Instruction pour élargir la carte d'exploration de la baryte aux wilayas de l'extrême sud    M. Benabderrahmane supervise le lancement officiel de la plate-forme numérique "L'Algérie de la Gloire"    JM/Haltérophilie: Faris Touairi en bronze à l'arracher, avec une prise à 161 kg    La bataille vitale que les jeunes doivent mener est celle de la conscience    JM/Escrime: médaille d'or pour Saoussen Dlindah Boudiaf    Université: Plus de 5 millions de diplômés formés en 60 ans    Emission d'un nouveau timbre-poste à l'occasion de la Fête de l'Indépendance    La Cour constitutionnelle célèbre le 60e anniversaire de l'indépendance    Mise en garde contre l'escalade marocaine au Sahara occidental occupé    Revue El Djeich: Le Président Tebboune appelle le peuple algérien à resserrer les rangs pour remporter la bataille du renouveau    Hydrocarbures: 4,4 mds USD consentis par Sonatrach dans l'exploration-production en 2021    Canicule annoncée lundi, sur plusieurs wilayas du pays    Le ministère de la Santé appelle au respect des mesures de prévention durant l'Aïd El-Adha    «Le Maroc essaie d'effacer les preuves»    Président libanais: le Sommet arabe d'Alger revêt une importance capitale    Deux unités de production de médicaments anticancéreux et de stylos à insuline inaugurées à Alger    JM / Athlétisme (2e journée): résultats techniques des finales    Célébration du 60e anniversaire de l'Indépendance : Un grand concert de musique andalouse à Alger    Deux clubs espagnols se disputent Isco    Tiaret - Match gala pour Tahar Benferhat: Dans l'attente d'un Mémorial    Libye : des manifestants investissent le siège du Parlement    Feuille de route admissible ?    Pièces de rechange automobiles: «Pas de rupture d'approvisionnement»    «Les attributions de logements ne vont pas s'arrêter»    Le partage du mouton et du repas    La tenue des gymnastes olympiques et le délire collectif    Nombreux forages et exploitations agricoles raccordés à l'électricité    El Tarf: Renforcement du réseau d'électricité    Sahara occidental: L'émissaire de l'ONU en tournée dans la région    Sidi Bel Abbès: Le festival de danse populaire tient ses promesses    «La jeunesse algérienne sait bâtir»    Le directeur de l'Anad placé en garde à vue    Makri avance sa proposition    Le sens et les messages d'un défilé    Deux repentis de Boko Haram se rendent à l'armée    Les déchets ménagers inquiètent    Bilal Afer crée la sensation    Les pros ou les charlatans?    Le bout du tunnel    Le Hamas salue un rapport de l'ONU    «C'est un superbe cadeau!»    Oran vibre au rythme de la mode algérienne    Il était une fois le rai d'antan!    1962-2022: Célébrer une libération « inachevée »?    Le DG du journal «Echaab» limogé    Grand Prix Assia Djebar du Roman: Les lauréats distingués    «C'est un écrin de l'esprit de Novembre»    Oran sous psychotropes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



15e vendredi de mobilisation populaire.. «Le dialogue oui, mais sans les 2B»
Publié dans Le Temps d'Algérie le 31 - 05 - 2019

Cette mobilisation populaire intervient au lendemain de la nouvelle offre de dialogue, lancée par le chef de l'Etat major de l'armée nationale, Ahmed Gaid Salah, ainsi que le décès tragique du militant, Kameleddine Fekhar, après 54 jours de grève de faim pour protester contre la sa détention provisoire, à la prison de Ghardaia.
15e vendredi de manifestation en Algérie, contre le pouvoir en place et pour l'avènement d'un Etat civil et de liberté, ne faiblit pas d'un cran. Une très forte mobilisation citoyenne a été enregistrée dans différentes wilayas du pays, notamment dans la capitale, où la foule devenait de plus en plus compacte après la prière du vendredi. Cette mobilisation populaire intervient au lendemain de la nouvelle offre de dialogue, lancée par le chef de l'Etat major de l'armée nationale, Ahmed Gaid Salah, ainsi que le décès tragique du militant, Kameleddine Fekhar, après 54 jours de grève de faim, pour protester contre sa détention provisoire à la prison de Ghardaia. En dépit de l'imposant dispositif sécuritaire, mis en place depuis les premières heures de la matinée d'hier, au niveau de la Grande Poste, la rue Didouche Mourad et place 1er mai, et des barrages filtrants aux entrées de la capitale, les Algériens sont restés fidèles à leur engagement et dévouement à leur cause commune, à savoir faire dégager le système en place, et mettre en place les jalons d'un état civil.
La détermination des Algériens à aller jusqu'au bout de leur engagement, et à maintenir la pression sur ce régime, s'accentue davantage face à l'obstination du pouvoir d'ignorer leurs exigences, et maintenir son plan de sortie de crise politique. A l'offre de Gaid Saleh d'aller vers un dialogue «serein» et «franc», souhaitant l'implication concrète des personnes ayant de «bonnes intentions» dans cette démarche, les manifestants à Alger ont dit NON. Ils refusent de dialoguer, avant le départ de tous les symboles du régime. «Pas de dialogue avec les deux «B» (le chef de l'Etat par intérim, Abdelkader Bensaleh, et le premier ministre, Nourredine Bédoui, symbolisant les relais du système Bouteflika)». Les centaines de milliers de manifestants ayant envahi toutes les rues principales du centre de la capitale, jusqu'à la place des Martyrs, ont été unanimes: «pas de négociations avec la 3issaba (la bande)».
A la place des martyrs, les milliers de manifestants ayant battu le pavé, malgré le jeûne et la chaleur, ont scandé des slogans hostiles au pouvoir. «Non aux élections de Bedoui et Bensalah», «Oui pour une transition démocratique gérée par le peuple». «Oui à l'instauration d'une véritable démocratie», et contre «l'entêtement du régime d'imposer la fraude électorale pour se maintenir au pouvoir». «Non à un Etat militaire, oui pour un Etat civil», pouvait-on lire sur une pancarte. Ils réclament, notamment, «l'application des articles 7 et 8 de la Constitution», en demandant au pouvoir de «restituer le pouvoir au peuple» à travers «une période de transition démocratique». Gaid Salah est de nouveau pris pour cible par les manifestants, pour ce 15e vendredi de contestation. «Gaid Salah dégage !», «le peuple veut exercer sa souveraineté. Non au parrainage de l'armée», pouvait-on lire sur certaines pancartes. D'autres manifestants ont scandé: «khawa khawa, zkara f dawla», «Djeiche chaab, khawa khawa, Gaïd Salah maa el khawana» (Armée, peuple, frères, frères, Gaïd Salah avec les traîtres).
Vibrant hommage à Fekhar
Les manifestants ont rendu un vibrant hommage à Kameleddine Fekhar, à Alger. Rassemblés en plusieurs centaines de personnes, à côté de la grande poste, les manifestants ont tenu une minute de silence à la mémoire du défunt. Des banderoles et des pancartes réclamant vérité sur sa mort, ont été brandies par les manifestants, en scandant des slogans hostiles aux responsables de son décès, et à sa gloire pour le combat qu'il a mené pour la défense des droits de l'homme jusqu'à son dernier souffle. «Qu'elle honte ! l'Etat a tué Fekhar !», scandés un groupe de femmes au milieu de rue. Les manifestants réclament à ce que toute la justice soit faite dans ce dossier. «Nous n'allons pas nous taire, jusqu'à ce que les commanditaires de cet assassinat soient connus», a indiqué un jeune manifestant. Le frère de la victime a demandé «de pénaliser les responsables en justice qui ont condamné son frère, ainsi que le wali», qu'il accuse d'être derrière ce qui est arrivé a Kamel Eddine. Les enfants de Nabil Asfirane, décédé le 24 mai dernier des suites d'un arrêt cardiaque, vendredi dernier, ont participé à la marche de ce 15e vendredi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.