Curieuse réhabilitation de la candidature du mouhafedh FLN    La délégation algérienne refuse de s'asseoir derrière la délégation israélienne    Les opérateurs doivent déclarer leurs entrepôts avant le 30 novembre    L'huile de table plus chère    Lamamra appelle à la consolidation du processus politique    "Inefficaces et contre-productives", selon l'Algérie    "Le championnat se poursuivra durant la Coupe arabe des nations"    Les Sudistes à un pas de la qualification    L'Algérie toujours dans le top 5 africain    "HELIOPOLIS" À NOUVEAU SELECTIONNE POUR LES OSCARS    Lancement du colloque sur la carte linguistique de tamazight    Sarkozy au TPI, ça tarde    Qui, logiquement, arrose l'autre ?    BRÈVES...    Quel sort pour les APC sans candidats ?    L'Algérie avec la Libye et la Tunisie    Les Hamraouas surprennent les Sanafirs    Les syndicats préparent la riposte    Arrestation d'un voleur de bouteilles d'oxygène    L'article 184 du code électoral largement contesté    Le jeu malsain de Riyad    Quand Macron se remémore le blues des colonies !    Le qamouss, les mu'allaqât et l'incompétence paralinguistique !    Clôture en beauté de la première édition à Aïn-Séfra    EHU 1er - Novembre: Lancement d'une campagne de dépistage du cancer du sein    Vaccination anti-Covid: «La balle est dans le camp des citoyens»    Défis et espoir    Exportations hors hydrocarbures: Produits alimentaires et industries manufacturières à la traîne    Pouvoir d'achat divisé par deux en 10 ans    La Com en débat    Front de mer à Aïn El Turck: L'OPGI se mobilise pour la collecte des déchets    Course contre la montre à Blida    Washington lâche Rabat    Selma Haddadi désignée ambassadrice à Djouba    Le chef de la junte nomme 3 ministres et le SG du gouvernement    La Maison de la presse de Bouira baptisée Abdenour Merzouk    Le FFS rebondit    Que se passe-t-il au campus d'El Kseur?    La Coquette perd de son lustre    NAJDA se restructure    Benbahmed réaffirme les priorités du secteur    Incendie au complexe Tosyali    Les vérités des géants de la télécommunication    La tension monte    Lukaku a évité le pire    La démagogie comme mode d'emploi    Tizi ouzou rend hommage à ses fils    Appel à candidature    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Décès de Kamel Eddine Fekhar.. Ses avocats déposeront plainte
Publié dans Le Temps d'Algérie le 02 - 06 - 2019

Kamel Eddine Fekhar, inhumé ce samedi 01 juin au cimetière d'El Alia, est décédé à l'âge de 54 ans, le 28 mai, au Centre hospitalo-universitaire Frantz Fanon de Blida, après la détérioration de son état de santé des suites d'une longue grève de la faim.
Des avocats du militant des droits de l'Homme, Kamel Eddine Fekhar, décédé mardi dernier après l'aggravation de son état de santé suite à une grève de la faim, ont annoncé avoir décidé de déposer des plaintes à l'encontre des responsables de son décès, a rapporté hier la radio algérienne. Selon le même média, Me Saïd Zahi, l'avocat du défunt Kamel Eddine Fekhar, a indiqué qu'il déposera des plaintes à l'encontre de toutes les personnes impliquées dans la mort de ce militant, des suites de la dégradation de son état de santé. Kamel Eddine Fekhar, inhumé ce samedi 01 juin au cimetière d'El Alia, est décédé à l'âge de 54 ans, le 28 mai, au Centre hospitalo-universitaire Frantz Fanon de Blida, après la détérioration de son état de santé des suites d'une longue grève de la faim. Ce dernier avait été admis au pavillon carcéral de l'hôpital de Ghardaïa le 26 avril dernier, avant d'être transféré dans la nuit de lundi à mardi vers le CHU de Blida. Me Said Zahi a indiqué qu'à «la date du 16 mai dernier, il avait déposé une demande auprès du juge d'instruction pour la libération du défunt». Son ami et avocat, Me Salah Dabouz, n'a pas mâché ses mots pour qualifier la mort de Kamel Eddine Fekhar de «crime». Réclamant l'inculpation des responsables de sa mort, Me Debouz désignera nommément le procureur général de Ghardaïa qui a ordonné l'incarcération de Fekhar, comme responsable directe de la mort de celui-ci. Il a qualifié notamment la mort du militant des droits de l'homme Fekhar, de «mort programmée» et de pure «liquidation», accusant les autorités judiciaires de la wilaya de Ghardaïa, le directeur de l'hôpital de la même wilaya, ainsi que le wali de Ghardaïa d'être derrière la mort tragique de Kamel Eddine Fekhar. Maître Dabouz a indiqué notamment, que la plainte sera déposée u cours de cette semaine, «contre les responsables directs de la mort de Fekhar, et contre l'Etat qui a failli à ses obligations et engagements» en matière de «protection des citoyens, libertés et droits humains». «On ne met pas quelqu'un en prison et on l'y laisse mourir parce qu'il exprime une opinion», a-t-il noté. L'avocat a souligné aussi que l'emprisonnement à nouveau de son client, en mars dernier, après la diffusion sur les réseaux sociaux d'un entretien vidéo réalisé par l'homme des médias, Mohamed Ali Allalou, conforte la thèse de l'acharnement judiciaire contre Kamel Eddine Fekhar. Affirmant qu'il ne compte pas se taire face à ceux «qui ont piétiné le droit» et ceux qui ont «programmé la mort de Fekhar», Me Debouz a une nouvelle fois, accusé «les autorités judiciaires de Ghardaïa qui ont mis, selon lui, en détention provisoire le défunt avec un dossier vide, décidée par le Procureur général de Ghardaïa, exécutée par le juge d'instruction de la première chambre sous la pression du procureur de la République et du Procureur général, ainsi que le wali de la même ville», a-t-il, encore une fois, affirmé. La plainte concernera également «les circuits administratifs mortifères» en relation avec cette affaire, ainsi que «le directeur général de l'hôpital de Ghardaïa et le personnel médical, pour non-assistance à personne en danger». Rappelons qu'une foule nombreuse avait accompagné le défunt à sa dernière demeure, en présence de personnalités politiques et de juristes, parmi lesquels figuraient notamment Saïd Sadi, Karim Tabou, Mustapha Bouchachi, Mokrane Ait Larbi et Ali Laskri. Le ministère de la Justice avait instruit, mercredi 29 mai, ses services à diligenter «une enquête approfondie» pour déterminer les responsabilités dans la mort de Kamel Eddine Fekhar.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.