Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce jeudi    Le MAE dément la suspension par les Emirats arabes unis de la délivrance de visas    OPEP : Attar présidera lundi la 180ème réunion ministérielle    LPA: les listes des bénéficiaires dévoilées en mars 2021    Vaccin anti-Coronavirus : l'Algérie est dans une démarche très prudentielle    Arrêt de la diffusion télévisuelle par système analogique dans 5 wilayas    Conseil de la nation: adoption du projet de loi relatif à la lutte contre l'enlèvement    PSG: la réaction de Di Maria et Paredes au décès de Maradona    Le Maroc, soutenu par la France, a sapé tous les efforts pour régler la question sahraouie    «Nous avons un groupe homogène»    Aït Abdeslam «out» contre le CABBA et le MCO    22 pays dont l'Algérie confirment leur participation    Saïd Bouhadja n'est plus    Images d'ailleurs, regards d'ici    Sonelgaz menace    Entre avancées et entraves    Le membre du BP du PT acquittée à Jijel    Recensement de plus de 17 690 sites archéologiques depuis 2016    Kambozia Partovi, grande figure du cinéma iranien, est mort de la Covid-19    Les techniciens de cinéma exigent la reconnaissance    Noureddine Tounsi incapable de comparaître devant le juge d'instruction    "Certains juges préfèrent leurs convictions à la loi"    JS Kabylie : décès de l'ancien latéral Rezki Maghrici    Le verdict attendu pour le 1er décembre    "La sécurité, c'est mieux !"    Kaboré en tête des résultats partiels    Difficile unification du Parlement en Libye    De nombreux établissements scolaires paralysés    Les pompiers reprennent leur bâton de pèlerin    Naissance de l'Association des journalistes algériens solidaires avec le peuple sahraoui    Les Algériens ont une image mitigée de l'UE    Des résultats en nette régression    Amor Benamor s'approvisionne quotidiennement auprès de l'OAIC    Les livres, gouverneront-ils un jour ?    "Puentes", des ponts culturels entre l'Algérie et l'Espagne    "La création en banlieue : un art de combat ?" en débat    AEP : l'ADE multiplie les forages à Boumerdès    Football - Ligue 1: Sur fond de certitudes et d'inconnues    Licence professionnelle: Des contretemps pour la DCGF    Tlemcen: Deux nouveaux directeurs à la tête de l'urbanisme et du logement    Tébessa - Electricité et gaz : des mises en garde contre les raccordements illicites    Les angles de l'ingérence    Une médaille pour nos revers !    Chanegriha et Djerad présentent leurs condoléances à la famille du défunt    Le gouvernement entretient le suspense    Démantèlement d'un réseau de passeurs à Oran    1.025 nouveaux cas et 20 décès    Appels à protéger les civils à l'approche de la bataille pour Mekele    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Arts plastiques.. Hocine Houara expose à Batna
Publié dans Le Temps d'Algérie le 10 - 06 - 2019

Considéré parmi les pionniers des artistes peintres de la région des Aurès, Hocine Houara qui est également sculpteur est revenu pour exposer ses œuvres à Batna à l'occasion de la Journée nationale de l'artiste.
A 71 ans, le plasticien Hocine Houara, un des pionniers du mouvement pictural à Batna et dans la région des Aurès est revenu cette semaine pour exposer ses œuvres à la maison de la Culture «Mohamed Laïd Al Khalifa» de Batna, à l'occasion de la Journée nationale de l'artiste. A travers cette exposition, Hocine Houara a montré qu'il a toujours un pinceau généreux en couleurs inspirées de la splendeur de la nature de la région des Aurès à laquelle il s'identifie. Avec un parcours artistique de plus de 44 ans, ce fils de la ville d'El Qantara qui dépendait de Batna jusqu'au découpage de 1974, poursuit encore ses investigations dans l'univers des arts plastiques entamées en 1969 lorsqu'il a rejoint, à l'âge 20 ans, l'école des Beaux-Arts d'Alger. Avec des œuvres touchant aux diverses tendances expressionniste, réaliste et abstraite, l'artiste expose cette fois certaines de ses toiles dont «Instant d'évasion», «La mère auréssienne», «Le déluge», «Doukhan wa ramad», «Le sommeil du rêve» et «Composition». Bien que les thèmes divergent d'une toile à une autre, le bleu avec ses infinies nuances constituent le dénominateur commun de ces œuvres.
Le choix des couleurs
«Cette couleur, a confié l'artiste à l'APS, me transpose dans des univers où les couleurs s'écoulent tel un rêve où les fils de laine qui glissaient entre les doigts de ma mère lorsqu'elle tissait ses tapis aux couleurs aussi radieuses que la nature d'El Qantara en printemps.» «Enfant, je m'installais souvent en face du métier à tisser de ma mère et contemplais, émerveillé, les motifs colorés qui prenaient forme progressivement», a ajouté Houara qui assure conserver le souvenir «singulier» d'une toile qu'il avait vue accrochée dans la maison d'un voisin et qu'il ne sut qu'elle était une des œuvres du peintre espagnol Francisco de Goya qu'après avoir fréquenté l'école des Beaux-Arts. Pour son ami Mohamed Berkane (68 ans), également artiste-peintre, Hocine Houara choisit avec minutie ses couleurs qui sont le fruit non pas du hasard mais de plusieurs années de recherche et d'investigation.
Houara garde un sentiment exceptionnel pour sa toile «Naânaâ» qui lui avait ouvert la voie de la notoriété avec l'obtention en 1981 du premier prix du Festival international des arts plastiques à Souk Ahras. Exposée pour la première en 1979 à Batna, cette œuvre, souligne l'artiste, est «le portrait d'une fillette de son village El Qantara dont les traits avaient réussi à concentrer ceux de tous les enfants de l'Algérie mélangés à l'innocence propre à toute enfance». «De toutes les œuvres, «Naânaâ» est mon tableau préféré que j'ai toujours refusé de vendre», confie-il. «En dépit du grand nombre de plasticiens dans la capitale des Aurès, cette ville ne possède encore pas une galerie d'exposition et les salons d'arts plastiques demeurent espacés dans le temps», regrette Houara qui a enseigné l'art plastique dans plusieurs lycées de Batna et à l'école régionale des Beaux-Arts de cette ville.
Une galerie d'art pour Batna
Au terme du voyage d'investigation de recherche à l'origine de la composition d'une toile, le moment le plus fort en émotion pour l'artiste demeure celui de sa présentation au public, soutient Houara qui souligne que «l'exposition pour l'artiste est non pas un instant de détente mais une continuité qui prépare le lancement d'une nouvelle recherche».
Les artistes ont besoin d'une structure permanente d'exposition qui sera pour eux un carrefour de rencontres et d'échanges et, pour la ville, «un lieu d'effervescence artistique», a encore soutenu Houara qui note que, faute d'une telle structure, sa plus récente participation à une exposition collective remonte à 2015 à Alger.
«Une galerie d'art a toujours été un rêve pour les artistes de la région depuis le fondateur du mouvement pictural auressien, le défunt Abderrahmane Tamine dit Abdou», a encore affirmé Hocine Houara qui est également sculpteur et céramiste.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.