Hydrocarbures: un régime fiscal propre au secteur encouragera l'investissement étranger    L'ex-député ‘'spécifique'' risque 6 mois de prison ferme    CAMPAGNE ELECTORALE : L'ANIE enquêtera sur la provenance des financements    POUR ATTEINTE A L'UNITE NATIONALE : Un an de prison à l'encontre de 21 détenus    Algérie - Gabon: vers la création d'un conseil économique pour les hommes d'affaires    ACCIDENTS DE LA ROUTE A OUARGLA : Trois morts et une quinzaine de blessés    L'OLP condamne l'assassinat d'un chef du Djihad islamique par Israël à Ghaza    SIDI BEL ABBES : Campagne de sensibilisation sur les risques du monoxyde de carbone    Les hauteurs de Bordj Bou-Arréridj revêtus de neige    Liverpool : Mauvaise nouvelle pour Salah ?    Belmadi évoque le retour de Soudani en sélection    Belmadi : «Cela fait un bon moment que je suis le parcours de Spano-Rahou, Halaïmia et Zorgane»    Crise en Bolivie: Morales se réfugie au Mexique, une présidentielle avant le 22 janvier    10e Fica : trois courts métrages projetés à Alger    FP: les recommandations comme feuille de route pour améliorer la performance des établissements    L'UE octroie 55 millions d'euros d'aide humanitaire    Les états de l'OCI saisissent la Cour internationale de justice    Le portrait du président Chadli parmi les objets jetés    Chlef: affectation d'un quota supplémentaire de 1.000 logements    65 projets agréés et financés par la Cnac depuis le début 2019    Le docteur Mohamed Boughlali de retour chez les Verts    Les Chipolopolo à pied d'œuvre à Alger    Où se jouera le derby MCA-CRB ?    Haddam plaide pour un contrôle plus rigoureux    Une femme se plaint d'y être inscrite à son insu    Présidentielle : les soutiens encombrants de Tebboune    La Turquie commence à renvoyer des terroristes étrangers    Les écoles primaires paralysées hier    Méli-mélo pomme-chocolat    L'UE prolonge les sanctions contre le gouvernement de Maduro    Réquisitoire imparable contre l'amnésie officialisée    Ateliers de formation cinématographique    De précieux manuscrits médiévaux divisent l'Islande et le Danemark    Festival international de danse contemporaine: l'Algérie, l'Egypte, le Maroc et la Tunisie à l'honneur    Le boulimique penchant de l'exécutif Bedoui à s'attaquer aux sensibles dossiers    Rassemblement devant le tribunal de Sidi M'hamed: Ouverture du procès des 42 détenus du Hirak    DTN : nouveaux staffs des sélections nationales de jeunes: De surprenantes désignations    Vaccination contre la grippe : plus de 46.400 doses réceptionnées    Bouira: Une bouteille de gaz butane explose, un blessé grave    26 wilayas au salon des arts plastiques    Elections législatives : L'Espagne retourne aux urnes dans un climat crispé    Le courroux des producteurs    Marché pétrolier international Le panier de l'Opep établi à 61,98 dollars le baril    Para-athlétisme/Mondiaux-2019: L'Algérie provisoirement 5e au classement    Projet de loi sur les hydrocarbures Sonatrach continuera à développer le conventionnel    Les manifestations se poursuivent    Cinéma : 10e Fica: projection de "Fatwa", un film dénonçant la montée de l'extrémise en Tunisie    Oum El Bouaghi : signature d'accord pour la gestion de deux salles de cinéma    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Large indignation sur les réseaux sociaux
réactions au discours de gaïd salah
Publié dans Liberté le 22 - 05 - 2019

Les Algériens ont largement dénoncé sur le Net le ton adopté par Gaïd Salah quant à la transition, au rôle que devra jouer l'élite du pays et à son entêtement à maintenir l'élection présidentielle du 4 juillet.
Le dernier discours prononcé à Ouargla par le vice-ministre de la Défense nationale, chef d'état-major de l'Armée nationale populaire (ANP), le général de corps d'armée, Ahmed Gaïd Salah, a suscité une vague de réactions des Algériens qui se sont indignés sur les réseaux sociaux, notamment sur le maintien de l'élection présidentielle du 4 juillet prochain et l'absence des élites nationales censées proposer une issue de sortie de crise. "Deal : sortir du piège du Yatnahaw gaâ contre le report des élections. Rester dans l'esprit de la Constitution, et donc pas de Constituante, pas de transition pour le partage du pouvoir. Autrement dit, sans passer par l'urne", a commenté un facebooker. Dans un post, un autre citoyen tente de résumer le discours du chef d'état-major : "Gaïd Salah a parlé ce lundi 20 mai. Il l'a fait parce que, désormais, la façade civile du régime ne veut plus s'impliquer dans la crise. Bensalah attend impatiemment le 4 juillet pour rendre son tablier. Comme le président formel ne veut pas parler, c'est au président réel de s'adresser à la nation. Qu'a-t-il dit ? Il continue de menacer tous ceux qui proposent à l'état-major d'autres solutions de sortie de crise. Dans son discours, il menace implicitement le général à la retraite Benyelles parce qu'il n'accepte pas que des personnes qui ont eu des fonctions dans l'armée sortent du cadre tracé par l'état-major", lit-on dans le post de ce facebooker qui estime que le discours de Gaïd Salah se voulait une réponse à la sortie de Benyelles, de Taleb Ibrahimi et d'Ali-Yahia.
Dans un autre commentaire, un citoyen adresse une pique à Gaïd Salah qui, selon lui, "méprise le peuple en le pointant du doigt d'être derrière le vide politique qu'ils ont consciemment créé". Et à Gaïd Salah d'être interpellé par un autre citoyen qui estime que "la loi est au-dessus de tous. II doit remettre le pouvoir aux civils avant que les instances internationales ne se mettent à la besogne. On n'est pas uniquement à Ouargla, mais on est sur la planète Terre". Les élites nationales accusées par Gaïd Salah d'"absence flagrante (…) face aux événements et évolutions accélérés que connaît notre pays et qui requièrent des propositions constructives à même de rapprocher les points de vue divergents" a également soulevé un tollé général sur la Toile. "Gaïd Salah n'a vu ni Nacer Djabi, ni Louisa Aït Hamadouche, ni Addi Lahouari, ni Djamel Zenati, ni Saïd Sadi, ni Boukrouh, ni Bouchachi, ni Karim Tabbou, ni Amazigh Kateb, ni Aït Ali, ni le FFS, ni Rahabi, ni Sidi Zekri. Pour lui, le pays est un désert. C'est à se demander s'il s'agit d'un déni ou s'il est coupé de la réalité ?", dénonce un internaute. Dans ce sillage, un facebooker ironise en relevant que "Gaïd Salah remarque l'absence notable des personnalités politiques. Heureusement qu'il est là !", alors qu'un autre citoyen épingle le chef d'état-major en lui reprochant de ne pas saisir le message des élites nationales. "Apparemment, il ne regarde que l'ENTV", souligne cet internaute.
FARID BELGACEM


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.