucune légitimité» si le maréchal Haftar prenait le contrôle militaire de Tripoli, c'est au tour du président Macron d'appeler lundi Fayez al-Sarraj, pour lui faire savoir, de la façon la plus officielle, son «refus total» de l'offensive du maréchal Haftar.
Fayez al-Sarraj a demandé, il y a quelques jours, à l'ambassadrice française, Béatrice Fraper, des explications sur le rôle de la France dans la crise dans son pays. «Elle lui a redit que nous n'avions rien à voir avec cette offensive militaire et qu'au contraire nous avions fait passer le message au maréchal Haftar pour le dissuader de continuer à marcher sur Tripoli», d'après une source diplomatique française. Pour rappel, les affrontements armés depuis jeudi entre les forces du GNA et l'Armée nationale libyenne (ANL), dirigée par Haftar, ont fait au moins 35 morts, selon un bilan officiel.
Lundi, les vols ont été suspendus à Tripoli suite à une attaque aérienne menée par l'ANL contre l'aéroport de Matiga. Celui-ci doit rouvrir mardi soir seulement pour les vols nocturnes, selon la compagnie nationale Libyan Airlines et une source aéroportuaire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.