Brésil : Tite se défend au sujet de Neymar    Manchester United: Mandzukic en approche    Education: Belabed pour une politique prospective pour renforcer les compétences du secteur    Gaïd Salah présente un exposé sur le projet de loi relatif au statut général des personnels militaires    Bensalah: l'Etat soucieux de rationaliser l'exploitation des ressources et richesses souterraines nationales    Algérie-France (amical): rencontre mardi à Lille entre le président de la FAF et la FFF    HABITAT : Le gouvernement Bedoui rassure les demandeurs de logements    Les Tunisiens commencent à voter pour le second tour de la présidentielle    Mise en garde russe contre l'aggravation de la situation humanitaire dans le Nord-Est    Le WAT reste leader malgré la défaite, l'ASK sur le podium    Khirreddine Madoui démissionne de son poste d'entraîneur    Ouargla: lancement de la nouvelle ligne ferroviaire Touggourt-Alger    Le gouvernement consacre 17 milliards de DA pour le dégel de plusieurs projets    Vers l'augmentation de la taxe de pollution    Neuf morts et 9 blessés au cours des dernières 48 heures    Sahara occidental/Manifestation à Paris: la France dénoncée, une date pour le référendum d'autodétermination revendiquée    Rassemblement en solidarité avec les détenus d'opinion à Sidi Bel Abbès    Foot/ Algérie - Colombie : Abeid réintègre le groupe, Tahrat ménagé    Qui sera le partenaire de Suzuki en Algérie ?    Ce que prévoit la loi de finances pour les start-up    Les joueurs sénégalais refusent la prime de la Fédération    Début de stage demain    Retour à la case départ    1er Salon international des technologies et équipements dentaires    L'Anie face à la dure réalité du terrain    Des détenus d'opinion en grève de la faim à partir du 23 octobre    22 cas de méningite enregistrés    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Les films algériens Abou Leila et 143, rue du désert en compétition    Hans Hartung en réouverture du Musée d'art moderne de Paris    Micheline la Française, la tante Zalamite et les autres    Ouverture des journées de lecture publique à Tamanrasset    Bir Ghbalou : Entre le portrait de BenSalah et les promesses du Hirak    Face aux difficultés rencontrées par la CNR et la CNAS : Les solutions des experts    «Le pouvoir rame à contre-courant d'un mouvement historique de libération d'un peuple»    Investissement : le FCE soutient fortement la révision de la règle 49/51    En bref…    Soudan : Une femme nommée à la tête de la Cour suprême    En bref…    Journée mondiale de la santé mentale : Un suicide toutes les 40 secondes, selon l'OMS    Première thèse algérienne identifiant les facteurs prédictibles    «J'intégrerai des personnages algériens dans ma prochaine histoire»    Ghardaïa : Appel à la préservation du patrimoine architectural et culturel    «Le plasticien doit être responsable»    Centre-ville: Deux dealers sous les verrous    Mostaganem: Des arrestations en marge de la visite du ministre de la Jeunesse et des Sports    Pour réclamer «la libération de tous les détenus d'opinion»: Marche nationale des avocats le 24 octobre    Le Pentagone déploie 3.000 soldats supplémentaire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Son maintien s'expose à beaucoup d'obstacles.. La présidentielle en questions…
Publié dans Le Temps d'Algérie le 17 - 05 - 2019

À moins que le régime, encore en place, compte bourrer les urnes comme il l'a toujours fait, pour valider le scrutin, les bureaux de vote seront désertés le jour J.
Sans penser aux conséquences qu'une telle voie pourrait engendrer en temps de crise, le pouvoir s'entête à organiser l'élection présidentielle. Le chef d'état-major de l'ANP, Ahmed Gaïd Salah, en réaffirmant depuis Ouargla, son attachement à cette «solution» constitutionnelle, aura mis un trait sur toutes les initiatives politiques proposées. Mais, face au rejet populaire massif, organiser la présidentielle le 04 juillet prochain s'avère un pas à haut risque. Au lendemain du discours du général de corps d'armée, les inquiétudes, les doutes et les interrogations occupent l'opinion publique. Beaucoup s'interrogent d'abord sur cet entêtement à maintenir un rendez-vous rejeté par le premier concerné qu'est le peuple ? Les algériens qui sortent, par millions, dans la rue chaque vendredi, représentent le corps électoral. Il se trouve que ces électeurs ne veulent pas voter le 4 juillet, tant que le système n'est pas parti. À moins que le régime, encore en place, compte bourrer les urnes comme il l'a toujours fait, pour valider le scrutin, les bureaux de vote seront désertés le jour J. Pire, le risque de voir les citoyens se révolter contre l'organisation de l'élection en brûlant les urnes n'est pas écarté.
Et puis, même dans le cas où il y a participation infime, va-t-on déclarer, élu, un président de la république, par un quart de la population, voire beaucoup moins ? C'est dire combien le saut vers l'inconnu est grand pour insister sur cette voie. «Rejetée par la classe politique et l'ensemble des acteurs crédibles, la présidentielle du 04 juillet prochain a, pourtant, attiré 75 postulants», selon le dernier bilan du ministère de l'Intérieur. À deux jours de la fin du délai de dépôt des candidatures, fixé au 23 mai à minuit, aucun candidat sérieux n'est à retenir, hélas. Les deux chefs de partis, Abdelaziz Belaid, président du Front El moustakbal, ayant fait sa carrière dans les rangs du FLN, et Belkacem Sahli, SG de l'ANR (Alliance nationale républicaine), hésitent. Sahli qui a conditionné sa participation par un certain nombre de préalables dont «la démission de Bedoui et du président illégitime de l'APN, Bouchareb», «la mise en place d'une commission indépendante d'organisation des élections» et «la révision de certains articles du code électoral», devra décider aujourd'hui lors d'un Conseil national du parti. Son retrait de la course est très probable.
Quel président pour l'Algérie ?
Quant à Belaïd, il demeure jusqu'à présent déconnecté du terrain, puisqu'il continue à «exercer dans sa clinique» sur les hauteurs d'Alger, selon des indiscrétions. Les candidats restants sont tout simplement des inconnus, sans carrière politique ni parcours militant, voire ni discours, ni programme. Même pour choisir donc, quel président va-t-on élire pour l'Algérie ? Un immense pays à la place stratégique et aux enjeux multiples sur divers plans. Le chef de l'état-major de l'ANP, le pouvoir de manière générale, va-t-il prendre le risque de doter le pays d'un chef sans charisme ni expérience ?
La crainte ronge les algériens. Sur un autre plan, les conditions d'une telle échéance ne sont pas réunies et «l'installation de l'instance indépendante pour l'organisation et la supervision des élections» que veut accélérer Gaïd Salah, n'est pas près de résoudre la problématique. Car, il faut se demander qui, parmi les personnalités crédibles et honnêtes, va-t-elle accepter de prendre la charge de cette instance au moment où le peuple rejette en bloc la feuille de route du pouvoir ?
Qui va désigner ses membres, lorsque l'on sait que le chef d'Etat intérimaire, Abdelkader Bensalah, est discrédité ? Sur le registre technique, le refus des magistrats de superviser l'élection et des maires, donc de l'administration locale, d'encadrer l'opération de vote, ne sont-ils pas des obstacles majeurs au maintien du scrutin ? Que faire devant ces défections ? Des questions qui restent, jusqu'à maintenant, sans réponses. Enfin, à moins que le chef d'état-major entretienne le flou, faisant en sorte de ne pas citer dans ses discours la date du 04 juillet, dans la perspective d'un report, la présidentielle prévue dans 45 jours est quasiment impossible à organiser.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.