CAN : Mido prévient Liverpool pour Salah    Barça : Des négociations compliquées pour Ter Stegen    Fonction publique: Toucher son salaire sans se déplacer    Une nouvelle carte du monde serait-elle possible ?    LFP: La Ligue fait un don d'un milliard de centimes    Pour faire face à la suspension des cours: Un «plan d'urgence» pour l'Education    Traitement à la chloroquine: L'optimisme du ministre de la santé    Pour avoir publié une vidéo «alarmiste visant à tromper l'opinion publique»: Une femme arrêtée à Oran    La lutte contre le Covid-19 va-t-elle autoriser de nouvelles dérives éthiques ?    L'ex-directeur de l'éducation: Tahar Brahmi n'est plus    Vers une saison blanche ?    Tebboune salue l'équipe médicale du CHU de Tizi-Ouzou    1.171 cas confirmés et 105 décès enregistrés    Le Président fixe les conditions    L'Opep+ va se réunir lundi par vidéoconférence    Mines antipersonnel: l'Algérie marque le journée internationale de sensibilisation au problème    Trois journalistes du quotidien Sawt El Akher sous contrôle judiciaire !    RAPATRIEMENT DES ALGERIENS BLOQUES EN TURQUIE : Plusieurs hôtels affectés à l'accueil    CORONAVIRUS EN ALGERIE : 1171 cas confirmés et 105 morts    Bengrina dénonce l'attaque d'une chaîne tv française contre l'Algérie    DEFENSE NATIONALE : Un terroriste et trois éléments de soutien éliminés en mars    MOSTAGANEM : Des TPE livrés gratuitement aux commerçants dans deux mois    Coronavirus: le ministre de la jeunesse et des sports rassure les athlètes    Décès de Kheddad: l'Organisation américaine des juristes rend hommage à un défenseur incontestable et un négociateur assidu    Quelles alternatives à la crise sanitaire, économique et financière ?    Mines antipersonnel: Tahar Salhi, une des victimes de la barbarie du colonisateur français    Recul de l'activité de Naftal de 50% depuis la deuxième quinzaine de mars    Des pluies, parfois orageuses, annoncées ce vendredi, au Centre du pays    Ligue 1-USM Alger: "les discussions avec Anthar Yahia ont bien avancé"    Covid19-compte spécial de solidarité: la LFP fait don de 10 millions de dinars    Coronavirus: l'Opep+ va se réunir lundi par vidéoconférence    Le numérique au secours de la culture à l'heure du confinement sanitaire    FMI: des mesures à engager assurant la reprise économique après le confinement    Un terroriste et trois éléments de soutien éliminés et des munitions saisies durant le mois de mars    « Le peuple du 1er Novembre et du Hirak saura relever le défi »    Le Mouvement El-Bina dénonce l'attaque féroce" d'une chaîne de télévision publique française contre l'Algérie    Tunisie : Un terroriste de Daech arrêté    Sahara Occidental occupé : 139 000 tonnes de poissons exportés illégalement par le Maroc    Appel à la libération des détenus d'opinion    Hamel écope de 15 ans de prison ferme    Sahara occidental : Décès du diplomate M'hamed Kheddad    Le syndicat et les travailleurs restent mobilisés    L'hommage de Larab Mohand Ouramdane aux arbitres    Un Chinois dans la tête d'un Algérien    Action de solidarité avec les confinés du Coronavirus : 10 000 ouvrages distribués    FAF - Réunion du BF: Réaction d'un fonds de solidarité    Le peuple cubain n'est-il pas ce merveilleux exemple qui indique la voie à suivre? La volonté de survie dans la dignité tout en marquant sa solidarité à l'international par élan humaniste    Le temps à l'émergence des start-up ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Son maintien s'expose à beaucoup d'obstacles.. La présidentielle en questions…
Publié dans Le Temps d'Algérie le 17 - 05 - 2019

À moins que le régime, encore en place, compte bourrer les urnes comme il l'a toujours fait, pour valider le scrutin, les bureaux de vote seront désertés le jour J.
Sans penser aux conséquences qu'une telle voie pourrait engendrer en temps de crise, le pouvoir s'entête à organiser l'élection présidentielle. Le chef d'état-major de l'ANP, Ahmed Gaïd Salah, en réaffirmant depuis Ouargla, son attachement à cette «solution» constitutionnelle, aura mis un trait sur toutes les initiatives politiques proposées. Mais, face au rejet populaire massif, organiser la présidentielle le 04 juillet prochain s'avère un pas à haut risque. Au lendemain du discours du général de corps d'armée, les inquiétudes, les doutes et les interrogations occupent l'opinion publique. Beaucoup s'interrogent d'abord sur cet entêtement à maintenir un rendez-vous rejeté par le premier concerné qu'est le peuple ? Les algériens qui sortent, par millions, dans la rue chaque vendredi, représentent le corps électoral. Il se trouve que ces électeurs ne veulent pas voter le 4 juillet, tant que le système n'est pas parti. À moins que le régime, encore en place, compte bourrer les urnes comme il l'a toujours fait, pour valider le scrutin, les bureaux de vote seront désertés le jour J. Pire, le risque de voir les citoyens se révolter contre l'organisation de l'élection en brûlant les urnes n'est pas écarté.
Et puis, même dans le cas où il y a participation infime, va-t-on déclarer, élu, un président de la république, par un quart de la population, voire beaucoup moins ? C'est dire combien le saut vers l'inconnu est grand pour insister sur cette voie. «Rejetée par la classe politique et l'ensemble des acteurs crédibles, la présidentielle du 04 juillet prochain a, pourtant, attiré 75 postulants», selon le dernier bilan du ministère de l'Intérieur. À deux jours de la fin du délai de dépôt des candidatures, fixé au 23 mai à minuit, aucun candidat sérieux n'est à retenir, hélas. Les deux chefs de partis, Abdelaziz Belaid, président du Front El moustakbal, ayant fait sa carrière dans les rangs du FLN, et Belkacem Sahli, SG de l'ANR (Alliance nationale républicaine), hésitent. Sahli qui a conditionné sa participation par un certain nombre de préalables dont «la démission de Bedoui et du président illégitime de l'APN, Bouchareb», «la mise en place d'une commission indépendante d'organisation des élections» et «la révision de certains articles du code électoral», devra décider aujourd'hui lors d'un Conseil national du parti. Son retrait de la course est très probable.
Quel président pour l'Algérie ?
Quant à Belaïd, il demeure jusqu'à présent déconnecté du terrain, puisqu'il continue à «exercer dans sa clinique» sur les hauteurs d'Alger, selon des indiscrétions. Les candidats restants sont tout simplement des inconnus, sans carrière politique ni parcours militant, voire ni discours, ni programme. Même pour choisir donc, quel président va-t-on élire pour l'Algérie ? Un immense pays à la place stratégique et aux enjeux multiples sur divers plans. Le chef de l'état-major de l'ANP, le pouvoir de manière générale, va-t-il prendre le risque de doter le pays d'un chef sans charisme ni expérience ?
La crainte ronge les algériens. Sur un autre plan, les conditions d'une telle échéance ne sont pas réunies et «l'installation de l'instance indépendante pour l'organisation et la supervision des élections» que veut accélérer Gaïd Salah, n'est pas près de résoudre la problématique. Car, il faut se demander qui, parmi les personnalités crédibles et honnêtes, va-t-elle accepter de prendre la charge de cette instance au moment où le peuple rejette en bloc la feuille de route du pouvoir ?
Qui va désigner ses membres, lorsque l'on sait que le chef d'Etat intérimaire, Abdelkader Bensalah, est discrédité ? Sur le registre technique, le refus des magistrats de superviser l'élection et des maires, donc de l'administration locale, d'encadrer l'opération de vote, ne sont-ils pas des obstacles majeurs au maintien du scrutin ? Que faire devant ces défections ? Des questions qui restent, jusqu'à maintenant, sans réponses. Enfin, à moins que le chef d'état-major entretienne le flou, faisant en sorte de ne pas citer dans ses discours la date du 04 juillet, dans la perspective d'un report, la présidentielle prévue dans 45 jours est quasiment impossible à organiser.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.