Report du procés de Hamel et Berrachdi au 25 juin    Ce qui change dans le PLF 2020    Les commerçants réclament la réouverture de leurs magasins    Les Saoudiens veulent prolonger l'accord Opep+, les Russes divisés    Les violentes manifestations se poursuivent    Mahrez victime d'un cambriolage    Le mode d'emploi fixé    7 nouveaux décés et les contaminations en baisse    L'armée égyptienne annonce avoir tué 19 terroristes présumés    225 morts lors des manifestations de novembre    Des députés plaident pour un retour au dialogue en Libye    Une récolte de 300 000 quintaux à l'hectare prévue    Pas de championnat à blanc    Future destination de Benayada    Benzia gravement blessé à la main    Lancement du recensement du cheptel    L'ADE rassure ses abonnés    Réflexion sur l'épidémie de Covid-19 en Algérie    Les habitants réclament leur réouverture    L'opération d'aménagement des plages lancée    "La création artistique perturbe la pensée unique"    Le reflet de l'intolérance sociale    Le poète assassiné    Cour d'Alger: le procès de Abdelghani Hamel et des membres de sa famille reporté    Le projet de loi de finances complémentaire (PLFC 2020) adopté par l'APN    CONGRES DU PARTI FLN : Abou El Fadl Baadji plébiscité nouveau secrétaire général    IMPACTEE PAR LA CRISE SANITAIRE : Les pertes d'Air Algérie estimées à 3500 milliards de centimes    PLAGE DE SIDI EL MEJDOUB : Deux personnes sauvées d'une noyade certaine    DR ABDERRAHMANE MEBTOUL A RADIO FRANCE INTERNATIONALE-PARIS : Les conséquences sociales et économiques en Algérie de l'épidémie du coronavirus    COUR MILITAIRE DE BLIDA : Le président Tebboune nomme un nouveau procureur général    L'Algérie présidera le CPS de l'UA durant le mois de juin 2020    Malte : Saisit pour 1,1 milliard de dollars de fausse monnaie libyenne    Révolution algérienne: les offensives du 20 août 55, un acte sauvagement réprimé dans le sang    Epidémie du Covid-19 à Béjaïa : Le CHU gère son espace    CAF : Ahmad Ahmad briguera un second mandat    Un maghrébin au long cours    "Le Hirak raconte le rêve contrarié d'un peuple"    ES Sétif : Halfaia remet sa démission    Maison de la culture Ali Zamoum : Un concours de théâtre pour les familles    MC Oran: Hyproc au secours du Mouloudia    Mercato en Europe Une nouvelle donne pour les clubs    Réunion du Conseil des ministres aujourd'hui: «Mémoire nationale» et relance de l'industrie au menu    BRAS D'HONNEUR    Géopolitique et champ d'action militaire    Il y a trente ans, un confinement à Oran    Au-delà de «Algérie mon amour» : tant de naïveté (réelle ou feinte) ne peut qu'interpeller    Kamel Daoud : l'arbre aux fruits mûrs    La défense de Karim Tabbou refuse de plaider à distance    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Arts plastiques.. Hocine Houara expose à Batna
Publié dans Le Temps d'Algérie le 17 - 05 - 2019

Considéré parmi les pionniers des artistes peintres de la région des Aurès, Hocine Houara qui est également sculpteur est revenu pour exposer ses œuvres à Batna à l'occasion de la Journée nationale de l'artiste.
A 71 ans, le plasticien Hocine Houara, un des pionniers du mouvement pictural à Batna et dans la région des Aurès est revenu cette semaine pour exposer ses œuvres à la maison de la Culture «Mohamed Laïd Al Khalifa» de Batna, à l'occasion de la Journée nationale de l'artiste. A travers cette exposition, Hocine Houara a montré qu'il a toujours un pinceau généreux en couleurs inspirées de la splendeur de la nature de la région des Aurès à laquelle il s'identifie. Avec un parcours artistique de plus de 44 ans, ce fils de la ville d'El Qantara qui dépendait de Batna jusqu'au découpage de 1974, poursuit encore ses investigations dans l'univers des arts plastiques entamées en 1969 lorsqu'il a rejoint, à l'âge 20 ans, l'école des Beaux-Arts d'Alger. Avec des œuvres touchant aux diverses tendances expressionniste, réaliste et abstraite, l'artiste expose cette fois certaines de ses toiles dont «Instant d'évasion», «La mère auréssienne», «Le déluge», «Doukhan wa ramad», «Le sommeil du rêve» et «Composition». Bien que les thèmes divergent d'une toile à une autre, le bleu avec ses infinies nuances constituent le dénominateur commun de ces œuvres.
Le choix des couleurs
«Cette couleur, a confié l'artiste à l'APS, me transpose dans des univers où les couleurs s'écoulent tel un rêve où les fils de laine qui glissaient entre les doigts de ma mère lorsqu'elle tissait ses tapis aux couleurs aussi radieuses que la nature d'El Qantara en printemps.» «Enfant, je m'installais souvent en face du métier à tisser de ma mère et contemplais, émerveillé, les motifs colorés qui prenaient forme progressivement», a ajouté Houara qui assure conserver le souvenir «singulier» d'une toile qu'il avait vue accrochée dans la maison d'un voisin et qu'il ne sut qu'elle était une des œuvres du peintre espagnol Francisco de Goya qu'après avoir fréquenté l'école des Beaux-Arts. Pour son ami Mohamed Berkane (68 ans), également artiste-peintre, Hocine Houara choisit avec minutie ses couleurs qui sont le fruit non pas du hasard mais de plusieurs années de recherche et d'investigation.
Houara garde un sentiment exceptionnel pour sa toile «Naânaâ» qui lui avait ouvert la voie de la notoriété avec l'obtention en 1981 du premier prix du Festival international des arts plastiques à Souk Ahras. Exposée pour la première en 1979 à Batna, cette œuvre, souligne l'artiste, est «le portrait d'une fillette de son village El Qantara dont les traits avaient réussi à concentrer ceux de tous les enfants de l'Algérie mélangés à l'innocence propre à toute enfance». «De toutes les œuvres, «Naânaâ» est mon tableau préféré que j'ai toujours refusé de vendre», confie-il. «En dépit du grand nombre de plasticiens dans la capitale des Aurès, cette ville ne possède encore pas une galerie d'exposition et les salons d'arts plastiques demeurent espacés dans le temps», regrette Houara qui a enseigné l'art plastique dans plusieurs lycées de Batna et à l'école régionale des Beaux-Arts de cette ville.
Une galerie d'art pour Batna
Au terme du voyage d'investigation de recherche à l'origine de la composition d'une toile, le moment le plus fort en émotion pour l'artiste demeure celui de sa présentation au public, soutient Houara qui souligne que «l'exposition pour l'artiste est non pas un instant de détente mais une continuité qui prépare le lancement d'une nouvelle recherche».
Les artistes ont besoin d'une structure permanente d'exposition qui sera pour eux un carrefour de rencontres et d'échanges et, pour la ville, «un lieu d'effervescence artistique», a encore soutenu Houara qui note que, faute d'une telle structure, sa plus récente participation à une exposition collective remonte à 2015 à Alger.
«Une galerie d'art a toujours été un rêve pour les artistes de la région depuis le fondateur du mouvement pictural auressien, le défunt Abderrahmane Tamine dit Abdou», a encore affirmé Hocine Houara qui est également sculpteur et céramiste.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.