Le prix Pomed décerné à Soufiane Djilali    "Nous sommes toujours aux côtés du peuple"    Les avocats des détenus mettent à exécution leurs menaces    Dossier clos    Silence radio à la Sonatrach    Une convention pour booster le commerce électronique en Algérie    Rencontre régionale sur le code des marchés publics    Suspension d'une usine de boissons gazeuses    L'illicite défigure le site Aadl à Tamanrasset    Erdogan menace de reprendre l'offensive mardi soir si l'accord n'est pas respecté    Grève générale et manifestation à Barcelone    L'UE menace Washington de représailles    14 civils tués dans des raids turcs    Les joueurs mettent fin à la grève    Zetchi : "Il y a des contraintes de calendrier, mais les motivations sont là"    Delort forfait contre Reims    Medaouar répond aux Usmistes et à Messaoudène    Les fans boudent, Laoufi s'interroge    Statu quo pour l'Algérie    La "harga" vers les côtes italiennes s'intensifie    3 exos pour se lever du bon pied    Le lait est-il un aliment gras ?    Merguez aux haricots blancs    65 millions d'analphabètes recensés par le gouvernement    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Un sit-in de la communauté chrétienne violemment réprimé    Marie-Antoinette, cette figure de la pop culture    Concours de la chanson patriotique    Un lien entre deux peuples et deux cultures    L'Algérie représentée par le jeune Chikhi Samir    Ligue 2: Le programme des rencontres de la 9ème journée    Oued Tlelat - El Braya: Plus de 190 000 sachets de « chemma » saisis    Sétif: Deux morts et un nourrisson grièvement blessé dans une collision    Projets des Jeux méditerranéens: Constat satisfaisant et confirmation de l'échéance de réception, juin 2020    Pour blanchiment d'argent et financement occulte de partis politiques: Tliba incarcéré à la prison d'El Harrach    Nouvelle sortie de Amar Saâdani: L'«Etat profond», le hirak et le Sahara Occidental    Conseil de la nation: Début des procédures de levée de l'immunité de deux sénateurs    Automobile: L'usine Renault Algérie reprendra ses activités en 2020    Pour contrer le Hirak, le pouvoir tente d'obtenir la bienveillance internationale    La révolution légale    En marge de la vente dédicace de son livre: Le styliste espagnol Adolfo Dominguez revient sur son parcours artistique    Commémoration du 80ème anniversaire de l'exil républicain: Oran rend hommage aux réfugiés espagnols    145 postulants retirent les formulaires de souscription    L'Algérie domine l'Irlande 4-0    Un déficit de 4,68 mds dollars    Rohani : Les "Israéliens et les Saoudiens ont poussé les USA à sortir de l'accord    29.000 cibles terroristes detruites par l'aviation russe dans 9.500 sorties    Grève générale le 29 octobre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le discours de Bensalah suscite toujours des réactions.. Entre approbation et rejet
Publié dans Le Temps d'Algérie le 17 - 05 - 2019

Trois jours après sa diffusion dans le JT de 20h00 de la télévision publique ENTV, le discours du chef de l'Etat par intérim, Abdelkader Bensalah, est toujours à l'ordre du jour. Au moment où certains partis politiques s'accordent à dire que le dialogue est le meilleur moyen pour faire sortir le pays de sa crise, le peuple maintient son rejet à toutes les propositions faites par Bensalah. Pour lui, ses revendications sont claires, tout le système, ainsi que ses symboles doivent partir. Malheureusement, à ce jour aucune solution n'a été trouvée, laissant le pays dans l'impasse. Dans son dernier discours, Bensalah a réitéré son appel au dialogue déjà rejeté par la classe politique et la société civile. Il a appelé ces dernières à «opter pour la voie du dialogue inclusif en vue de poser les jalons du processus de concertation, en vue de sortir de la crise politique que traverse le pays».
Le chef de l'Etat intérimaire, tout en rappelant l'annulation du scrutin du 04 juillet prochain par le Conseil Constitutionnel, et la décision de ce dernier selon laquelle «il revient au Chef de l'Etat de convoquer de nouveau le corps électoral et de parachever le processus électoral jusqu'à l'élection du président de la République et la prestation du serment constitutionnel». Bensalah a affirmé : «cette situation m'oblige à continuer à assumer la charge de chef de l'Etat jusqu'à l'élection du président de la République, et je suis parfaitement conscient de l'ampleur de cette responsabilité.» Un discours qui a suscité une grande controverse parmi la classe politique, mais aussi au sein de la société civile. Pour certains partis, autrefois alliés de l'ex-président Bouteflika, la proposition de Gaïd Salah et donc Bensalah est la meilleure solution qui reste pour faire sortir le pays de sa crise.
C'est le cas du parti de l'Alliance nationale républicaine (ANR), de Belkacem Sahli, qui, selon lui, ce dialogue sera favorable pour la réorganisation prochaine d'une élection présidentielle. «La classe politique, la société civile et les représentants du Hiraks devront prendre part à ce dialogue», écrit-t-il dans un communiqué rendu public, hier. Et d'ajouter : «l'intérêt du pays doit passer avant l'intérêt personnel.» Enfin, Sahli a préconisé «l'organisation d'un dialogue sérieux et responsable». Par ailleurs, Soufiane Djilali, président du parti «Jil Jadid» a, pour sa part, estimé qu'aujourd'hui la seule issue à cette crise est «remettre le pouvoir au peuple».
Pour Jil Jadid, «le processus du changement doit commencer avec la désignation d'une commission, formée d'hommes et de femmes intègres, potentiellement acceptée par tous, et qui serait mandatée pour nouer des contacts avec tous les partenaires politiques».
«Cette phase de discussions permettrait de s'entendre sur la phase finale du dialogue, en particulier pour préciser la composante de l'autorité qui aurait à la gérer», a-t-il poursuivi. Selon lui, plusieurs questions devront être traitées, dont la libération de tous les détenus politiques et d'opinions, le changement du gouvernement avec la désignation consensuelle de compétences neutres et le départ de tous les anciens membres des gouvernements de Bouteflika, la négociation sur la nature des pouvoirs et la composante de la future autorité qui aura la responsabilité d'administrer les élections et fixer la date des prochaines élections.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.