Real : Une offre à venir pour Cavani ?    Le procès en appel d'Ali Haddad reporté au 27 septembre    ILLIZI : Installation du commissaire d'Etat près le tribunal administratif    La société civile devenue un "partenaire essentiel et permanent" dans le développement local    LE PRESIDENT TEBBOUNE AFFIRME : ‘'Il est temps d'opérer le changement''    Ces quatre nouveaux joueurs convoqués par Belmadi pour le prochain stage de l'EN    La Fondation Matoub Lounes este en justice Noureddine Khettal    RECUPERATION DES RESTES MORTUAIRES DES RESISTANTS : L'Algérie ne renoncera point à la question    La chaîne française M6 interdite d'opérer en Algérie    Lutte contre l'imigration clandestine: 485 personnes sauvées dans les eaux territoriales algériennes    Mines: La production nationale d 'or ne dépassera pas 58 kg en 2020    Mali: le médiateur de la Cédéao en visite à Bamako ce mercredi    Hamdi Bennani, un des meilleurs ambassadeurs de la chanson Malouf sur la scène internationale    Al Ahli a pris sa décision finale pour Belaili    Coronavirus: 197 nouveaux cas, 133 guérisons et 7 décès    5e rassemblement de solidarité avec Khaled Drareni    Eau: une commission pour développer le renouvelable au niveau des équipements énergivores    Timide reprise des cours    La colère des transporteurs    Le timing se précise    Ighil prolonge d'une année    Une opportunité de relance économique du secteur    Un terroriste abattu et un pistolet mitrailleur récupéré à Jijel    Boukaroum exclu de l'AG    La science du projecteur expliquée aux daltoniens que nous sommes !    La répression israélienne s'intensifie    Les états-Unis se mettent à dos la communauté internationale    La faute de goût de Nasser    Madrid se prépare à restreindre la liberté de mouvement    Le Sébaou, un fleuve spolié    La pénurie de liquidités en Algérie : Un défi macroéconomique qui requiert un plan global et cohérent de mesures    Les femmes en force à Jijel    Le plan de relance en quête de mode d'emploi et de moyens : Entre les urgences de l'heure et les défis de la transformation économique    La production pétrolière reprend sur plusieurs sites en Libye    Un espace de coworking ouvre ses portes à Tizi Ouzou    Mention spéciale pour l'Algérien Ali Mehaoudi    Les zaouias, l'autre obstacle qui freine l'épanouissement du peuple algérien    Parution du livre Béjaïa, terre de lumières de Rachik Bouanani    USM Bel Abbès : Le club de la Mekerra peine à garder ses cadres    ECORCHURE    Les comportements-barrières d'antan    ASO Chlef: Un effectif à reconstruire    Crise sanitaire: Les offres d'emploi en forte baisse    Pour le lancement des travaux du réservoir d'eau: Les habitants des cités AADL Ain El-Beida interpellent le wali    Vers la révision de la loi sur la Monnaie et le Crédit et la prise en charge des risques de change    Rosthom Fadhli, nouveau gouverneur de la Banque d'Algérie    L'Arabie saoudite va-t-elle suivre ?    203 nouveaux cas, près de 50.000 au total    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le discours de Bensalah suscite toujours des réactions.. Entre approbation et rejet
Publié dans Le Temps d'Algérie le 08 - 06 - 2019

Trois jours après sa diffusion dans le JT de 20h00 de la télévision publique ENTV, le discours du chef de l'Etat par intérim, Abdelkader Bensalah, est toujours à l'ordre du jour. Au moment où certains partis politiques s'accordent à dire que le dialogue est le meilleur moyen pour faire sortir le pays de sa crise, le peuple maintient son rejet à toutes les propositions faites par Bensalah. Pour lui, ses revendications sont claires, tout le système, ainsi que ses symboles doivent partir. Malheureusement, à ce jour aucune solution n'a été trouvée, laissant le pays dans l'impasse. Dans son dernier discours, Bensalah a réitéré son appel au dialogue déjà rejeté par la classe politique et la société civile. Il a appelé ces dernières à «opter pour la voie du dialogue inclusif en vue de poser les jalons du processus de concertation, en vue de sortir de la crise politique que traverse le pays».
Le chef de l'Etat intérimaire, tout en rappelant l'annulation du scrutin du 04 juillet prochain par le Conseil Constitutionnel, et la décision de ce dernier selon laquelle «il revient au Chef de l'Etat de convoquer de nouveau le corps électoral et de parachever le processus électoral jusqu'à l'élection du président de la République et la prestation du serment constitutionnel». Bensalah a affirmé : «cette situation m'oblige à continuer à assumer la charge de chef de l'Etat jusqu'à l'élection du président de la République, et je suis parfaitement conscient de l'ampleur de cette responsabilité.» Un discours qui a suscité une grande controverse parmi la classe politique, mais aussi au sein de la société civile. Pour certains partis, autrefois alliés de l'ex-président Bouteflika, la proposition de Gaïd Salah et donc Bensalah est la meilleure solution qui reste pour faire sortir le pays de sa crise.
C'est le cas du parti de l'Alliance nationale républicaine (ANR), de Belkacem Sahli, qui, selon lui, ce dialogue sera favorable pour la réorganisation prochaine d'une élection présidentielle. «La classe politique, la société civile et les représentants du Hiraks devront prendre part à ce dialogue», écrit-t-il dans un communiqué rendu public, hier. Et d'ajouter : «l'intérêt du pays doit passer avant l'intérêt personnel.» Enfin, Sahli a préconisé «l'organisation d'un dialogue sérieux et responsable». Par ailleurs, Soufiane Djilali, président du parti «Jil Jadid» a, pour sa part, estimé qu'aujourd'hui la seule issue à cette crise est «remettre le pouvoir au peuple».
Pour Jil Jadid, «le processus du changement doit commencer avec la désignation d'une commission, formée d'hommes et de femmes intègres, potentiellement acceptée par tous, et qui serait mandatée pour nouer des contacts avec tous les partenaires politiques».
«Cette phase de discussions permettrait de s'entendre sur la phase finale du dialogue, en particulier pour préciser la composante de l'autorité qui aurait à la gérer», a-t-il poursuivi. Selon lui, plusieurs questions devront être traitées, dont la libération de tous les détenus politiques et d'opinions, le changement du gouvernement avec la désignation consensuelle de compétences neutres et le départ de tous les anciens membres des gouvernements de Bouteflika, la négociation sur la nature des pouvoirs et la composante de la future autorité qui aura la responsabilité d'administrer les élections et fixer la date des prochaines élections.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.