Compétitions interclubs 2021-2022 : La CAF fixe les dates    JS Kabylie : Convention de partenariat avec Sonelgaz    NA Hussein Dey – USM Alger : Victoire impérative pour le Nasria    L'Armée sahraouie poursuit ses attaques contre les positions des forces d'occupation marocaines    Corruption: Le maire de Mostaganem condamné à 2 ans de prison    Que cherche à prouver Haftar ?    Tiaret: 55 tonnes d'aide humanitaire pour Ghaza    Titres miniers: 260 offres techniques pour 38 sites    L'AUTRE DON DU CIEL    Les éclaircissements du ministère du Commerce: Blé français refoulé, importation des véhicules de moins de 3 ans    Football - Ligue 1: Durs défis pour le CRB et le MCA    IRB Sougueur: Un club victime d'indifférence    Coupures d'Internet durant le Bac: Une épreuve dans l'épreuve    Ministère de l'Intérieur: Un guichet pour le dépôt à distance de 50 dossiers administratifs    De nombreux postulants tardent à compléter leurs dossiers: L'étude des demandes de logements entravée    Quand on manque d'un projet de société    Le comptage des voix est en cours    Une banque algérienne pour l'export    L'Algérie carburera au sans plomb    Baisse de 19 % en 2020    Le Brent dépasse dépasse les 75 dollars    Quel bilan pour le gouvernement ?    Une question de leadership    Sept nouveaux qualifiés pour les 8es sans jouer    Brèves Omnisports    Les indépendants soutiennent Tebboune    La «Bombe» H2O    Désaccord entre majorité et opposition sur la question sécuritaire    Responsables où êtes-vous?    La plaidoirie de Dalila Boudjemaâ    Lueur d'espoir    "Une 3e vague n'est pas à écarter" selon le professeur Akhamouk    Le triste sort d'une jeune femme Algérienne    Attaque à la voiture piégée, 6 soldats français et 4 civils blessés    Larbaâ nath irathen en deuil    Des démarches pour le classement des ksour Sfissifa et Tiout    L'Europe en chansons et sans visa!    La Bande dessinée en fête à Alger du 25 au 27 juin en cours    Elections régionales en France : Le Rassemblement National de Marine Le Pen prend une raclée    21e Festival européen à Alger : Sous le signe de l'amitié algéro-européenne    La justice se penche sur la fraude électorale    «Urban Jungle», une exposition collective sur le réaménagement d'une rue d'Alger    Conférence internationale à Berlin pour tenter de pacifier la Libye    Le FFS dénonce et condamne "un acte ignoble"    La chaîne El Hayat TV suspendue pour une semaine    Deux hirakistes risquent trois ans de prison à Mostaganem    Une grande Histoire à apaiser    L'enjeu des locales et la survie des partis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Arts plastiques.. Hocine Houara expose à Batna
Publié dans Le Temps d'Algérie le 10 - 06 - 2019

Considéré parmi les pionniers des artistes peintres de la région des Aurès, Hocine Houara qui est également sculpteur est revenu pour exposer ses œuvres à Batna à l'occasion de la Journée nationale de l'artiste.
A 71 ans, le plasticien Hocine Houara, un des pionniers du mouvement pictural à Batna et dans la région des Aurès est revenu cette semaine pour exposer ses œuvres à la maison de la Culture «Mohamed Laïd Al Khalifa» de Batna, à l'occasion de la Journée nationale de l'artiste. A travers cette exposition, Hocine Houara a montré qu'il a toujours un pinceau généreux en couleurs inspirées de la splendeur de la nature de la région des Aurès à laquelle il s'identifie. Avec un parcours artistique de plus de 44 ans, ce fils de la ville d'El Qantara qui dépendait de Batna jusqu'au découpage de 1974, poursuit encore ses investigations dans l'univers des arts plastiques entamées en 1969 lorsqu'il a rejoint, à l'âge 20 ans, l'école des Beaux-Arts d'Alger. Avec des œuvres touchant aux diverses tendances expressionniste, réaliste et abstraite, l'artiste expose cette fois certaines de ses toiles dont «Instant d'évasion», «La mère auréssienne», «Le déluge», «Doukhan wa ramad», «Le sommeil du rêve» et «Composition». Bien que les thèmes divergent d'une toile à une autre, le bleu avec ses infinies nuances constituent le dénominateur commun de ces œuvres.
Le choix des couleurs
«Cette couleur, a confié l'artiste à l'APS, me transpose dans des univers où les couleurs s'écoulent tel un rêve où les fils de laine qui glissaient entre les doigts de ma mère lorsqu'elle tissait ses tapis aux couleurs aussi radieuses que la nature d'El Qantara en printemps.» «Enfant, je m'installais souvent en face du métier à tisser de ma mère et contemplais, émerveillé, les motifs colorés qui prenaient forme progressivement», a ajouté Houara qui assure conserver le souvenir «singulier» d'une toile qu'il avait vue accrochée dans la maison d'un voisin et qu'il ne sut qu'elle était une des œuvres du peintre espagnol Francisco de Goya qu'après avoir fréquenté l'école des Beaux-Arts. Pour son ami Mohamed Berkane (68 ans), également artiste-peintre, Hocine Houara choisit avec minutie ses couleurs qui sont le fruit non pas du hasard mais de plusieurs années de recherche et d'investigation.
Houara garde un sentiment exceptionnel pour sa toile «Naânaâ» qui lui avait ouvert la voie de la notoriété avec l'obtention en 1981 du premier prix du Festival international des arts plastiques à Souk Ahras. Exposée pour la première en 1979 à Batna, cette œuvre, souligne l'artiste, est «le portrait d'une fillette de son village El Qantara dont les traits avaient réussi à concentrer ceux de tous les enfants de l'Algérie mélangés à l'innocence propre à toute enfance». «De toutes les œuvres, «Naânaâ» est mon tableau préféré que j'ai toujours refusé de vendre», confie-il. «En dépit du grand nombre de plasticiens dans la capitale des Aurès, cette ville ne possède encore pas une galerie d'exposition et les salons d'arts plastiques demeurent espacés dans le temps», regrette Houara qui a enseigné l'art plastique dans plusieurs lycées de Batna et à l'école régionale des Beaux-Arts de cette ville.
Une galerie d'art pour Batna
Au terme du voyage d'investigation de recherche à l'origine de la composition d'une toile, le moment le plus fort en émotion pour l'artiste demeure celui de sa présentation au public, soutient Houara qui souligne que «l'exposition pour l'artiste est non pas un instant de détente mais une continuité qui prépare le lancement d'une nouvelle recherche».
Les artistes ont besoin d'une structure permanente d'exposition qui sera pour eux un carrefour de rencontres et d'échanges et, pour la ville, «un lieu d'effervescence artistique», a encore soutenu Houara qui note que, faute d'une telle structure, sa plus récente participation à une exposition collective remonte à 2015 à Alger.
«Une galerie d'art a toujours été un rêve pour les artistes de la région depuis le fondateur du mouvement pictural auressien, le défunt Abderrahmane Tamine dit Abdou», a encore affirmé Hocine Houara qui est également sculpteur et céramiste.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.